AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bulls / toros / taureaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:53

FESTIVAL DE MALFAISANCE

le Samedi 14 octobre 2006 a eu lieu à Saint-Gilles (Gard) un festival taurin dont les bénéfices doivent être versés à l'association Ciel qui se déclarait comme étant la "première antenne représentative, dans le sud de la France, de l'association Laurette-Fugain". Après un article paru mercredi 11 octobre dans Charlie Hebdo, nous avons été contactés par Stéphanie Fugain. Elle est profondément anticorrida et n'acceptera jamais l'argent de la torture pour son association! Par ailleurs l'association Ciel n'a jamais été une antenne de l'association Laurette-Fugain. Encore un mensonge du milieu taurin qui cherche par tous les moyens à se donner bonne conscience! BRAVO à Stéphanie Fugain pour sa prise de position sans ambiguité! Elle a pris la parole à ce sujet dans les colonnes de Charlie Hebdo le mercredi 18 octobre 2006.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:54

UNE NOUVELLE AUDITION A L'ASSEMBLEE NATIONALE !

Mardi 1er février dernier, les représentants du CRAC, du CVA et de la FLAC ont été reçus et auditionnés par le groupe parlementaire pour la Protection des Animaux.


Marland-Militello, Michel Roumégoux et Eva Souplet.
De dos : J. Poignet, A. Camisuli et M. Huteau
M.J. Etienne, G. Perrin-Gaillard, M.W. Millereau
Madame Geneviève Perrin-Gaillard, députée socialiste de la 1ère circonscription des Deux-Sèvres, et présidente de ce groupe d’étude, avait en effet convoqué les trois structures pour les entendre sur le sujet de la corrida, ceci parallèlement à la proposition de loi de Madame Marland-Militello.

Etaient présents :

Madame Geneviève Perrin-Gaillard, présidente du groupe, et Marc-William Millereau, son attaché parlementaire,
Madame Muriel Marland-Militello, députée UMP des Alpes-Maritimes (2ème circonscription), et son attachée parlementaire Amandine Arnaud,
Monsieur Michel Roumégoux, député UMP du Lot (1ère circonscription),
Monsieur Jacques Remillet, député UMP de l’Isère (8ème circonscription)
Mademoiselle Marie Huteau, attachée parlementaire de Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes (6ème circonscription),
Madame Marie-José Etienne, secrétaire administrative du groupe d’étude pour la Protection des Animaux,
Pour le CRAC : J.P. Garrigues et D. Simon,
Pour le CVA : Christophe Barbero et Valérie Sofroniadès,
Pour la FLAC : Josyane Querelle, Alain Camisuli, Dominique Joron et Jean Poignet.
Eva Souplet, avocate spécialisée dans la protection animale,
Elisabeth Hardouin-Fugier, Professeur Historienne et co-auteur du Que Sais-Je ? La Corrida
Dès 16h15 (heure du rendez-vous), Madame Perrin-Gaillard a souhaité laisser la parole aux associations, qui s’étaient préalablement concertées pour se répartir les thèmes d’intervention :

Pour le CRAC, Jean-Pierre Garrigues a tout d’abord évoqué la protection de l’enfance : dénonçant l’entrée des mineurs dans les arènes (alors même que la Catalogne espagnole interdit depuis août 2003 l’entrée des arènes aux enfants de moins de 14 ans), mais aussi et surtout l’existence scandaleuse des écoles de tauromachie dans le sud de la France, avec un état des lieux réalisé en 2004. Puis les aspects économiques de la torture tauromachique ont été développés : chiffres des déficits des corridas sur les villes de Nîmes et d’Alès, distinction nette dans ce domaine entre féria et « spectacles » tauromachiques, contrairement à ce qu’essaye de faire croire le milieu taurin, dénonciation des corridas dites « de bienfaisance », exonérées de TVA … Enfin, quelques actions du CRAC ont été survolées : leur but : INFORMER : campagnes d’affichages 4 mètres par 3 (2003 et 2004), campagnes radiophoniques en cours, contacts permanents avec les médias… D’autre part, le CRAC a pour principe de ne rien avancer sans preuves : dans le DVD qui sera bientôt mis à la disposition de chacun des 577 députés (et dont un exemplaire est remis en primeur à Mme Marland-Militello et à Madame Perrin-Gaillard), les images parlent d’elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:55

Pour la FLAC, Josyane Querelle a parlé des diverses fraudes subies par le taureau pour l’affaiblir, avant et pendant la séance de torture : sevrage, transports, drogues, purgatifs, alimentation trop riche, afeitado, blessures hémorragiques etc. Les aspects qui apparentent le milieu taurin à une secte ont également été évoqués (infiltration des pouvoirs publics, démêlés judiciaires, argent, embrigadement de la jeunesse...) Enfin, l’ « exception culturelle », au nom de laquelle on peut déroger à la règle en toute légalité, a été dénoncée. Alain Camisuli a ensuite développé les modes d’action de la fédération : rôle de réflexion, mais aussi d’action : intervention auprès des élus, aspects juridiques de la lutte, et investigation sur l’extension des villes taurines (en 20 ans, on est passés de 41 à 71.)

Pour le CVA et le GRAAL, Christophe Barbero a dénoncé les soutiens dont bénéficie la mafia tauromachique actuellement : Soutien politique tout d’abord : alors que le peuple rejette la pratique tauromachique, la loi continue à le tolérer (la composition du groupe tauromachique elle-même est totalement opaque…) ; dans ce domaine, l’intérêt particulier semble prendre largement le pas sur l’intérêt général ! Soutien médiatique ensuite : qu’il s’agisse de la publicité ou des journaux télévisés, l’image donnée de la torture des arènes est esthétisante et racoleuse ! Volet juridique enfin : l’Angleterre a aboli la chasse à courre, en Espagne 17 villes se sont déclarée anti-taurines, l’Italie obtient des victoires substantielles dans le domaine de l’expérimentation animale. Un petit historique de la loi Grammont est fait : l’état des lieux n’est pas brillant en France : après 100 de « flottement » (corridas illégales mais pratiquées), nous voilà au bout de 50 ans de « tolérance »…

V. Sofroniades, C. Barbero, E. Hardouin-Fugier

Eva Souplet Valérie Sofroniadès représente également le CAC 83 et présente la motion qui a été votée à Mouans-Sartoux : dans le sens des villes espagnoles qui l’ont précédée, un vote du Conseil municipal a déclaré cette ville « anti-corrida et amie des animaux » en décembre dernier, vote historique dans une municipalité française.

Eva Souplet, avocate spécialisée dans la lutte contre la maltraitance animale, est ensuite intervenue, pour dire que l’exception est devenue une règle en France « à cause » des rapporteurs de la Cour de Cassation, qui transigent presque systématiquement sur la notion de « tradition locale ininterrompue » dans le sens d’une extension de la corrida.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:55

Pour la FLAC, Josyane Querelle a parlé des diverses fraudes subies par le taureau pour l’affaiblir, avant et pendant la séance de torture : sevrage, transports, drogues, purgatifs, alimentation trop riche, afeitado, blessures hémorragiques etc. Les aspects qui apparentent le milieu taurin à une secte ont également été évoqués (infiltration des pouvoirs publics, démêlés judiciaires, argent, embrigadement de la jeunesse...) Enfin, l’ « exception culturelle », au nom de laquelle on peut déroger à la règle en toute légalité, a été dénoncée. Alain Camisuli a ensuite développé les modes d’action de la fédération : rôle de réflexion, mais aussi d’action : intervention auprès des élus, aspects juridiques de la lutte, et investigation sur l’extension des villes taurines (en 20 ans, on est passés de 41 à 71.)

Pour le CVA et le GRAAL, Christophe Barbero a dénoncé les soutiens dont bénéficie la mafia tauromachique actuellement : Soutien politique tout d’abord : alors que le peuple rejette la pratique tauromachique, la loi continue à le tolérer (la composition du groupe tauromachique elle-même est totalement opaque…) ; dans ce domaine, l’intérêt particulier semble prendre largement le pas sur l’intérêt général ! Soutien médiatique ensuite : qu’il s’agisse de la publicité ou des journaux télévisés, l’image donnée de la torture des arènes est esthétisante et racoleuse ! Volet juridique enfin : l’Angleterre a aboli la chasse à courre, en Espagne 17 villes se sont déclarée anti-taurines, l’Italie obtient des victoires substantielles dans le domaine de l’expérimentation animale. Un petit historique de la loi Grammont est fait : l’état des lieux n’est pas brillant en France : après 100 de « flottement » (corridas illégales mais pratiquées), nous voilà au bout de 50 ans de « tolérance »…

V. Sofroniades, C. Barbero, E. Hardouin-Fugier

Eva Souplet Valérie Sofroniadès représente également le CAC 83 et présente la motion qui a été votée à Mouans-Sartoux : dans le sens des villes espagnoles qui l’ont précédée, un vote du Conseil municipal a déclaré cette ville « anti-corrida et amie des animaux » en décembre dernier, vote historique dans une municipalité française.

Eva Souplet, avocate spécialisée dans la lutte contre la maltraitance animale, est ensuite intervenue, pour dire que l’exception est devenue une règle en France « à cause » des rapporteurs de la Cour de Cassation, qui transigent presque systématiquement sur la notion de « tradition locale ininterrompue » dans le sens d’une extension de la corrida.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:56

Concernant la jurisprudence, un seul arrêt a voulu restreindre cette interprétation, celui du 10 juin 2004, qui a souhaité augmenter les contraintes en développant les notions de « proximité immédiate », « spectacle régulièrement organisé » et « même manifestation » (tauromachie à l’espagnole). Donc, le problème est que le rapporteur a tout pouvoir sur l’interprétation…

Constatant avec regret qu’il sera difficile d’abroger l’alinéa, elle propose d’en restreindre le champ d’application, en remplaçant la notion de « tradition locale » en notion de «tradition communale».

Sur ce sujet, les trois associations présentes prendront position pour affirmer qu’il ne faut pas d’étape intermédiaire dans la modification de la loi ; cela retarderait d’autant l’abolition des corridas dans notre pays;

Ces exposés devaient être suivis de questions des membres présents, puis d’un débat sur la question et les solutions à apporter au problème.

Avant de prendre la parole, Madame Perrin-Gaillard demande à Messieurs Roumégoux et Rémillet s’ils ont des questions.

Monsieur Roumegoux, vétérinaire de profession, parlementaire UMP, affirme que s’il n’aime pas personnellement la corrida, nos propos lui semblent outranciers : l’afeitado ne provoque à l’animal aucune douleur lorsque cela est fait dans les règles, puisque la taille n’atteint pas la « pulpe » de la corne… Nous lui expliquons justement que nous possédons un film qui montre le contraire, et que là encore, nous n’avançons pas sans preuve ! Nous lui précisons également que tous les toreros réclament une afeitado dure pour affaiblir le taureau. Ce à quoi il répond que si cela se passe réellement comme ça, cela est évidemment condamnable.

Monsieur Rémillet annonce quant à lui qu’il a co-signé la proposition de loi de Madame Marland-Militello, et qu’en ce qui le concerne, il est totalement opposé à cette barbarie.

Nous lui montrons les armes de torture, que nous avons amenées, et qui choquent profondément ceux qui les regardent de près (devise, pique, et banderilles). Il a signé notre pétition personnalités quelques minutes plus tard, de même que Madame Perrin-Gaillard.

Une séance de 2 heures a suivi, où de nombreuses questions ont été posées par Madame Perrin-Gaillard et Monsieur Millereau, et de nombreuses réponses apportées par les différentes associations présentes.

Les thèmes suivants y furent abordés :

- Mme Perrin-Gaillard a demandé si on ne pouvait pas trouver un moyen de sensibiliser les associations des régions où la tauromachie est peu ou mal connue ? C’est le but des campagnes d’affichage et de sensibilisation ; nous nous rendons également dans des salons.

- Elle a évoqué l’organisation d’un référendum d’initiative populaire ? Que ce soit à Fenouillet ou à Alès, les associations n’ont obtenu des autorités que des fins de non-recevoir !

- Elle suggère de demander que les régions ne subventionnent plus la torture tauromachique ; cela serait déjà un grand pas en avant !

- De nombreuses questions ont été posées sur l’économie de la corrida, pour que l’argument de la manne financière que ferait perdre l’abolition aux collectivités puisse être démontée. Sur ce point, nous avons pu donner à Mme Perrin-Gaillard de nombreux éléments. Elle demande aux associations de lui faire parvenir tous les chiffres en leur possession afin de monter un dossier pour ses collègues parlementaires des régions concernées… Elisabeth Hardouin-Fugier précise sur ce point que la Cour des Comptes a rendu public dans un rapport de 1997 que 50 millions de francs avaient « disparu » en Languedoc Roussillon…

- Mme Perrin-Gaillard était également intéressée pour connaître les sponsors, directs ou indirects, privés ou collectivités publiques, qui contribuent elles aussi à donner de la corrida une image positive, festive ou simplement l’alibi d’être un spectacle comme les autres… Là aussi, de nombreux éléments de réponses ont pu lui être apportés. Mme Perrin-Gaillard suggère de mettre en balance les quelques milliers d’aficionados et l’immense majorité de Français opposés à la tauromachie.

- Elle a aussi souhaité connaître le statut des écoles de tauromachie. J.P. Garrigues a répondu qu’il s’agissait pour les sept d’associations Loi de 1901. A Tarascon, elle est financée par la CAF et Joël Lunel dénonce depuis des années que l’on justifie cela par le fait de sortir les jeunes de la violence des banlieues ! Sur ce point Mme Perrin-Gaillard a été sidérée et nous a même demandé « Non, vous plaisantez ? C’est une plaisanterie ? »

- Nous avons pu lui dire qu’il ne fallait pas sous-estimer l’importance du prosélytisme exercé en direction de la jeunesse par le milieu taurin (notamment Jean Grenet et son « passeport pour la tauromachie » à Bayonne). Les enfants peuvent être un angle d’attaque qui touchera ses collègues députés. Et si on interdisait l’entrée des arènes aux mineurs, comme le demande notamment le CRAC dans sa pétition personnalité, et ce en attendant l’abolition pure et simple, cela couperait l’herbe sous le pied des pro-taurins, et réduirait l’aficion de manière significative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:57

Un « débat » sous forme de conversation a clos l’audition.

Pour Madame Perrin-Gaillard, la proposition de loi n’a pratiquement aucune chance de passer… Il y a trois ans, elle a tenté de faire discuter une proposition sur la fourrure de chats et de chiens, et cela n’a toujours pas été discuté…Ce qu’elle souhaite, elle, c’est faire évoluer le statut de l’animal et y inclure bien entendu le problème de la corrida. Elle souhaite recevoir les politiques afin de comprendre comment on peut être favorable à cette pratique tauromachique.

Josyane Querelle est d’accord avec Mme Perrin-Gaillard : cette proposition sera très difficile à faire aboutir…

J.P. Garrigues reconnaît que ce ne sera pas facile mais s’inscrit en faux face à un tel point de vue plutôt défaitiste. Il précise que c’est le devoir de toutes les associations qui luttent contre la torture tauromachique de soutenir sans réserve et par tous les moyens cette proposition de loi, même si elle n’a qu’une chance sur mille d’aboutir. Car il est bien évident que si les associations abolitionnistes et les parlementaires opposés à la torture tauromachique ne soutiennent pas cette proposition historique de toutes leurs forces, on peut sérieusement se poser des questions…

Elisabeth Hardouin-Fugier précise qu’il s’agit là également d’un combat contre la violence, à une époque où l’on cherche des solutions à ce problème…

Monsieur Millereau résume les solutions :

- On peut agir dans le relatif sur le particulier (restriction sur la loi)

- On peut agir dans l’absolu sur le particulier (abolition de l’alinéa 3)

- Mais on peut aussi agir dans l’absolu sur le général, en faisant évoluer le statut de l’animal, ce qui rejoint le point de vue de Mme Perrin-Gaillard.

Eva Souplet pense que c’est une bonne stratégie.

Geneviève Perrin-Gaillard demande aux associations de préparer des questions écrites à poser à chaque ministère sur le problème de la corrida à travers ses différents aspects. Elle pourra les transmettre et porter notre message.

Le groupe « tauromachie » étant le seul qui ne comporte aucun nom sur le site de l’Assemblée, Madame Perrin-Gaillard a demandé à ce qu’ils soient saisis et vérifiera d’ici un mois ou deux que cela soit bien fait… Elle nous fait passer la liste des parlementaires qui appartiendraient à ce groupe, et qu’elle a réussi à obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 7:59

L'Assemblée Générale du CRAC au Negresco !

Le 13 février 2005 a eu lieu à Nice notre Assemblée Générale… Grâce à Madame Augier, qui nous a offert cette extraordinaire opportunité, nous avons pu nous réunir à l’Hôtel Negresco, en présence d’une centaine d’adhérents et sympathisants, et de quelques journalistes. Madame Marland-Militello, députée dépositaire de la proposition de loi pour l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 521-1 du code pénal nous a fait l’honneur de sa présence à la tribune, de même que l’actrice Mylène Demongeot. Grâce à l'aimable autorisation du professeur Jean-Claude Nouët, président de la LFDA, nous avions reproduit au format A0 une gravure montrant un torero reconduit à la frontière espagnole par les forces de police française... En 1895!!!
Pour que la corrida redevienne illégale en France, il faut soutenir la proposition de loi de Mme Marland-Militello et sensibiliser votre député!

Nous avions également au-dessus de nos têtes, lors de cette AG, une photo poignante d'un taureau supplicié implorant son tortionnaire, le mufle posé sur la barrière en bois... Cette photo a été prise en août 2004 à Béziers par un photographe aficionado et ce fut pout lui un électrochoc... Il avait enfin saisi la détresse de l'animal torturé, il l'avait enfin vu comme un être vivant sensible et non comme l'objet de sa passion coupable... Depuis ce photographe est un "repenti" et c'est tout à son honneur. Notre travail, c'est aussi faire en sorte que les citoyens de ce pays ouvrent les yeux ! Enfin !
J.P. Garrigues remercie tout d’abord chaleureusement Madame Augier de nous accueillir dans un lieu si prestigieux, et aussi pour l’affiche 4 mètres par 3 qui trône devant le Negresco depuis 9 mois.

1/2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:00

Le Comité Radicalement Anti-Corrida est présenté très brièvement : les objectifs de l’association, ses modes d’actions … Puis J.P. Garrigues passe très vite la parole à Muriel Marland-Militello, députée des Alpes Maritimes et dépositaire de la proposition de loi pour l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 521-1 du code pénal, qui tolère actuellement les « sévices graves et actes de cruauté » à l’encontre des taureaux, « en cas de tradition locale ininterrompue ». J. Lescure, M. Demongeot, J.P. Garrigues, M. Marland-Militello, J. Augier, T. Hély, D. Simon

Madame Marland-Militello nous résume le contenu de l’exposé des motifs. Elle remercie le CRAC d’avoir pu lui donner en juillet dernier les éléments qui lui ont permis d’étayer sa proposition et de sortir dernièrement la version rectifiée.
Elle évoque les différents aspects qui selon elle font que cette pratique doit être abolie :
- aspect législatif : en 2004, en Espagne, 16 villes catalanes dont Barcelone se sont déclarées anti-corrida, en Angleterre on a aboli la chasse à courre, le Tadjikistan lui même a aboli les combats de coqs.
- aspect protection de l’enfance : il est très grave que sous couvert de tradition, on autorise, on encourage même les enfants à accepter la violence, soit en allant la voir dans les arènes, soit en apprenant soi–même à torturer dans les écoles de tauromachie.
- aspect économique : elle dénonce l’amalgame feria / corrida, puisqu’elle sait à présent que seuls 1 à 5 % des visiteurs des ferias se rendent effectivement aux arènes. Les villes taurines tendraient de plus en plus à être marginalisées puisque des tours operators étrangers commencent à boycotter les villes de sang.

Madame Marland-Militello adapte ses arguments en fonction de la sensibilité du député avec lequel elle discute… Elle a à présent des éléments objectifs à opposer à chaque argument de ses adversaires. Elle prône dans ce contexte le rassemblement, et évoque les différents partis qu’elle a déjà contactés et qu’elle continue à contacter pour obtenir de plus en plus de co-signatures. Pour elle il ne s’agit bien évidemment pas d’opinion politique. Elle remercie enfin Madame Augier, sans qui elle n’aurait sans doute pas toujours le courage de continuer, avec les pressions et les menaces qu’elle a dû subir. Un message de Laëtitia Scherrer, qui devait se joindre à nous mais n’a pas pu venir pour cause de grippe, nous assure de son soutien dans notre juste lutte.


2/2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:01

Présentation du film de Jérôme Lescure Alinéa 3

J.P. Garrigues explique l’importance de ce film car il est bon de rappeler que c’est pour cela qu’on se bat , et la méconnaissance de la réalité de la torture tauromachique est un élément important dont il faut tenir compte….
D. Simon insiste sur l’importance de regarder ces images, notamment parce qu’il s’agit d’une campagne du CRAC, qui distribuera ce DVD à chacun des 577 députés français.
Enfin une phrase de Pierre Arditi est lue par Mylène Demongeot : « Curieusement ou paradoxalement, je n’ai jamais pu supporter la vue du sang. Or, ici, ce sang qui coule ressemble à un jet de vie, à une traînée de peinture, violente à en déchirer le ciel. Je la lis comme une trace de vie. Parce que la tauromachie me raconte poétiquement la vie, et la mort aussi ».
T. Hély ajoute : « Qu’il vienne dire cela après avoir vu ce film ! ».
En effet, quel décalage avec les images qui suivront !….
© Christian SINIBALDI (afficionado qui s'est "repenti" suite à cette scène)
Projection du film Alinéa 3
Malgré des images difficiles à regarder, la salle est restée digne....

Madame Augier prend la parole pour dire toute l’horreur qu’elle pense de cette barbarie, et tout le soutien qu’elle porte à notre lutte et à notre association. Il faut en finir vite avec cette pratique d’un autre temps !…

I- Bilan d’activités :



1- Les investigations du CRAC :

a. les écoles de torture : Fin 2003 - début 2004, suite à des renseignements qui nous avaient été demandés sur le sujet par le journal Charlie Hebdo, nous avons entrepris un travail d’investigation sur les écoles de tauromachie…
Il y a donc six écoles de torture dans le sud de la France… Les responsables sont peu nombreux, et on retrouve toujours les mêmes têtes ! Ce travail confirme un certain nombre de points : ces écoles du crime attirent un très petit nombre de jeunes, pas plus d’une cinquantaine pour tout le sud de la France (c’est déjà évidemment beaucoup trop) ; par voie de conséquence, ces structures ignobles ne subsistent que grâce à la volonté d’un petit nombre d’élus qui financent le fonctionnement ; à Tarascon l’école est financée par la CAF !

b. les films dans les arènes : J. Lescure explique les différents films qu’il a pu tourner pendant l’été 2004 dans les arènes : 2 corridas (Châteaurenard et Nîmes), un corrida de rejon (en Arles) et deux novilladas (Rieumes et Saint-Gilles). Il en a ramené les images qui viennent d’être diffusées et qui serviront désormais d’outils pour notre lutte.


2- Barcelone anti-corrida :

Le fait que Barcelone se soit proclamée anti-corrida le 6 avril dernier est pour notre lutte spécifiquement française une opportunité extraordinaire. Les pro-taurins et les journalistes français nous prennent depuis beaucoup plus au sérieux….
Le CRAC avait bien entendu soutenu la manifestation de mars 2004 dans la capitale catalane lors de la remise des signatures par les associations ADDA et WSPA.


3- Campagne d’affichage 2004 :

En mai 2004 il y a eu la campagne d’affichage du CRAC : 6 villes taurines, 300 panneaux 4 mètres par 3 à Alès, Toulouse, Béziers, Fréjus, Bordeaux et Carcassonne, campagne qui a eu un retentissement médiatique sans précédent : articles de presse, passages radio et reportages télévisés.
Les sponsors se sont multipliés par rapport à la campagne 2004, et les derniers en date sont deux radios, ce qui donne une nouvelle dimension à notre lutte.

Un film de 20 minutes est projeté, avec tous les reportages diffusés sur les télévisions suite aux inaugurations dans les différentes villes, avec un hommage particulier pour l’affiche qui trône devant le Negresco sur la Promenade des Anglais depuis plus de neuf mois. Un hommage particulier est ici rendu à Madame Jeanne Augier, qui est à l’origine de cette idée et de sa mise en pratique.

Madame Augier prend la parole et annonce que cette affiche a joué son rôle de phare pendant tout ce temps, et qu’elle doit maintenant poursuivre sa route et jouer ce rôle ailleurs ; elle la met donc à la disposition de celui qui aura un emplacement à proposer…
(J.M. Governatori, président de la Fédération Agissons, propose un terrain en bordure de la Nationale 202 pour cette affiche.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:02

4- Les manifestations dans les arènes :

Le 22 mai 2004 à Alès, une vingtaine de militants ont sauté des gradins dans les arènes pour s’enchaîner sur le sable au milieu du ruedo ; cette action a été possible grâce à nos amis belges d’Animaux en Péril venus nous soutenir ; le rôle de notre ami Jean-Marc Montegnies fut déterminant ; la police et les CRS ont mis plus de 20 minutes à nous faire tous sortir…

Nous avons renouvelé cette action le 27 juin à Tarascon ; même scénario, mais qui s’est terminé pour certains par une garde à vue de 8 heures au commissariat : trois militants ont été arrêtés parce que, selon la police, il fallait les protéger, les aficionados pouvant être violents (nous en avions eu la preuve devant les arènes ce matin-là…).


5- La proposition de loi :rencontre du 7 juillet avec Muriel Marland Militello

Madame Marland Militello, qui a déposé le 8 juin 2004 une proposition de loi visant à supprimer le troisième alinéa de l’article 521-1 du code pénal, ce qui reviendrait à ne plus tolérer les corridas et les combats de coqs en France, a reçu le 7 juillet 2004 le CRAC, l’ACMA et le CVA à l’Assemblée Nationale ;
Nous lui avons donc remis à cette occasion un dossier présentant, preuves à l’appui, les différents aspects de la mafia tauromachique (le prosélytisme en direction de la jeunesse, l’économie de la corrida, les corridas de « bienfaisance », les personnalités pour et contre la torture tauromachique, la preuve par l’image, le comportement variable de la presse, le groupe « tauromachie » à l’Assemblée Nationale, etc…). La députée a été particulièrement sensible à notre dossier sur les « écoles du crime » dans lesquelles on apprend à des enfants de 10 à 12 ans (parfois moins) à torturer des veaux et des vachettes. Elle a également été surprise d’apprendre que la très grande majorité des toreros doivent payer pour toréer ! En effet, il n’y a pas « d’économie de la corrida » dans la mesure où les individus qui se remplissent les poches en torturant des animaux sont très peu nombreux : les fameux apoderados et autres directeurs d’arènes ainsi qu’une douzaine de toreros pour toute l’Europe! N’oublions surtout pas que la feria ce n’est pas la corrida ! Plus de 95% des personnes qui viennent se divertir et consommer lors des ferias ne mettent pas les pieds dans les arènes. Par ailleurs des tours operators étrangers commencent à boycotter les villes de sang et d’agonie ! Nous avons donc fourni à Madame Marland-Militello des éléments qui lui permettent aujourd’hui de donner des arguments à ses contradicteurs.




6- Actions diverses :

a. Manifestation devant les arènes de Nîmes lors de la corrida de « bienfaisance » du 29 février, où nous avons déversé du sang synthétique juste avant la sortie des spectateurs de la torture. Un reportage d’Arte Câble a été diffusé sur ce sujet dans le film de T. Hély projeté plus tôt sur la campagne d’affichage.
J.P. Garrigues précise à cette occasion que le CRAC fait un travail de fond comme les investigations ou le soutien à la proposition de loi, des actions de grande ampleur comme la campagne d’affichage, mais aussi parfois des actions ponctuelles comme les deux qui suivent….

b. Le Conseil municipal d’Alès : Le CRAC était présent et est intervenu lorsqu’a été votée l’augmentation de la subvention pour la torture tauromachique. Nous avions été informés par l’un des conseillers municipaux qui nous soutient, et nous avions prévenu la presse de notre action ; deux articles sont parus dans la presse suite à notre intervention, ainsi qu’un reportage radio.

c. Montpellier – Brasserie de l’Aubrac : Un café aficionado devait se tenir à Montpellier ; nous sommes allés intervenir sur place, et suite à quelques questions qui les dérangeaient, notamment sur la souffrance de l’animal ou l’afeitado, l’organisateur a décidé d’annuler la soirée plutôt que de débattre… Preuve qu’ils savent parfaitement que leur « passion » coupable est indéfendable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:03

d. Saint-Sever :

En octobre dernier, grâce au travail de Joël Lunel, responsable du Comité FLAC Tarascon, une campagne d'écriture a été menée en direction de l'Inspection Académique des Landes pour protester contre la tenue d'une semaine " taurino-culturelle " dans une école de Saint Sever … Encore un cas de prosélytisme manifeste du milieu taurin …
Des journées qui avaient pour vocation de « faire découvrir aux enfants la tauromachie »
Le CRAC avait également participé à cette campagne, et envoyé un courrier le 23 octobre 2004, où nous précisions notamment que notre association avait été contactée par de nombreuses personnes choquées d’apprendre cette activité, et qu’il était inadmissible de laisser prôner la violence en milieu scolaire, à l’heure où l’on cherchait à l’éradiquer par tous les moyens.….
L'inspectrice d'académie des Landes, alertée par de nombreux mails et courriers, a donc décidé en son âme et conscience d'annuler cette " manifestation ", ce qui n'a pas manqué de rendre furieux André Viard et Erick Colmont, qui ont fulminé pendant des semaines sur leurs sites taurins respectifs…

Nous avons donc ici eu la preuve que les campagnes d’écriture peuvent être très efficaces lorsque nous avons face à nous des personnes sensées... .


e. Aide au collectif Bilbao : Une militante du collectif Bilbao, du Pays Basque espagnol, avait été condamnée à verser une amende assez importante suite à une manifestation réprimée par les autorités… Le CRAC a lancé une souscription en France et a ainsi pu aider le collectif à payer cette amende

f. Les « salons » :


© Michel Pourni - Conférence à Châteaugontier en mars 2004


Le CRAC a été présent sur des salons cette année afin d’apporter des informations dans des lieux où la corrida est mal connue : en mars à Chateaugontier pour Festimalia (Le refuge de l’Arche de Christian Huchedé), en août à Langeac pour les Estivales de la Question Animale ; lors de ces deux salons, les films de T. Hély du CRAC ont pu être présentés, et nos différentes actions relayées.
Plus récemment les 17 et 18 décembre, et sur invitation de la SPA nationale, nous étions à Levallois-Perret au Noël des Animaux, sur un stand où nous avons pu passer en boucle le film de J. Lescure et informer les parisiens des différents éléments de notre lutte. Ce fut l’occasion pour nous de faire signer notre pétition à des personnalités aussi diverses que Robert Hossein, Michel Rocard, Johnny Hallyday etc.

g. Pétition personnalités :

Justement elle avance, puisque nous en sommes à plus de 40 personnalités qui ont signé, personnalités du monde artistique et culturel, mais aussi politique. La liste de ces noms est disponible sur notre dernier bulletin.


h. Le site :

Cette année a également été celle de la mise en ligne du site du CRAC : http://www.anticorrida.com . Ce site contient des informations sur la corrida et sur notre lutte, avec beaucoup de visuel, des photos et des extraits des films de J. Lescure, ainsi que des extraits radiophoniques des interventions de J.P. Garrigues et de T. Hély.

i. Nos délégués en région :

Le CRAC a également des délégations en région qui nous tiennent informés et agissent sur place lorsque l’occasion se présente. Ces délégués sont présentés à l’Assemblée générale :

Pour Paris – J Lescure
Pour les Alpes Maritimes – Raoul Moroni
Pour le Nord – Pas de Calais : Léopold Bednarek
Pour le Var : Jean-Claude Lyazid
Pour la Dordogne : Patricia Zaradny
Pour l’Aude et Narbonne en particulier : Antoine Espuna
Pour Toulouse : S.A.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:05

II- Bilan financier :

Nous tenons à préciser que nous sommes tous des bénévoles, et nous essayons au CRAC d’utiliser l’argent au mieux dans une seule optique : être le plus efficace possible dans la lutte que nous menons.

Nous fonctionnons grâce aux dons de nos adhérents, et nous faisons appel à des sponsors sur des actions plus précises et de manière ciblée, par exemple pour les campagnes d’affichage.

Nous faisons également une fois par an une souscription sur une action ciblée, et en 2004, il s’agissait de la campagne d’affichage, que nous avons pu auto-financer à hauteur de 10% grâce à vos dons ; le reste, comme vous le savez, a été financé par les sponsors dont le logo apparaît sur l’affiche…

Cette année 2004 fut sans conteste celle de la montée en puissance du CRAC avec 48414,93 euros de recettes, en tenant compte d’un report de solde positif de 1850,52 euros de l’année 2003.
Il faut noter que cette somme comprend la campagne d’affichage 2004 dont le budget fut de 33 000 euros, dont 3000 euros financés par les adhérents du CRAC. Le reste de la somme correspond à des dons affectés de nos partenaires et sponsors.


Recettes 2004

Dons : 46016,93 euros
Adhésions :2000 euros
Vente films : 400 euros





TOTAL 48 414,93 euros
Dépenses 2004

Campagne d’affichage : 33 000 euros
Consignation TGI : 2000 euros
Frais postaux et photocopies : 3300,15 euros
Bulletin n°2 : 1300 euros
Création site internet : 700 euros
Frais de maquettes : 500 euros
Impression 20 000 tracts : 1200 euros
Impression 20 affiches A0 : 1000 euros
Achat ordinateur CRAC : 800 euros
Matériel d’enregistrement : 380 euros

TOTAL 44180,15 euros
Solde positif 2004 : 4234,78 euros
La consignation au Tribunal de Grande Instance correspond à une plainte que nous avons porté contre l’émission de Ruquier On a tout essayé, qui a parlé le 25 mai dernier de « la campagne d’affichage sauvage du CRAC ». Nous avons dû verser cette somme, qui devrait nous être remboursée…

Le CRAC demande à l’Assemblée générale de donner au Conseil d’Administration un accord de principe sur le fait de passer en association loi de 1908, ce qui nous permettrait de recevoir des legs.

On demande à l’Assemblée Générale si quelqu’un s’oppose à ce que les trois votes soient groupés :
- vote bilan d’activités
- vote bilan financier
- vote accord de principe pour le passage en association loi de 1908.

Personne ne s’y opposant, nous passons au vote .

Les bilans et la motion sont donc approuvés par l’unanimité des présents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:06

III- Projets d’activités :

1- Campagne radiophonique :

Le CRAC est sur le point de finaliser une campagne radiophonique pour 2005 : il s’agira de diffusion sur les ondes de spots de 30 secondes dénonçant la torture tauromachique, et enregistrés par des personnalités. Albert Jacquard et Madame Marland-Militello ont déjà enregistré.
Madame Jeanne Augier, Madame Réha Hutin et d’autres doivent faire de même dans les semaines qui viennent.
Le « format » des messages sera le suivant : des cris de taureaux lors d’une corrida, et la personnalité qui prend la parole : « Bonjour, je suis Albert Jacquard. Vous venez d’entendre les hurlements de douleur d’un taureau torturé dans les arènes … » et la suite du message, avec à la fin les coordonnées du CRAC.

Deux radios les diffuseront pour commencer : Nice Radio et Radio Capytol.


2- Campagne d’affichage :

En 2005, le CRAC affichera à nouveau, cette fois dans le sud-ouest.
Les différents afficheurs ayant subi des pressions de la part des maires des villes taurines (notamment au niveau des appels d’offres pour les panneaux dans ces villes), il devient de plus en plus compliqué pour les associations de lutte contre la torture d’obtenir des réseaux… Mais le CRAC a bien l’intention d’afficher encore une fois cette année du côté de Bayonne pendant la période d’été.
Des sponsors se sont déjà manifestés : notamment Animaux en Péril, mais aussi la SNDA, et nous attendons les réponses d’autres structures à qui nous avons envoyé des dossiers…


3- Campagne DVD en direction des députés :

Le DVD « Alinéa 3 » va être envoyé dans les 2 mois qui viennent aux 577 députés de la République française. Par la suite, cette campagne sera étendue aux maires des 100 plus grandes villes de France, aux sénateurs et aux députés européens, mais aussi à des personnalités ciblées…
Le DVD sera dans un boîtier qui contiendra un livret d’explication sur les différentes étapes de la torture. L’ensemble sera accompagné d’un format A4 sous forme de livret, avec des images très dures et la dénonciation des différentes fraudes qui sont indissociables de la corrida.
Cette campagne sera possible grâce aux dons des adhérents (carton rouge souscription 2005).


4- Nous continuerons bien entendu à concentrer nos efforts pour soutenir la proposition de loi de Madame Marland-Militello, notamment en allant rencontrer les députés dès que cela sera possible (en 2005, nous avons notamment déjà eu une audition le 1er février à l’Assemblée Nationale devant le groupe « protection animale » présidé par Mme Perrin-Gaillard). Ce travail est pour nous une priorité et doit se poursuivre ; c’est pourquoi nous avons l’intention de monter très régulièrement à Paris afin de continuer ce travail essentiel d’information sur la proposition de loi (rencontre avec les politiques mais aussi avec les médias).


IV- Renouvellement du Conseil d’Administration :

Pour le renouvellement du Conseil d’Administration, qui sera élu pour trois ans comme le prévoient les statuts,
Se présentent : J.P. Garrigues, T. Hély, C. Rodriguez et D. Simon et J. Lescure.

Les cinq candidats sont élus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:07

VI- La parole aux adhérents

- La parole est donnée aux responsables d’associations :
o Nicole Baudet, de l’association « Les Gamelles du Cœur », évoque le vernissage du Mas d'Artigny, où elle s’est rendu avec Mme Augier, et où elles ont réussi à imposer qu’on ajoute le tableau de Thierry Hély Pourquoi ? au milieu de toutes ces peintures tauromachiques. Cela fut relaté dans Nice Matin et sur France 3 Sud…
o Katherine Bourliaskos prend la parole, et rappelle les circonstances du vote historique de la ville de Mouans Sartoux en décembre dernier, qui s’est déclarée ville anti-corrida et amie des animaux par un vote du Conseil municipal, suivant en cela l’exemple de l’Espagne et ouvrant la voie à d’autres villes françaises…
o Joël Lunel, responsable du Comité FLAC Tarascon, évoque quant à lui le problème des enfants, et celui des subventions allouées dans sa ville à l’école de tauromachie : le Conseil général, le Conseil Régional, et aussi la Caisse d’Allocations Familiales. Il évoque également le cas de Saint Sever.
o Jean-Pierre Dunyach, responsable du comité FLAC Perpignan, évoque la situation à Bourg-Madame, où le maire a mis tellement de mauvaise volonté à fournir les comptes de la corrida qu’il a fallu faire intervenir la CADA, et même avec cela, les obstructions continuent et J.P. Dunyach demande application de la loi…. Il travaille également sur la question de la viande des taureaux massacrés à Collioure, et qui ont voyagé pendant 12 heures avant d’arriver aux abattoirs, ce qui est totalement illégal…


Katherine Bourliaskos, CAC 83
- Puis aux adhérents :

o Hélène Vaquier préconise d’envoyer le DVD aux maires des villes jumelées aux villes taurines ; cela est déjà prévu, et J. Lescure vient de préparer une version en anglais. Luce Lapin, journaliste à Charlie Hebdo,l’a chargée de transmettre tout son soutien et toute son amitié à toute l’équipe du CRAC.
o La question économique est souvent évoquée : il est rappelé que la feria et la corrida sont deux choses bien distinctes et également que 85 % des taureaux massacrés dans les arènes viennent d’Espagne… L’ « économie de la corrida » en France est un mensonge (sauf pour les quelques-uns qui s’en mettent plein les poches…)
o La question religieuse est également abordée. Sur ce point Nicole Möller répond que même s’il y a des aumôniers des arènes, ou des prêtres qui bénissent la barbarie, il y a également dans le milieu religieux des gens qui se battent pour les animaux… Attention de ne pas généraliser trop vite. Mais il est vrai qu’il y a du travail !
o Diverses suggestions seront faites par les adhérents, ainsi que de nombreux témoignages d’actions personnelles menées dans le sens de notre lutte commune.



A 18h, l’ordre du jour étant épuisé, l’Assemblée générale est close.


France 3 était présent dans la salle et a diffusé le soir-même des images de cette assemblée, avec interview particulières de Madame Augier et de madame Marland-Militello. Nice Matin était présent également. C'est un journal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:07

a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:09

Association Stéphane Lamart

Notre communication est le lien entre l’Association Stéphane Lamart ,les médias et le public. Parce-qu’il faut informer pour sensibiliser et pour agir, l’Association Stéphane Lamart mène occasionnellement des campagnes de sensibilisation en France. Publicités dans les journaux, interviews, communiqués de presse, manifestations, pétitions sont autant de réseaux de communication pour dénoncer encore et toujours. Au fil des ans, l’Association Stéphane Lamart a su s’imposer dans les médias français, notamment lors de nombreux articles de presse sur l’hexagone (Le Monde, Le Parisien, l’Agence France Presse, la presse people, les journaux télévisés, les émissions télévisées ainsi que les radios telles que : Europe 1 et Europe 2. En 2004 et 2005 l’Association Stéphane Lamart a lancé une campagne télévisée pour sensibiliser les téléspectateurs contre les abandons, pendant deux mois (Juin et Juillet) et pendant deux années consécutives sur les chaînes publiques et du câble. Depuis, quelques spots de sensibilisation sont diffusés sur des radios et par le web, concernant les abandons, afin de faire prendre conscience qu’un animal est un être vivant qui peut souffrir lui aussi. La communication, quelle que soit sa forme, reste un moyen de pression énorme pour toute action. Pour être performante l’Association Stéphane Lamart fait appel à une agence de communication afin de faire passer ses messages en matière de protection animale, a savoir que le communiqué de presse demeure le moyen le plus efficace, nous pouvons ainsi cibler nos actions vers des journalistes, animateurs de radio télé et des leaders d’opinions sur un plan régional, national voire international. C’est alors que notre service Communication peut informer les :

-58.000 journalistes et animateurs (classés par spécialité, titre, radio, Tv, web, rubrique ou émission).

-12.000 médias (presse écrite et audiovisuelle, agences de presse, web,…locale, départementale, régionale,…).

-67.000 leaders d’opinions (monde de l’art et de la culture, sportif, associatif, professionnel, syndical).

L’association Stéphane Lamart veut faire entendre la voies des animaux, eux qui ne peuvent ni crier encore moins se défendre de la cruauté de l’Homme. L'association soutient le C.R.A.C* avec 158 panneaux de 4x3m dans le sud-ouest de la France, afin de sensibiliser l'opinion public
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:09

Non aux corridas et aux cruels lâchers de taureaux : passez à l'action !

--------------------------------------------------------------------------------

Ecrivez à l’ambassade d’Espagne

Contactez l’ambassadeur d’Espagne de votre pays pour lui demander d’abolir la corrida.

France
Ambasssade d’Espagne
22, ave. Marceau
75381 Paris Cédex 08
01 44 43 18 00
01 47 20 56 69 et 01 47 23 59 55 (fax)
ambespfr@mail.mae.es
www.amb-espagne.fr

Belgique
Ambassade d’Espagne
19, rue de la Science
1040 Bruxelles
230 03 40
230 93 80 and 230 01 62 (fax)
ambespbe@mail.mae.es

Cliquez ici pour les ambassades des autres pays.


Ecrivez au maire de Pampelune

Ecrivez au maire de Pampelune pour lui demander d’abolir le lâcher de taureaux.

The Honourable Sra Dña Yolanda Barcina Angulo
Alcaldesa-Presidenta
Ayuntamiento de Pamplona
Plaza Consistorial
31001 Pamplona
Espagne

Ecrivez aux autorités espagnoles

Contactez les personnes ci-dessous et demandez-leur de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour abolir la corrida.

Gouvernement espagnol
Presidente D. José Luis Zapatero Rodríguez
Palacio de la Moncloa
28071 Madrid
Espagne
+34 913 900 217 (fax)
jlrzapatero@presidencia.gob.es

Ministère de l’Intérieur espagnol
Ministerio del Interior
Señor Ministro D. Afredo Pérez Rubalcaba
Paseo de la Castellana, 5
28046 Madrid
Espagne
+34 915371111 +34 915371003 (fax)

Commission nationale du ministère de l’Intérieur sur la tauromachie
Comisión Consultiva Nacional de Asuntos Taurinos del Ministerio del Interior
c/ Amador de los Ríos, 7
28010 Madrid
Espagne
+34 915371534 / +34 915371160

Ministère de l’Environnement espagnol
Ministerio de Medio Ambiente
Señora Ministra Dña. Cristina Narbona Ruiz
Plaza de San Juan de la Cruz, s/n
28071 Madrid
Espagne
+34 91 5976000
http://www.mma.es/portal/secciones/contacto/ (e-mail à envoyer en ligne)

Voici quelques points que vous pouvez rappeler dans vos lettres :

• L’opposition aux corridas grandit en Espagne et au-delà. En avril 2004, le conseil municipal de Barcelone a déclaré la ville de Barcelone anti-corrida. Depuis, 38 autres villes catalanes ont suivi, et le parlement catalan a même débattu d’un texte qui ferait tomber la corrida sous le coup des lois contre la cruauté envers les animaux déjà existantes.
• Selon un sondage Gallup d’octobre 2006, 72 % des Espagnols ne manifestent aucun intérêt pour la corrida, contre 54 % dans les années 80.
• Si ces spectacles sont principalement destinés aux touristes, il faut savoir que beaucoup de ces derniers eux sont tellement écoeurés par ce qu’ils voient qu’ils s’en vont avant la fin. Selon une étude du New York Times, 90 % n’assisteront plus jamais à une corrida.
• La torture et le meurtre d’un animal sans défense n’ont pas à être légitimés par la tradition. La tradition, qui dans le passé a aussi servi à justifier les horreurs de l’esclavage ou du travail des enfants, n’est pas un argument.
• La tauromachie est une activité cruelle qui à l’heure actuelle ne devrait plus exister que dans les livres d’histoire. Car quel que soit son passé, elle ne consiste qu’en la torture, la mutilation et le massacre d’animaux pour le plaisir.
• L’appellation « combat de taureaux » est trompeuse car, entre un matador (« tueur » en espagnol) armé de piques et de banderilles et un taureau physiquement et psychologiquement diminué, l’issue de la « lutte » est jouée d’avance.
• C’est une mise en scène très lâche. Le matador a le choix d’être là, mais pas le taureau. Celui-ci n’a que très peu de chances de s’en sortir. Souvent, avant même d’entrer dans l’arène, il a été affaibli par les sacs de sable dont on lui a frappé le dos, et les muscles de son cou ont été sectionnés pour l’empêcher de tenir la tête droite. On lui a administré des tranquillisants, ses cornes ont été « affeitées » et des produits aveuglants lui ont été appliqués dans les yeux, tout cela afin d’amoindrir ses capacités physiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:12

Lettres de protestation : une voix pour les animaux
Écrire des lettres peut être un moyen tr&egravce;s efficace de faire passer le message au sujet des droits des animaux. En écrivant à des législateurs et à des entreprises, des journaux et des magazines ou d'autres types de média, nous pouvons informer les autres et même influencer les comportements.
Toutes les lettres
Pour faire bonne impression, vous devriez si possible dactylographier vos lettres. Sinon, écrivez lisiblement. Si personne ne peut lire votre lettre, vous avez gaspillé le temps que vous avez passé à l'écrire. Vérifiez l'orthographe et la grammaire, et faites relire votre lettre avant de l'envoyer. Si possible, demandez aussi à quelqu'un d'autre d'y jeter un coup d'œil.

Avant de passer à l'écriture, préparez vos informations de référence. Vérifiez que les faits et les chiffres sont exacts. Utilisez la bibliothèque comme ressource si nécessaire. N'utilisez pas de papier décoré ou fleuri. Les lettres doivent être directes ; indiquez votre objectif dès le départ. N'incluez pas d'anecdotes personnelles, sauf si elles sont pertinentes (par exemple, au sujet d'un projet de loi pour l'interdiction des pièges à mâchoires dont votre chien a été victime). Ne cherchez pas à régler vos comptes et n'écrivez pas d'injures ; cela détruirait votre crédibilité. Préférez une lettre à une carte postale, même s'il vaut mieux envoyer une carte postale que rien du tout.
Lettres aux éditeurs
Lorsque vous écrivez une lettre à l'éditeur d'un journal ou d'un magazine, assurez-vous de suivre les instructions de publication en termes de longueur, d'informations personnelles, etc. Les journaux demandent souvent un numéro de téléphone pour que leur personnel puisse vous appeler et vérifier que vous êtes bien l'auteur de la lettre avant de la publier. Vos réponses aux articles ou les autres lettres destinées aux éditeurs doivent être écrites sans attendre, dans un délai d'un à deux jours si possible. Une réponse rapide a plus de chances d'être publiée et permet aux lecteurs de ne pas perdre le fil de la conversation.

Lorsqu'il s'agit de démentir une information, mieux vaut se concentrer sur un ou deux points et les expliquer clairement. Essayez d'informer les lecteurs sur quelque chose dont ils n'auraient pas conscience, comme les méthodes d'élevage des poules dans la production d'œufs. Dans la mesure du possible, essayez de les encourager à agir, notamment en limitant leur consommation d'œufs.

Le rôle d'une lettre n'est pas de démentir une information ; elle peut mettre en lumière n'importe quel sujet. Vos lettres doivent êtres courtes : en général, elles ne doivent pas faire plus d'une page (dactylographiée) et ne doivent pas dépasser 300 mots. Faites preuve d'humour si possible, mais ne sacrifiez pas le ton d'une lettre sérieuse et forte simplement pour ajouter une phrase accrocheuse.

Vous cherchez des journaux locaux auxquels écrire ? Vous pouvez accéder à des milliers de journaux dans le monde entier en vous rendant sur http://www.onlinenewspapers.com.

Vous pouvez également contacter les chaînes de télévision et les stations de radio pour protester contre tout élément promouvant la cruauté envers les animaux ou les complimenter au sujet d'un programme soutenant la défense des droits des animaux. Le site Web www.hoovers.com vous permettra d'obtenir les coordonnées des chaînes de télé et des stations de radio qui vous intéressent en faisant une recherche rapide.
Lettres aux législateurs
Les lettres aux législateurs doivent être brèves et aller droit au but, comme les lettres aux éditeurs. Ne discutez que d'un ou deux projets de loi maximum par lettre. Ne vous contentez pas de demander au législateur de soutenir votre projet de loi en faveur de la défense des droits des animaux ; très peu de membres de l'Assemblée Nationale votent en faveur de ce type de projet de loi, car il y a de nombreux enjeux. Ne vous montrez en aucun cas menaçant ou insultant dans une lettre à un législateur. De la même manière que les législateurs ont besoin de vos votes, les animaux ont besoin des votes des législateurs à l'Assemblée.
Lettres aux entreprises
Faites valoir votre statut de consommateur en écrivant aux entreprises qui exploitent les animaux, en particulier les entreprises dont vous avez utilisé les produits. Par exemple, dites aux fabricants de produits cosmétiques qui effectuent des tests sur des animaux que vous achèterez une autre marque de produits cosmétiques jusqu'à ce qu'ils trouvent des méthodes de test plus humaines. Ne soyez pas menaçant ou n'exprimez pas votre colère ; précisez simplement l'origine et la cause de votre protestation, suggérez des alternatives, le cas échéant. Si une entreprise organise un concours dont le prix est un manteau de fourrure, expliquez pourquoi vous êtes contre la fourrure, et demandez au sponsor d'offrir un prix qui ne symbolise pas l'exploitation des animaux, tel qu'un voyage ou un bijou.

Les lettres de protestation peuvent constituer une part importante de la défense des droits des animaux. Plus vous en savez sur les problèmes abordés, plus vos lettres seront convaincantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:12

URGENT ! Ecrivez à votre député(e) membre au Parlement Européen pour lui demander de signer la proposition de loi numéro 0002/2007 en faveur de l’abolition des corridas et des subventions accordées aux éleveurs de taureaux dits de combat.

Le député britannique Robert Evans, soutenu par ses homologues slovène Mojca Drcar Murko, danoise Gitte Seeberg et suédois Carl Schlyter, a présenté une proposition de loi, numérotée 0002/2007, au Parlement Européen, proposition en faveur de l’abolition des corridas et des subventions accordées aux éleveurs de taureaux dits de combat.

Consultez le texte de cette proposition de loi 0002/2007 en cliquant ici.

Le Parlement Européen comprend 785 membres. Pour être accepté, le texte doit être approuvé par 394 d’entre eux, et ceci avant le 14 avril 2007. Merci donc à chacun d’entre vous d’encourager son(sa) député(e), en lui écrivant, en lui téléphonant ou en lui envoyant un mail, à soutenir ce projet de loi.

Si vous ne connaissez pas votre député(e), cliquez ici :

Si cette proposition de loi est acceptée par l’Union Européenne, ce sera une victoire significative pour les quelques 60 000 taureaux qui meurent chaque année dans les arènes d’Espagne, de France et du Portugal.

Voici quelques points que vous pouvez rappeler dans vos lettres :

• L’opposition aux corridas grandit en Espagne et au-delà. En avril 2004, le conseil municipal de Barcelone a déclaré la ville de Barcelone anti-corrida. Depuis, 38 autres villes catalanes ont suivi, et le parlement catalan a même débattu d’un texte qui ferait tomber la corrida sous le coup des lois contre la cruauté envers les animaux déjà existantes.
• Selon un sondage Gallup d’octobre 2006, 72 % des Espagnols ne manifestent aucun intérêt pour la corrida, contre 54 % dans les années 80.
• Si ces spectacles sont principalement destinés aux touristes, il faut savoir que beaucoup de ces derniers eux sont tellement écoeurés par ce qu’ils voient qu’ils s’en vont avant la fin. Selon une étude du New York Times, 90% n’assisteront plus jamais à une corrida.
• La torture et le meurtre d’un animal sans défense n’ont pas à être légitimés par la tradition. La tradition, qui dans le passé a aussi servi à justifier les horreurs de l’esclavage ou du travail des enfants, n’est pas un argument.
• La tauromachie est une activité cruelle qui à l’heure actuelle ne devrait plus exister que dans les livres d’histoire. Car quel que soit son passé, elle ne consiste qu’en la torture, la mutilation et le massacre d’animaux pour le plaisir.
• L’appellation “combat de taureaux” est trompeuse car, entre un matador (“tueur” en espagnol) armé de piques et de banderilles et un taureau physiquement et psychologiquement diminué, l’issue de la “lutte” est jouée d’avance.
• C’est une mise en scène très lâche. Le matador a le choix d’être là, mais pas le taureau. Celui-ci n’a que très peu de chances de s’en sortir. Souvent, avant même d’entrer dans l’arène, il a été affaibli par les sacs de sable dont on lui a frappé le dos, et les muscles de son cou ont été sectionnés pour l’empêcher de tenir la tête droite. On lui a administré des tranquillisants, ses cornes ont été « affeitées » et des produits aveuglants lui ont été appliqués dans les yeux, tout cela afin d’amoindrir ses capacités physiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:13

¿Tradición o aberración?, ¿cultura o maltrato?, las dos Españas siguen latentes:


  • Toros con las cornamentas ardiendo.
  • Peleas de carneros y gallos.
  • Caballos que cruzan hogueras.
  • Lanzamientos de cabras y pavos desde los campanarios.
  • Incluso hormigas rociadas con vinagre...

Cada año, 60.000 animales son maltratados (y la mayoría después sacrificados) en España durante las fiestas populares, según la Asociación Nacional para la Protección y el Bienestar de los Animales (Anpba). ¿Es folclore o una aberración moral?
Para unos, "una aberración moral que debería estar perseguida con la cárcel".
Para otros, "un folclore de siglos de vida, que define nuestra cultura".
La mayoría, toros
El 95% de estos animales son toros que se utilizan en corridas y novilladas (un pequeño porcentaje), y en encierros y un sinfín de peculiares festejos.
"Ponemos 600 denuncias cada año", explican en Anpba.
"Los españoles somos dos caras de la misma moneda. Que la gente lo vea, lo conozca y opine", señalan en el Patronato del Toro de la Vega, en Tordesillas.
17 leyes distintas
El uso de animales en fiestas está regulado de una manera distinta en cada una de las 17 comunidades, el algunas peor que en otras.
"La ley más mala es la valenciana", explican en Anpba.


  • En Castilla y León, por ejemplo, están permitidos los festejos con más de 200 años de tradición.
  • En Cataluña y Madrid están prohibidos, en cambio, los toros de fuego y toros embolados.
  • El País Vasco también ha impedido mediante decreto el maltrato de animales en los festejos.

El maltrato ya no es de ‘interés’
El Gobierno socialista modificó hace un mes los criterios por los que cualquier fiesta popular es declarada de interés turístico nacional, como lo son los sanfermines de Pamplona.
El Ejecutivo rechazará a partir de ahora todas aquellas solicitudes en las que directa o indirectamente se maltraten animales.
El Código Penal también castiga desde octubre de 2004 con sanciones de tres meses a un año de cárcel el maltrato de animales domésticos, una categoría que no incluye a los toros, las aves de cetrería y los animales exóticos o silvestres.
Dos opiniones


A favor: "El toro tiene un destino, desmostrar su bravura". Joaquín Hurtado. Alcalde de Coria.
El toro tiene un destino, demostrar su bravura, y así lo hace en nuestras fiestas, en las que se combinan valor y arte.
El animal no sufre. Los alfileres que se le clavan, llamados soplillos, no le hacen daño, sólo cosquillas, ya que no atraviesan su piel. Probamos en nuestras propias manos antes de lanzárselos.
Al final muere de un tiro, así padece menos que si muriese con la espada. Comprendo que haya gente a la que no le guste y que no lo entienda.
Es una tradición, no una imposición. Está declarado bien de interés turístico.
La suelta del toro por el recinto amurallado de Coria cuenta con todas las medidas de seguridad, aunque a veces hemos tenido que lamentar muertes. Este año ha habido 9 heridos.
En contra: "Usar animales para divertirse es inmoral". Alfonso Chillerón. Presidente de Anpba.
Los espectáculos con animales deberían estar prohibidos.
Se les inflingen sufrimientos psicológicos y terribles malos tratos físicos.
La tradición no es un argumento válido para sustentar ningún festejo que utilice y maltrate animales porque también hoy es tradición la extirpación del clítoris a las niñas en África, y en España fue tradición y manifestación cultural quemar herejes y gatos.
Sin embargo, nadie en su sano juicio podría justificar tales barbaridades.
Por tanto, aceptar la tradición sin cuestionar sus componentes crueles es lo mismo que negar el progreso de la cultura.
La actual sociedad de ocio tiene un abanico tan grande de posibilidades que utilizar animales para poder divertirse sólo puede considerarse como una aberración ética y moral.
Las más populares, y lás más crueles...


1) El toro de la Vega.
Se celebra el segundo martes de septiembre en la localidad vallisoletana de Tordesillas. Es un tradición del siglo XV. El toro es perseguido en la vega del río Duero por lanceros a caballo que tienen que matarlo. Hasta hace unos años, el que lograba derribar al animal tenía derecho a cortarle los testículos, un final de fiesta que se ha eliminado.
2) El toro júbilo.
Se celebra en noviembre en las calles de Medinaceli, en Soria.
Tradición del siglo XVI.

El toro es atado por los cuernos para inmovilizarlo y encajarle así en la cabeza unos artilugios metálicos con grandes bolas de material inflamable. Para los ecologistas, el animal sufre graves quemaduras y un gran estrés.
Los defensores de esta fiesta alegan en cambio que al astado se le da una crema de barro para que no sufra quemaduras y que se ha eliminado la tradición de matar al toro tras el encierro nocturno que realiza con sus cuernos envueltos en llamas.
Los ‘toros de fuego’ también son muy populares en Valencia, donde más de 140 municipios los incluyen en sus festejos.
En ellos se sacrifican unos 1.200 astados cada año.
3) Toros enmaromados.
También conocidos como toros ensogados. Las reses son sujetadas por la cabeza para atarles los cuernos. Luego son arrastrados por las calles.
Las sogas producen grandes traumatismos en la cepa del cuerno y profundos desgarros en los músculos del cuello.
Estos festejos son típicos en media España: Aragón, Navarra, La Rioja, Andalucía, Valencia y, sobre todo, en Castilla y León. El más famoso es el de Benavente, en Zamora, entre el 9 y el 14 de junio.
4) Toro de San Juan.
Se celebra entre el 23 y el 28 de junio en Coria (Cáceres). El toro es soltado por el recinto amurallado de la ciudad y, como si fuese una diana, se le lanzan soplillos (gruesos alfileres) que se clavan en su piel. Después se le dispara un tiro. Esta fiesta, que data del siglo XVI, está declarada bien de interés turístico.
Tradiciones que han dejado de serlo


1) La cabra desde el campanario.
Desde el año 2000, el pueblo de Manganeses de la Polvorosa (Zamora) ya no arroja una cabra desde el campanario de su iglesia. Al menos de carne y hueso. Ahora lanzan una de cartón piedra.

2) Los gallos de guarrate.
Los quintos del pueblo, en Zamora, pasaban a ser hombres montados a caballo y blandiendo una espada. Con ella tenían que descuartizar los gallos colgados en la plaza.

3 La pava de cazalilla.
Desde el siglo XIX los vecinos de esta localidad de Jaén tiran una pava desde el campanario de la Iglesia. La tradición augura buena suerte para quien la atrape. El Ayuntamiento ha sido sancionado por permitirlo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:14

Corridas de toros, el arte del engaño

"No hay nada tan patético como una multitud de espectadores inmóviles presenciando con indiferencia o entusiasmo el enfrentamiento desigual entre un noble toro y una cuadrilla de matones desequilibrados destrozando a un animal inocente que no entiende la razón de su dolor...
Un baño de sangre anual de mil millones de euros”


Crueldad y decepción

Las corridas de toros son un espectáculo bochornoso en tres actos, de unos veinte minutos de duración, que escenifica la falsa superioridad y la fascinación enfermiza con la sangre y la carne de la que se alimentan, contra toda lógica ética y dietética, quienes creen tener un derecho divino a disponer a su antojo de la vida de otros seres sensibles, llegando incluso a justificar y trivializar la muerte del toro como arte y diversión; un comportamiento patológico que nace de una incapacidad para afrontar el dolor de las víctimas y una morbosidad irrefrenable ante la posibilidad de ser testigo directo de alguna cornada, o de la muerte del matador; un riesgo fortuito, infrecuente (un torero por cada 40.000 toros sacrificados), y sobre todo evitable que, sin embargo, incrementa el carácter macabro de la corrida.

Una caridad cruel e insolidaria

Igual que los carniceros y las guerras, las corridas de toros tienen mala imagen, y no es fácil presentar la muerte como arte, comida o libertad. Pero si el requisito para un festín es la matanza de un animal, y los tiros son los precursores de la libertad, quienes se lucran fomentando la diversión a costa de la vida animal también necesitan justificar y enfocar la atención de los consumidores y usuarios en la supuesta utilidad de sus productos y servicios apoyando obras de interés social; por ejemplo, a través de una corrida de beneficencia, un acto aberrante e insolidario que, sin embargo, puede servir de reclamo al tranquilizar algunas conciencias, sobre todo si el baño de sangre beneficia supuestamente a un asilo de ancianos, las hermanitas de los pobres, una asociación que defiende a los discapacitados como la Fundación Padre Arrupe, o instituciones como la Asociación Española Contra el Cáncer o la Cruz Roja, que también entró a formar parte del negocio taurino con la explotación del servicio de alquiler de almohadillas en la plaza de Sevilla.

La destrucción de cualquier vida, supuestamente en beneficio de los demás, es éticamente inaceptable; pero esto no impidió a las monjas de la Hermandad del Santo Cristo del Consuelo y Nuestra Señora de los Desamparados celebrar el año pasado en Ciudad Real una novillada o “festival taurino-religioso”, incumpliendo el artículo 2.418 del catecismo, donde se dice que hacer sufrir a los animales va contra la dignidad humana. Otro ejemplo pintoresco, impropio de una sociedad democrática y civilizada, que no guarda relación con una actitud solidaria y humanitaria hacia los discapacitados y los animales, tuvo lugar en Alcuéscar, Cáceres, donde el alcalde construyó con dinero público una rampa y una zona especial para que 80 espectadores en sillas de ruedas pudieran ser testigos de un linchamiento repugnante de animales físicamente sanos. La Diputación de Málaga también se ha sumado a este inusitado interés taurino por los discapacitados físicos, aportando dinero público para que la plaza de La Malagueta sea la primera del país en instalar un ascensor para minusválidos, que previamente eran trasladados en brazos por los empleados, habilitando el ruedo para todos los públicos, con la creación de rampas de acceso a la plaza y una barandilla para sujetar las sillas de ruedas.

Las administraciones públicas, propietarias del 65% de las más de trescientas plazas de toros españolas, a pesar de las quejas de la inmensa mayoría de los contribuyentes que no desean apoyar con sus impuestos esta barbarie nacional que los intereses taurinos tratan desesperadamente de mantener e incentivar, siguen exigiendo un mayor número de corridas en los pliegos de adjudicación de los concursos taurinos; una carnicería anual, estéticamente impresentable que, con más de mil representaciones escenificando la masacre de un pacífico animal herbívoro que acaba en el desolladero, amenaza con ahogar con sangre, incluso, el interés de sus más fieles e incondicionales cómplices, ética y físicamente discapacitados, de una cobardía que a todos envilece.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:15

Corridas de toros, el arte del engaño

Una siniestra farsa impuesta como fiesta nacional

Detrás de la barrera que les aisla de la sangre, los aficionados y curiosos, adictos a la muerte y al dolor ajeno, se jactan de alimentar un biocidio aberrante y estéril con la compra de abonos que les permiten ver hasta la saciedad un espectáculo nauseabundo en el que se torturan, uno tras otro, miles de veces, seis magníficos animales, condicionados desde el nacimiento para representar, junto con el caballo, el papel más funesto de un fatídico guión, dividido en tres “suertes”, en las que unos siniestros mercenarios muestran su desprecio a la vida, acosando y “castigando” a un noble toro, manipulado y traicionado, con arpones y picas afiladas, hasta que muere, asfixiado o ahogado en su propia sangre con los pulmones destrozados por la espada del matador, o apuntillado con un puñal con el que intentan seccionarle la médula espinal. Pudiendo haber sido sometido, según estudios veterinarios, a toda clase de mortificaciones fraudulentas, incluyendo, además del afeitado (del cual, según el artículo 47.2 del reglamento de 1996, son supuestamente responsables los ganaderos), el suministro de fármacos y purgantes, que actúan como hipnotizantes y tranquilizantes, pudiendo producir falta de coordinación del aparato locomotor y defectos de la visión antes de comenzar la farsa taurina y ser descuartizado por los picadores, que le clavan el hierro de la puya en el morrillo, abriendo, a modo de palanca, un tremendo agujero con la cruceta, cortando y destrozando los tendones, ligamentos y músculos de la nuca para obligarle a bajar la cabeza y poderle matar más fácilmente. Continuando con el suplicio de las banderillas; tres pares de arpones de acero cortante y punzante (llamadas también “alegradores”), que le rompen la cerviz, quitándole fuerza y vitalidad, antes de ser estoqueado por los sicarios de la espada y el puñal; una labor premiada con las orejas, rabos y patas arrancadas de sus víctimas, incluso antes de su muerte, como trofeos que testifican el grado de deshumanización de sus cobardes verdugos y quienes les alientan con el griterío inconsciente o un silencio cómplice.

Las corridas de toros, además de carecer de sentido ético y apoyo social, fomentan el desprecio hacia los animales y la insolidaridad entre los ciudadanos, acostumbrados a permanecer impasibles ante el linchamiento de un ser vivo. No siendo tampoco un espectáculo que cuente con el apoyo incondicional de sus más fervientes aficionados que protestan contra “la invalidez de los pseudotoros” y el incumplimiento reiterado de las normas que regulan la tortura del animal, cada vez más debilitado y “falto de casta”, que sufre la dolorosa indignidad del afeitado, una práctica que implica el corte de un trozo de pitón, dentro del mueco donde se le inmoviliza, sufriendo el llamado lumbago traumático, y destrozándose los músculos y tendones al luchar desesperadamente por librarse del yugo que sujeta su cabeza, saliendo desvencijado en el cajón hacia los corrales de la plaza, a donde llega tullido y sin fuerzas para afrontar los desgarradores puyazos que le inflinge el picador. Un vergonzoso fraude, tolerado y muy extendido, según los propios taurinos, que debería bastar para condenar y aislar públicamente a los matones que han impuesto, con el beneplácito institucional de sus vasallos políticos, este sucio negocio como emblema de la España negra y “fiesta nacional”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:16

Corridas de toros, el arte del engaño

El “arte de matar”: como modelo educativo, religioso y cultural

Aunque haya disminuido el apoyo popular a las corridas de toros, el fin de las fiestas crueles dependerá del grado de respaldo de los medios de comunicación, de los intereses económicos y de las instituciones públicas y religiosas que tradicionalmente las han justificado y mantenido, política y materialmente, a cambio de vender su alma al diablo o al mejor postor, permitiendo la implantación del “status quo” taurino y la pérdida de valores éticos y religiosos del modelo egoísta de sociedad actual, intolerante y cruel, que se manifiesta a través de las retransmisiones taurinas, la violencia deportiva y doméstica y la telebasura en general, con el silencio cómplice, egoísta o ignorante de los votantes que legitiman activa o pasivamente la violencia institucionalizada sin comprender el origen de los conflictos sociales y las guerras locales y transnacionales que condicionan e hipotecan el presente y el futuro de la humanidad.

El fomento de la crueldad y el desprecio a la vida llega incluso a redefinir y condicionar el comportamiento y la identidad cultural de los aficionados a la sangre, a través de nuevos videojuegos como “Torero, arte y pasión en la arena”, con una opción, presentada por un conocido torero, que enseña a dos jugadores las técnicas más refinadas para torturar y matar a sus víctimas virtuales o potenciales. Al igual que los esfuerzos, claramente tendenciosos para presentar una corrida de toros simbólicamente, con descaro o sutileza, como una expresión artística fascinante y respetable, a través del cine o del teatro, en obras como “Carmen” y “Don Juan en los ruedos”, de Salvador Távora, que llenan los escenarios de sangre real, vertida para satisfacer el morbo de los espectadores, o la película “Hable con ella”, del director Pedro Almodóvar, quien organizó corridas de muerte en Madrid y Guadalajara, que costaron la vida a varios toros, destruyendo la magia incruenta del cine para manchar de sangre a los espectadores y hacerles cómplices involuntarios de una atrocidad éticamente incomprensible e injustificable.

Uno de los factores que contribuyen a mantener y fomentar las corridas de toros es el aporte de dinero público de las instituciones locales y regionales a las escuelas taurinas, que surgieron junto a los antiguos mataderos municipales, donde se entrena a niños de doce y catorce años en “el arte de matar”, mediante competiciones y prácticas con terneros y vacas, que sufren atroces heridas e incluso, como en la escuela taurina de Madrid, mutilaciones de las orejas y el rabo antes de morir. Barbaridades que forman parte del ritual tauricida de las corridas, apoyadas y justificadas por representantes taurinos de la cultura, como el escritor y catedrático de ética de la Universidad Complutense de Madrid, defensor de las corridas de toros y de las víctimas del terrorismo, Fernando Savater, quien se jacta de que “las barbaridades a veces también tienen su mérito, su estética y su ética”, justificando demagógicamente la crueldad por no ser, según él, “el objetivo de la diversión”, sino “un ingrediente necesario”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:17

Corridas de toros, el arte del engaño

El gobierno de Andalucía, que también apoya las corridas de toros, justifica las escuelas taurinas que subvenciona haciendo una lectura parcial de los artículos 35 y 46 de la Constitución Española, que tratan del derecho al trabajo y la libre elección de un empleo o una profesión, así como el fomento y conservación del patrimonio cultural español, sin tener en cuenta el artículo 15, que trata del derecho a la vida, sin miedo a la tortura y a un trato inhumano y degradante, que convenientemente no se aplica a los toros y caballos víctimas de las corridas.

Otros factores económicos que contribuyen a mantener las corridas son la asistencia, nada grata, del turista ocasional que apoya, a menudo involuntariamente, el morboso espectáculo y la diversificación económica de los ruedos. Asimismo, mientras algunos ganaderos se benefician de la ayuda económica de la Unión Europea, destinada a la producción de carne, otras subvenciones públicas permiten la celebración de corridas de toros en pueblos y ciudades que carecen de medios económicos para organizarlas por su cuenta. La venta de carne de los animales sacrificados a los gourmets taurinos, que ignoran o desean ignorar la importante liberación de toxinas producida por el estrés de las víctimas y las enfermedades habituales relacionadas con su consumo, como tuberculosis, nefritis y parasitosis hepática, también contribuye a hacer más rentable la masacre taurina.

A pesar de la falta de apoyo público por los espectáculos crueles de las últimas estadísticas, coincidiendo con el auge del vegetarianismo/veganismo y la búsqueda de valores espirituales basados en el respeto a la vida; sin absurdas excepciones antropocéntricas o religiosas, la mafia taurina, que nunca en su macabra historia ha querido saber de leyes de protección animal (incompatibles con su actividad tauricida, destructora de hombres y caballos), trata desesperadamente de retrasar el inevitable fin de una sangrienta dictadura que extiende sus tentáculos por los satélites taurinos de Europa, América y otros feudos potenciales, imponiendo un espectáculo denigrante y remodelando o proyectando nuevos centros de tortura multiuso, con cubierta o techo retráctil, para subvencionar y equiparar el martirio de animales con otros espectáculos musicales y artísticos más lucrativos, como el centro multimillonario de la ciudad de Burgos, previsto para el 2004.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Sam 7 Juil - 8:18

Corridas de toros, el arte del engaño

Una perspectiva histórica

Aunque las corridas de toros sean un espectáculo singular y vergonzosamente español, su origen se remonta a los sangrientos juegos romanos y las crueles venationes en las que se mataban miles de animales para divertir a un público sediento de sangre y fuertes emociones. Según cuenta Plinio el Viejo, en su Historia Natural, Julio César introdujo en los juegos circenses la lucha entre el toro y el matador armado con espada y escudo, además de la “corrida” de un toro a quien el caballero desmontando derribaba sujetándolo por los cuernos. Otra figura de aquella época, según Ovidio, fue el llamado Karpóforo, que obligaba al toro a embestir utilizando un pañuelo rojo. El sacrificio de toros también se incluía entre los ritos y costumbres que los romanos introdujeron en Hispania.


En Creta, además del relato de la mitología griega que cuenta las aventuras de Ariadna, hija del rey Minos, y Teseo, que mató al Minotauro, hay constancia de la celebración de juegos en la plaza de Cnossos, en cuyo palacio, conocido por el Laberinto, pueden verse frescos que muestran a hombres y mujeres en escenas de tauromaquia, guiados quizá por los mismos mitos y la ignorancia insensata que permite caracterizar a un pacífico animal como un monstruo o enemigo virtual, convirtiéndole en víctima real de nuestro fracaso evolutivo como seres humanos, para poder traficar con la vida y el dolor de cuantos carecen arbitriamente de nuestros inmerecidos privilegios.

El acoso y la matanza de toros en España como ritual de diversión

La primera referencia histórica de una corrida data de 1080, como parte del programa de festejos de la boda del infante Sancho de Estrada, en Ávila. Existiendo una conexión psicológica entre la corrida y estas celebraciones por la simbología ritual libidinosa imaginaria entre toro y torero, o entre lo masculino y lo femenino, con ramificaciones en el folklore y las fiestas populares, así como la relación libidinal entre el público y el torero, y otros elementos menos visibles que manifiestan todo un espectro de deseos, traumas y pasiones malsanas y enfermizas.

Aunque varios escritores apuntan que el Cid Campeador, Rodrigo Díaz de Vivar, fue el primer caballero español que alanceó toros, según Plinio, la práctica la introdujo Julio César, atacando él mismo con una pica a los toros a caballo. Una costumbre que los moros consideraban menos peligrosa que los torneos entre cristianos, que les preparaban para las batallas en las que los hombres se mataban del mismo modo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bulls / toros / taureaux   Aujourd'hui à 11:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Bulls / toros / taureaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vidéo : Quatres taureaux s'échappent !
» vend ou echange taureaux reproducteur.
» 2 taureaux highland à vendre
» 100% TOROS
» Livre utile ( pas seulement pour les bulls)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: