AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MILK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Jeu 27 Déc - 17:08

a


Dernière édition par végétalienne-13 le Jeu 9 Aoû - 7:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Jeu 27 Déc - 17:15

q


Dernière édition par végétalienne-13 le Jeu 9 Aoû - 7:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:08

Bien que le mal soit venu de Grande-Bretagne, les producteurs de lait hexagonaux gagneraient à s'interroger davantage sur la bonne manière de conduire les troupeaux.

Simple à mettre en ouvre et économe en main-d'œuvre, l'alimentation des vaches en ray-grass, maïs ensilé et tourteaux de soja est polluante et coûteuse mais nullement indispensable pour assurer un bon revenu aux éleveurs.

Décryptage

L'interdiction des farines carnées dans l'alimentation des non ruminants et leur remplacement par des protéines végétales va indiscutablement poser des problèmes de compétitivité aux éleveurs de porcs et de volailles en raison du coût plus élevé des tourteaux de soja et autres ingrédients végétaux.

En théorie, ce changement ne modifie pas la donne pour les éleveurs de bovins et plus particulièrement des producteurs de lait.

Les troupeaux laitiers sont de gros consommateurs de tourteaux de soja depuis l'interdiction des farines carnées dans l'alimentation des ruminants en 1990.

En pratique - en raison même de la crise de la vache folle et des conséquences qu'il conviendrait d'en tirer - le moment est pourtant venu de remettre en question la conduite des élevages laitiers, d'examiner lucidement les excès passés et présents, les travers et les dégâts écologiques d'un système productiviste dont l'efficacité économique n'est nullement démontrée par rapport à des conduites de troupeaux bien plus respectueuses du confort de l'animal, de la propreté des sols et de qualité des eaux dans une logique d'agriculture durable et soutenable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:10

Le calvaire des vaches à lait

Du lait jusqu'à sont dernier souffle

Grossesses permanentes

Le veau va être enlevé à sa mère quelques jours seulement après sa naissance, et parfois immédiatement, souvent la vache pleure cherchant après son veau, pareil pour le pauvre petit veau!
Les veaux les plus faibles seront abattus immédiatement pour fournir de la viande pour animaux, farine animale, et autres aliments ; ou pour extraire la présure, qui provient de l’estomac, utilisée pour fabriquer presque tous les fromages

Certaines femelles seront nourries de substituts de lait et subiront un développement forcé pour devenir à leur tour vaches laitières, et entreront à 18-24 mois dans le cycle des grossesses continuelles.

Ceux destinés à produire de la viande de bœuf, sont envoyés dès l’âge de 2 semaines dans des unités d’engraissement intensif où ils seront gavés principalement de céréales jusqu’à l’obésité et maintenus à l’étroit pour éviter la moindre perte de poids

Les caisses à veaux françaises sont des espèces de boîtes en bois dans lesquelles les veaux sont enfermés - un par caisse - à l'âge d'une ou deux semaines.

Les parois de ces cases sont pleines, ce qui empêche chaque veau d'avoir des contacts avec les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:25

Le sol est fait de lattes de bois, donc les veaux ne peuvent pas se coucher dans une position normale.

Les veaux ne peuvent avoir d'exercice :
Les caisses à veaux sont si étroites que, dès l'âge d'environ 2 semaines, ils sont dans l'impossibilité de se retourner.Ils n'ont pas de paille sur laquelle ils puissent se coucher et n'ont ni herbe ni foin à manger.
Les veaux éprouvent des difficultés même pour se lever et se coucher.

Ces caisses à veaux sont généralement disposées en rangées.

Les veaux sont extraits de leurs caisses et sont emmenés à l'abattoir à l'âge de cinq mois environ. Quelques-uns seront sélectionnés pour devenir des taureaux reproducteurs, et passeront leur vie confinés dans l’isolement, fécondant des éprouvettes pour l’insémination artificielle.

Les taureaux âgés sont souvent castrés avant d’être enfermés et engraissés pour la boucherie.

Si la vache fournit continuellement du lait, c’est parce qu’elle est soumise à une grossesse chaque année.

Elle devra fournir jusqu’à 10000 litres de lait par an.

Son estomac d'herbivore, ne pouvant supporter les grandes quantités nécessaires pour un tel rendement, on augmente sa production en lui donnant également des pastilles concentrées de protéines de céréales (les farines d'os sont, depuis peu, interdites .. aux vaches seulement)La vache laitière sera poussée jusqu’à sa limite.

Quand, après 3 années de souffrance et d’exploitation (son espérance de vie normale est de 20 ans), son rendement baissera, elle sera immédiatement envoyée à l’abattoir : le boeuf de supermarché est de la vache 8 fois sur 10.

Les agriculteurs, nous dit-on, aiment leurs bêtes et sont particulièrement traumatisés par la suspicion dont ils font l'objet dans l'opinion publique depuis quelques semaines. On peut tout à fait comprendre ce traumatisme et considérer en même temps que la production laitière ne peut continuer ainsi sa course folle aux records via le dopage permanent de chaque vache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:25

Depuis 30 ans la sélection génétique de ces Formule 1 de la performance laitière a été tellement poussée quelles peuvent produire jusqu'à plus 12 000 litres de lait par an et par bête grâce à une surconsommation de fourrages énergétiques et de protéines issues des tourteaux de soja. Dans trop d'élevages, les tourteaux de soja sont aux vaches laitières ce que l'EPO est aux coureurs cyclistes.

La sélection génétique axée sur la performance laitière en a fait des ogresses dont on brûle les cornes dès leurs premiers mois de vie afin qu'elle ne puissent plus tard se labourer le cuir dans leurs bagarres quotidiennes pour la nourriture.

Ces bêtes vont souvent à la boucherie après quatre ou cinq lactations tant la performance laitière use les organismes.

Les vaches de réforme fournissent, de ce fait, 50 % des viandes bovines consommées par les français.

Si les laitières pouvaient parler, elles manifesteraient bruyamment pour exiger le droit au confort de l'animal. Elles beuglent d'ailleurs de souffrance quand la traite du matin ou du soir prend une heure de retard.

Les effets pervers du productivisme

Comme le quota laitier par exploitation ne change guère d'une année sur l'autre, l'éleveur utilise les progrès de la génétique pour produire autant avec moins de vaches. Dès lors, cette productivité accrue lui permet en retour d'accroître son cheptel sur une même superficie en élevant des bêtes à viande.

Dans le même temps, il se contente trop souvent de ne produire sur sa ferme que le ray-grass et le maïs d'ensilage qui fournissent seulement la partie énergétique de la ration alimentaire du bétail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:25

Dans cette logique, un troupeau plus nombreux suppose des achats accrus de soja importé pour équilibrer et compléter la ration alimentaire des animaux.

Toujours dans cette logique, les éleveurs laitiers forcent sur les engrais azotés dans les parcelles de ray-grass et augmentent les superficies consacrées au maïs d'ensilage pour la nourriture hivernale des troupeaux.

Nues en hiver, les terres à maïs voient les restes de nitrates et de pesticides entraînés vers les cours d'eau. Peut-on continuer ainsi alors que les problèmes environnementaux s'aggravent d'année en année ?

Non !

Et surtout pas dans le Grand-Ouest de la France où la production laitière intensive voisine avec une production de porcs et de volailles hors sol en quantités souvent déraisonnables.

Et, comme par hasard, plus 80 % des cas de vache folle ont été répertoriés dans ce Grand-Ouest productiviste. Pourquoi refuser le lait Véhiculée par l'industrie laitière et visant à inciter les gens à consommer du lait, limage de vaches paissant tranquillement dans les près et se laissant traire avec joie cache en fait une bien sordide réalité

Il est évident que pour obtenir le lait on ne tue pas les vaches.

C'est pourquoi, au premier abord, consommer des produits laitiers ne semble impliquer aucune souffrance pour les animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:26

Hélas, c'est faire abstraction du fait que pour produire du lait, il est nécessaire qu'une vache mette bas, comme tout mammifère, et ce, une fois par an.

C'est là que les choses se compliquent :

Si on laisse le veau téter, la vache va contrôler et donc freiner la descente de lait, nuisant à sa productivité. Le veau lui est donc retiré quelques jours seulement après sa naissance.
Avez-vous pensé au traumatisme que l'on inflige à la vache, dont on ne peut nier l'attachement à son enfant ? Si c'est une femelle, elle ira rejoindre d'autres vaches laitières.

Sa première grossesse aura lieu à deux ans ; elle sera à nouveau fécondée trois mois après chaque vêlage (par insémination artificielle dans 65 à 75 % des cas) ; elle sera maintenue en lactation 7 mois minimum par an, et l'éleveur continuera à la traire même pendant sa grossesse.

Vous pouvez imaginer à quel point cela peut être exténuant pour son corps dont les besoins vitaux ne sont aucunement respectés.

D'ailleurs, ce productivisme intensif réduit son potentiel de vie (20 ans normalement) à 5 ans environ, âge auquel elle sera abattue pour cause de stérilité ou de mauvais rendement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:26

Saviez-vous que 70 % de la viande bovine provient des vaches laitières ?

Par contre, si c'est un mâle, son sort dépendra de la qualité de sa chair.

Si son « potentiel viande » est pauvre, il finira en pâtée pour chien et l'on utilisera une partie de son estomac, appelée présure, pour faire cailler le lait destiné aux fromages.

La quasi-totalité des fromages sur le marché contiennent donc de la chair animale.

Si l'on veut produire de la viande rouge, le veau sera envoyé dans des unités d'engraissement intensif où il sera gavé principalement de céréales et maintenu à l'étroit pour éviter la moindre perte de poids.

Sinon, il fera partie des 2 millions de veaux expédiés chaque années dans des élevages industriels où il sera confiné dans un boxe individuel qui le privera de tout contact avec ses congénères et l'empêchera même de s'allonger correctement.

Sachez que 90 % d'élevages sont en batterie contre 10 % en plein air.

Quoi qu'il en soit, quel qu'ait été le type d'élevage qu'ils auront subit, vaches et veaux finiront tous, sans exception, sous le hachoir du boucher.

L'industrie laitière est un fournisseur direct de l'industrie de la viande et ne peut donc en être dissociée.

A chaque fois que vous consommez des produits laitiers, vous envoyez des animaux à l'abattoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:27

Pourquoi continuer à en consommer alors qu'il existe des substituts tels que le lait de soja, de riz ou d'amande (sous forme de crème de fromages) qui sont tout aussi bons et équilibrés que le lait de vache mais qui n'impliquent pas l'exploitation ni la mort de millions d'animaux ?

Et si vous craignez de manquer de calcium, sachez que la plupart des légumes verts, céréales complètes et même l'eau minérale en contiennent en grande quantité.

Source : Peta PMAF La vache Folle et le lait De AVE (Association Végétalienne Espagnole)

L'exploitation de la vache

La vache est un animal herbivore noble exploité pour sa chair, son lait et sa peau, dont le bien-être, comme celui du bœuf ou du taureau, ne cause pas de grandes préoccupations dans un pays principalement “tauricide”.

Le bétail n'est pas une chose ou simplement une marchandise prédestinée à satisfaire les aberrantes habitudes alimentaires humaines, mais un animal sensible et pacifique qui mérite le plus grand respect.

Son espérance de vie de plus de vingt ans se voit cruellement tronquée et frustrée par une fin d'existence brève dans un abattoir lugubre, à l'âge de trois ou quatre ans.

La vache est débilitée et détruite par maintes maladies causées entre autres par les antibiotiques, les hormones et une alimentation insuffisante à ses besoins physiologiques et psychiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:27

Forcée, à cause de la cruauté et de la cupidité humaines, de consommer de la nourriture contenant les restes hachés des cadavres infectés de ses congénères, la vache, devenue cannibale, n'est qu'une réflexion déformée et pathétique de sa vraie nature.

Statistiquement, l'Espagne est, après le Danemark, la plus grande consommatrice de viande par habitant de l'Europe. Néanmoins, moins de boeuf y est consommé (12,45 kg/hab./an), après le Portugal (16,4 kg) et très loin derrière la France (27,8 kg.) la plus grande consommatrice.

Dans l'Union Européenne il y a plus de 81 millions de vaches, desquelles on obtient huit millions de tonnes de viande par an, dont la consommation entraîne un grand nombre de maladies cardiovasculaires et infectieuses affligeant l'être humain.

On recense en Espagne un peu moins de 1.5 millions de vaches laitières, réparties en 150.000 exploitations laitières ou à viande.

Ces exploitations produisent quelque 6 millions de tonnes de lait, avec une moyenne de 10 vaches par exploitation, et un rendement individuel annuel de 4.200 kg (1.000 kg de plus qu'en 1984).

Les vaches appartiennent à la famille de ruminants appelés “bovins” dotés d'un système digestif très spécial les aidant à assimiler de grandes quantités de cellulose, mais les aliments et pâtures concentrés dont elles sont nourries frustrent leur instinct naturel.

Le cycle reproductif de la vache commence à l'âge de quinze mois et, avant même d'atteindre deux ans, commencent les douloureux vêlages qui se succéderont toute sa vie durant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:28

Après 9 mois de gestation (280 jours) un veau naît, et même s'il commence à brouter de l'herbe assez précocement, dans des conditions normales, il serait allaité pendant 6 mois par sa mère, qui ferait peu à peu croître l'intérêt de son petit pour la nourriture solide.

Ceci permettrait à la vache une période de repos de 4 mois avant la prochaine gestation.

Malheureusement dans la réalité les forts liens psychologiques entre la vache et son veau sont rompus 3 jours après la mise-bas, quand ils sont traumatiquement séparés, privant la mère de son petit et le veau de son aliment naturel.

La mère, qui tarde à récupérer de cette déchirure, passera systématiquement à la traite deux ou trois fois par jour, y compris pendant sa nouvelle période de gestation. Contrairement à ce qui se passe avec les moutons et les cochons, au lieu de provoquer la naissance de jumeaux chez les vaches, on a développé la transplantation d'embryons.

Les vaches de très haute qualité sont presque toujours inséminées artificiellement, puis lorsque l'embryon est encore petit on le transfert à une vache de valeur inférieure.

La vache originelle est de nouveau inséminée avant que ne soit terminée la période normale de gestation. Actuellement on injecte aux vaches une hormone qui provoque une superovulation (en comparaison avec la production normale d'ovules).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:29

Généralement on extrait 6 embryons de chaque vache sur une période de 8 semaines, depuis l'âge de 15 mois. Encore une autre technique utilisée : la division de l'embryon en laboratoire.
Les deux moitiés d'embryon sont implantées dans deux mères distinctes qui produiront des “jumeaux” identiques. Néanmoins, l'intérêt principal des éleveurs se concentre sur la fécondité.

Que la vache puisse donner naissance lorsqu'il convient aux intérêts, et continuer à produire du lait, après la période de 10 mois, avec une alimentation concentrée, suivi d'un repos de seulement 6 à 8 semaines avant le vélage suivant.

Certaines personnes croient encore que les vaches “donnent” du lait de la même manière que l'eau sort du robinet, ne comprenant pas que les vaches doivent donner naissance une fois par an pour pouvoir continuer à produire du lait.

Finalement, quand leur productivité baisse et qu'elles cessent d'être rentables, on les envoie, comme beaucoup d'autres animaux considérés comestibles, à l'abattoir pour transformer leurs dépouilles en hamburgers populaires et saucisson bon marché, dont la viande est susceptible de contenir le virus responsable de la Maladie de la Vache Folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:30

De nombreux mythes entourent le lait : «Sans lait, on manque de calcium»
«Chaque enfant a besoin de lait (de vache)»«Le lait est sain» etc…
Mais en examinant la question de plus près, on constate que cela ne correspond pas à la réalité. Il s’agit en fait de solides préjugés qui sont le résultat de la publicité massive que l’industrie du lait propage dans le public depuis plusieurs décennies.
Lorsqu’on sait que 3’900’000’000 kg (=3,9 millions de tonnes 1998) de lait sont produits chaque année en Suisse, on comprend mieux les efforts du lobby laitier pour promouvoir leur produits.
Peu importe si le lait est sain ou non, il doit être consommé (et subventionné!).
Cette page ne présente pas de découvertes nouvelles, mais offre un aperçu des faits connus depuis de nombreuses années, qui sont soigneusement cachés par la publicité. lapereaux doublent leur poids en 6 jours.
-Le lait de chat contient 7% de protéines, les chatons doublent leur poids en 9 jours.
- Le lait de vache contient 3,3% de protéines, le veau double son poids en 47 jours.
Concernant l’homme, son lait ne contient que 1,2% de protéines et le bébé met 180 jours pour doubler son poids.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:30

1- Après quelques années, le veau atteint un poids de plusieurs centaines de kilos.
Quelle mère attendrait un tel résultat pour son enfant?
Article extrait de la revue Nexus
Cela fait quelque temps que nous sommes préoccupés par les dangers pour la santé que présente la consommation de lait et de produits laitiers.
Dans “Nouvelles du monde” du dernier numéro [en anglais], nous avons publié un article sur les risques de cancer dû à la consommation de lait traité à la STB (somatotrophine bovine).
Nous avions également présenté le livre de Robert Cohen : Le Lait : poison mortel.
Pour l'article qui suit, nous avons sélectionné des questions et commentaires tirés du site internet questions- réponses de Robert Cohen “l'homme antilait”. Mais faites attention : après avoir lu ceci il se peut fort bien que vous ne buviez plus jamais de lait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:31

– l'éditeur. Lettre 85 : David Weber, Oklahoma Je suis devenu diabétique à l'âge de vingt-cinq ans.
La littérature sur le diabète fait parfois référence à un lien possible entre l'absorption de lait de vache et le diabète. Mais bien sûr, les médecins s'occupent de traiter la maladie et ne s'intéressent pas à l'alimentation.
Si vous faisiez des tests cliniques pour prouver que le lait de vache cause le diabète et que vous stoppiez le développement de cette maladie, on vous décernerait le prix Nobel.
Les commentaires de L'HOMME antilait : Une étude faite à l'université d'Helsinki (Virtanen et Aro : “Les facteurs alimentaires dans l'étiologie du diabète”, Ann. Med. 26(6):469- 478, déc. 1994), a révélé que l'introduction de lait de vache dans l'alimentation de bébés de trois mois ou même plus jeunes avait souvent pour effet une totale insuffisance en insuline.
Cette pathologie apparaissait parce que les cellules bêta, produites naturellement, étaient détruites par la réaction allergique du nourrisson – réaction créée en réponse à la présence de protéines du lait de vache.
Des scientifiques italiens ont noté des effets similaires lors de l'analyse de données concernant les enfants diabétiques.
Leur conclusion montrait une relation absolue de cause à effet entre la consommation de lait et le diabète, (Fava et al., “relation entre la consommation de produits laitiers et l'apparition du diabète mellite insulino-dépendant (”IDDM”) chez l'enfant en Italie”, Diabetes Care [traitement du diabète] 17(12):1488-90, déc. 1994).
Des chercheurs de l'université du Colorado ont publié un article dans le Journal des recherches en endocrinologie où ils indiquaient qu'une peptide d'albumine bovine était un déclencheur du diabète mellite insulino-dépendant (Norris et Pietropaolo, J. Endocrin. Invest. 17(7):1488- 1490, juillet-août 1994).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:31

Lors d'une expérience très contrôlée faite sur des rats par des scientifiques canadiens, il a été noté que la consommation précoce de lait de vache était liée à l'apparition du diabète.
Des savants ont fait ce lien entre la consommation précoce de protéines bovines et l'incidence de diabète à la fois chez les rongeurs et chez les humains.
Leurs travaux furent publiés dans le numéro de février 1994 du Journal of Immunology (Journal sur l'immunologie)
Les études ci-dessus sont des exemples de recherches que l'industrie laitière préfère que vous ne lisiez pas.
Plus vous acquérez de savoir et moins vous êtes ignorant. L'ignorance n'apporte pas la félicité.
L'ignorance peut être sacrément malsaine !
Armé de telles connaissances, est-ce que vous donneriez du lait de vache à votre enfant ?
Si on tient compte du fait que les protéines bovines créent une réaction dans l'organisme (celui-ci fabrique des anticorps détruisant les cellules bêta qui produisent de l'insuline), pensez-vous qu'il est sage de boire des sécrétions contenant des hormones issues d'une créature d'une autre espèce ?
Les hormones agissent.
Si vous choisissez de croire la F.D.A. (Food and Drug Administration : bureau américain de la nourriture et des médicaments) qui nous assure que les hormones dans le lait n'ont pas d'effet, vous jouez avec un fusil chargé et puissant.
Si vous préférez réexaminer. Lettre 115 : Roy Oestensen, Norvège, 16 janvier 1998.
J'ai vraiment été impressionné par cette page d'informations, et bien que j'aie déjà entendu certains de ces arguments auparavant (et de ce fait j’ai été sceptique vis-à-vis du lait durant des années), nombre de données étaient nouvelles pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:31

En Norvège il y a eu très peu de commentaires sur les dangers du lait.
Comme vous le savez peut-être, les Scandinaves sont parmi les plus grands buveurs de lait sur la planète et c'est chez eux que l'on trouve certains taux les plus élevés de diabète et d'ostéoporose.
Par exemple, il y a quelques jours, un journal d'informations parlait de la très nette différence dans les taux de diabète entre les quartiers Est et Ouest d'Oslo, capitale de la Norvège.
Il apparaît que le diabète est quasiment inexistant à l'est, qui est la zone la plus pauvre, peuplée d’immigrants pour une grande part.
Des scientifiques signalèrent une corrélation dans leurs données avec le taux d'infections infantiles comme une explication possible.
Paraît-il qu’un enfant qui aurait beaucoup d'infections serait plus tard protégé contre le diabète !
Je ne sais pas s'il y a réellement un raisonnement médical derrière tout ceci mais je les soupçonne de n'avoir même pas pris en compte le fait, bien connu, que le Norvégien moyen boit 10 fois plus de lait que l’immigrant moyen.
Les commentaires de L'HOMME ANTILAIT : Pour votre intérêt, j'ai eu une conversation avec une nutritionniste française hier.
Elle prétendait que les Français, qui mangent beaucoup de fromage et boivent beaucoup de lait, sont encore le peuple qui jouit de la meilleure santé sur la planète.
Eh bien, je lui ai répondu qu'en 1994, 16,49 femmes américaines sur 100 000 étaient mortes d'un cancer du sein.
La même année, le chiffre était plus élevé pour la France. Les Français mangent plus de fromage et boivent plus de lait que les Américains, et 17,79 femmes sur 100 000 sont mortes d'un cancer du sein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:32

Maintenant, les très mauvaises nouvelles : le peuple de Norvège boit encore plus de lait que les Français.
Prêt pour le taux de cancer du sein ? Il est de 17,98 femmes pour 100 000 !
Cela pourrait être pire : les Pays-Bas ont un taux de 22,13 morts par le cancer du sein sur 100 000.
Souvenons-nous de la Laitière hollandaise (qu'elle repose en paix) lorsque nous apprenons la vérité sur les hormones du lait. lettre 160 : Paul M. Fleiss, médecin, MPH, 21 février 1998
La pasteurisation et l'homogénéisation altèrent de manière significative la composition, la digestibilité et la disponibilité biologique du lait.
Je vous suggère de tenir compte du fait que le Lait cru certifié, que produit la Laiterie naturelle Steve, en Californie, est un produit très différent de ce dont vous parlez.
Tous les laits ne sont pas les mêmes !
Les commentaires de l'HOMME ANTILAIT : Cher Docteur, beaucoup de gens ignorent que le lait est souvent pasteurisé deux ou trois fois avant de pétiller et crépiter dans leurs céréales.
Pourquoi les conditionneurs doivent-ils répéter leur procédé de pasteurisation s'il fonctionne si bien ? Réponse ?
Permettez-moi de révéler ce qui devrait être l'évidence même : la pasteurisation est inefficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:32

Lorsque des conditions telles que le traitement par la chaleur ne conviennent pas aux petites bêtes (les bacilles, Clostridium, etc.), elles se protègent en formant des spores qui les protègent de l'ébouillantage, des antibiotiques et des germicides.
Lorsque le lait refroidit et que les conditions sont favorables à leur croissance, ces bactéries retrouvent leur état d'origine.
La plupart des consommateurs sont dupés par la propagande de l'industrie laitière et font confiance au mythe de la pasteurisation comme garant de leur santé. Ces mêmes consommateurs devraient user de leur odorat après seulement une semaine de réfrigération.
Il y a quelque chose de pourri dans ce récipient.
Les odeurs nauséabondes sont dues aux toxines sécrétées dans le lait par les cultures de micro-organismes qui continuent à se développer.
Pour que l'on puisse boire du lait sans risque il doit provenir d'animaux propres et sans maladie. Malheureusement, la majeure partie du lait américain contient les virus de la leucémie, de la tuberculose et selon Virgil Hulse, médecin, le virus immunodéficitaire bovin.
Le docteur Hulse a été inspecteur laitier et est un des experts les plus réputés en Amérique sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:32

J'ai commencé à m'intéresser au lait il y a environ quatre ans.
Je ne voulais pas que mes enfants absorbent des overdoses de ces puissantes hormones de croissance non détruites par la pasteurisation.
J'ai, depuis, appris que la pasteurisation ne détruit pas non plus d'autres substances dangereuses.
S'il vous plaît, renseignez-vous sur la “paratuberculose”. Les vaches ont des troubles intestinaux dûs à la paratuberculose, une mycobactérie qui résiste à la chaleur.
Les vaches attrapent la maladie de Johne par ce micro-organisme, et les humains attrapent ce problème intestinal en buvant du lait de vache.
Il y a un lien certain entre la maladie de Crohn chez l'homme et la consommation de lait Robert Cohen “l'homme antilait”.
LE LAIT, BON POUR LES ENFANTS … VRAIMENT?
Publié à l’origine dans le Bulletin de l’A.I.C.P Mars/Avril 1998 Le lait … bon pour les enfants ! Vraiment ? Selon Robert Cohen, auteur du livre “Le Lait : Poison Mortel”,
le lait est la cause d’allergies, de coliques, de colite, d’otites, de rhumes et de congestions chez les jeunes enfants.
Une recherche récente du site Internet NOT MILK (en anglais) nous fait ouvrir les yeux.
Chaque gorgée de lait nous apporte:
des hormones de croissances, des acides gras, du cholestérol, des protéines allergéniques, du sang, du pus, des bactéries, des virus et bien plus.
Par le passé, la FDA (Food and Drug Administration) ne permettait qu’une petite quantité d’antibiotiques dans le lait.
Les chercheurs du FDA reconnaissent que les consommateurs ne devraient pas boire de liquide qui contient des antibiotiques.
Cependant, en 1990, les résidus d’antibiotiques dans le lait standard ont augmenté de 100 fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:33

Aujourd’hui, les paysans peuvent injecter leurs animaux avec des niveaux de plus en plus élevés d’antibiotiques.
En plus de cela, 60% des vaches productrices de lait aux Etat-Unis ont le virus de la leucémie.

Le lait contient une concentration élevée d’hormones telles que:
l’hormone hypophysaire, les hormones stéroïdes, les hormones hypothalamiques
et les hormones thyroïdes et parathyroïdes.
Lorsque nous buvons du lait, nous consommons la plus puissante des hormones de croissance produites naturellement dans notre corps.
Cette hormone s’appelle le IGF-1 (Insulin-like Growth Factor-1 ou Facteur de Croissance de type Insuline-1). Cette hormone est identique chez les vaches et chez les humains.
La recherche scientifique indique que les protéines du lait détruisent les cellules bêta productrice d’insuline du pancréas, causant ainsi le diabète.
Les effets secondaires effrayants de la consommation de lait ne sont pas limités aux enfants. 25 millions de femmes Américaines de plus de 40 ans ont été diagnostiquées comme souffrant d’arthrose et d’ostéoporose.
Selon le Département de l’Agriculture des Etats-Unis (USDA), en 1994, l’Américain moyen mangeait 266 kilos (586 pounds) de lait et de produits laitiers.Ces femmes ont bu en trop 0.9 kilo de lait par jour pendant toute leur vie adulte. Cependant, le calcium dans le lait n’est pas absorbé de manière appropriée et la consommation de lait est un suspect sur la liste des causes de l’ostéoporose. Encore plus effrayant est le fait que le lait est considéré comme l’un des responsables de la raison pour laquelle une femme Américaine sur six va développer un cancer du sein.


Dernière édition par végétalienne-13 le Mar 19 Fév - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:35

Pour plus d’information sur le lait, consulter le site Internet "NOT MILK" de Robert Cohen ou acheter le livre "Le Lait : le Poison Mortel" par Robert Cohen. Le lait outre les inconvénients reconnus de tous, lait et produits laitiers, semblent être mis à l'index par les plus récentes découvertes scientifiques, démontrant que l'adoption d'une alimentation à base de lait de vache est certainement cause d'un véritable traumatisme organique chez le bébé, suivi d'une période de troubles pathologiques plus ou moins importants, et pour finir, d'une apparente adaptation qui cache, en fait, nombreux déséquilibres fonctionnels qui perdureront la vie durant. Chez l'adolescent et l'adulte, naturellement le dommage n'est pas si dramatique, mais existe néanmoins encore sous forme de déminéralisation, d'inflammations ou d'encrassements tissulaires pouvant conduire à de simples indurations… ou à certains cancers! Concrètement, diverses recherches menées dans des pays sur-consommateurs de produits laitiers, comme la Suisse, la France ou les Etats-Unis, par rapport à des pays sous-consommateurs, ont effectivement révélé des taux plus élevés de cancers.Indigeste Le lait de vache à l'état brut présente parmi nombre d'inconvénients connus et reconnu et sus depuis longtemps, son indéniable manque de digestibilité.En effet l'estomac humain adulte ne contient pas la présure qui, dans l'estomac du veau, permet de cailler le lait, il faut donc fabriquer de la lactase en grande quantité pour qu'il puisse être digéré.Tant que ce n'est pas le cas, le processus de la digestion reste bloqué et les fermentations et autres débuts de putréfaction se déclenchent. C'est pourquoi on préfère souvent transformer le lait en yaourt ou en fromage: formes prédigérés.


Dernière édition par végétalienne-13 le Mar 19 Fév - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:40

Mais l'énorme quantité de lipides animaux contenus dans la plupart des fromages les rendent encore assez indigestes à tous ceux dont le système hépato-biliaire n'est pas au mieux de sa forme. Cet inconvénient même s'il est partagé avec les viandes grasses et charcuteries, n'en est pas moins réel; le mélange pain et fromage gras est donc délicat. De plus, lorsque le lait ou le produit laitier ne proviennent pas de l'agriculture biologique, ils s'avèrent des plus toxiques, car tous les pesticides, insecticides, et antibiotiques se concentrent dans les cellules lipidiques fabriquées par la vache. De sorte que le lait entier et les fromages gras non bio contiennent des proportions infiniment plus importantes de polluants que n'importe quel végétal traité chimiquement. Le lait et les produits laitiers comptent parmi les aliments les plus allergènes et les troubles digestifs suscités par ces intolérances sont aussi nombreux qu'insidieux. Le lait déminéralisant.Les protéines d'un lait quel qu'il soit transmettent une information, spécifique à l'espèce, qui permettra l'élaboration de l'osséine, autrement dit la capacité des os à retenir les minéraux. Là encore, l'information délivrée par les protéines du lait de vache est totalement inadaptée à l'homme. l'organisme d'un bébé privé de lait humain et consommant du lait de vache ne disposera pas de l'information correcte pour fabriquer son osseine … et ne pourra donc pas se minéraliser convenablement. Enfant, puis adulte, il éliminera de manière excessive, par manque d'osséine, les sels minéraux contenus dans le sang, et les déposera dans les tissus, devenant ainsi sujet aux calculs, kystes et autres indurations.
De plus le pouvoir minéralisant du lait est complètement surfait, en raison essentiellement de la qualité des laits commercialisés –hors circuit AB; qu'ils soient pasteurisés, stérilisés, UHT, ils sont dévitalisés et leurs minéraux sont devenus pratiquement inutisables pour les métabolisme. …perturbateur de la fonction hormonale.


Dernière édition par végétalienne-13 le Mar 19 Fév - 16:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: MILK    Lun 18 Fév - 10:41

La présence d'hormones spécifiquement bovines, porteuses d'informations (prise de poids rapide) inadaptées à la lente croissance humaine, est perturbatrice, de fait, des fonctions hormonales du bébé, contrôlées par son hypophyse.
Et, comme il s'agit d'information, la quantité de lait absorbée ne joue qu'un rôle secondaire; même de très petites quantités délivrent le message.
Lait décalcifiant !
Le lait, tant recommandé aux enfants pour son sacro-saint apport en calcium, n'est pas un aliment spécifique de l'être humain.
En effet, en ce qui concerne le calcium, il semblerait que celui contenu dans le lait de vache ne puisse être correctement assimilé par l'être humain.
La trop grande richesse en calcium du lait de vache le rend dangereux, car outre les indurations qu'elle entraîne, par manque d'osséine, elle inhibe presque totalement l'action du magnésium, affaiblissant ainsi les cellules nerveuses et musculaires.
Enfin, le lait de vache est également trop riche en phosphore, et pour cette raison, peut être responsable d'une relative hyper-parathyroïdie.
Allaitement contre biberon
Le seul lait qui convienne à l'enfant est celui de sa mère, car il correspond à son hérédité, son sexe, sa physiologie. La composition des laits étant différentes, c'est une erreur grave que de donner au nourrisson un lait qui ne lui est pas destiné.
En outre, la mère se souviendra que tous les poisons exogènes (nicotine, caféine, alcool, additifs chimiques, etc..) passent dans son lait.
En refusant la chaleur et le magnétisme corporel indispensable à son enfant, la mère qui choisit de ne pas allaiter, augmente largement ses propres risques de tumeur (sein, organes génitaux) car procréation, grossesse, allaitement sont les 3 maillons d'une même chaîne naturelle et synergique. Surtout pas pour les bébés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MILK    Aujourd'hui à 20:58

Revenir en haut Aller en bas
 
MILK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» 83 - MILK SHAKE x GOLDEN 15 mois ...... SCP
» shampooing doux milk shake de rose inspiré de Lavera
» Milk-Shake joue au Mâle >.
» Brique de lait Milk
» Astilbe chinensis Milk and Honey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: