AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 philosophie âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19987
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: philosophie âme   Dim 16 Mar - 18:40

retour accueil . La folle aventure de l'âme – Quand cesserons nous de confondre Dieu avec les religions ? A en croire les médias les gens sont divisés en deux groupes : d’un côté les croyants qui sont les religieux et de l’autre les incroyants qui sont les athées. Mais les libres penseurs sont bien plus nombreux que les athées. Parmi ceux là se trouvent tous ceux qui croient en Dieu sans accepter d’entrer dans les prisons mentales que sont toutes les religions. Jamais Dieu ne sera prisonnier d’une religion. Dieu est Libre de droit et Libre d'accès. – Dieu est unique puisqu'il est le tout, mais comme chacun Le voit au travers du prisme de sa propre âme il semble alors ne pas tenir le même discours selon les uns ou selon les autres. Certains ne voient en Dieu que colère et vengeance, d'autres ne voient de Lui qu'interdiction de tout et de n'importe quoi, d'autres encore le voient en Dieu d'Amour. Mais Dieu est Dieu, il n'est ni colère, ni vengeance, ni interdiction, ni Amour.... Dieu est au-delà de tout cela. – Il y a une force maléfique qui conduit le monde depuis toujours et qui est extérieure au monde car elle est plus grande que lui. Chacun la sert sans rien comprendre à ce qu'il accomplit, car chacun sert un processus dont jamais il ne pourra tirer lui-même directement les méfaits. - Il faut une immense bêtise à tous les endormis de la planète et une énorme inconscience à tous les malfaisants de la Terre pour contribuer ainsi à la propagation de la force du mal et à la puissance du Malin. Comment ne pas voir derrière les malheurs du monde la patte du Malin ? Comment croire un seul instant que Dieu veuille la souffrance de ses créatures et attende des sacrifices ? Seul l’être éveillé va s’apercevoir de l’immense folie des humains au service de l’ange diabolique. – Dieu, toujours en dehors du bien et du mal, ne fait qu’accueillir en son sein tous ceux qui se dégagent du chaos universel. - Mis à part ceux qui se paient immédiatement et illusoirement en monnaie trébuchante, tous ceux qui servent la force obscure du mal n’en retireront aucun bienfait, ni dans cette vie, ni dans leur mort. La puissance, quelle qu’elle soit, étant la marque des ténèbres, ne peut conduire qu’aux ténèbres puis au néant. – L'Idée de Dieu n'est pas une idée humaine. L'Idée est Une, le tableau qui révèle l'Idée est multiple, car les détails apparaissent. Comme nous ne sommes qu'un point de l'Idée nous ne pouvons pas comprendre Sa globalité, du moins dans l'incarnation. L'Idée qui est "Une", engendre la multitude de formes. Ces formes ont elles-mêmes des idées. Ces idées deviendront-elles des âmes à leurs tours ? – Les voies du Seigneur sont vraiment impénétrables non pas parce qu'elles nous sont cachées mais parce qu'elles sont toutes là, en même temps. Tous les chemins sont accessibles par tout le monde alors que les humains voudraient, eux, qu'il n'y ait qu'un seul chemin pour accéder au plus grand des mystères. Mais voilà tous les chemins sont accessibles par tout le monde, n'importe où et n'importe quand. * – Où va la vie d’un corps qui meurt ? Passe-t-elle dans un autre corps ? Demeure-t-elle quelque part suspendue dans l’espace et le temps ? Se dissout-elle dans l’espace ? Bascule-t-elle dans un autre monde en s’engouffrant dans une autre forme ?... Les âmes seraient-elles liées les unes aux autres ? Ou bien les âmes seraient-elles libres ? Totalement libres de vivre en elles-mêmes tout ce qu'il leur plairait, jusqu'à pouvoir se saborder si tel était leur bon plaisir ? - Nous sommes tous au bal masqué. Il n'y a pas de différence entre un esprit qui donnera l'âme un chat et un esprit qui donnera l'âme d'un humain. En fait il n'y a pas deux sortes d'âmes. Mais une seule qui donne à la fois un chat, un humain et tout le reste de la création. Le chat et l'humain vivront eux cette différence dans la matière. Leur conscience dans l'incarnation sera bien évidemment différente. Mais une fois dégagés de la matière ils sont tous deux à nouveau sur le même pied d'égalité. – Comment s’explore t-on ? On chevauche son âme et on s’en va, on regarde sa propre lumière et on oublie les autres. Si l’on cherche avec les autres on va voir plusieurs chemins incompatibles et totalement différents. Ces différentes visions vont amener le conflit en soi et avec l’autre. La vision claire ne parvient que dans la vision sereine en soi, loin du tumulte du monde et des autres. – La réflexion, le mental sont soumis au jugement et apportent des solutions sans fins qui ne sont que des constructions mentales. Il faut tourner le dos à la logique universelle et changer de rive, aller dans le monde de l’esprit. Celui qui y parvient entraîne avec lui tous ceux qui le ressentent. – L’inspiration est un cadeau qui s’amplifie quand on ne la bloque pas. Tout est donné alors en abondance. – Le chemin est dur pour celui qui lutte contre les réalités extérieures et celui qui rêve en lui-même est prisonnier de son rêve. Seule la libération apporte la sérénité. – La folie est liée au fait de se voir dans les yeux des autres. – Qu'est ce que la conscience ? La conscience c'est cette capacité à savoir que nous existons et que nous sommes nous. Mais la conscience va plus loin. Elle prend ses racines dans le rien pour aboutir à l'absolue lumière de la Divinité. En somme elle embrasse le bien et le mal, le plus et le moins. Elle détermine notre être sur un palier de cette conscience et nous permet ainsi de nous positionner dans l'infinie éternité. – Il ne s'agit pas d'être un penseur mais plutôt d'être un observateur de la pensée. Ce n'est qu'à ce moment là que l'on remonte le courant, car il faut être sans parti pris, sans opinion, il faut être prêt à tout accepter. – Le corps, notre corps, est l'obstacle que rencontre la pensée alentour. Par notre corps la pensée est prisonnière, en travaillant sur elle-même elle va se révéler. – Il ne sert à rien de râler, de se révolter, d'aller contre le courant, il faut apprendre à se connaître et à utiliser ses propres capacités et non celles du voisin. C'est pourquoi il ne faut jamais chercher à copier quelqu'un. Plus vous copierez plus vous vous dévaloriserez. Ce que l'on est, est plus important que ce que l'on voudrait être. – Mon être unique et réel, en tant qu'âme identifiée et individualisée par une forme, c'est-à-dire mon "soi pensant" n'est ni homme ni femme. Ce qui est homme ou femme c'est l'apparence qu'a prise l'âme en moi aujourd'hui. Tant que l'individu se prend pour son apparence (il est un homme ou il est une femme), il continue à être ce qu'il croit. Ses incarnations ne cessent pas. Dès que l'individu se sait humain, qu'il a dépassé et réunit ses contraires et son complémentaire en lui, l'âme devient le "Soi". – Selon que mon regard intérieur se pose sur la création universelle, je me définis comme un homme ou une femme. Je ne vois à cet instant là que l'aspect que je possède. Selon que mon regard intérieur s'harmonise avec mes semblables je me sens humain. Je vais alors au-delà de ma forme extérieure que j'élargis jusqu'à sa totalité. Je ne suis plus un homme (même si j'en ai l'air), je suis un humain, c'est à dire homme et femme en même temps. Selon que mon regard s'élargit à l'esprit créateur je deviens la création entière, je suis partout où la vie foisonne, je suis aussi toutes les âmes. Je navigue dans ma propre lumière et je suis tout ce qui a été, est et sera, dans les mondes visibles et invisibles. Mais si par mégarde mon âme plonge dans mes ténèbres, je me perds dans mon néant. Je me nie moi-même. J'annule mes souvenirs. Je me perds dans ce rien que je contemple. N'oublions pas que nous possédons tous en nous-mêmes nos propres ténèbres. Cependant l'esprit est volonté, l'intelligence infinie est mémoire totale. Par conséquent rien ni personne ne peut se perdre à jamais. Tant qu'un être se croira mortel il demeurera mortel. Dès que l'âme découvrira son immortalité, l'être deviendra immortel. Dès que l'esprit se saura éternel, l'être partira pour les mondes d'éternité. – Le paradis des uns étant l’enfer des autres il est clair que nous irons tous au paradis, dans notre paradis. Nous irons, chacun d’entre nous, dans un endroit qui est conforme à notre âme. C’est pourquoi certains irons vers les zones obscures et d’autres vers les zones de lumière. Chacun ira vers son port personnel. Il n’y a pas de punition, pas de récompense, il y a juste la constatation de ce qui est. Le jugement dernier c’est le tri. – Esprit mot qui désigne la substance incorporelle et immatérielle. Démon ou Daemon en latin, mot qui veut dire esprit ou génie. Démon ou daimon en grec, mot qui veut dire dieu ou génie... Le sens du terme démon aurait par conséquent dévié vers le négatif dans les contrées occidentales. Autrefois un démon était simplement un esprit. Mais si les esprits emportés par le vent divin glissent vers quelques zones malfamées de l'invisible ils peuvent devenir de tels fripons que nous les nommons démons afin de mieux les repérer. En somme un démon est un mauvais génie, un ancien ange noir qui nous entraîne à nous divertir sur le dos des autres, tandis que le bon génie ou l'ange de lumière va nous pousser vers la compassion pour autrui. – Chacun de nous doit être une source, pour que l'inspiration entre en chacun il faut laisser les mots sortir de soi. Les mots de nos pensées pas de notre jugement. Il ne s'agit pas de vouloir convaincre, jamais. Les mots sont différents pour chacun. Pour l'un le mot sera celui que l'on utilise dans l'écriture ou dans la parole, pour l'autre le mot sera son pinceau et pour un autre encore le mot sera son instrument de musique. Peu importe le genre de mots que vous utilisez tant que l'expression coule de votre âme. Plus l'âme s'exprime plus elle s'emplit.... – Plus le vide est grand en soi et plus il faut combler... et plus on le comble en achetant des choses, maisons, bijoux, fanfreluches, plus le vide s'agrandit. Car le vide intérieur ne se remplit pas par des objets venus de l'extérieur. Plus les maisons sont belles plus les occupants les fuient....Une maison trop encombrée empêchant l'âme de s'évader. Les riches vivent dans des palais, mais ils passent leurs vies entre deux avions. Les pauvres vivent dans des masures et ceux qui ont découverts leur monde intérieur s'en suffisent car leur monde intérieur les comble de bienfaits. – Quand on veut trop rencontrer les gens c'est que l'on ne s'est pas rencontré soi-même. – On n’a pas tous le même point de vue, au sens littéral du terme. Pour avoir le même point de vue il faut être positionnés au même endroit, donc, dans les faits avoir des vies similaires. Sinon il n'y a aucune possibilité pour les êtres de se retrouver. – Si l'on en croit les californiens, il n'est pas nécessaire d'habiter en Californie pour être californien. Si l'on a des rêves, si l'on s'accroche à ses rêves sans s'occuper de ce que pensent les autres, alors on devient californien. Car on a, à ce moment là, l'esprit californien. – Aujourd'hui la société nous pousse à vouloir toujours plus donc à être perpétuellement mécontents. Si on ne voit pas le jeu de la société alors on sera continuellement malheureux. – Forces contraires ou forces complémentaires ? Les forces contraires s’annulent l’une l’autre, les forces complémentaires fusionnent l’une dans l’autre et se transforment l’une l’autre en une force plus grande. – Face à la violence physique on est obligé de réagir, face à la violence verbale on est obligé de réfléchir. La première engage le corps, la deuxième engage l'esprit. – L'homme est inférieur à la femme. La preuve : l'homme a des moustaches, comme les animaux. Par conséquent son image fut créée dans la suite de celle des animaux. La femme n'en a pas, comme les anges. Par conséquent son image précède celles des anges. Car, symboliquement, lorsque l'être unique fut coupé en deux il y a eu la moitié qui se rattachait aux animaux et l'autre moitié qui se projetait vers les anges. C'est pourquoi cela a donné l'homme et la femme. – Chacun est centré sur lui-même et ne voit que lui-même. Même celui qui se dit généreux. Il y a la générosité matérielle et l'attention à l'autre. On peut aussi adorer quelqu'un et être complètement à côté de la plaque, ne pas voir ce qu'il attend, ce qu'il est vraiment, car on a tous tendance à se voir soi-même à travers l'autre. – On en veut toujours à l'autre de ce qu'il ne nous comprend pas, alors qu'en fait personne ne comprend jamais personne, et celui qui comprend cela n'a qu'une seule issue : le silence, sinon il serait incompris.... Même nos animaux qu'on adore ne nous comprennent pas, mais comme ils ne nous disent rien on imagine qu'ils sont d'accord avec nous. En fait ils sont d'accord avec nous, non pas parce qu'ils partagent nos points de vues, mais parce qu'ils nous aiment et qu'ils n'ont aucun point de vue... – On ne peut se faire entendre et comprendre que de ceux qui sont disposés à l'être, sinon tout débat verbal est inutile. – Il y a toujours des coïncidences partout, tout le temps. Si l'on y prête attention on se rend compte que ce ne sont pas ni des coïncidences, ni des simultanéités, mais des messages célestes. Le ciel utilise tous les évènements et s'infiltre dans chacun de nous pour adresser des messages, comme si chacun de nous portait un mot. Selon les gens et les circonstances réunis tous les mots forment des phrases différentes. A nous de savoir déchiffrer. Malheureusement, comme aujourd'hui les gens ont perdu le sens du symbole, beaucoup passent à côté. Il s’agit d’entendre ces mots silencieux. De contempler ces tableaux invisibles. De sentir ces odeurs inexistantes. Tout cela en se promenant le nez au vent, croisant de ci une tourterelle, de là un moustachu bedonnant et plus loin une clé perdue sur le bord d'un trottoir. Si pour vous cela ne veut rien dire pour quelqu'un d'autre cela signifie quelque chose. – S’opposer à un autre esprit équivaut à s’opposer à soi-même puisque l’esprit est UN. Dans l’opposition à soi même on sombre dans les ténèbres. Non pas dans les ténèbres du diable mais dans ses propres ténèbres. Par conséquent l'opposition, quelle qu'elle soit, obscurcit l'âme. C'est pourquoi celui qui l'a compris s'enfuit à toutes jambes au milieu du désert. – L’action sur soi transforme les ténèbres en lumière. En somme celui qui n'entre pas dans ses ténèbres ne peut pas trouver la lumière. – Or l’action sur soi n’est pas l’action dans le monde ou l’action du corps… C'est même le contraire. L'action sur soi c'est surtout ne rien faire. C'est s'observer soi-même dans le silence et dans l'immobilité. Et si l'on vous surprend dans l'immense travail de la découverte de vous-même, seule motivation de la vie, on vous traitera de paresseux. Que l'oisiveté soit dans la liste des péchés est un non-sens. Car l’oisiveté qui conduit à soi n’est pas un défaut puisque c'est elle qui permet de se sentir vivre donc d’allumer ses lumières intérieures. – En fait ce n'est pas la confiance en soi que l'on doit travailler mais le fait de se moquer désormais de ce que pensent les autres. Partant de là on peut enfin s'exprimer... cela revient au même en définitive mais c'est le travail pour y parvenir qui est différent. Il ne s'agit plus de travailler la confiance en soi mais plutôt le lâcher prise vis à vis des autres dans leur opinion sur soi. Quelquefois pour arriver à un but il faut travailler autre chose que ce qui correspond au but.... Il y a la cause et les effets. – Non l'univers n'est pas sans fin. Simplement il est comme un ballon et comme tout est courbe on a l'impression de l'infini, en fait on tourne en rond sur nous mêmes. On ne voit pas ce qu'il y a après les parois du ballon parce que là c'est le néant, et le néant ne se voit pas. Mais notre terre est en plein milieu du ballon et les distances sont tellement considérables qu'on ne voit même pas les bords du ballon. Maintenant il peut y avoir pleins de ballons..... ... tous contenus dans un gros ballon, lui même contenu avec d’autres gros ballons dans un autre ballon… Pourquoi les gens aiment-ils tant le football ? Ne serait-ce pas à cause du ballon ? – Aux yeux de l'univers nous sommes tous égaux. La femme est l'égale de l'homme. Le chien est l'égal de la tortue. La tortue est l'égale de la vache. Et la vache est l'égale du colibri. Pourtant aucun n'a le même rôle. Chacun doit se tenir à son rôle et le monde tournera. ...Enfin cela devrait être ainsi. Mais comme l'égalité universelle a été refusée à tous par ce pantin mâle humain qui se croit supérieur, le monde est devenu fou. Aux yeux de la divinité la vache et le colibri sont égaux mais on n’a jamais vu une vache chanter comme un colibri ! De même il ne viendrait à l'idée de personne d'aller traire un colibri. Il faut demander à chacun d'être ce qu'il est. Ni plus. Ni moins. Et le monde tournera de nouveau. Jamais l'égalité n'a réduit quelqu'un en esclavage, n'a fait se soumettre quiconque devant quiconque, n'a réduit quiconque au silence, n'a empêché quiconque de se vêtir comme bon lui semblait. Le combat des femmes contre les hommes est bien mal engagé tout comme celui des agneaux contre les loups. Les femmes d'aujourd'hui revendiquent les droits des hommes alors qu'elles doivent étendre et imposer leurs propres droits. – La mémoire des anciennes vies est dans l'inconscient. Et c'est l'inconscient qui mène les gens là où ils doivent être. Si la mémoire était dans le conscient tout le monde serait malheureux car tout le monde se souviendrait de tout et de tous, fatalement chacun ressentirait les absents, chacun se souviendrait des rancunes et comme les erreurs ne seraient pas effacées cela empêcherait toute évolution. Et puis quelquefois un ancien rôle vient devant les autres. L'être ne pense plus qu'à ça. Quelque chose qui ne se peut pas, mais qui est pourtant. Une obsession. Une idée. Une envie.... L'être devient-il fou ? – Chaque âme est une mosaïque, la mosaïque s'agrandit au fur et à mesure des réincarnations. Un jour elle représentera quelque chose. – Il y a un point minuscule dans l'immensité infinie. Ce grain de sable est l'univers. De cet univers s'échappe des graines de poussières par milliards de milliards, il s'agit des âmes. Elles s'en vont peupler l'infini, chacune dans une direction. La sienne. Elles vivront des aventures éternelles dans des mondes personnels et des odyssées fantastiques dans des mondes étonnants formés par des communautés d'âmes. Elles plongeront parfois dans la béatitude et en sortiront secouées par d'autres âmes qui les solliciteront. Et l'éternité se passera dans l'ultra-conscience de tout ce qui est et dans la possibilité permanente de s'entretenir avec Dieu et ses Anges. – Dans l'antiquité il y avait deux courants de pensée : Le premier était celui des Égyptiens et des Hindous, il mettait en avant la réincarnation et la métempsycose. Le deuxième était plus particulièrement prôné par les Grecs et concernait la palingénésie. La métempsycose désigne la "réincarnation successive d'un esprit dans plusieurs corps", tandis que la palingénésie indique que cycliquement le monde se reforme à l'identique et que chacun reprend son corps et revit les mêmes évènements. Il y aurait ainsi la renaissance des mêmes individus et le recommencement des mêmes destins. Cela pourrait d'ailleurs se traduire par le déjà vu que la plupart d'entre nous avons expérimenté. La résurrection, quant à elle, concernerait selon certains la renaissance des corps, à l'identique que précédemment, mais dans un monde nouveau et selon une histoire différente. – Le but de l'âme est simple : trouver le chemin vers la lumière et ne plus revenir dans ce monde de brutes. Mais quel est le but de l'humain, sinon gagner de plus en plus d'argent, avoir de plus en plus de pouvoir, être de plus en plus cynique ou d'être contraint à être de plus en plus humilié. Ce monde ci nous éloigne du monde éternel. On ne peut courir après deux lièvres à la fois. Qui veut l'or du monde n'aura pas la lumière éternelle. – L'âge de la retraite ne doit pas servir à aller guincher mais à faire un bilan de sa vie. La retraite doit, comme son nom l'indique, permettre à la personne de se retirer du monde et d'entrer en elle-même. Chaque âme doit pouvoir retrouver le chemin du ciel. Pour cela l'individu doit pouvoir se déconnecter d'avec le monde matériel. Malheureusement trop de retraités ne pensent qu'à courir le monde et se bâfrer, à moins qu'ils ne croupissent devant leur poste de télévision ! Ils alourdissent leurs corps et enténèbrent leurs âmes. – La télévision ne doit pas être accusée de tous les maux. Elle est aussi un merveilleux instrument à rêves. Parcourir le monde sans quitter son fauteuil est bien pratique pour celui qui est plein de rhumatismes et démuni d'argent. Tant que la télévision n'empêche pas de penser mais alimente les sujets de pensée alors elle est un bienfait. Dès qu'elle ne sert qu'à abêtir l'esprit et à endormir la lucidité elle devient le dangereux instrument du diable. – La philosophie ne doit pas concerner que les grands sujets de l'humain, elle doit aussi servir à approcher Dieu d’une autre manière que religieuse. Elle doit d'ailleurs, elle doit surtout, approcher Dieu. Car, bien mieux que les religieux, les philosophes seront bien plus à même de L'appréhender. Les religieux s'enferment dans leurs textes tandis que les philosophes tentent toujours de s'en échapper ou de les décortiquer. – Tout va beaucoup trop vite. L'âme a besoin de temps, d'un rythme mesuré et d'une cadence régulière pour gonfler ses ailes. La précipitation l'effraie. La suractivité la décharge. La terre est en excès de vitesse il va falloir la verbaliser ! Sans quoi toutes les âmes vont disjoncter. – Quelqu’un, quelque part a dit un jour : La vie c’est comme un zoo. On peut mélanger les espèces mais dans des cages différentes sinon c’est le carnage. Pourquoi les gens intelligents ou plutôt instruits s'escriment-ils à agir bêtement ? Pourquoi mélangent-ils ce qui ne se mélange pas ? Quel grand mystère que l'instruction. – Quand un serpent et un homme sont dans une forêt, la seule façon qu'a l'homme de ne pas se faire tuer par le serpent est de ne pas bouger. Cela marche de la même manière avec le Malin. Quand le diable vous guète il ne faut pas bouger, il ne faut pas l'attaquer. Ne rien dire, ne rien faire, attendre, ne pas fuir. Observer l'ennemi. En silence. * – Est-ce que la petite voix que j'ai dans ma tête te dérange aussi ? demanda une ligne sur un livre à un lecteur inconnu. Je ne sais plus qui a posé cette question mais ce que je sais c'est que dans la tête il y a plusieurs voix. D'abord il y a la voix de sa propre conscience. Cette voix est très connue, elle parle à tout le monde et surtout à chacun. C'est toujours la même tonalité, c'est elle qui va lire toutes les lignes qui vous tombent sous les yeux, c'est elle qui va discuter avec vous pour vous convaincre ou vous dissuader de faire telle ou telle emplette, c'est elle qui va répéter par avance tout ce que vous projetez de raconter à votre interlocuteur, c'est elle aussi qui va se mettre à commenter le temps qu'il fait. Mais il y a les autres voix, celles qui viennent d'ailleurs, celles qui changent en permanence, celles qui vous tombent dessus sans crier gare, celles que vous ne contrôlez pas et qui ne parlent pas en continue. Celles qui vous harcèlent ou vous cajolent, celles qui vous interpellent ou celles qui ne vous concernent même pas. Il y a les grosses voix et les fluettes, les criardes et les doucereuses, les hésitantes et les impétueuses. Il y a les grognements, les aboiements, les miaulements et les pépiements. Il y a aussi les pleurs et les rires. Bigre. Mais d'où viennent donc toutes ces voix ? L'esprit parle à l'esprit et l'esprit est silencieux. L'esprit est un émetteur récepteur super puissant ignoré de presque tous. L'esprit nous joue de drôles de tours. Lorsqu'un esprit parle à un autre esprit il transmet une pensée qui n'est que l'impulsion d'une idée. L'esprit récepteur le traduira à sa manière via son cerveau et une petite voix se fera entendre dans la tête. – Les idées reçues : seuls les dons de médiumnité et de guérison devraient, selon tout un chacun, être délivrés gracieusement à tous. Ainsi, si l'on suit l'idée précédente, le chanteur qui lui aussi a reçu un don naturel devrait chanter gratuitement. Quiconque a un talent naturel, comme un peintre, un dessinateur, un danseur devrait aussi en faire autant. C'est dans l'esprit de beaucoup de penser que ceux qui ont des dons, qu'eux-mêmes n'ont pas, doivent travailler gratuitement. Le feraient-ils ? Surement pas... Cela dit les gens confondent la médiumnité et la voyance. Un médium ne prédit jamais l'avenir, cela n'est nullement son rôle. Pour prédire l'avenir on lit les cartes ou le marc de café par exemple, mais la médiumnité ne sert pas à prédire l'avenir, le médium est simplement celui qui pressent un autre monde, une autre réalité. – Il faut toujours descendre de soi pour monter vers le Divin. Non pas uniquement descendre en soi, mais aussi descendre de soi. Descendre de soi c'est déposer son bagage, c'est à dire ses connaissances, ses préjugés, ses propres croyances... Alors libéré du monde l’être voit le ciel. – L'éveil c'est quand la force lumière devient supérieure à la force ténèbres. Tant que la lumière n’est pas supérieure aux ténèbres en l’âme l’être n’est pas éveillé mais conscient d’être en vie. Quand l’éveil est total l’être n’est plus un éveillé mais un illuminé. – L’animal ne fait pas de différence entre la douleur physique et la tristesse, dans les deux cas il s’isole. Que la douleur soit au niveau des émotions de son âme ou au niveau de son corps, l'animal sent bien que quelque chose ne va pas. Instinctivement il part chercher refuge en lui-même, loin de ses congénères et surtout loin des humains. Comme si tous les corps vivants n'étaient que des barrières et des obstacles à sa guérison, comme si tous les corps autour de lui l'éloignaient de la bienfaisante divinité. – Le doute sur ce que l'on voit en soi vient du monde extérieur. Dans le monde actuel la science et le rationnel ont pris un tel poids que les personnes qui n'ont pas suffisamment confiance en elles vont préférer se renier pour demeurer dans le courant du monde. Comme les gens veulent tous passer aux yeux des autres pour des êtres intelligents, du coup ils doutent même de ce qu'ils voient. Or ce n'est pas de ce que l'on voit que l'on devrait douter mais de notre propre interprétation. Les doutes sont naturels mais ils ne doivent pas nous mener. Ils doivent simplement nous permettre de réfléchir à ce que nous voyons, à ce que nous entendons. Quand on n'a pas de doutes on n'avance plus, puisque on ne se pose plus de questions sur rien. Les gens qui n'ont pas de doutes sont imbuvables et statiques. Vive les doutes. Ils sont le carburant de la sagesse. – C'est épouvantable le remord, parce qu'il résulte d'un fait passé définitif, on ne peut plus rien y faire. Il faut accepter que les choses fussent ainsi. Dur ! C'est en voyant le remord des autres que l'on finit par comprendre qu'il faut apprendre à se pardonner à soi-même. Les autres sont notre miroir, si l'on a de la compassion pour les autres, alors on finit par en avoir pour soi-même... et l'on finira par se pardonner. Là seulement on atteint la paix. – Il faut savoir observer dans les problèmes ou dans les bienfaits naturels la patte des gnomes, des ondines ou des sylphes. Ce sont des sylphes qui nous en veulent pour souffler autant les jours de grand vent. Ce sont les ondines qui nous agressent les jours de grande pluie... – Le terme ennuyer à deux sens, le premier est qu'on n'a rien à faire, le deuxième est qu'on n'aime pas ce qu'on fait. Systématiquement quand on emploie ce terme tout le monde pense au premier sens, c'est-à-dire qu'on à rien à faire. Étonnant quand on y pense... Les gens sont donc si peu occupés... En fait il n'en est rien, les gens sont simplement conditionnés et tous pensent que le travail est vertueux oubliant que seule l'inaction permet de s'évader de ce monde. – Il y a tant de gens qui communiquent avec des esprits mais qui confondent les esprits et les anges. Et tant d'autres qui confondent esprit avec personne disparue. Certains pensent même que les personnes disparues reviennent en tant qu'anges gardiens auprès de leurs proches. Diantre ! Tout le monde confond tout, simplement parce que personne ne se pose véritablement la question de savoir qui est qui ? – Des personnes plus sensitives que d'autres, vont se baptiser toutes seules médium parce qu'elles vont ressentir des choses, des présences, bien qu'elles ne vont rien y comprendre. Pourtant cela ne va pas les empêcher d'écrire des livres..... Il y a des gens qui racontent des histoires qui leur sont arrivées ou qui sont arrivées à des gens qu'ils connaissent, donc ils parlent de faits étranges et très intéressants. Maintenant est-ce vrai ????? j'ai de gros doutes pour certaines histoires. Il doit y avoir un fond de vérité et beaucoup de broderies autour.... Et c'est justement à cause de toutes ces broderies que le surnaturel ne parvient pas à percer les voiles du naturel. Ce sont toutes ces broderies qui vont lui donner l'air du mensonge. Ainsi le Malin a gagné. Pour empêcher les gens de croire au ciel il les gave de bêtises doucereuses et masque la subtile vérité sous des couvertures d'absurdités. – L'esprit vit une vie. L'être meurt et puis l'esprit oublie tout. L'esprit revit une autre vie. L'être meurt et à nouveau l'esprit oublie tout. Et ainsi de suite. Jusqu'à ce que l'esprit ait totalement terminé de vivre ses vies, c'est à dire jusqu'à ce que l'âme s'éveille. Alors l'être se souvient de l'ensemble de toutes les vies de son esprit et cela forme une histoire continue et logique. – Les gens sont curieux. Cette histoire de fleurir les cimetières une fois l'an laisse perplexe, comme s'il y avait quelqu'un dans les tombes. Pauvre monde. Et puis cette façon de célébrer les fantômes monstrueux avec Halloween. Tout cela est-il réel ? Existe-t-il un monde normal quelque part dans l'infini ? – Les mots sont des miroirs, les mots s’infiltrent et modèlent l’esprit. Si l'on pense à un être en tant qu’un poison, ce poison s’infiltre en nous. Si on donne à un être malfaisant le nom de quelqu’un, ce quelqu’un en pâtit. On doit donner un nom qui, lorsque on le prononce, non seulement va désigner celui auquel il s’adresse mais ne va pas nous nuire. Si on nomme l'ange maléfique le Malin cela distille en nous l’idée correcte en nous positionnant immédiatement dans la réaction juste. S’il est malin nous le sommes aussi. Les forces deviennent égales. Si on le nomme l'Adversaire, alors la guerre entre lui et nous et sans fin. Ce n’est pas pour rien que les anciens l’ont nommé le Malin. Ils savaient ce qu’ils faisaient. – L’esprit éternel détaché de la matière mortelle devient une âme immortelle. – Comme il est aisé de dire que seul celui qui reste est à plaindre. On n'a jamais la certitude que celui qui est parti est bien là où il est. Cela rassure de penser cela, mais en réalité qui le sait ? D'ailleurs est-il vraiment quelque part... nul n'en sait rien. – On n’a pas la même façon d’appréhender Dieu dans un pays du froid et dans un pays de soleil, dans la richesse et dans la pauvreté, dans la joie et la tristesse, dans le bien être et la douleur, dans la multitude et dans la solitude, dans la sécurité et dans la peur. Quoi qu'on en dise, selon notre position dans le monde notre angle de vision est forcément différent. On n'a pas tous la même approche de Lui. – On peut se miner quand tout va bien et être très insouciant quand tout va mal. Notre attitude face à la vie dépend bien plus de nos gênes que de notre âme. Supprimons le corps et devenons un regard et l'équanimité apparaîtra, et cela quelles que soient les conditions extérieures sur lesquelles notre regard se posera. Car c'est par notre corps que le monde extérieur nous touche. C'est pour conserver notre corps et son bien-être que nous sommes inquiets. De la même façon si notre cerveau ne perçoit pas le danger qui l'entoure l'être demeurera insouciant. Le corps est bien l'entrave de l'âme tout en étant son révélateur. – Quand une âme se présente en au-delà la Lumière lui demande : qu'as-tu fait de ta vie ? En fonction de sa réponse une porte ou une autre s'ouvrira. C'est donc, dès à présent qu'il serait bon de se poser la question à soi-même. Notre âme sera-t-elle enthousiaste par tout ce qu'elle aura accomplie, ravie d'être enfin débarrassée de la matière ou emplie de regrets ? Car il y a deux sortes de regrets. S'il s'agit d'un regret matériel, comme le regret d'un échec à un poste important, l'âme sera à nouveau attirée vers la matière. S'il s'agit d'un regret émotionnel, comme je n'aurai pas dû agir ainsi car j'ai fait du mal à autrui, l'âme en sera grandie. Il serait toutefois plus simple de trouver certaines choses que l'on ne regrette pas car le positif tire vers le haut, vers la lumière, tandis que les regrets ou le négatif tirent vers les ténèbres ou vers la réincarnation. En vérité ce qui est important pour l'âme c'est de quitter ce monde en brandissant ce qu'elle a fait de mieux. – On n'est plus relié aux objets que l’on jette ou que l'on donne, quelqu’un peut récupérer ceux que l'on jette ou pas, il n’y a plus de lien avec soi. Mais si l'on vend, il restera toujours un lien créé par l’argent. – Lorsqu'on est dans un endroit, un destin, une vie, une circonstance, une ville, un pays... où tout va bien, où tout est juste, on ne prend pas la mesure de la douleur des autres ni de la bêtise et de la méchanceté qui pourtant nous entourent. Il faut être touché soi-même pour réaliser vraiment. Il y a une énorme différence entre comprendre intellectuellement et réaliser émotionnellement. – Aucune connaissance intellectuelle d'aucun problème que ce soit ne permet de prendre la mesure de la réalité des choses. Qui n'est pas miséreux ne peut comprendre la misère, qui ne vit pas dans la douleur physique ne peut véritablement mesurer la souffrance. Il en va de même pour l'occident. De colonisateurs les occidentaux deviennent colonisés et sombrent peu à peu dans le chaos, la morosité et bientôt dans la misère. Ce n'est qu'à ce prix que les âmes en place se lavent, s'éclaircissent et progressent. Car le maître est toujours inférieur à l'esclave, l'envahisseur est toujours inférieur à l'envahi, la violence est toujours inférieure à la bonté, le voleur est toujours inférieur au volé, le diable est toujours inférieur à Dieu. – Les gens sont les gens. Nuls pour la plupart, ils suivent le mouvement, le chef, l'idée générale, sans se poser de questions. Bêtes pour beaucoup et méchants pour bon nombre d'entre eux. Mais l'humain est, avant tout, fondamentalement naïf. Non pas innocent mais naïf, limite idiot. Cependant il est ouvert à tout et c'est pourquoi il va évoluer. Mais au bout de combien de vies ? Alors il s'éloigne du monde, car la foule l'inquiète. Il la connaît trop bien. – Regardons le passé de notre planète. Rien que des guerres. Rien que l'injustice. Rien que la victoire des riches sur les pauvres. Rien que la victoire des puissants et des violents sur les faibles et les doux. C'est cela le monde depuis qu'il est monde. Il ne changera pas. Il ne peut pas changer. Car c'est lorsque tout va mal autour d'elle qu'une âme se révèle et prend conscience. Si elle le fait elle se sauve elle-même, si elle ne le fait pas son esprit est condamné à revenir. – Chacun est à sa place. On ne peut pas être autre chose que ce que l'on est. Chacun est utile là où il est. On ne voit jamais l'intérêt que l'on a soi-même, mais on voit souvent l'intérêt des autres. Et ceux qui pensent voir leur propre intérêt se trompent lourdement. Ils se croient utiles ici alors qu'en fait ils sont indispensables là.... – Nous sommes dans la matrice universelle, comme la matrice est un endroit fermé nous sommes donc en enfer, car enfermés et dans les ténèbres. Comme la matrice est un endroit de construction, nous devons nous construire puis en sortir. L’enfant, association de deux éléments, le père et la mère, se construit dans le corps de sa mère puis sort de la matrice maternelle pour rejoindre le Père à l’extérieur. C’est la même chose pour l’âme. L'âme, association de l'esprit en provenance du Divin et du corps en provenance de la Matrice Universelle, doit se construire pour pouvoir quitter la matrice universelle et rejoindre la lumière du Divin dans le Monde de Lumière. Puis l’âme, comparable au Divin qui est son parent unique, doit trouver sa propre complémentarité identique avec laquelle elle va s’unir pour devenir un être total et complet, c'est-à-dire a-sexué, à l’image du Divin. Il n’y a qu’un seul principe toujours répété dans la nature. – Ce qui nous échappe totalement ce sont le nombre et la nature des mondes parallèles et le nombre et la nature des dimensions différentes dans ces mondes. Cela est au delà de notre entendement et nous ne pourrons jamais que tenter de les effleurer. Jamais nous ne parviendrons à comprendre le mécanisme dans le détail. Tout juste parviendrons-nous à sentir que toutes ces dimensions renferment des mondes tels que celui des elfes et des fées, celui de l’astral, celui de l’enfer, mais aussi celui de l’imaginaire, celui des rêves et, vraisemblablement aussi, celui des âmes sœurs. Quant à les situer et à les analyser cela relève de l’impossible. – On a toujours confondu l'âme et l'esprit. L'esprit est la nature de l'âme et l'âme est le corps immatériel qui est donné à l'esprit avec chaque nouveau corps physique. – L’âme ne s’efface pas d’un coup, elle se dissout petit bout par petit bout….en astral il doit y avoir des gens avec des bouts de formes qui leur manque..... Comme les lépreux…. En perdant leur âme ils perdent aussi leurs souvenirs et leur raison, ils deviennent de plus en plus laids et souvent vindicatifs ou tristes…. – On a tous des phases d'action, des phases d'assimilation et des phases de réflexion... c'est le cycle normal de la vie. Le plus dur c'est le cycle d'assimilation, car on se sent dépassé, fatigué, sans envie, sans comprendre pourquoi, pourtant ce cycle est normal. Beaucoup de gens nomment cette phase d'assimilation : déprime. – Où va notre âme au moment de la mort du corps ? Nulle part.... Elle est déjà là où elle doit être. Car l'âme est le corps immatériel que revêt l'esprit. L'âme se trouve alors tout autant dans le monde physique que dans le monde immatériel de l'astral. Par notre âme nous sommes dans le même monde que celui qui est parti. Le monde de l'âme réunit toutes les âmes, que celles-ci soient incarnées ou désincarnées. En somme dans la mort l’âme voit tout le monde, toutes les âmes incarnées et désincarnées, dans la vie l’âme ne voit que les âmes incarnées. Ainsi l'âme immatérielle ne sort pas du corps physique. C’est pourquoi on n’a jamais vu une âme s'envoler dans une pièce. Toutefois nous avons raison de penser que ceux qui nous ont quittés sont toujours avec nous... puisque le monde astral est imbriqué dans le monde physique. L'être en astral voit ainsi tout ce qui se passe autour de lui, tandis que les personnes physiques ne le perçoivent plus. Puis petit à petit son corps astral va commencer à s'effacer. L'âme va se dissoudre et l'esprit, libéré, ne sera plus rien qu'un regard amnésique. Mais, si l'être est éveillé l'âme se cristallise. Il va ainsi poursuivre son évolution vers l'au-delà et devenir immortel. – Personne ne peut apporter la preuve de ce qu'il imagine, de ce qu'il voit en lui-même. Pourtant il le voit bien. Vouloir prouver l'immatériel comme les expériences de mort imminente, c'est la même chose, c'est impossible. Sauf si un jour un savant fou invente une machine qui mettrait en image les rêves des gens.... – Qui suis-je ? Je suis une île, je suis le soleil, je suis le désert... Ce corps que j'aperçois me semble inconnu et grossier. Cet univers qui m'entoure et cette planète que j'entrevois me terrifient. L’univers avec son immensité et ses dangers, la planète avec son injustice et sa violence tout cela m’épouvante. Les humains sont de loin la création la plus effrayante qui soit. Y a t-il un Dieu quelque part et si oui, quelle est donc Sa face ? Si l'humain est à l'image de Dieu espérons que Dieu ne soit pas à l'image de l'humain. Sinon au secours ! – Majoritairement les âmes sont inquiétantes, elles sont le plus souvent emplies de peurs et de visions morbides. Pourtant l'esprit en chacun nous tire vers la lumière, vers l’infini, vers l’éternité, vers le Divin, vers les Anges, vers un compagnon éternel. Alors ne serait-ce pas plutôt le corps qui serait empli de peurs, de violence et de morbidité ? Ce corps qui nous ferait croire que notre âme est en enfer... Car notre esprit… est partout, notre esprit est libre. Obligatoirement. – Le problème c’est que chacun voit la création à travers ses croyances, ses envies, son savoir scolaire, son instruction personnelle, ses impressions d’enfance, ses aspirations et surtout sa propre logique. Peu de gens voient la création telle qu’elle est. Simple, claire, limpide, enfantine, éternelle. – Il y a des trames temporelles dans lesquelles des probabilités s’inscrivent. A certains moments on vit des choses alors qu’en fait on était très près d’une autre réalité que l'on va voir alors se superposer au présent. Quelquefois aussi l’esprit se détache et voit au-dessus de la matière, il confond alors le présent, le passé et l’avenir. D’où l’impression de déjà vu. Cela va très vite et crée bon nombre de confusions. Il faut juste faire une mise au point. Cela implique de lâcher prise à ce que l’on croit. – On peut adhérer à une philosophie sans la vivre. Beaucoup de gens font cela. Ils lisent des livres, ils lisent des mots, ils les trouvent beaux et ils disent : ah ! je suis bouddhiste ou n'importe quoi ! mais ils ne le sont pas. Lire et adhérer est une chose, vivre totalement la philosophie en question en est une autre. – En fait il y a trois théories, trois écoles, trois voies : Le corps crée l’âme, l’âme crée le corps ou le corps ne crée rien d'autre que lui-même. Si le corps crée l'âme on a une petite chance d'éternité, si l'âme crée le corps on est certain de l'immortalité mais si le corps ne crée rien on est sûr de mourir pour de bon. – Ne pas confondre les génies ailés et les anges, ceux-ci sont très proches des anges au niveau de l’aspect et des attributions mais n’en sont pas. Leurs puissances ne sont pas les mêmes, leurs connaissances non plus. L'ange sait toujours. Le génie expérimente ce qu'il pense que peut-être cela pourrait être. Mais c'est pas sûr.. car le génie doute. L'ange est un expert, le génie est un apprenti sorcier. – Les immortels du début des temps furent séparés en deux mais ils ne partagent pas un seul esprit. L'esprit unique de l'immortel a-sexué se dédouble comme une cellule. – De nos jours on veut faire participer les inactifs à des tas d'associations ou bien les mettre au sport de façon à ce qu'ils n'aient pas trop le temps de penser par eux-mêmes. Plus la personne est occupée par n'importe quoi, son travail, ses distractions ou autre, moins elle pense. Donc elle est dans une prison mentale organisée par l'état mais elle ne le sait pas car elle refuse de prendre le temps de le savoir. Alors la personne sert les intérêts de quelques uns et oubliera de sortir vers la Lumière le grand moment venu. Ainsi son esprit renaîtra encore et encore pour continuer à servir les intérêts de ces mêmes quelques uns. – Tout est assistanat, même ceux qui crient haut et fort qu'ils n'ont besoin de personne, qu'ils sont autonomes pour vivre, c'est faux, personne matériellement n'est autonome, chacun dépend de quelqu'un d'autre pour vivre, du plus bas de l'échelle au plus haut. Par contre spirituellement c'est différent, c'est là qu'est la véritable force. Ce n'est pas un problème d'être assisté. On a tous besoin les uns des autres sur le plan matériel. Ce qui est un problème c'est de ne pas le voir. Tout est fait pour regrouper les gens dans un même état d'esprit afin de mieux les contrôler. Le pire c'est que les gens ne s'en rendent pas compte, ils pensent que l'état s'occupe d'eux.... alors qu'il ne fait que les contrôler. Il y a beaucoup de gens qui croient profiter du système tandis qu'ils ne font que se soumettre à lui encore plus. Quand il y a un drame dans une localité il est de bon ton de nos jours de mettre en place une cellule psychologique. La plupart du temps les personnes qui y sont prises en charge n'ont même pas vu le drame elles mêmes ou ne sont pas directement concernées. Mais les gens s'y précipitent fiers d'être devenus le centre d'intérêt des officiels de la république. La cellule psychologique porte bien son nom, il s'agit bien d'une cellule, d'une prison mentale qu'on pose autour des gens pour les empêcher de voir vraiment le problème. Cette fierté d'avoir été écouté par d'autres individus va agir comme un baume qui leur permettra de bien vite oublier l'évènement qui justement aurait pu faire grandir leurs âmes. Ceci se nomme le conditionnement. – Étant donné les idées différentes se dégageant de chacun, tout laisse à penser que l’éternité est plus grandiose que ce que nous supposons et qu’il n’existe pas une voie mais de nombreuses voies pour y accéder. Quiconque voudrait imposer une méthode pour accéder à l'Éternel Divin est dans l'erreur. – Quel dommage que chacun veuille avoir raison dans sa vision personnelle des choses. Il y a autant de chemins que d'individus. Toutefois il y a une logique dans les cheminements, non pas une règle divine mais un bon sens de l'esprit. C'est la logique commune qu'il convient de chercher et non pas déterminer un code civil céleste ou une cartographie immuable. Car il y a de nombreuses demeures dans la maison du Divin..... – Une âme noire n'est pas tourmentée. C'est une âme qui a choisi son camp. Quand on est tourmenté c'est que la plupart du temps nous sommes en désaccord avec nos propres actions et nous sommes malheureux par notre propre faute. Une âme noire n'est pas malheureuse, elle est méchante, mauvaise et se plaît à torturer et à nuire. Elle est issue d'un être malfaisant. Seule l'âme sur le chemin de la gentillesse et de la douceur peut être tourmentée. Son tourment qui est son enfer est aussi sa façon d'expier ses erreurs et ainsi de remonter vers la Lumière. Une âme éveillée peut regretter certaines de ses actions passées et devenir tourmentée. Si l'âme est en peine c'est qu'elle a pâti des actions des autres et non d'elle-même. – L'Absolu est liberté. Il ne peut y avoir d'idée dans l'Absolu. L’idée est un cadre qui impose un système. Celui-ci implique des contraintes qui deviennent des barreaux. Ainsi l’Absolu dans l’idée qui est sa création est prisonnier de l’idée c'est-à-dire qu'il est prisonnier de sa création. Pour s'en affranchir il sacrifie la partie de lui-même prisonnière de l'Idée. Cette partie de lui-même entrera alors dans l'idée c'est à dire occupera toutes les formes de sa création et y deviendra les âmes. – L’esprit éveillé sort du système pour aller vers la liberté originelle de l’Absolu. Il doit donc être semblable à l’Absolu, il doit être libre plus être lui-même puisqu’il ne pourra plus se fondre dans l’Absolu. Donc il devra être à lui-même sa propre Idée, à moins qu’il ne doive s’en libérer. Il y aurait l’esprit, porteur de l’Idée, l'idée étant la création, qui reste dans l’Idée Universelle et l’esprit libéré de l’Idée qui repart dans l’Absolu. A chacun sa voie. Par contre l’esprit libéré de l’idée repartant dans l’Absolu demeure toujours identifié c’est pourquoi il ne pourra pas se refondre dans l’Absolu. – L’humain n’évolue pas. Ce que l'humain est doit suffire à l'âme pour s'éveiller. Comme l’esprit se réincarne sans cesse l'âme nouvelle qui en résulte ressemble à un patchwork formé par les mémoires successives de l'esprit. Toutes ces mémoires antérieures font que l'âme fait évoluer la technique et les lois d'une civilisation. L'esprit qui revient fait évoluer la matière mais ne fait pas évoluer l'humain. L'humain est une forme finie qui sert à l'âme. – Comme ces mémoires en soi ne sont que des bribes chacun s'y perd. Pourtant ces mémoires en nous qui n'ont ni queue ni tête nous influencent à chaque instant. – Si dans une journée on est vraiment attentif à tout ce qui nous entoure, on s'aperçoit que l'invisible nous parle constamment. Mais nous sommes bien trop absorbés par ce que nous faisons ou ne faisons pas pour nous en rendre compte. – Adam et Ève : Généralement les gens croient qu'Ève symbolise le sexe féminin et Adam symbolise le sexe masculin. Mais Adam et Ève représentent une seule personne. Ils représentent ensemble un seul être. Adam symbolise le moi, tandis qu'Ève symbolise l’autre moi, c'est-à-dire l’alter ego qui deviendra à terme l’âme sœur. Ainsi de notre âme, depuis notre corps physique, va naître notre alter ego, en nous. Et ce n’est qu’à la mort du corps que notre alter ego deviendra notre âme sœur en prenant son indépendance et en apparaissant à côté de nous, c'est-à-dire à côté de notre âme. – Pour certains le karma explique tout, sauf qu'on en a aucune preuve ! certaines personnes ont de la chance, d'autres pas. Pourquoi ? Mystère. Souvent ceux qui ont de la chance, pensent que c'est parce qu'ils sont les meilleurs.... Là ils ont tort. La chance et la réussite ont souvent peu de rapport avec le talent ! Ou alors ils seraient souvent inversement proportionnels. – L'espoir ou le positivisme font chausser des lunettes roses. Ainsi on ne voit pas les choses telles qu'elles sont. Pour certains changer la couleur des choses peut être suffisant pour leur donner l'envie d'aller de l'avant. Ainsi, insouciant de la réalité, persuadé que sa route est jonchée de fleurs, l'être va aller au-devant de situations souvent désagréables. Sans ses lunettes roses il n'aurait surement pas vu que les fleurs en question étaient des vipères et ne se serait surement pas aventuré dans une telle galère ! – Lorsque l’on dit à quelqu’un qu’il est dans l'action il traduit cela par le fait d'être très occupé par des tâches diverses. Être dans l'action ou plutôt pour la plupart des gens être dans l'agitation, c'est vouloir à chaque instant que toute question ait sa réponse, que tout geste trouve son utilité. Dans l'action, l'être qui lance une question veut une réponse précise immédiatement. Être dans la méditation c'est lancer une question, la retourner sans cesse, y penser, trouver une réponse, recommencer, puis recommencer encore. Il n'y a pas la nécessité de trouver une réponse définitive dans un délai court. On ne se demande même pas si on trouvera la réponse. On a la certitude de trouver la réponse. On pose la question et on y travaille en permanence. Quel que soit le résultat. L'action veut toujours un résultat, la méditation se contente du chemin parcouru. – Quiconque pose une question précise est toujours prêt à recevoir la réponse. Mais s'il n'y a pas de question, il n'y a pas d'enseignement possible. En spiritualité comme en tout le reste ce qui compte ce n'est pas tant la réponse que la question. Si on se pose une question à soi-même, à son esprit ou à son âme, on aura fatalement toujours sa réponse.... Quand ? cela n'a pas d'importance. – Le cheminement d'un individu consiste en l'observation de lui-même, afin de voir si ce qui l'anime vient d’une aspiration, d’un acquis inconnu ou d’une crainte. Il faut faire le constat de ce que l’on est. Puis il faut faire le tri. Les aspirations peuvent être attribuées à l’esprit, les acquits inconnus à l’âme et les craintes au corps. En ce qui concerne les désirs ils sont liés à l’âme et les envies sont liés au corps. Il ne faut pas confondre les désirs et les aspirations. Il s’agit de faire la différence entre l’ego, c'est-à-dire ce que nous sommes aujourd’hui lié au corps et notre être éternel lié à l’esprit. Il s'agit alors de mettre en face à face nos contradictions et de savoir ce qui les provoque. Donc pour faire ce travail, il faut être tranquille, s’observer, être très patient, cela peut durer plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, plusieurs années. Car l'esprit a tous les souvenirs mais il n’en a pas la mémoire tant que la conscience du corps n'a pas totalement pénétré l’âme.. – Ce n'est pas difficile de faire un constat de ce que l'on est. Faire le constat de ses envies, de ses peurs, de ses limitations, de ses aspirations. Ensuite il faut prendre chaque point les uns après les autres et comprendre leur profondeur ou leur impact en nous. Prenons la peur. La peur de quoi ? cette peur est-elle très ancrée ou simplement n'arrive t-elle que sur certains sujets ? Plus la chose est ancrée plus elle vient de loin. Soit elle est atavique, donc elle vient du corps, soit elle provient de l'esprit. C'est un travail qui est très long. Quand on a bien tourné autour de soi et que l'on s'est vraiment bien vu, alors seulement on peut s'accepter et seulement après on peut se construire. – Il faut mettre les peurs et les aspirations en parallèles parce que souvent l'une découle de l'autre et cela permet de voir les contrastes de l'individu. Par exemple la peur de la vie en société et l'aspiration à la vie divine. Dans les deux cas la vie est mise en cause, donc la vie n'est pas un problème, le problème c'est la société. Une peur qui nous appartient est une peur dont on connaît la cause, on a vécu un préjudice qui nous a traumatisé. Mais il y a des peurs sans préjudice, il s'agit là d'un héritage. En faisant ce genre d'exercice on finit par savoir qui l'on est vraiment et non pas qui l'on pense être. On croit souvent qu'on a tel ou tel défaut, ou telle ou telle qualité, alors qu'en fait il ne s'agit que d'un héritage du corps. L'héritage du corps partira avec la mort. L'héritage de l'âme devra être assimilé, vu et accepté pour que l'esprit puisse s'unir à l'âme et devenir éternel. On doit faire le même exercice avec toutes les émotions. – Tout travail méditatif et introspectif est extrêmement long. Mais la durée ne doit pas avoir d'importance, ce qui compte c'est que chaque jour l'on ait progressé. – Si l'on s'intéresse à comment les autres nous voient on ne parviendra jamais au fond de soi. Ce qui est important c'est soi, pas ce que les autres voient de nous. D'ailleurs.... à bien y réfléchir, comment les autres pourraient-ils savoir qui nous sommes, alors que nous-mêmes nous ne le savons même pas ! Et là on entre dans un autre sujet de discussion qui est l'influence des autres sur nous, la lutte qu'il faut mener pour rester soi même, un soi-même qu'on a déjà du mal à déterminer. A partir du moment où l'on prend conscience que nous ne sommes pas comme on nous voit c'est un grand pas en avant. Avoir le courage de rester soi-même envers et contre tout et tous n'est pas facile. Alors.... dès que l'on s'est trouvé... les autres n'ont plus aucune importance, mais alors plus du tout. – On médite toujours en soi, sur soi ou sur la partie divine en soi.. Sinon on pense.... – Aspirer à acquérir suffisamment de recul ne signifie pas ne plus avoir d'émotions. Quand on sait qui on est ce que pensent les autres de soi n'a plus d'importance parce que l'on sait où l'on va. Par contre l'émotion est intacte, on a d'ailleurs même des rapports plus vrais avec la nature et les autres, car ils sont compris. Quand on plonge en soi on a bien trop à faire et on n'a plus le temps de regarder à l'extérieur de soi et s'intéresser au jugement des autres. Ne pas s'intéresser au jugement des autres ce n'est pas s'en moquer, c'est porter son intérêt ailleurs naturellement. – Quand on est dans la paix les émotions ne perturbent plus pourtant elles sont toujours présentes, mais elles sont transformées, apaisées, lissées, voire aussi filtrées. Les émotions de colère par exemple ne passent plus. Tant que l’on doit gérer ses émotions on est toujours dans le conflit puisque l’on demeure dans la maîtrise. Or être dans la maîtrise c'est faire un effort. Dans la paix il n'y a pas d'effort. – Les émotions font partie de la conscience qui relie le corps à l'âme. La conscience inonde le corps mais seules les émotions vont pénétrer l'âme. Il faut alors filtrer tout ce qui doit l'être. Il faut rendre au corps les émotions qui le concernent et qui sont liées à l'instinct et conserver en l'âme les émotions qui vont la rendre dynamique. – Le détachement. Les esprits qui reviennent à la vie de la matière sont ceux dont les passions et les désirs ne sont pas assouvis. Bien que leur âme se soit dissoute tandis que leur identité a été annulée, les désirs qu’ils auront exprimés vont quand même trouver leurs aboutissements dans la matière. Ainsi certaines personnes vont naître avec en elles dès le début de leur vie un intérêt particulier, une orientation spéciale. Certaines personnes ont leurs désirs plus forts qu’eux. Si le désir en soi est plus fort que soi à terme il nous engloutira. Si nous y succombons il nous annulera. Il faut vraiment, pour poursuivre le chemin hors de la matière et conserver son identité, accéder au détachement. – Le chercheur qui veut continuer sa recherche sera avalé par sa recherche, le musicien qui veut accéder à la gloire s’annulera dans sa musique, le gourmet qui veut toujours manger mieux sera avalé par sa nourriture. Le désir reviendra et reviendra encore jusqu’à ce qu’il soit dissout dans l’être qui, regroupant tous les désirs qui sont en lui et qui sont les souvenirs d’expériences précédentes, les mélange tant qu’ils deviennent tous l’élan du détachement qui permettra à l’être final d’accéder aux plans de l’esprit. – Certains sont programmés pour l'aventure extérieure, d'autres pour l'aventure intérieure. Alors quoi qu'on fasse on ne fera jamais que ca.... C'est cela notre destin. – Il y a différents niveaux d'éveils, que ce soit dans le monde extérieur ou dans le monde intérieur. Tout le monde n'atteint pas le même niveau, mais certains ne pourront jamais entrer dans les mondes intérieurs tout comme d'autres ne pourront jamais vivre dans le monde extérieur. C'est ainsi. – Les poètes, certains artistes, les visionnaires, les rêveurs ont des mondes intérieurs. Ces mondes intérieurs qui sont des plongées dans les autres dimensions sont plus ou moins vastes. Certains mondes intérieurs regrouperont plusieurs dimensions, d’autres ne s’étendront que sur une seule. L’esprit va alors voyager dans ces dimensions. Mais si le monde intérieur est peu profond l’être vivra alors davantage dans le monde extérieur. Chaque esprit pourra l’appréhender différemment. Certains n'y verront que le vivant, d'autres que la nature, d'autres que la connaissance scientifique, d'autres que l'histoire du monde. Certains ne verront qu’une partie du monde, d’autres davantage, d’autres encore en verront la totalité. Leur éveil sera alors plus ou moins important, c’est à dire que la lucidité qu’ils auront du monde sera plus ou moins large. – Notre esprit est lié à notre corps. Notre corps se trouve dans le monde visible. Mais notre esprit se trouve dans le monde invisible. Par notre esprit nous regardons vers le monde visible ou vers le monde invisible. Si notre esprit est totalement tourné vers le monde visible nous sommes portés vers l'action extérieure, si notre esprit est totalement tourné vers le monde invisible nous sommes portés vers l'action intérieure. Mais certaines personnes ont leur esprit à moitié vers le visible et à moitié vers l'invisible. Ils ne seront pas de grands personnages dans le monde extérieur mais auront quelques petites notions de l'invisible. – La tournure de notre esprit dépend de notre destin..... de même qu'il y a des hétéro et des homo, de même qu'il y a des blancs et des jaunes, de même qu'il y a l'homme et la femme, notre esprit est dirigé vers le visible ou vers l'invisible. En final chacun est là où il doit être. – Chacun occupe sa vraie place. Maintenant beaucoup de gens se laissent absorber par les autres et du coup leur place est pas mal inconfortable. Pourtant chacun est à sa place. C'est quand on admet qu'on est à sa place qu'on la prend vraiment et qu'on parvient à s'imposer, non pas en cassant les pieds aux autres mais en interdisant aux autres de nous casser les pieds. – Le but de chacun en ce bas monde est le même pour tous : trouver le sens de la vie, accéder à un monde meilleur, comprendre tout ce qui nous arrive. La vie n'est que questionnement, plus il y a de questionnement dans une vie plus les réponses seront importantes mais elles ne surviendront pour la plupart, qu'après la vie. Pour qu'il y ait questionnement il faut que l'être soit malheureux ou déstabilisé. Si l'être vit dans des conditions qui ne l'amènent qu'à la tristesse c'est que son destin est écrit ainsi. Par conséquent cela veut dire que l'âme est arrivée à un stade particulier de son évolution dans lequel son esprit a entrevu un endroit précis mais auquel elle n'a pas encore accès faute de s'être suffisamment posé de questions. Il convient à l'être de rester dans le questionnement et l'observation jusqu'à son dernier souffle et espérer que celui-ci sera le plus tard possible afin d'avoir emmagasiné suffisamment d'émotions et de questions pour projeter son âme le plus haut possible en au-delà, dans une zone d'où on ne retombe pas. – Et si le monde n’existait pas, pourrions nous exister ? Nous sommes ce que nous sommes parce que le monde est ainsi. Une fois sortis du monde nous sommes forcément différents. Dévêtus de nos peurs nous sommes portés par nos aspirations. Selon la teneur de nos aspirations nous irons alors vers les ténèbres, la Lumière ou les limbes à moins que celles-ci ne nous reconduisent vers une incarnation particulière dans un monde inconnu. Et tout serait à recommencer. ...........................................................................................................................F.C.G. extrait du livre "La clé de l'âme" 224 p - 13 € - TheBookEdition.com pour le commander cliquez ici Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays imprimé en mai 2013 par TheBookEdition.com à Lille (Nord-Pas de Calais) www.CopyrightDepot.com-00046239 www.CopyrightDepot.com-00046239
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19987
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: philosophie âme   Dim 16 Mar - 18:41

http://www.aux-ames-pionnieres.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19987
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: philosophie âme   Dim 16 Mar - 18:56

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/ame.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: philosophie âme   Aujourd'hui à 13:18

Revenir en haut Aller en bas
 
philosophie âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA PHILOSOPHIE DE LA PROTECTION ANIMALE CHEZ DASF
» Notre philosophie
» philosophie quotidienne
» Philosophie belge?
» Monsieur Biver, sa vie et sa philosophie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: