AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Seals / focas / phoques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:13

On nous dit que le MPO prend au sérieux les infractions à la réglementation sur la chasse au phoque. Que se passe-t-il si un chasseur de phoque contrevient à la réglementation?

Les infractions sont prises très au sérieux et les chasseurs qui ne respectent pas les méthodes de chasse sans cruauté, les conditions de permis et les exigences de capture sont pénalisés. Les conséquences de ces actes illégaux sont entre autres l'imposition d'amendes par le tribunal et la confiscation des prises, des engins de pêche, des navires et des permis.


Quelle est la valeur marchande des peaux de phoque ?

Si les marchés de peaux de phoque subissent des variations considérables d’une année à l’autre, la chasse au phoque de 2006 a été l’une des plus profitables depuis très longtemps. Compte tenu des conditions de marché extrêmement favorables, la valeur au débarquement de la chasse au phoque du Groenland a été de 33 millions de dollars. Le prix moyen payé au chasseur a été de 97 $ la peau, soit une hausse de 77 p. 100 par rapport à la valeur moyenne de 55 $ en 2005.


Combien les chasseurs de phoque gagnent-ils ?

Le revenu des chasseurs dépend de la valeur marchande des peaux de phoque. Le MPO ne tient pas de statistiques sur les marchés actuels de l’industrie. Cependant, les chasseurs de phoque ont indiqué que le revenu tiré de la capture de phoques représentait de 25 à 35 p. 100 de leur revenu annuel total. Cette chasse présente également des avantages économiques pour les collectivités côtières éloignées là où les emplois sont peu nombreux. La chasse de subsistance est aussi étroitement liée au patrimoine culturel canadien.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 18:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:14

Quelle est la population du Canada qui bénéficie directement de la chasse au phoque ?

Selon les estimations du MPO et de Terre-Neuve-et-Labrador, entre 5 000 et 6 000 personnes tirent un revenu de la chasse au phoque, c’est‑à‑dire environ 1 % de la population totale de cette province, et 2 % de sa population active. Il s’agit d’un nombre considérable dans un contexte de petites localités rurales. La chasse au phoque peut sembler une industrie mineure dans l'ensemble de l'économie, mais beaucoup d'industries importantes localement partagent cette caractéristique. Par exemple, les cultures agricoles et la foresterie représentent chacune moins de 1 % du produit intérieur brut canadien, mais leur importance économique locale est indiscutable.


Le MPO subventionne-t-il la chasse au phoque?

La chasse au phoque est une activité économiquement rentable et elle ne reçoit aucune subvention de Pêches et Océans.

Permettez-vous à la chasse au phoque d'aider au rétablissement des stocks de morue ?

Le quota de phoques est fondé sur des principes de conservation et il ne vise pas à aider au rétablissement des stocks de poisson de fond. Les phoques mangent de la morue, mais ils mangent aussi d'autres poissons qui, eux, se nourrissent de morue. Plusieurs facteurs contribuent à la faiblesse du rétablissement des stocks de morue de l'Atlantique, dont la pêche, la mauvaise condition physique des poissons, leur faible taux de croissance, les conditions océaniques défavorables et la faible productivité des stocks aux niveaux actuels. Les scientifiques s'entendent sur le fait qu'il y a beaucoup d'incertitude dans l'estimation de la quantité de poissons consommés par les phoques. Les phoques et la morue font partie d'un écosystème complexe; il est donc difficile de trouver des solutions simples aux problèmes, comme le faible rétablissement des stocks de morue.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:17

Lors d'une entrevue avec Mike Hammill, responsable de la recherche sur les mammifères marins à l’Institut Maurice-Lamontagne, Baleines en direct lui a posé la question suivante :

Les phoques sont-ils responsables de l’effondrement des stocks de morues dans le golfe du Saint-Laurent ?

M. H. : Les phoques ne sont pas responsables de l’effondrement des stocks de morues mais ils ont peut-être joué un rôle dans cette tragédie. L’effondrement des stocks de morue dans le golfe est dû à la surpêche et cette surpêche est le résultat d’une situation complexe dans laquelle plusieurs joueurs sont impliqués:

- Les scientifiques des pêcheries n’ont pas tenu compte de changements environnementaux qui ont affecté la productivité de la morue. Une baisse de température dans le golfe avait réduit la productivité des morues, mais les scientifiques ne l’ont pas découvert tout de suite. Les quotas ont donc été établis à partir de taux de productivité supérieurs à la réalité, ce qui a entraîné une situation de surpêche.

- Les pêcheurs ont eu recours à des pratiques qui les menaient à déclarer des prises plus petites que ce qu’ils capturaient en réalité, menant encore à une situation de surpêche.

- Les scientifiques ont ignoré les avertissements de certains pêcheurs qui avaient remarqué une diminution des stocks de morues.

- Les politiciens ont refusé de suivre les recommandations des scientifiques quand ceux-ci ont finalement perçu le problème à la fin des années 1980.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:17

Et les phoques dans tout ça? Depuis les années 1970, les populations de phoques gris et de phoques du Groenland ont doublé. Ces deux espèces sont à la fois des prédateurs et des compétiteurs de la morue. Même si ces phoques consomment peu de morues de la taille qui intéresse les pêcheurs, ils s’attaquent aux plus petites et diminuent ainsi le nombre de morues qui survivent pour devenir assez grandes pour les pêcheurs. De plus, en consommant des proies recherchées par la morue, les phoques sont aussi susceptibles d’affecter les stocks de morues puisque des morues moins bien nourries auraient une productivité plus faible.

En temps normal, la prédation et la compétition de la part des phoques n’auraient pas dû avoir un grand impact sur les stocks de morues. Mais parce que les stocks étaient déjà fragilisés par la surpêche, ils ont peut-être souffert de cette pression additionnelle. Cependant, les phoques ne sont pas les seuls prédateurs, ni les seuls compétiteurs de la morue. Il y a d’autres espèces de poissons, des baleines et des oiseaux marins, et on ne peut pour l’instant évaluer le rôle exact des phoques par rapport à ces autres prédateurs.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:17

La surpêche et l’effondrement des stocks de morues dans le golfe du Saint-Laurent

Mike Hammill, Institut Maurice-Lamontagne, Pêches et Océans Canada
À quoi est dû l’effondrement des stocks de morues dans le golfe du Saint-Laurent? À la surpêche. Mais c’est une réponse beaucoup trop simpliste pour une question très complexe. Cette question soulève en fait une foule d’autres questions. Les scientifiques des pêcheries ont-ils considéré les changements environnementaux et leurs impacts sur les stocks de morues en établissant les quotas? Les pêcheurs ont-ils correctement déclaré leurs prises, une donnée essentielle à l’établissement des quotas? Les pêcheurs ont-ils éliminé la pratique selon laquelle on remet à l’eau les petits poissons pour les remplacer par des poissons dont la taille est plus intéressante financièrement? Les scientifiques ont-ils tenu compte des avertissements des pêcheurs concernant les changements dans l’abondance de la morue? Les politiciens ont-ils, ainsi que le recommandaient les scientifiques, réduit l’effort de pêche pour conserver les stocks de morues?


La réponse à toutes ces questions est non. Vers la fin des années 1980, les stocks de morues étaient exploités de façon intensive. Cependant, des changements environnementaux importants dans l’ensemble du golfe du Saint-Laurent, causés entre autres par des changements dans la température de l’eau, ont eu un impact considérable sur la productivité de la morue. Les scientifiques ont continué d’établir les quotas en se basant sur une productivité élevée de la morue, ce qui fait qu’on est passé d’une situation de pêche intensive à une situation de surpêche.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:18

Les scientifiques se basent sur les déclarations des pêcheurs pour déterminer la quantité de poisson capturés. Si les pêcheurs prennent plus de poissons qu’ils ne le déclarent, les scientifiques sous-estiment les prises et surestiment l’abondance de la morue, ce qui contribue encore à accroître la pression sur les stocks de morues et à créer une situation de surpêche. Le plus terrible exemple est la pratique du " dumping " qui consiste à remettre à l’eau des poissons de petite taille pour les remplacer par des poissons plus grands qui valent plus cher. Imaginons un pêcheur qui ne peut transporter que cinq tonnes de poissons sur son bateau. Il pêche toute la journée, seulement des petits poissons. Vers la fin de la journée, il a attrapé environ quatre tonnes de poissons, il remonte le filet et s’aperçoit qu’il vient de tomber sur un banc de plus grosses morues, qui lui rapporteraient beaucoup plus. Devant cette situation, certains pêcheurs jettaient à l’eau les quatre tonnes de petits poissons et pêchaient jusqu’à ce qu’ils attrapent cinq tonnes de grosses morues. Ils déclaraient alors des prises de cinq tonnes alors que neuf tonnes de poissons avaient été capturés. On se trouvait encore en situation de surpêche.

À la fin de années 1980, les pêcheurs côtiers ont remarqué une baisse de leurs prises. Cependant, les pêcheurs au chalut n’ont rien remarqué de tel. Ceci s’explique par le fait que l’aire de distribution des poissons diminue à mesure que leur population diminue. Un pêcheur côtier n’attrapera rien à moins d’avoir son filet directement devant un banc de poissons, alors qu’un pêcheur au chalut utilise des sonars très puissants pour trouver les concentrations de poissons. Les pêcheurs au chalut ne pêchent donc que là où les poissons sont abondants, et ils ne remarquent pas les changements d’abondance comme le feraient les pêcheurs côtiers. Puisque par ailleurs tout indiquait aux scientifiques que les stocks de morues allaient bien, ils ont attribué les changements observés par les pêcheurs côtiers à un simple changement de distribution. Avec le recul, il est évident que le fait d’ignorer les avertissements d’un type de pêcheurs a encore une fois mené à une situation de surpêche.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:19

Enfin, il y a les politiciens. Les scientifiques s’étaient rendu compte à la fin des années 1980 qu’il y avait des problèmes avec les stocks de morues de l’Atlantique. Ils ont donc demandé des réductions de quotas drastiques. Malheureusement, les politiciens ont déclarés que ces réductions étaient impossibles en raison des fermetures de pêche qu’elles occasionneraient dans de nombreuses régions. La surpêche a donc continué pendant quelques années avant que ces fermetures ne soient devenues incontournables : il n’y avait tout simplement plus de poissons à pêcher.
Ceci n’est qu’un aperçu d’une situation fort complexe. Tout étudiant en biologie marine ou en pêcheries devrait lire ce qui est peut-être un des meilleurs ouvrages vulgarisés sur le sujet : Harris, M. 1998. Lament for an ocean: the collapse of the Atlantic cod fishery, a true crime story. McClelland and Stewart Inc.Toronto, ON. 342 pp.


Dernière édition par le Mer 22 Aoû - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:20

News du 18 avril 2007 : Canadian seal hunters trapped by ice


Icebreakers smash through in effort to rescue about 100 vessels





[url=]
A Canadian Coast Guard helicopter sits on the ice near two ice-bound vessels on Wednesday off Newfoundland.



Aaron Beswick / AP



getCSS("3053751")







Environment slide shows






[url=javascript:SSOpen('19070258','0');][url=javascript:SSOpen('19070258','0');l][/url] Reuters
[url=javascript:SSOpen('19070258','0');]Ice at the edge[/url]
View images of Greenland, where coastal edges of its vast ice cap are melting at an alarming rate.





[url=javascript:SSOpen('18789651','0');]Border barrier to wildlife[/url]
[url=javascript:SSOpen('17737381','0');]Waterworld — the issues with H2O[/url]
[url=javascript:SSOpen('16913964','0');]Global warming signals[/url]
[url=javascript:SSOpen('17278868','0');]Water warning in the West[/url]
[url=javascript:SSOpen('16988782','0');]Gold rush uproots part of Amazon[/url]
[url=javascript:SSOpen('16655977','0');]Species found in African ‘Eden’[/url]
[url=javascript:SSOpen('15989428','0');]Amazon wildlife to get forest protection[/url]
[url=javascript:SSOpen('15751554','0');]Hardly a leg to stand on[/url]
[url=javascript:SSOpen('14852806','0');]‘Species factories’[/url]





var cssList = new Array();

getCSS("3553566")






Photo features

More




[url=javascript:SSOpen('3917677','0');][url=javascript:SSOpen('3917677','0');]url][/url]
Reuters

[url=javascript:SSOpen('3917677','0');]Week in Pictures[/url]
Thirsty Elvis, Indian Independence Day, British wave games and more.



url]
AFP-Getty Images

[url=http://photoblog.msnbc.msn.com/]PhotoBlog
View and discuss the pictures and issues that caught our eyes




var cssList = new Array();

getCSS("14383019")







Message board






Share thoughts on green issues, technology




var cssList = new Array();

getCSS("3053751")


var cssList = new Array();

getCSS("3053751")






Most Popular








• Most Viewed
<IMG height=1 width=2 scr="/images/cleardot.gif">
• Top Rated
<IMG height=1 width=2 scr="/images/cleardot.gif">
• Most E-mailed

Dean strengthens as it whips across Caribbean
Man turns over angry pet spider to SPCA
Bush's daughter, Jenna, to be married
He's Dead, She's Free. What's Up With That?
Options dwindle in Utah mine rescue effort
Most viewed on MSNBC.com



Yankee great Rizzuto dies at age 89
Hard lives for wives of men wrongly imprisoned
When staying alive means going bankrupt
Panda-monium! 4 born on same day in China
Notes: Sick AG pressured to OK terror program
Most viewed on MSNBC.com



Man turns over angry pet spider to SPCA
Cat plays furry grim reaper at nursing home
How to save thousands on your health care
He's Dead, She's Free. What's Up With That?
Hey, baby — will you marry me?
Most viewed on MSNBC.com



pop_pushTabBox('boxB_3053751');





Updated: 8:49 p.m. ET April 18, 2007


function UpdateTimeStamp(pdt) {
var n = document.getElementById("udtD");
if(pdt != '' && n && window.DateTime) {
var dt = new DateTime();
pdt = dt.T2D(pdt);
if(dt.GetTZ(pdt)) {n.innerHTML = dt.D2S(pdt,((''.toLowerCase()=='false')?false:true));}
}
}
UpdateTimeStamp('633125405679400000');




ST. JOHN'S, Newfoundland - Canadian Coast Guard icebreakers smashed through a massive expanse of ice off Newfoundland's northeast coast Wednesday in a bid to free about 100 seal hunt vessels.

About 15 vessels were in danger of having the Atlantic ice pierce their hulls, said Department of Fisheries and Oceans spokesman Phil Jenkins. The thick, moving ice poses the danger of sandwiching and cracking the boats.

"There's an onshore wind that is compacting the ice," Jenkins said. "These boats are on their way back from sealing and then got stuck in the ice. One crew had to abandon their vessel and got picked up by the coast guard."Story continues below ↓

advertisement
ad_dap('250','300','&PG=NBCMSN&AP=1089');





[url=][/url]

The Newfoundland part of Canada's controversial seal hunt is the third and largest stage of the hunt. The total quota for all three phases is 270,000 animals.

Fishermen sell seal pelts mostly for the fashion industry in Norway, Russia and China, as well as blubber for oil, earning about $78 per seal.

The hunt has drawn widespread criticism, including from celebrities such as Paul McCartney and French actress Brigitte Bardot.

The United States has banned Canadian seal products since 1972 and the European Union banned the white pelts of baby seals in 1983.

Brian Penney, a superintendent with the Coast Guard in Newfoundland and Labrador, said helicopters could be called in to rescue stranded crews as a northeast wind continues to jam the ice floes together.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:30

Saison du loup-marin. Va pour les touristes des glaces, mais les chasseurs… ?

Mise à jour le vendredi 09 mars 2007
Par: Le Radar</A>










Comme à chaque année depuis
« que le monde est monde » comme le dit si bien cette expression madeleinienne connue, une espèce de fébrilité difficilement identifiable mais facilement palpable s’empare de « l’homomadelinus » commun. À partir des derniers jours de février et ce, jusqu’à la mi-mars, il scrute sans cesse l’horizon de glace, ou celle de la mer quand la glace est absente, afin d’y déceler le moindre signe de loups-marins à l’horizon.

En même temps que ce virus
« agréable » du chasseur envahit le Madelinot, c’est aussi l’arrivée de quelques centaines de touristes des glaces qui n’ont qu’un but, voir les jeunes phoques sur la banquise et s’en retourner chez eux, la tête (et la caméra) pleine d’images fabuleuses qu’ils partageront pendant quelques générations avec enfants et petits-enfants.

Tourisme
Comparée à l’an passé, la saison touristique de la banquise s’annonce meilleure que la précédente. Bien que la glace ne soit pas d’une qualité exceptionnelle, elle est suffisamment solide et d’une étendue suffisante pour permettre aux hélicoptères d’y déposer leur clientèle non loin du sanctuaire de la mise bas des blanchons. Selon M. Jean-Yves Thériault, directeur du Château Madelinot, ce sera près de 300 visiteurs, peut-être plus et dont 60 % environ viennent du Japon, qui visiteront la banquise non loin des Îles en cette saison printanière. Pourtant, il s’en est fallu de peu pour que la situation ressemble à celle de l’an passé. Les premières sorties exploratoires furent effectuées le 27 février et l’on trouva une grande mouvée à 52,2 MN (milles nautiques) des Îles, direction 204 degrés vrais à partir de l’aéroport de Havre-aux-Maisons. Malheureusement en une seule tempête, on perdit la trace de 80 % de toute cette étendue de glace. Depuis ce temps, on exploite le plus grand pan de la mouvée sur seulement 20 % de la surface restante. Il s’agit d’une glace d’eau salée, assez friable puisque la pluie s’est fait plutôt rare ces derniers temps. Au moment de mettre sous presse, cette mouvée selon Pêches & Océans se trouvait à 30 MN de l’aéroport, direction 230 degrés vrais.

Chasse
Bien qu’on dise que la mouvée majeure soit vaste et les phoques très nombreux, il se pourrait bien que la chasse, une fois ouverte suite au vieillissement des blanchons, soit plus décevante que par le passé et ceci à cause de la fluctuation du prix des peaux et l’abondance sur le marché mondial des stocks de l’an dernier. Selon le vice-président de TAMASU, M. Paul Boudreau, la plupart des pays d’Asie incluant la Russie et la Chine n’ont pas connu les hivers rigoureux habituels ce qui a eu pour effet de diminuer la consommation de fourrures. De plus, afin de faire le ménage dans sa propre maison, la Chine a fermé ses frontières à l’importation des sous-produits du phoque et ce qui n’arrange en rien la situation, on trouve sur le marché de nombreuses autres sources de sous-produits, (des omégas) par exemple, qui sont extraits de d’autres sources animales ou végétales.

Qui plus est, les prix intéressants de l’an passé payés aux chasseurs pour les peaux, auraient été gonflés artificiellement par deux compagnies concurrentes terreneuviennes qui se disputaient le marché. Ceci aurait maintenant comme résultat que les consommateurs ne sont pas prêts à payer le prix pour se procurer les peaux de loups-marins à la valeur marchande proposée. Selon Monsieur Boudreau, il faut alors s’attendre à une révision à la baisse du marché, une sorte d’ajustement en quelque sorte et qui sera un portrait plus fidèle de l’offre et la demande, contrairement à la situation créée de toutes pièces au printemps dernier.

La météo
En attendant la conclusion de toutes ces prévisions touristiques et économiques, la météo d’Environnement Canada se lisait comme suit au moment de mettre sous presse en ce mercredi 7 mars, tard dans la nuit : « Un avertissement de pression des glaces est aussi en vigueur pour... détroit de Northumberland et golfe-Madeleine. On prévoit une forte pression des glaces le long du littoral nord et ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Il y aura aussi une forte pression des glaces le long des côtes de la Nouvelle-Écosse à l’est de Pictou et le long des côtes ouest de l’Île du Cap-Breton. On prévoit également une forte pression des glaces sur les côtes ouest des Îles-de-la-Madeleine. Les conditions de la glace sont les suivantes : (Traduction libre de l’anglais) : Pour le golfe-Madeleine, 9/10 – glace de première année. Pour le détroit de Northumberland, partie ouest, 5/10 – glace grise incluant 1/10 de glace de première année. Pour Northumberland partie est, glace primaire de première année pour une proportion de 8/10 alors que dans le détroit de Cabot, les conditions sont de 4/10 pour la glace primaire et grande eau clairsemée de glaçons pour le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:36

News du 31 juillet 2007 :
Ottawa conteste devant l'OMC la loi belge interdisant les produits du phoque


OTTAWA (PC) - Dans sa lutte pour défendre la chasse aux phoques, le Canada a ouvert un autre front, mardi, cette fois auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Le gouvernement canadien a entrepris ce processus devant l'OMC pour contester l'interdiction des importations de produits dérivés du phoque adoptée par la Belgique en avril dernier. Ottawa affirme que ce pays européen fait fi de ses obligations en vertu des règles de commerce international.

Dans le communiqué de presse annonçant la démarche, le ministre canadien des Affaires étrangères, Peter MacKay, a dit juger "déplorable" la situation, ajoutant que le gouvernement prendra tous les moyens pour défendre la chasse aux phoques qui demeure un moyen de subsistance pour bien des personnes au Canada et un mode de vie pour les Inuits.













document.context='YTowOnt9';



Depuis des années, le Canada est la cible de critiques de la part des groupes de protection des animaux qui l'accusent de défendre une chasse cruelle. Les campagnes de ces groupes semblent trouver écho dans certains parlements. Si la Belgique a adopté une législation interdisant les importations et la commercialisation de produits dérivés du phoque, d'autres pays y songent, dont les Pays-Bas, l'Italie et l'Allemagne.
Lors de l'adoption de la mesure, en Belgique, les groupes de défense des animaux disaient souhaiter que la législation soit étendue à toute l'Union européenne.
Au gouvernement, on ne cache pas que la décision de saisir l'OMC du dossier a pour objectif de faire réfléchir les autres pays qui envisagent une interdiction des produits du phoque.
"Nous tentons de fermer les vannes", a admis en entrevue le ministre fédéral des Pêches, Loyola Hearn.
"Nous devons le faire pour le bien de notre population. Sinon, c'est une bagarre bien plus grande qui nous attend au bout de la route", a-t-il ajouté.
Ironiquement, la Belgique n'est pas l'un des plus grands importateurs des produits dérivés du phoque. En Europe, ce sont la Norvège et l'Allemagne qui représentent les meilleurs clients de l'industrie canadienne.
Selon des chiffres fournis par le ministère du Commerce international, le Canada a exporté pour une valeur de 18 millions $ en huile, viande et peaux de phoques en 2006. De ce montant, les pays de l'Union européenne représentaient un marché de 5 millions $. Le marché le plus important se situe en Asie.
L'annonce du gouvernement canadien survient au lendemain de l'adoption d'une résolution de la Chambre des représentants des Etats-Unis demandant au Canada de mettre un terme à la chasse commerciale aux phoques.
Pour le député du Bloc québécois, Raynald Blais, le gouvernement de Stephen Harper aurait dû agir plus rapidement dans ce dossier.
"La valeur de la chasse aux phoques peut sembler négligeable aux yeux des parlementaires étrangers, mais elle a une valeur extrêmement importante pour les habitants des collectivités rurales éloignées pour qui il s'agit de l'unique source de revenus durant des périodes où les perspectives économiques sont extrêmement limitées dans leur région. Plusieurs chasseurs estiment que la chasse aux phoques peut représenter plus de 25 pour cent de leur revenu annuel", a expliqué le député de Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, dans un communiqué de presse.
Dans le cadre du processus de règlement de différends de l'OMC, les deux pays ont 60 jours pour s'entendre sur une solution négociée. Si aucun accord n'est possible, l'une des parties peut demander à l'OMC de former un groupe spécial qui se penchera sur le différend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:37

Le Canada veut sauver la chasse au phoque



    <LI id=f_police_plus>augmenter la police
    <LI id=f_police_moins>diminuer la police
  • imprimer




David Boily AFP ¦ Heather (g) et Paul McCartney sur la banquise canadienne en compagnie d'un bébé phoque, le 2 mars 2006 à Charlottetown

Le Canada veut protéger… la chasse au phoque. De plus en plus de pays interdisent les produits issus de ce mammifère arctique, menaçant les débouchés d’une pratique contestée depuis le célèbre cri poussé sur la banquise en 1977 par Brigitte Bardot. Pour arrêter cette vague de boycott, Ottawa a décidé mardi d’attaquer la Belgique devant l’Organisation mondiale du commerce. En janvier dernier, le «Plat pays» avait pris la décision de cesser les importations de produits à base de phoque, suivi en juillet par les Pays-Bas.

«Le gouvernement croit que l'interdiction par la Belgique de l'importation et de la commercialisation de produits dérivés du phoque contrevient aux obligations de la Belgique en matière de commerce international dans le cadre de l'OMC», a déclaré mardi le ministre canadien du commerce international, David Emerson. Le gouvernement veut empêcher de la sorte que d’autres pays, comme la France ou l’Allemagne, se lancent eux aussi dans ce type d’embargo.

Le Canada se voit aussi attaquer par le Congrès américain qui lui a demandé, lundi, de cesser la chasse au phoque. «Cette activité a été vérifiée par des vétérinaires indépendants. Le Canada n’a rien à cacher», a répondu le ministère du Commerce international canadien qui juge cette décision «mal informée».

270.000 phoques chassés

Cette année, les autorités canadiennes ont autorisé la chasse de 270.000 phoques, un chiffre en baisse de 65.000 par rapport à 2006. Elles estiment la population totale à 5,5 millions d’individus et affirment que la chasse ne menace pas la survie de l’espèce. Selon le quotidien canadien «La Presse», il y aurait environ 300 chasseurs actifs au Canada. La chasse aux phoques alimente la production de peau, de fourrure, de viande et d’huile riche en Oméga-3.


David Boily AFP ¦ Heather (g) et Paul McCartney sur la banquise canadienne en compagnie d'un bébé phoque, le 2 mars 2006 à Charlottetown

document.getElementById("legendePhotoVisible").innerHTML = document.getElementById("legendePhotoInVisible").innerHTML;






20Minutes.fr, éditions du 01/08/2007 - 14h30

dernière mise à jour : 01/08/2007 - 14h30
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:43

Le mardi 14 août 2007

Le boycott contre la chasse aux phoques n'aurait pas d'impact

Chris Morris

Presse canadienne

Frédéricton

Si les opposants à la chasse aux phoques soutiennent que le boycott des produits de l'industrie canadienne de la pêche prend de l'ampleur aux États-Unis, les pêcheurs canadiens et les partisans de la chasse annuelle, eux, ne s'inquiètent pas. La Humane Society, la société de protection des animaux aux États-Unis, qui est l'un des principaux adversaires de la chasse aux phoques, a affirmé mardi que le boycott des fruits de mer et des poissons canadiens gagne du terrain aux États-Unis, avec l'adhésion de 100 nouveaux restaurants et épiceries.

L'organisation soutient que plus de 2600 restaurants, épiceries, hôtels et casinos ont signé le boycott, qui vise à mettre un terme à ce que les adversaires de la chasse qualifient de pratique «cruelle et inutile». Mais selon des analystes, les exportations de poissons et de fruits de mer canadiens ne sont pas affectées. Le boycott vise notamment le crabe des neiges canadien, mais Peter Noel, de l'Association des crabiers du nord-est, au Nouveau-Brunswick, a estimé que les prix étaient bons cette année et que les pêcheurs n'avaient aucun mal à vendre leurs prises. Selon M. Noel, les prétentions des opposants à la chasse ne sont que des «sornettes». «Qu'ils commencent donc par nettoyer leurs propres abattoirs», a-t-il lancé.

Loyola Sullivan, le ministre canadien des Pêches et Océans, assure que le boycott n'a eu aucun impact sur les ventes globales de produits de la mer aux États-Unis de loin le principal marché pour l'industrie canadienne. «En fait, nos ventes de produits de la mer aux États-Unis ont même augmenté elles sont passées de 2,5 milliards $ à 2,7 milliards $ cette année», a-t-il commenté. Selon des spécialistes de l'industrie, les données de la Humane Society sur le boycott sont trompeuses, puisqu'on peut appuyer le boycott sans avoir à compromettre ses propres activités. «Les restaurants qui signent ne servent généralement pas du crabe des neiges de toute façon», souligne John Sackton, analyste au Massachusetts.

Une opposition réelle

Néanmoins, l'opposition à la chasse aux phoques existe bel et bien aux États-Unis, et la campagne contre la chasse rencontre un écho chez les Américains. Mais cela n'affectera pas les exportateurs, individuellement, ajoutait-il. De son côté Rebecca Aldworth, porte-parole de la Humane Society au Canada, avance que le mouvement de boycottage fait boule de neige aux États-Unis et commence à se répandre ailleurs, particulièrement en Europe. À son avis, l'industrie canadienne fait du déni à propos de l'impact du boycott. Plus de 6000 Canadiens vivant dans les provinces atlantiques ont participé à la saison de la chasse aux phoques l'an dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:43



[color=#000000]Tandis que la chasse aux phoques doit reprendre le 29 mars au Canada, une vaste coalition de groupes de défense des animaux appelle à un boycott des exportations canadiennes de poissons et autres produits de la mer aux Etats-Unis et en Europe. Cette coalition crie au "massacre", alors que les autorités canadiennes, jugeant que l’espèce est abondante et en bonne santé, ont fixé à 319.517 le nombre de bêtes, essentiellement des phoques du Groenland, qui pourront être abattues cette année, ce qui portera le total à 975.000 depuis 2003.


De guerre lasse et jugeant que l’argent est le nerf de la chasse, les défenseurs des animaux ont donc décidé de lancer un boycott contre l’ensemble de l’industrie de la pêche qui soutient la chasse. Cinquième exportateur mondial, le Canada a livré pour 4,5 milliards de dollars canadiens de produits de la mer en 2004, plus de 60% des recettes provenant des Etats-Unis et 10% de l’Union européenne, son troisième marché. La chasse a procuré l’an dernier un gagne-pain de 16 millions de dollars canadiens à un peu plus de 15.000 pêcheurs de l’Est du pays, inactifs en cette saison. Elle se déroule dans deux zones, aux Iles-de-la-Madeleine, archipel québécois du golfe du St-Laurent où elle débutera le 29 mars, puis à Terre-Neuve.

Les défenseurs des animaux sont, aujourd’hui, d’autant plus amers qu’ils concluent à "l’échec" de leurs campagnes menées au début des années 1980 et qui avaient contraint le Canada à interdire la chasse aux "blanchons", les jeunes phoques du Groenland de moins de 12 jours qui n’ont pas encore mué. Pourtant, toute chasse avait pratiquement cessé jusqu’en 1995, les embargos sur la vente des peaux de "blanchons" aux Etats-Unis et en Europe ayant provoqué un effondrement des prix. Mais la chasse a ensuite repris, en même temps que la demande pour les peaux. À visiter, le site de l’association IFAW, campagne contre la chasse aux phoques : http://www.kintera.org/site/pp.asp?...
Liste des créateurs de mode (couturiers) qui utilisent la fourrure de phoque



Un certain nombre de couturiers bien connus ont employé de la fourrure et peau de phoques dans leurs collections de mode les saisons passées. En employant la peau et la fourrure de phoque pour des accessoires tels que des manteaux, tuniques, robes, chaussures, gilets, et vestes, ces concepteurs fournissent au gouvernement et aux chasseurs canadiens une incitation économique pour continuer la chasse. Merci d’envoyer une lettre à ces couturiers en demandant qu’ils qui arrêtent d’utiliser la fourrure de phoque. Même si l’utilisation de la fourrure et de la peau de phoque est interdite aux Etats-Unis, ces couturiers continuent à l’utiliser dans leur collections européennes et internationales.

Pour aider à rédiger votre lettre de protestation, voici quelques liens :

320.000 vont mourir dans le plus grand abattage de phoques du Canada depuis plus de 50 années
Liste des couturiers



Versace
Donatella Versace
Versace S.P.A. Headquarters
Via Manzoni, 38
Milan ITALY 20121
Phone : 39 02 76 09 31
Fax : 39 02 76 00 41 22


Prada World Headquarters
Prada S.P.A.
Via Andrea Maffei, 2
20154 Milan, Italy
Phone : 39 02
54 67 01

Birger Christensen
[color:af63=#000000:af63](Sells all types of seal coats)
Østergade 38
DK-1100 Copenhagen K
Phone : 45 33 11 55 55
Fax : 45 33 93 21 35


Dernière édition par le Sam 18 Aoû - 9:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:45

News du 14 décembre 2006 : Besoin de militants pour une action contre la chasse aux phoques.

www.mc-animaux.skyblog.com

Nous savons tous aujourd’hui ce qu’est la chasse aux phoques. Ce n’est pas une chasse comme les autres cette chasse là est la plus grande chasse commerciale au monde ,cette chasse nous ecoeures tous elle ateint un niveau de cruautée alarment. Chaque années plus d’un million de phoques sont tuées dans des conditions plus que affreuses à coups de gourdins...par des chasseurs qui osent dires que la chasse aux phoque est une pratique humaine.

Meme si cette chasse ecoeure le monde, elle a encore lieue. Cest pour cela qu’il faut encore se mobiliser contre cette chasse . C’est pour cela qu’il faut se battre jusqu’a obtenir l’arret definitif de la chasse. Aujourd’hui je suis là pour vous proposer de de se revolter contre cette chasse qui est a mon gout innhumaine. Je suis là pour vous proposer de mener une action contre cette chasse. Cette action se deroulera dans la ville de TROYES departement (10), en CHAMPAGNE ARDENNE.( mois de decembre).

L’action consiste à : _Dans cette ville de troyes, ils y ont construi une patinoire en pleine aire.Cette patinoire est très fréquentée par le publique et en plus elle se trouve dans un endoie ou il y a beaucoup de passage. Alors, nous allons profiter de l’occasion : Nous allons entrer sur la patinoire, et nous simullerons un abattage de phoques ( une chasse aux phoque ).

Il y aura soit un militant qui sera daguise en pere noel ( pour faire eveiller l’instin magique et la féérie de noel, et pour faire passer comme message que meme a noel il y a tant d’animaux qui souffres ) et un chasseur qui tuera un phoque . Après c’est le pere noel qui vient sauver les autre phoques. Il y aura autrement un pere noel ( pour la meme raison ) et 2 chasseurs ,3 defenseurs des animaux et le ministreb des peches et oceans .(Pour faire une confrontation). Nous avons choisi la patinoire pour vraiment faire comme si on etait sur la banquise .

SI VOUS ETES INTERESSEZ POUR VENIR AVEC MOI MILITER CONTRE LA CHASSE AUX PHOQUES ET DONC MENER CETTE ACTION : _Vous pouvez me joindre au 03 25 27 76 38

_Ou vous pouvez m’envoyer un e-mail [email]à :matthieuchartraire@yahoo.fr[/email]

merci et sachez que cette campagne sera mediatisée ( tv, radios... serons avec nous lirs de cette action ).

MERCI DE VOUS INSCRIRE LE PLUS VITE POSSIBLE TOUT EN SACHANT QUE L ACTION SE DEROULERA UN JOUR DANS LA SEMAINE JUSTE APRES NOEL .


Dernière édition par le Sam 18 Aoû - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:48

Fisheries officials consider rule changes after turbulent seal hunt


CHRIS MORRIS
Sunday, April 23, 2006

(CP) - Canadian Fisheries officials are reviewing rules governing the annual East Coast seal hunt after one of the most turbulent seasons in decades.

Clashes between sealers and hunt protesters in the Gulf of St. Lawrence, Quebec and Newfoundland and Labrador highlighted growing tensions between the people who want to stop the slaughter of young seals and those who rely on it as a much-needed source of income.

High-profile appeals by celebrities, including a widely covered visit to the Gulf by ex-Beatle Paul McCartney and the re-emergence of actress Brigitte Bardot, signalled a massive new effort by animal rights groups to stop the seal hunt once and for all.


Out on the ice, the presence of protesters was beyond toleration for some sealers who resorted to flinging seal guts at observers and, in several cases, attempting to ram the small, inflatable vessels used by protesters and news reporters.

With the threat of boycotts growing and with more countries considering bans on seal products, officials with the Canadian Fisheries Department are reviewing their options to protect the hunt.

At the very least, they say there could be new restrictions placed on hunt observers.

"Sealers are very concerned that these people (the protesters) are there and that they can approach within such a close distance," says Fisheries spokesman Larry Yetman, referring to rules that allow observers to come as close as 10 metres to hunters.

"They feel it's disruptive to the hunt. . . . We'll have to develop plans around the protest situation and see where we go with it next year."

One thing is clear: neither the Canadian government nor sealers are about to back down, despite the renewed campaign by animal rights activists.

Mark Small, chairman of Newfoundland's Northeast Sealers Co-operative and a veteran sealer, says hunters and processors are enjoying record prices for seal skins this year - up to $105 per pelt.

Small says that rate of return means a sealer who brings in 1,000 skins - the average for most hunters - will end up with over $100,000 in his pocket.

Small says that helps cover the soaring expenses facing Atlantic fishermen today, from skyrocketing insurance premiums on boats to the high cost of fuel.

As well, growing problems in other fisheries - including quota reductions in crab and vanishing stocks in the groundfishery - make the seal hunt increasingly important.

"It is the brightest spot that we got in the fishing industry," Small says.

"It's not a sport fishery. This is based on economics and it has become very important in light of what has happened to the groundfishery worldwide."

Rebecca Aldworth, spokeswoman for the Humane Society of the United States - a large animal protection organization opposed to the seal hunt - says hunt protesters aren't about to back down either.

Armed with seemingly limitless amounts of cash, animal protection groups are switching their focus from the ice to two new fronts: international markets and the courts.

"We're trying to shut down the markets," Aldworth says, noting success with seal product bans in several European countries.

"As long as there is a market for this product, sealers have a financial incentive to kill seal pups."

Aldworth says animal rights activists are turning their attention to emerging seal markets in Russia and China.

She says they will take their videos of blood-soaked ice and helpless young seals to Russia and China to spread the message that the largest marine mammal slaughter in the world is a cruel affront to nature.

Aldworth says hunt opponents also will wage legal battles against efforts by the Canadian government to shut down their work documenting the hunt.

Aldworth is one of seven people who were arrested on the ice and are now under investigation for violating terms of observer permits during the Gulf hunt last month.

No charges have been laid yet, but Roger Simon of the federal Fisheries Department says evidence is being reviewed and a decision will be made in the coming weeks.

Aldworth says the Humane Society is preparing to go to Federal Court in Ottawa to seek a judicial review of the decision to suspend her observer permit and those of the others arrested in the Gulf.

"We take our presence at the hunt very seriously," says Aldworth, a native of Newfoundland.

"If the hunt goes ahead next year, we will be there documenting it and the federal government will have to permit observers from the Humane Society of the United States. We will fight them in court and we will win our right to legally document this hunt."

Aldworth says the arrests, the hostile encounters with sealers and angry protests by people living in coastal towns proved to protesters they are being taken seriously as a threat to the hunt.

"For us, it was proof that our campaign is succeeding," she says.

This year's hunt is not quite finished.

A small boat hunt is still underway off Newfoundland and Labrador, where bad weather has kept sealers from catching their quota.

In total, it appears this year's quota of 325,000 seals will not be reached.

While hunters in the Gulf of St. Lawrence finished significantly above their quota, the hunt off Newfoundland and Labrador likely will come in under the total allowable catch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:52

Seal Hunt


The Atlantic seal hunt – FAQs


Last Updated March 29, 2007


CBC News


There are few issues more controversial in Canada and around the world than the annual hunt of seals that takes place in the waters and on the ice floes off Atlantic Canada.
<BLOCKQUOTE class="factbox factbox-half">
QUICK FACTS:



  • New harp seal quota for 2007 hunt: 270,000
  • Harp seal quota for 2006 hunt: 325,000
  • Estimated size of the seal herd off Atlantic Canada: 5.5 million
  • Price realized for best seal pelts in 2006: $105

Source: DFO</BLOCKQUOTE>
The bloody images, the heated rhetoric, the impassioned defences — they all combine in a familiar rite that pits governments and sealers against animal rights groups that decry the hunt, even as they use it as a primary fundraising tool.
Few facts in this debate go unchallenged. All sides agree on where and when. But how, why, and even how many aren't dealt with as cleanly.
Even the language is chosen carefully — words become instruments of reassurance or weapons of outrage. Hunt or slaughter. Harvest or cull. Sea mammals or baby seals. Cherished tradition or economic disaster. Cod-eating nuisance or adorable innocent.
Words, of course, are only some of the tools. The images of the hunt can be much more powerful and seal hunt opponents know it. Most people find the pictures difficult to watch. Supporters say the same kind of thing happens in slaughterhouses — places where cameras aren't allowed.
But there's no question that those with an interest in the debate have studied the arguments and methods of the other side well, refuting the opposing argument to persuade the undecided or reconvert the converted.
Answers to frequently asked questions on this issue often begin from the same starting point before veering off in opposing directions. Here are a few of those questions and how the big stakeholders respond
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:53

1. How big is the Atlantic seal hunt, where is it taking place, and what exactly is being hunted?


There are federal quotas for three types of seals: harp seals, hooded seals and grey seals. Most of the hunt is for harp seals. The hunt usually opens in March in the "Gulf" areas around the Magdalen Islands and Prince Edward Island. The main hunt on the so-called "front" usually begins in April off the east coast of Newfoundland. It's pretty much over by May.
The 2007 harp seal total allowable catch has been set at 270,000. That's down from the 2006 quota, 325,000, and about the same as the quota set from 1997 to 2002.
Seal hunters do not always catch as many seals as they are allowed. The catch in 2001 was 226,000. In 2000, it was just 92,000 seals. Sometimes, hunters are allowed to exceed the pre-season quota: in 2002, the catch was 312,000 seals.
The total allowable catch for harp seals is split between two areas: 70 per cent for the waters off Newfoundland and 30 per cent for the St. Lawrence Gulf region
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:53

2. What about those cute whitecoat seals?


Whitecoats are newborn harp seals. Most Canadians can recall pictures of whitecoated seal pups being clubbed. The images were so inflammatory that Canada banned all hunting of whitecoats and bluebacks (in fact hooded seals) in 1987.
You'd never know that from some of the anti-sealing groups that still prominently display pictures of whitecoats on their websites and in fundraising materials. One site even features a downloadable video of people hugging whitecoats. The reality is that whitecoats can't be hunted anymore.
It's also true that young harp seals lose their white coats (and their protection) at about 12 to 14 days of age. After that, they're fair game for hunters, although they're usually about 25 days old before they're hunted. Most harp seals taken are under the age of three months. Young yes, whitecoats no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:53

3. Isn't it true that the hunt is cruel and seal pups are often skinned alive?


This is a frequent accusation levelled by hunt opponents. The International Fund for Animal Welfare says seals are routinely clubbed or shot and left to suffer on the ice until they're clubbed later.
The IFAW also charges that seals are often "skinned before being rendered fully unconscious" and said its observers found that few sealers check for a blinking reflex to confirm brain death before skinning begins. Similar "skinning alive" accusations have also been made by other groups, with many citing studies claiming that up to 45 per cent of seals are "skinned alive."
A 2002 report in the Canadian Veterinary Journal found that "the large majority of seals taken during this hunt … are killed in an acceptably humane manner." This study found that 98 per cent of hunted seals it examined had been killed properly. The federal Department of Fisheries and Oceans (DFO) cites this study among others as proof that the hunt opponents are wrong in their accusations of widespread cruelty.
Regarding the "skinning alive" charge, the DFO says appearances can be deceiving. "Sometimes a seal may appear to be moving after it has been killed," the DFO says. "However, seals have a swimming reflex that is active, even after death. This reflex falsely appears as though the animal is still alive when it is clearly dead — similar to the reflex in chickens."
Furthermore, the DFO says the club, or "hakapik," used by many sealers is "an efficient tool" that kills "quickly and humanely." The Royal Commission on Seals and Sealing in Canada found that clubbing, when properly performed, is at least as humane as killing methods in commercial slaughterhouses. Opponents say clubbing often isn't "properly performed."
The federal government acknowledges that it has laid more than 200 charges against sealers since 1996, but argues that shows it's serious about enforcing its regulations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:54

4. Isn't sealing an important economic activity for an economically disadvantaged group?


The economic value of the seal hunt is another one of those things that is open to interpretation. The federal government says the landed value of seals exceeded $16.5 million in 2005, providing a "significant" source of income for thousands of sealers — benefiting them and their families at a time when, according to the DFO, "other fishing options are unavailable, or limited at best, in many remote, coastal communities."
The DFO says the 2005 seal catch ranked fifth in value of all the species it monitors, after snow crab, shrimp, lobster, and cod.
Still, seal amounts to only a fraction of the $600-million Newfoundland fishery. But for some sealers, it represents up to one-third of their annual income. And in a province with jobless rates north of 15 per cent, they say that means even more.
Not so fast, say the anti-sealing groups. The IFAW describes the contribution of sealing to Newfoundland's GDP as "trivial" and says after costs and indirect subsidies are taken into account (patrolling the hunt, upgrading plants, promoting the hunt, developing new markets for seal products and supporting research to find new products), Canadians would "likely find that the hunt actually costs the Canadian taxpayer money."
It's a pointless activity, in the view of the IFAW, which says, "the only economically valuable part of the seal is its fur, a non-essential luxury product that no one really needs."
The DFO flatly denies that it subsidizes the seal hunt. It also denies charges that the seal hunt is not sustainable. It says Canada's seal population is "healthy and abundant" at about five million animals and "triple what it was in the 1970s."
But the IFAW says the hunt has become a "cull, designed more to achieve short-term political objectives than those of a biologically sustainable hunt." For one thing, the group says Canada's management plan fails to account for wide variations in the natural mortality rates among seal pups.
A critique from Greenpeace also said the quotas are "scientifically indefensible" because they don't take into account the actual number of seals killed in the hunt — including those that are "struck and lost," or discarded because of pelt damage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:54

5. We all know what's happened to the Atlantic cod fishery. Don't seals eat cod?


Yes, harp seals do eat cod, among other things. But both sides now appear to agree that seals and cod can coexist. In March 2005, Greenpeace called on then federal Fisheries Minister Geoff Regan to "dispel the myth that seals are hampering the recovery of cod stocks." A letter from Greenpeace said, "the DFO has been a partner in perpetuating this myth."
But the DFO says sealing opponents are setting up a straw man (or seal, in this case) and then knocking it down. The federal government says anti-sealing groups are wrong to suggest that it's allowing the hunt to help cod stocks recover.
"The commercial seal quota is established based on sound conservation principles, not an attempt to assist in the recovery of groundfish stocks," the DFO says. "Seals eat cod, but seals also eat other fish that prey on cod."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:55

LE MINISTRE HEARN ANNONCE LE PLAN PLURIANNUEL DE GESTION DU PHOQUE

Le 15 mars 2006





OTTAWA Loyola Hearn, ministre des Pêches et des Océans (MPO), a annoncé aujourd’hui le Plan de gestion du phoque de l’Atlantique pour la période de 2006 à 2010.
« Nous pensons que nous avons atteint l’équilibre qui convient entre les préoccupations relatives à la conservation et celles qui touchent l’économie », a dit le ministre Hearn.
« La chasse au phoque est durable et se pratique sans cruauté. C’est une activité économique importante pour les chasseurs et pour de nombreuses collectivités du Canada atlantique et du Québec. »
La population de phoques du Groenland a connu une augmentation constante à partir des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990. Depuis, elle est demeurée relativement stable.
« Le troupeau de phoques du Groenland est abondant et se porte bien. La population s’établit à environ 5,8 millions de bêtes, soit près du triple de la population des années 1970 », a dit le ministre Hearn. « C’est une véritable réussite en matière de conservation. »
Le plan de gestion s’étend sur cinq ans, mais le total admissible des captures (TAC) de phoque du Groenland sera fixé chaque année. Le TAC de 2006 a été fixé à 325 000 bêtes. Ce niveau correspond à ceux des dernières années. Fixer un TAC sur une base annuelle confère la souplesse voulue pour apporter des corrections en fonction des conditions environnementales changeantes. D’autres facteurs, comme l’état des glaces, la mortalité naturelle et les prises fortuites ou accidentelles, seront pris en considération dans l’établissement des futurs TAC annuels.
Une allocation additionnelle de 10 000 phoques du Groenland a été réservée aux nouvelles initiatives autochtones, à l’utilisation personnelle et aux chasses dans l’Arctique. Cette allocation d’une année permettra aux collectivités autochtones d’accéder à la ressource et de bénéficier d’un marché en croissance.
Parmi les nouvelles mesures de gestion adoptées en 2006, mentionnons une entente d’une année pour le partage de la partie du quota qui porte sur le golfe du Saint-Laurent. On souhaite qu’une solution plus permanente soit mise en place avec l’industrie à l’avenir, l’objectif étant d’assurer la stabilité d’accès et de réduire le caractère concurrentiel de la chasse au phoque.
Le MPO continuera d’insister sur la surveillance en mer et de procéder à des contrôles à quai, de surveiller les quotas et de veiller au respect de pratiques de chasse non cruelles et à l’emploi correct des instruments de chasse.
Le Ministère envisage également d’apporter des changements à long terme afin d’améliorer encore davantage les pratiques de chasse sans cruauté et la gestion globale de la chasse.
La date d’ouverture de la chasse au phoque du Groenland en 2006 dans le golfe du Saint-Laurent sera fixée au cours de la prochaine semaine, en collaboration avec l’industrie. La date d’ouverture de la chasse au phoque sur le Front, au large de la côte nord-est de Terre-Neuve-et-Labrador, sera annoncée dans quelques semaines. Habituellement, cette chasse ne débute pas avant avril.
Veuillez consulter la fiche d’information ci-jointe pour obtenir d’autres informations sur le nouveau plan de gestion pluriannuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:55

FAITS SAILLANTS DU PLAN DE GESTION DU PHOQUE DANS L’ATLANTIQUE POUR 2006-2010

News du 16 Mars 2006








NIVEAUX DU TOTAL AUTORISÉ DES CAPTURES (TAC)
Phoque du Groenland


  • Un TAC de 325 000 est alloué pour un an (2006).
  • Une allocation additionnelle annuelle de 10 000 phoques du Groenland pour les nouvelles initiatives autochtones, l’utilisation personnelle et la chasse dans l’Arctique. Les groupes intéressés sont tenus de soumettre à l’approbation du MPO un Plan de pêche axée sur la conservation (PPC) avant toute activité de chasse. L’allocation sera divisée entre les groupes disposant de PPC approuvés.
  • La chasse au bébé phoque du Groenland (blanchon) n’est pas permise depuis 1987. Le Règlement sur les mammifères marins interdit également le commerce, la vente ou l’échange de ces bébés phoques.

Phoque à capuchon


  • Un TAC de 10 000 phoques à capuchon sur le Front sera maintenu pour la saison 2006. La chasse au phoque à capuchon dans le golfe du Saint-Laurent est interdite. Le TAC sera revu à la suite de la publication d’une nouvelle estimation des populations ce printemps.
  • La chasse au jeune phoque à capuchon (dos bleu) n’est pas permise depuis 1987.

Phoque gris


  • Le ministère établit le TAC à 2 100 dans le golfe du Saint-Laurent et à 8 300 sur le plateau Scotian, au large de la Nouvelle-Écosse, pour 2006. Ces chiffres correspondent aux niveaux du Retrait biologique potentiel (RBP) établi par les scientifiques du MPO. Le RBP est une approche très conservatrice utilisée dans la gestion des mammifères marins en l’absence de certains paramètres de population. La saison de chasse du phoque gris est maintenant fermée pour 2006.

Phoque annelé, phoque commun et phoque barbu


  • Aucun TAC ni allocation n’est fixé pour ces espèces. Des permis seront utilisés pour contrôler la récolte commerciale de ces espèces.


Dernière édition par le Sam 18 Aoû - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:55

QUOTA DANS LE GOLFE DU SAINT-LAURENT
L’allocation d’un an, fondée sur les débarquements historiques de 10 ans et prenant en compte la Côte Nord du Québec, s’établit comme suit :




Côte Nord du Québec

8, 0 %


Îles de la Madeleine

20,0 %

Ouest de Terre-Neuve

70,0 %


Provinces du Golfe/des Maritimes

2,0 %
Les régions de la Côte Nord du Québec et de l’Ouest de Terre-Neuve ont connu un déclin des ressources marines accessibles au fil des ans, et ce sont elles qui ont le plus besoin économiquement de l’accès à la pêche au phoque. En outre, elles ont souvent été exclues de la chasse au phoque en raison de leur climat rigoureux et de l’état des glaces pendant la saison où l’on trouve les bêtes les plus prisées sur le marché.
Le ministère surveillera de près les débarquements quotidiens et exercera un contrôle sévère sur les fermetures et les réouvertures mesurées afin de réduire le risque de dépassement des quotas.

GESTION DES PÊCHES PAR OBJECTIFS (GPO)
Le MPO continuera à recourir à la GPO pour gérer la chasse au phoque. La GPO et le principe de prudence ont été adoptés dans le Plan de gestion des phoques de 2003-2005 afin de témoigner de l’engagement du Canada à la conservation et à la pérennité de la chasse.
Ce modèle fait appel à des règles de contrôle et à des points de référence pour déclencher l’adoption de mesures de gestion d’une pêche.
Selon le régime de la GPO, lorsque la ressource est abondante, le TAC est fixé de manière à faciliter la chasse qui répond à la demande du marché et à permettre aux phoquiers d’optimiser leur rentabilité sans compromettre la conservation.

Le Plan de gestion de la chasse au phoque dans l’Atlantique pour 2006-2010
est en cours de préparation et sera placé sur le site Web du MPO dans les prochains mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19960
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Sam 18 Aoû - 9:57

Chasse aux phoques
Loyola Hearn maintient le statu quo







Mise à jour le mercredi 15 mars 2006, 12 h 21 .







Le ministre des Pêches et des Océans, Loyola Hearn, fixe le quota de chasse aux phoques à 325 000 bêtes pour 2006. Le quota sera donc le même que durant les trois dernières années, malgré la pression internationales des environnementalistes.





Toutefois, selon le plan quinquennal présenté par le ministre, ce quota pourra varier à la hausse ou à la baisse au cours des prochaines années, selon les conditions de glaces, la mortalité naturelle des phoques et les prises accidentelles.

Le quota est principalement attribué aux chasseurs de l'ouest de Terre-Neuve avec 70 % des prises allouées, soit 227 500 bêtes. Les Madelinots obtiennent 20 % du quota, les habitants de la Basse-Côte-Nord, 8 % et les provinces maritimes, 2 %.

Une allocation additionnelle de 10 000 phoques a aussi été réservée aux nouvelles initiatives autochtones, à l'utilisation personnelle et à la chasse dans l'Arctique.

Chaque région pourra décider du début de la chasse puisque la gestion sera désormais régionale, selon le directeur de Pêches et Océans aux Îles-de-la-Madeleine, Roger Simon. « Le sud du golfe, les Maritimes, les Îles-de-la-Madeleine, la côte ouest de Terre-Neuve et la Côte-Nord du Québec, ces quatre régions pourront établir leur propre date qui conviendra le mieux à l'industrie », précise M. Simon.

L'industrie pourra donc lancer la chasse au moment où les peaux de phoques sont dans leur meilleur état, soit avant la mue. La sécurité des chasseurs en sera aussi améliorée puisque moins de bateaux risquent de se retrouver dans le même secteur au même moment.

La population du troupeau de phoques du Groenland du golfe est établie à 5,8 millions de têtes, soit près du triple de la population des années 70.

La chasse au bébé phoque du Groenland, le blanchon, est interdite depuis 1987. Le Règlement sur les mammifères marins interdit également le commerce, la vente ou l'échange des bébés phoques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seals / focas / phoques   Aujourd'hui à 13:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Seals / focas / phoques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chasse aux phoques: Ottawa veut revoir les règles
» La fourrure de phoques
» Canada: début de la chasse aux phoques sur la côte atlantique
» STOP au cruel massacre des phoques gris !!!
» lettre : Phoques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: