AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Jeu 31 Juil - 7:27

"Je vous dis, en vérité, que mieux vaudrait pour vous subir tous les tourments de mes martyrs plutôt que passer une seule heure dans les tortures de l’enfer."

Paroles de Jésus à Maria Valtorta

Aujourd'hui peu de chrétiens croient en l'enfer.Comment en effet concevoir qu'un Dieu si bon qui prône toujours le pardon pourrait punir éternellement un être humain.Très peu de prêtres croient également au chatiement éternel;beaucoup n'en parlent mème plus ou trés vaguement dans leurs homélies.
Il existe cependant un certain nombre d'arguments suffisamment convaincants pour ne pas douter de l'existence bien réelle de l'enfer et de toute son horreur.
-Jésus tout d'abord a dit que l'enfer existait et ceci à quinze reprises lors de son pasage sur terre. Voici une de ses paroles « Si votre pied ou votre oeil est pour vous une occasion de chute, coupez-le, arrachez-le, et jetez-le loin de vous : il vaut mieux entrer dans la vie éternelle avec un seul pied ou un seul oeil, que d'être jeté avec vos deux pieds ou avec vos deux yeux, dans la prison de feu éternel où le remords ne cesse point et où le feu ne s'éteint pas."
D'autres part un certain nombre de phénomènes surnaturels suffisamment convaincants ont confirmé l'existence bien réelle de l'enfer:
-Par la grace de Dieu,des ètres humains ont visité en esprit l'enfer et en ont rendu compte par des écrits,comme par exemple Sainte Thérèse d'avila
-Des ames damnées sont apparues à des humains qui en ont fait le récit.
-De nombreux cas de possession diaboliques ont mis en évidence la réalité des démons et donc de l'enfer.
-La Sainte Vierge lors d'apparitions reconnues comme authentique par l'église comme à Fatima au Portugal,a montré à des enfants comment est l'enfer et a réaffirmé son existence.
L'ensemble de tous ces éléments plus d'autres est suffisamment éloquent pour ne pas douter de l'horrible réalité de l'enfer. Par diverses façons Dieu a donc permis à l'homme de connaitre la réalité concrète de l'enfer.De ces révélations il ressort que l'enfer est un lieu terrifiant ou l’être humain privé de Dieu subit des souffrances épouvantable et qui ne ne s’arrêteront jamais.
L'homme doit donc tout faire pour éviter de tomber en enfer.Et c'est le devoir des prêtres de parler de l'enfer comme il convient. Dieu qui veut que nous soyons tous sauver nous a donné des conseils et des protections pour éviter l'enfer.Il faut les connaitre et s'en servir. Je vous recommande plus particulièrement de porter le scapulaire du Mont Carmel. La Sainte Vierge a en effet promis que ceux qui le porteraient seraient sauver de l'enfer.
J'espère que les arguments présentés sur ce site vous auront convaincu. Je vous invite à visiter mes autres sites (sites recommandés)

Que Dieu vous protège vous et votre famille.

Francis


Dernière édition par végétalienne-13 le Ven 25 Sep - 13:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Jeu 31 Juil - 7:27

Asexuality
From Wikipedia, the free encyclopedia
This article is about humans who lack sexual attraction or interest in sexual activity. For other uses, see Asexual.
This is a good article. Click here for more information.
Sexual orientation
Male and female sign.svg
Sexual orientations
Asexual Bisexual Heterosexual Homosexual
Non-binary categories
Androphilia and gynephilia Pansexuality Polysexuality Third gender Two-Spirit
Research
Biology Human female sexuality Human male sexuality Demographics Environment Continuum Kinsey scale Klein Grid Neuroscience Non-heterosexual Psychology Queer studies Sexology Timeline of sexual orientation and medicine
Non-human animals Homosexual behavior in animals (List)
Category Category
v t e
Asexuality (or nonsexuality)[1][2][3] is the lack of sexual attraction to anyone, or low or absent interest in sexual activity.[4][5][6] It may be considered the lack of a sexual orientation, or one of the four variations thereof, alongside heterosexuality, homosexuality, and bisexuality.[7][8][9] A study in 2004 placed the prevalence of asexuality at 1% in the British population.[7][10]

Asexuality is distinct from abstention from sexual activity and from celibacy,[11][12] which are behavioral and generally motivated by factors such as an individual's personal or religious beliefs;[13] sexual orientation, unlike sexual behavior, is believed to be "enduring."[14] Some asexual people engage in sexual activity despite lacking a desire for sex or sexual attraction, due to a variety of reasons, such as a desire to please romantic partners or a desire to have children.[6][11]

Acceptance of asexuality as a sexual orientation and field of scientific research is still relatively new,[4][6][8][15] as a growing body of research from both sociological and psychological perspectives has begun to develop.[6] While some researchers assert that asexuality is a sexual orientation, other researchers disagree.[8][9]

Various asexual communities have started to form since the advent of the Internet and social media. The most prolific and well-known of these communities is the Asexual Visibility and Education Network (AVEN), which was founded in 2001 by David Jay.[9][16]

Contents [hide]
1 Definitions
1.1 Identity and relationships
1.2 Sexual orientation and etiology
2 Research
2.1 Prevalence
2.2 Sexual activity and sexuality
3 Community
4 Discrimination and legal protections
5 See also
6 References
7 Further reading
8 External links
Definitions[edit]
Identity and relationships[edit]
Because there is significant variation among people who identify as asexual, asexuality can encompass broad definitions.[17] Researchers generally define asexuality as the lack of sexual attraction or the lack of sexual interest,[4][6][9] but their definitions vary; they may use the term "to refer to individuals with low or absent sexual desire or attractions, low or absent sexual behaviors, exclusively romantic non-sexual partnerships, or a combination of both absent sexual desires and behaviors."[6]

The Asexual Visibility and Education Network (AVEN) defines an asexual as "someone who does not experience sexual attraction" and stated, "[a]nother small minority will think of themselves as asexual for a brief period of time while exploring and questioning their own sexuality" and that "[t]here is no litmus test to determine if someone is asexual. Asexuality is like any other identity – at its core, it's just a word that people use to help figure themselves out. If at any point someone finds the word asexual useful to describe themselves, we encourage them to use it for as long as it makes sense to do so."[15]

Asexual people, though lacking sexual attraction to any gender, might engage in purely romantic relationships, while others might not.[9][18][19] There are asexual-identified individuals who report that they feel sexual attraction but not the inclination to act on it because they have no true desire or need to engage in sexual or non-sexual activity (cuddling, hand-holding, etc.), while other asexuals engage in cuddling or other non-sexual physical activity.[6][11][12][17] Some asexuals participate in sexual activity out of curiosity.[6] Some may masturbate as a solitary form of release, while others do not feel a need to do so.[17][20][21]

With regard to sexual activity in particular, the need or desire for masturbation is commonly referred to as sex drive by asexuals and they disassociate it from sexual attraction and being sexual; asexuals who masturbate generally consider it to be a normal product of the human body and not a sign of latent sexuality, and may not even find it pleasurable.[6] Some asexual men are unable to get an erection and sexual activity by attempting penetration is impossible for them.[22] Asexuals also differ in their feelings toward performing sex acts: some are indifferent and may have sex for the benefit of a romantic partner; others are more strongly averse to the idea, though they do not typically dislike people for having sex.[6][17][21]

Concerning romantic or emotional aspects of sexual orientation or sexual identity, asexuals may identify as heterosexual, lesbian, gay, bisexual, queer,[15][18] or by the following terms to indicate that they associate with the romantic, rather than sexual, aspects of sexual orientation:[18][17]

aromantic; lack of romantic attraction towards anyone
biromantic; as opposed to bisexual
heteroromantic; as opposed to heterosexual
homoromantic; as opposed to homosexual
panromantic; as opposed to pansexual
demiromantic or demisexual; a person who may identify as "grey romantic" or a "grey asexual", respectively, because they may feel romantic attraction or sexual attraction once a reasonably stable or large emotional connection has been created.[17][23]
Sexual orientation and etiology[edit]
There is significant debate over whether or not asexuality is a sexual orientation.[8][9] It has been compared and equated with hypoactive sexual desire disorder (HSDD), in that both imply a general lack of sexual attraction to anyone; HSDD has been used to medicalize asexuality, but asexuality is generally not considered a disorder or a sexual dysfunction (such as anorgasmia, anhedonia, etc.), because asexuality does not necessarily define someone as having a medical problem or problems relating to others socially.[12][18][24] Unlike people with HSDD, asexual people normally do not experience "marked distress" and "interpersonal difficulty" concerning feelings about their sexuality, or generally a lack of sexual arousal, and they do not have disproportionate rates of alexithymia, depression, personality disorders or social withdrawal; asexuality is considered the lack or absence of sexual attraction as a life-enduring characteristic.[4][18] Some people with such disorders may identify as asexual, however, even if their non-sexual state is explained by one or more of the aforementioned disorders.[25]

Asexuality may be argued as not being a meaningful category to add to the continuum of sexual orientations, and instead argued as the lack of a sexual orientation or sexuality.[8] Other arguments propose that asexuality is the denial of one's natural sexuality, and that it is a disorder caused by shame of sexuality, anxiety or sexual abuse, sometimes basing this belief on asexuals who masturbate or occasionally engage in sexual activity simply to please a romantic partner.[8][21][22]

The suggestion that asexuality is a sexual dysfunction is controversial among the asexual community. Those who identify as asexual usually prefer it to be recognized as a sexual orientation.[9][26] Various scholars state that asexuality is a sexual orientation, as some asexuals are unable to masturbate even though they reportedly have a normal sex drive, and that there are variations of sexual preferences, arguing that asexuality ought to be included as well.[8][11][22] They state that asexuals do not choose to have no sexual desire, and generally start to find out their differences in sexual behaviors around adolescence. Because of these facts coming to light, it is argued that asexuality is much more than a behavioral choice, and is not something that can be cured like a disorder.[22][27]

Etiology in this context is without implication of disease, disorder, or abnormality.[28][29][30][31] Research on the etiology of sexual orientation when applied to asexuality has the definitional problem of sexual orientation not consistently being defined by researchers as including asexuality.[32] Sexual orientation is defined as "enduring" and resistant to change, proving to be generally impervious to interventions intended to change it.[14] While heterosexuality, homosexuality and bisexuality are usually, but not always, determined during the early years of preadolescent life, it is not known when asexuality is determined. "It is unclear whether these characteristics [viz., "lacking interest in or desire for sex"] are thought to be lifelong, or if they may be acquired."[6]

Non-measurement in some areas of sexual orientation is accepted by the American Psychological Association, the American Psychiatric Association, and the National Association of Social Workers: "[S]imply to document that a phenomenon occurs, case studies and non-probability samples are often adequate. . . . Some groups are sufficiently few in number – relative to the entire population – that locating them with probability sampling is extremely expensive or practically impossible. In the latter cases, the use of non-probability samples is often appropriate."[33] In determining etiologies, when asexuals are a small percentage of a large society, asexuals with a given etiology will compose an even smaller percentage, so that etiological information is available only from some individuals, generally not randomly selected.[34]

Research[edit]
Prevalence[edit]
Asexuality is not a new aspect of human sexuality, but it is relatively new to public discourse.[35] SE Smith of The Guardian is not sure asexuality has actually increased, rather leaning towards the belief that it is simply more visible.[35] In the mid-twentieth century, Alfred Kinsey rated individuals from 0 to 6 according to their sexual orientation from heterosexual to homosexual, known as the Kinsey scale. He also included a category he called "X" for individuals with "no socio-sexual contacts or reactions";[36][37] in modern times, this is categorized as representing asexuality.[38] Kinsey labeled 1.5% of the adult male population as X.[36][37] In his second book, Sexual Behavior in the Human Female, he reported this breakdown of individuals who are X: unmarried females = 14–19%, married females = 1–3%, previously married females = 5–8%, unmarried males = 3–4%, married males = 0%, and previously married males = 1–2%.[37]

Further empirical data about an asexual demographic appeared in 1994, when a research team in the United Kingdom carried out a comprehensive survey of 18,876 British residents, spurred by the need for sexual information in the wake of the AIDS pandemic. The survey included a question on sexual attraction, to which 1.05% of the respondents replied that they had "never felt sexually attracted to anyone at all".[39] The study of this phenomenon was continued by the Canadian sexuality researcher Anthony Bogaert in 2004, who explored the asexual demographic in a series of studies. Bogaert believed that the 1% figure was not an accurate reflection of the likely much larger percentage of the population that could be identified as asexual, noting that 30% of people contacted for the initial survey chose not to participate in the survey. Since less sexually experienced people are more likely to refuse to participate in studies about sexuality, and asexuals tend to be less sexually experienced than sexuals, it is likely that asexuals were under-represented in the responding participants. The same study found the number of homosexuals and bisexuals combined to be about 1.1% of the population, which is much smaller than other studies indicate.[4][7]

Sexual activity and sexuality[edit]
While some asexuals masturbate as a solitary form of release or have sex for the benefit of a romantic partner, others do not (see above).[6][17][20] The Kinsey Institute sponsored another small survey on the topic in 2007, which found that self-identified asexuals "reported significantly less desire for sex with a partner, lower sexual arousability, and lower sexual excitation but did not differ consistently from non-asexuals in their sexual inhibition scores or their desire to masturbate".[6]

A 1977 paper titled Asexual and Autoerotic Women: Two Invisible Groups, by Myra T. Johnson, may be the first paper explicitly devoted to asexuality in humans. Johnson defines asexuals as those men and women "who, regardless of physical or emotional condition, actual sexual history, and marital status or ideological orientation, seem to prefer not to engage in sexual activity." She contrasts autoerotic women with asexual women: "The asexual woman [...] has no sexual desires at all [but] the autoerotic woman [...] recognizes such desires but prefers to satisfy them alone." Johnson's evidence is mostly letters to the editor found in women's magazines written by asexual/autoerotic women. She portrays them as invisible, "oppressed by a consensus that they are nonexistent," and left behind by both the sexual revolution and the feminist movement. Society either ignores or denies their existence or insists they must be ascetic for religious reasons, neurotic, or asexual for political reasons.[40]

In a study published in 1979 in Advances in the Study of Affect, vol. 5, and in another article using the same data and published in 1980 in the Journal of Personality and Social Psychology, Michael D. Storms of the University of Kansas outlined his own reimagining of the Kinsey scale. Whereas Kinsey measured sexual orientation based on a combination of actual sexual behavior and fantasizing and eroticism, Storms only used fantasizing and eroticism. Storms, however, placed hetero-eroticism and homo-eroticism on separate axes rather than at two ends of a single scale; this allows for a distinction between bisexuality (exhibiting both hetero- and homo-eroticism in degrees comparable to hetero- or homosexuals, respectively) and asexuality (exhibiting a level of homo-eroticism comparable to a heterosexual and a level of hetero-eroticism comparable to a homosexual, namely, little to none). Storms conjectured that many researchers following Kinsey's model could be mis-categorizing asexual subjects as bisexual, because both were simply defined by a lack of preference for gender in sexual partners.[41][42]

The first study that gave empirical data about asexuals was published in 1983 by Paula Nurius, concerning the relationship between sexual orientation and mental health. Unlike previous studies on the subject, she used the above-mentioned two-dimensional model for sexual orientation. Six hundred eighty-nine subjects—most of whom were students at various universities in the United States taking psychology or sociology classes—were given several surveys, including four clinical well-being scales and a survey asking how frequently they engaged in various sexual activities and how often they would like to engage in those activities. Based on the results, respondents were given a score ranging from 0 to 100 for hetero-eroticism and from 0 to 100 for homo-eroticism. Respondents who scored lower than 10 on both were labeled "asexual." This consisted of 5% of the males and 10% of the females. Results showed that asexuals were more likely to have low self-esteem and more likely to be depressed than members of other sexual orientations; 25.88% of heterosexuals, 26.54% bisexuals (called "ambisexuals"), 29.88% of homosexuals, and 33.57% of asexuals were reported to have problems with self-esteem. A similar trend existed for depression. Nurius did not believe that firm conclusions can be drawn from this for a variety of reasons. Asexuals also reported much lower frequency and desired frequency of a variety of sexual activities including having multiple partners, anal sexual activities, having sexual encounters in a variety of locations, and autoerotic activities.[43]

Though comparisons with non-human sexuality are problematic, a series of studies done on ram mating preferences at the United States Sheep Experiment Station in Dubois, Idaho, starting in 2001 found that about 2–3% of the animals being studied had no apparent interest in mating with either sex; the researchers classified these animals as asexual, but found them to be otherwise healthy with no recorded differences in hormone levels.[44][45]

A paper written by Karli June Cerankowski and Megan Milks, titled New Orientations: Asexuality and Its Implications for Theory and Practice, suggests that asexuality may be somewhat of a question in itself for the studies of gender and sexuality.[46] Cerankowski and Milks have found that asexuality, by means of feminist and queer studies, raises many more questions than it resolves, such as how a person could abstain from having sex which is generally accepted by society to be the most basic of instincts. The article also states that society has either deemed "[LGBT and] female sexuality as empowered or repressed. The asexual movement challenges that assumption by challenging many of the basic tenets of pro-sex feminism already defined as repressive or anti-sex sexualities." Asexual Visibility and Education Network (AVEN) has formulated asexuality as a biologically determined orientation. This formula, if dissected scientifically and proven, would support researcher Simon LeVay's blind study of the hypothalamus in gay men, women, and straight men, which found that there is a biological difference between straight men and gay men.[47]

Community[edit]
LGBT symbols

Rainbow flag Bisexual flag Pink triangle Black triangle Labrys Lambda Bear flag Leather flag Transgender flags Intersex flag Asexual flag Straight ally Safe-space
v t e


A commonly used asexual pride flag
A community of self-identified asexuals coalesced in the early 21st century, aided by the popularity of online communities.[20] Elizabeth Abbott, author of A History of Celibacy, acknowledges a difference between asexuality and celibacy, and posits that there has always been an asexual element in the population but that asexual people kept a low profile. While the failure to consummate marriage was seen as "an insult to the sacrament of marriage" in medieval Europe, asexuality, unlike homosexuality, has never been illegal, and asexual people have usually been able to "fly under the radar". However, in the 21st century, the anonymity of online communication and general popularity of social networking online has facilitated the formation of a community built around a common asexual identity.[48]



The AVEN triangle representing asexuality. The top line of the triangle represents the Kinsey scale with the third point representing the other dimension of sexual attraction; the grey area depicting the gradient between sexual and asexual.[49]
The Asexual Visibility and Education Network (AVEN) is an organization founded by American asexuality activist David Jay in 2001 that focuses on asexuality issues.[9][16][50] Its stated goals are "creating public acceptance and discussion of asexuality and facilitating the growth of an asexual community".[50] Communities such as AVEN can be beneficial to those in search of answers to solve a crisis of identity with regard to their possible asexuality. Individuals go through a series of emotional processes that end with their identifying with the asexual community. They first realize that their sexual attractions differ from those of most of society. This difference leads to questioning whether the way they feel is acceptable, and possible reasons for why they feel this way. Pathological beliefs tend to follow where, in some cases, they may seek medical help because they feel they have a disease. Self-understanding is usually reached when they find a definition that matches their feelings. Asexuality communities provide support and information that allows newly identified asexuals to move from self-clarification to identifying on a communal level, which can be empowering, because they now have something to associate with, which gives normality to this overall socially-isolating situation.[51]

At this time, asexual organizations and other Internet resources play a key role in informing people about asexuality. The lack of research makes it difficult for doctors to understand the causation. Most people who say they are asexual are self-identified. This can be a problem when asexuality is mistaken for an intimacy or relationship problem or for other symptoms that do not define asexuality. There is also a significant population that either does not understand or does not believe in asexuality, which adds to the importance of these organizations to inform the general population; however, due to the lack of scientific fact on the subject, what these groups promote as information is often questioned.

In 2009, AVEN members participated in the first asexual entry into an American pride parade when they walked in the San Francisco Pride Parade.[52] In August 2010, after a period of debate over having an asexual flag and how to set up a system to create one, and contacting as many asexual communities as possible, a flag was announced as the asexual pride flag by one of the teams involved. The final flag had been a popular candidate and had previously seen use in online forums outside of AVEN. The final vote was held on a survey system outside of AVEN where the main flag creation efforts were organized. The flag colors have been used in artwork and referenced in articles about the sexuality.[53]

On June 29, 2014, AVEN organised the second International Asexuality Conference, as an affiliate WorldPride event in Toronto. The event, which was attended by around 250 people, was the largest gathering of asexuals to date.[54] The conference included presentations, discussions, and workshops on topics such a research on asexuality, asexual relationships, and intersecting identities.

Discrimination and legal protections[edit]


Asexuals marching
A 2012 study published in Group Processes & Intergroup Relations reports there is more prejudice, dehumanization and discrimination toward asexuals than toward other sexual minorities, such as gay men, lesbians and bisexuals. Both homosexual and heterosexual people thought of asexuals as not only cold, but also animalistic and unrestrained. The same study also found more bias towards sapiosexuals (people who find intelligence the most sexually attractive feature) than towards homosexuals or bisexuals, and that attitudes towards sapiosexuals was the strongest correlate of attitudes towards asexuals.[55] Asexual activist and blogger Julie Decker has observed that sexual harassment and violence, such as corrective rape, commonly victimizes the asexual community.[56] However, a different study found little evidence of serious discrimination against asexuals because of their asexuality.[57] Sociologist Mark Karrigan sees a middle ground, claiming that while asexuals do often experience discrimination, it is not of a phobic nature but "more about marginalization because people genuinely don't understand asexuality."[58]

Asexuals also face prejudice from within the LGBT community. Upon coming out as asexual, activist Sara Beth Brooks was told by many LGBT people that asexuals are mistaken in their self-identification and seek undeserved attention within the social justice movement.[56]

In some jurisdictions, asexuals have legal protections. While Brazil bans since 1999 whatever pathologization or attempted treatment of sexual orientation by mental health professionals through the national ethical code,[59][60] the U.S. state of New York has labeled asexuals as a protected class.[61] However, asexuality does not typically attract the attention of the public or major scrutiny; therefore, it has not been the subject of legislation as much as other sexual orientations have.[7]

See also[edit]
Portal icon Sexuality portal
Asociality: a lack of interest in social relationships in general
Androgyny: the mixing of masculine and feminine characteristics, personality, fashion, or culture
Antisexualism: the views of someone who is antagonistic towards sexuality
Platonic love: a non-romantic/non-sexual affectionate relationship
Sexless marriage: a marriage in which little or no sex is performed
Sexual anorexia: a loss of "appetite" for romantic-sexual interaction
The Bone People: a 1984 novel with an asexual protagonist, which explicitly makes reference to the subject of asexuality
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Jeu 31 Juil - 7:28

http://enfer-catholique.blogspot.fr/

c'est des mensonge : Marie a jamais dit ces chose , ou c'est le diable ou c'est un être démoniaque qui a dit ces chose à des prochain , hélas, ces prochains croient, car ils duffisent ces message come s'ils étaient la vérité < non, Marie a jamais fait dapparition, Marie a jamais dit de prier le rosaire, chapelet, Marie a jamais dit de porter le carmel < ce sont des démon ou lucifer qui ont dit ces chose < ils se font passer pour Marie, DIEU, Jésus, le Saint Esprit ect < c'est très dangereux < on peut pas croire out message qu'on trouve, donné soit disant, par Marie, Jésus ect < la Bible dit qu'on doit tster tout esprit < ça veut pas dire juste esprit au sens de démon & autres < mais aussi esprit au sens de êtres humains < si un être humain = un esprit, nous dit, je reçois des message de DIEU par exemple, on doit pas immédiatement croire, on doit tester l'esprit < comment < c'est très dangeruex qu'on croit en ces message donnée par Marie soit disant, car c'est les entité démoniaque qui tentent de nous emener en enfer, car si on croit ces messages de 'marie" , que au moment de notre décès, si on porte le je sais pas quoi, on es sauvé ( on va au Paraids), alors, on va le porter & c'est super dangereux, car à cause de ça on va en enfer < car, cette chose est satanique, croyance satanique < car , on met sa foi entière en des être démoniaque, car cet objet est quelque chose de démoiaque, satanique, occulte < tous ceux dans l'occulte snt envoyé en enfer < donc ces être ont été dans l'occulte, sans le savoir, car ont mis leur foi en cet obet & en "Marie ' , qui es pas elle, mais une entité démoniaque qui prend sa voix ou envellope charnelle < Marie peut pas donner des message, car elle es rien qu'une enfant à DIEU < en revanche, Yeshua es bien plus que Marie < YESHUA es notre Sauveur < il es un role un max plus fort que celui de Marie < donc YESHUA apparait ou parle < ça oui < mais que Marie apparaisse ou parle à certains: non < les pauvre, tous ceux qui mettent sur itnernet, avec joie, Marie m'est apparu, m'a parlé! m'a donné une lettre, et ils la mettent sur internet, honoré que "marie " leur es aparu ou parlé ect , les pauvre, ils sont tombé dans le piège du diable < le diable fait ça pour envoyer trop de monde en enfer < il le fait par un max de moyen, entre autre, celui de nous faire mettre foi & vénération en la personne de marie, qui est meme aps elle, mais un être de l'enfer < c'est pourquoi il semble évident que tous ceux qui croit aux message de l'entité démoniaque se faisant apeller marie + tous les catho sont envoyé en enfer, car tous les catho ou la plupart, vénèrent Marie < il semble qu'aucun catho peut aller au Ciel à cause des péché impardonnable de vénèrer non pas DIEU, mais DIEU & des humains, anges ect < alors que la Bible est claire: seule DIEU doit être vénéré < pas anges, pas Marie, pas Yeshua, pas saint < si la Bible exigeait de vénérer anges, Marie, ect, on devrait les vénérer < mais la Bible le dit pas < la Bible dit que seul a travers YESHUA on a le salut ( = aller au Royaume des Cieux , échapper a l'enfer) < on a pas le salut a travers saints, Marie, anges, prêtres, ect, car: la Bible le dit pas < pourquoi se baser sur parole (invention) d'hommes? ?? & refuser les chose enséigné par la Torah ( = Bible) ?? c'est pas l'homme qui sait, c'est la Bible < c'est pas l'homme qui sauve, c'est Yeshua< les mensonge de l'home!! soit idsant < aucun salut hors du catholicisme!!! faux: aucun salut dans le catholicisme < aucun salut hors de l'ismal: faux, aucun salut dans l'islam < comme trop souvent hélas, croyance a l'eners, esprit a l'envers car confier en que on observe le monde: le plus grand groupe pense, on pense! le petit groupe pense, on refuse de penser comme lui car trop anormal bizarre, prétendument < pourtant, la Bible dit de pas se conformer au monde < ça semble vouloir dire que DIEU souhaite qu'on soit non conformiste < donc faire comme le monde, non, DIEU souhaite pas ça < DIEU semble souhaiter qu'on fasse comme le tout petit groupe : les non conformiste < donc dans trop de sujet, peut etre dans tout sujet, la majorité des hommes pensent : je dois penser comme le monde = le groupe immense de milliard < donc il se demande que pense le monde, que pense le groupe tout petit < alors dès qu'il découvre ce que pense le plus grand groupe, il fait a < car toute croyance non conformiste est, prétenduement, trop alternative, trop particulière, trop malade mental , trop de secte < c'est drole: les humain critique els ecte car trop sectaire, mais le humain sont sectaire< ils aiment aps que autrui soit sectaire, mais ils kifent être sectaire eux meme < donc quand il disent tout ce qui es religion chrétienne hors catholicisme= secte < faux! cahoclisme = secte < croyance chrétienne san religion secte, catholcisme super : faux , l'inverse < trop de sujet ou c'est comme a : on croit en la chose malveillante, on refuse la chose bien< on croit que le faux es le vrai, et vice versa < on donne sa confiance aux malveillant, comme pape, religion catho,, ou autre religion chréienne, on refuse le vrai christiannisme sans dénomination sans religion < tous a l'envers < ça a toujours été comme ça < ya des siècle c'était comme ça < ce sera comme ça jus'au la fin du monde < du moment que des mauvais nous régissent, les politique, on leur donne sa confiance < comme penser que le président des usa & le pape sont des ange < non ils sont des diables < des sataniste < donc cete manière de raisonner de regarder l'ensemble du monde & regarder le totu petit groupe, et donc faire sa selection de penser comme le groupe immense, qui es le systeme de penser pour !!! tout!!! ça va pas du tout, alors on doit apprendre à changer ce système mouton de penser, par le systèe contraire: le système pensée libre, électron libre : regarder le monde & regarder le group tout ptit & choisir de penser comme le groupe tout petit < les chrétien sont non conformiste car la Bible semble dire, pas avec ces mot, mais avec les idée, que: tout chrétien doit etre non conformiste < les vrai chrétien, (pas les chrétien de nom uniquement), sont non conformiste < car ils vivent selon les désir, loi, demande de DIEU < l'humain, dnc le conformiste, vit absolument pas selon DIEU < le chrétien epsne "ma" vie est pas a moi, elle appartient a DIEU < l'humain pense c'est ma vie! et elle est pas a quelqu'un ni aux hommes ni a DIEU < le chrétien donc le non conformiste pense: je fais pas qui me plai mais ce que DIEU exige < le conformsit,e donc non chrétien, l'humain pense: je fais ce qui me plait, je suis mon patron, pas DIEU ect < puisque les etre fréquentant les chrétien leur disent: tu pense torp a DIEU, parle constemment de DIEU < Tu vis pour DIEU < tu parle torp de la Torah ( Bible) < alors que les autre, donc les humains , les conformiste, parle peu de DIEU, pense peu a DIEU ect < ou les "chrétien" (que de nom pas de coeur) sont grave comme les non chrétien : sont presque des non chréien car conformiste,,e donc sont comme le monde conformiste: penser pas ou trp peu a DIEU, pas vivre en DIEU & YESHUA, pas chercher a leur plaire ni aimer ni obéir ect < donc seul le chrétien es non conformiste & vrai chrétien < le "chrétien hélas est comme le conformit,e dans le monde < le non chrétien , conformiste = presque le "chrétien " , conformiste < c'est un exemple démontrant que le monde dverait être non conformite car être chrétien plait a DIEU, être non chrétien ou "chrétien " que de nom, déplait a DIEU < etre chétien est le meilleur truc qui puisse arriver a un être < donc etre non conforsite < donc c'est fabuleux d'etre non conformiste, dans ce sens ci < dans d'autre sens, ça peut etre peccamineux < car cette sorte de non conformsite= bonehur, plaire a DIEU, un véritable bohneur car seul els chrétien sont heureux, car le Saint Esprit, Jésus, DIEU, habitent en eux < tout être pas chrétien es malheureux < ça parait etre ce que dit la Bible < par conséquent l’anticonformisme chrétien es génial < car le conformiste es non chrétien ou "chrétien" puisque seul l'anticonformiste es chrétien < car être chrétien : être non conformiste < car obéir a DIEU, chercher a poursuivre une vie en DIEU, se donner a DIEU dans sa totalité, tout son être, toute son existance, chercher a obéir a DIEU, constemment, méditer la Bible le jour, la nuit, tout ceci es non conformiste < aucun conformiste fait ça < c'est en dessacord avec le conformsime < des conformiste "chrétien " font a, mais que d'extremes rares fois, donc de manière conformiste < car lire la Bible une fois de temps en temps, prier de temps en teps : conformiste, car du moment que c'est fait peu, ça este 'normal' soit disan, selon la droctirne conformsite < par contre, lire la Bible, tout les jour, prier tout les jour un long temps, donner sa vie a DIEU, causer a DIEU tout les jour : super "bizarre" soit disant, super anticonformiste < donc les conformsite & non conformsite font les meme truc, masi tout es question de degré: faire un max, un tout petit peu < les conformiste font un tout petit peu ,ce que les anticonformsite font constemment < c'est pouruoi, selon les croyance conformiste: on peut faire tout, du moment que c'est un tout petit peu ou peu, c'est "normal" , par contre, si on les fait terriblement régulièrement c'est "anormal" , c'est "obsesionel" < comme parler a DIEU au quotidien, ou lire 1 -2h par jour la Bible, aller a l'église tout les jour ect < il y arien d'anormal a faire trop des chose < c'est les n'improte quoi inséré dans les esprit du monde < les vérité fausse vérité a l'envers < toujours ça : ce que fait tout petit groupe , non normal, ce que fait groupe énorme: bien, celui qui fait un peu des truc: très bien, celui qui fait torp ces truc: non normal < c'est la croyance conforsite de tout, le mee systeme pour tout, tout sujet < c'est la réalité fausse, car la réalité es l'inverse , ou pas toujours, certaine fois faire les truc un peu es normal, bien, mais dans le christiannsime non, car on peut pas prier un peu, c'est pas normal c'est des attaque démoniauqe, on es en guerre spirituelle, ils nous font rejetter Yeshua, DIEU ect < lire la Bible: un peu, aimer DIEU : un peu, ect, tout ça es mal, avec ça, pas de salut < donc ce conformisme es mauvais, cette croyance conformisme de un peu es super non, vu qu'a cause de ça, on va en enfer < dans ce cas < mais dans d'autre cas, hors christiannisme, on peut faire énormément, un peu, comme on le souhaite < en revanche, la croyance conformiste que un groupe eptit es malade, pense n'improte quoi, sombre dans la folie, et le groupe imsnese=les milliard de frère et soeur habitant ce monde: formidable, cette croyance est entièrement érroné < exemple : 15 mille humains pensent les illuminati vont faire des catastrophe apocalyptiue bientot, et les 7 milliard pensent illuminati pas réel, bilderbeg, rockerfeller, gentil, diable, tout petit peu de pouvoir : faux!!! groupe immsense = monde pense: 99 pour cent des etre qui décèdent chaque jour dans le monde: Ciel, groupe totu petit disons 1% des humains, pensent que 99% qui dècdent chaque jour: enfer, le tout petit groupe a raison, encore une fois < très souvent, trop souvent, pratiquement dan tout cas: le tout petit groupe a raison, est dans le vrai, suit la vérité, les actualité alternative, electron libre ( non conforiste) et le groupe immsense est trop trop trop dans le faux, on pas pas etre plus dans le faux que ça, trop dans l'arnaque, trop dans mettre sa confiance en les pire dictateur sataniste qu'ils pensent sont chrétien ect!!! ajjaja! si y'avait des statistique, sondange, sur le nombre de sujet ou le groupe immsense a faux sur toute la ligne et ou le groupe riquiqui suit la vérité: wow! nombre incaculable! c'est ça la réalité véridique du monde , c'est croire les actu alternative, penser en électron libre, croire els electron ibre, croire le plus incroyable, pas crorie le croyable, mettre sa confiance en ceux qui inspire pas confiance, pas ettre sa confiance en ceux qui l'inspire grave , comme pape françois, ect < parce que ces humains sembant bon mais étant satanite, a la tete du monde, qui assacre, controle, lave les esprit de l'ensemble du monde, semble super sympa, & sont si incroyablement malveillant!!! il sont comparable au diable et sont ses disciple, hélas: le diable parait innocent, parait comme un ange, mais il es incroyablement malveillant < vu que des tas on vu le diable & il a pris forme innocente d'etre bon < ou par exemple le monde semble apprécier le président des usa, comme quelqu'un de sympatoche , mais il es terriblement méphisotophélique: il vénère le diable ou es le diable ou le diable a pris possesion de son corps, esprit < donc un gros blem chez le monde donc les mouton es ça: trop rop trop aimer, donner sa confiance aux pire monstre, aux pires assasins: politiciens, elite, & refuser de donner sa confiance aux torp bon chrétien, trop bon pasteur, pretres, prédictaur, né de nouveaux qui ont des reves de Yeshua < c'est fou a quel point ce système mouton nous fait croire l'inverse de la vérité, nous gourrer trop , exemple : "Marie" (entité démonaique quifeint etre Marie) donne des message : le monde croit! Yeshua donne des message sur enfer, sur que trop peu y vont pas, sur que on doit pas adorer Marie ni prier chapelet & rosaire: le monde croit pas! conclusion: le monde a crut au gros mensonge démoniaque, plan de satan pour nous faire etre jetté aux enfer, le monde a pas cru a la vérité, comme toujours! qui es que Yeshua donne ces message, c'est la vérité < oit disan "Yeshua" donne des message ( enttié démoniaque se faisant passer pour Yeshua) disant qu'on doit prier a la "reine di ciel=marie" qu'on doit avoir foi en elle, qu'elle nous protège, le monde croit! le vrai Yeshua, Fils du DIEU vivant, donne des message disant qu'Il vient bientot, qu'on doit se préparer en se convertissant, se faisant baptiser, en cessant de faire le mal, et en adorant DIEU : le monde croit pas! encore une fois, le monde a cru les démon & leur mito, le monde a refusé de croire la vérité de Yeshua < exemple: y'a un virus qui décime des etre, les site d'info alternative vrai "incroyable" , en réalité, très coyable, pour els libre penseur ( non conformiste), & qui devrait l'etre pour tous, vu que c'est que des vérité, la plupart du temps < des sites d'info alternative disent que les irus sont crée par les ellite illuminati ( satanique) pour détruire les homme les tuer : le monde croit pas < seul el groupe trop petit croit < et a raison < donc, lensemble du monde = le groupe immsnes,e se fera manipuler, embobiner avec des info fausse, toujours , jus'ua la fin des temp < seul le groupe trop petit, très malin sage, intelligent, saura la vérité, se fera pas embobiner< pourquoi < parceuq ele truc c'est : quand une chose parait , selon l'esprit non libre donc conformite, incroyable, c'est la ou se trouve la vérité < genre chose paranormal de DIEU, des ennemis de DIEU, le l'enfer, des entité démoniauqe par milleir, dans les vie de chacun, les plan des ellite de massacrer le monde entier, ect, plus c'est "incroyable " ( uniquement selon les mouton), plus c'est vrai < c'est a dire voir la conspiration partout, ou presque < car si on pense les elite nous controle mais sont super gentil, honnete, innofenseif : c'est bien trop pa libre penseur, bien trop conformsite ce style de pensée, donc c'est faux < mais si on voit la conspiration partout, on voi que les ellite nous controle, mais dune manière terrifiante, en créant virus, maladie, guerre, exprès pour exterminer l'espèce humaine, alors la, on es pas dans la folie, zquizofrénie, imagination folle, ou on a lu trop de bouqin de sciene fiction, top de séire film de cience fiction, non, on es dans le vrai grave < la vérité est ailleurs <


Dernière édition par végétalienne-13 le Ven 25 Sep - 14:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 15:41

'The moment I realised I was asexual'
Anwen, 20, is confident that sex will never be part of her life. Olivia Gordon talks to her and other asexual women looking for love when love-making is strictly off the agenda.
Anwen Hayward
Photo: KATE PETERS
By Olivia Gordon7:00AM GMT 12 Nov 2012Comments30 Comments
Most people never forget the time, usually in adolescence, when they feel the first buzz of sexual attraction. But other people never forget the moment they realise they don’t experience sexual attraction – the moment they discover they are asexual.
For Anwen Hayward, a 20-year-old student at Aberystwyth University, it was when her twin sister got her first boyfriend at 17 that she thought, 'Hang on, I’m a bit different here.’ She explains: 'When you’re in school and university, everyone’s really focused on relationships. I never wanted that at all.’ At first she thought she was a slow developer, or a lesbian, but then she heard about the global online community for asexuality, AVEN (the Asexuality Visibility and Education Network).
Anwen defines herself as a romantic asexual and says she would be open to a romantic relationship with a man or a woman. So far she has had two relationships, both with 'sexuals’, which didn’t work. A recent date 'ended awfully when I told him that I was asexual’.
She explains: 'Holding hands is as far as I would ever take anything. For me [sex is] just revulsion, it really is. Just, ugh, no. [Cuddling] – that’s OK. Not kissing.’ She does not want to marry or have children because of the sex involved.
Anwen is a bright, confident young woman. But she says that because she’s young, fragile-looking and blonde, 'people assume that I’m very naive, that I’m not well versed in the world, and they talk down to me a lot, as if I’m unintelligent.’ She acknowledges that she may change her mind when she’s older, but then again, she says, one of the main issues she struggles with as an asexual is hearing that it’s just a phase she’s going through. '“You’ll grow out of it, it’s just a hormonal thing, you never know until you try, how do you know, you just haven’t found what you like yet…” are all very common things to be told.’
Related Articles
Is sex getting too demanding for men? 13 Nov 2012
Where can we find real intimacy? 12 Oct 2012
Hanna Rosin interview: the end of men? 17 Oct 2012
No sex please: the joys of a celibate life 06 Dec 2010
Healthy meals for young children HSBC
When you’re over 60 and still being told you just haven’t met the right person, it’s more annoying, of course. 'I let it slip one time at work that I’m an asexual aromantic [an asexual who is also not interested in making romantic attachments], and they think it’s absolutely hysterical,’ says Jean Wilson, a sales assistant and 63-year-old grandmother from Banbury. 'One of the women I work with said, “I don’t think you’ve met the right man yet.” I said: “Trish, I’m 63. If I haven’t met him by now I don’t think I’m going to.”’
Jean vividly recalls her moment of asexual awakening, eight years ago. She had come across a newspaper article about asexuality, which led her, in turn, to AVEN. 'It was just so wonderful and liberating that there were other people who felt as I did, and [to know I wasn’t] a freak anymore. I’d sit up writing comments on the website until stupid o’clock in the morning.’
AVEN now has about 50,000 to 60,000 members around the world, who chat on its online forums as well as meeting up in person, and even dating through the site. The founder, David Jay, a 30-year-old scientific researcher from San Francisco, says that human asexuality started to be hypothesised by scientific researchers in the 1970s and 1980s, but that it has only been in the past decade that a community of people started to identify with the term. 'It’s still something that’s expanding,’ he says.
The first major book on the subject, Understanding Asexuality, by Prof Anthony Bogaert, of Brock University, Canada, has just been published and this summer the first worldwide conference on asexuality was held in London.
'An asexual is someone who doesn’t experience sexual attraction,’ is how Jay defines it. But, he says, someone who has lost interest in sex, for instance, probably wouldn’t define themselves as asexual because they used to be interested in sex and probably will be again. For most asexuals, 'It’s like a sexual orientation because it’s not a choice, it’s the way most of us have been for our entire lives.’ Jay himself is in a romantic relationship with an asexual girlfriend and they hope to adopt a child in future.
According to Prof Bogaert, one in 100 people is asexual, although many may not realise they are. Most asexuals are female. In one study, using data collected in the 1990s from 18,000 British people, Prof Bogaert found that about 70 per cent of asexual people were women. And asexuals are more likely than sexual people to stay single, he says, 'but some asexual people may still have nonsexual love or romantic bonds with partners’.
What is often hardest for 'sexuals’ to get their heads around is that this is not the same as sexual dysfunction or celibacy. Some asexuals are disgusted by the idea of sex and remain virgins for life, but others may masturbate and be capable of feeling pleasure sexually and having orgasms.
Isn’t this a contradiction in terms? No, says Prof Bogaert. 'Some asexuals do not have any masturbation experiences, and perhaps very little arousal experience. So there is no apparent contradiction there. But some asexuals have arousal experiences and do masturbate. They still have a general “sex drive”, but they just don’t connect that drive to anyone. So they have no sexual attraction to others. Thus, they are asexual from a sexual orientation perspective.’
In other words, some people are attracted to the opposite sex, some to the same sex, some to both, and some to no one (asexual). Michael Doré, a 30-year-old mathematics researcher at the University of Birmingham, who organised the London asexuality conference, explains it using the 'desert island analogy’. 'Imagine you’re a straight man on a desert island with only men. You’re not sexually attracted to anybody because everybody is male but you still have sexual desires and you can still feel pleasure down there.’ So is it like someone who has no appetite but can still experience the pleasant taste of food? Yes, exactly, he says.
Growing up with no interest in sex during the sexual revolution, Jean Wilson recalls, 'My friends couldn’t believe it. They said, “How can you still be a virgin? That’s stupid.” It was just unheard of. I went out with a lot of boys. But every relationship, it was like a brother. I just wanted to be friends.’
Although she could orgasm, she never understood society’s fascination with sex. 'It’s never appealed to me, it’s never interested me, it’s a total mystery to me why people are so obsessed.’
At 28, Jean married and had sex for the first time. 'I felt: “Good grief, what the hell was it all about? OK, what can I do now that’s more interesting?” I was [told I was] just frigid. That was a dreadful thing to hear as a woman.’ She wanted children, so agreed to sex as a 'chore’ ('In the 1970s I don’t think we knew about turkey basters,’ she explains). But after their second child was born, her husband left, and subsequent relationships haven’t worked out.
'The problem is that as you get older [dating is] more difficult anyway, and when you add in the asexuality, it makes it even more difficult. I did go on to Friends Reunited thinking once a bloke gets to 65, that’ll be it, we can just be friends. No, 65-year-olds are randy old goats. They’re trying to prove something. I gave that up. I might meet up with another aromantic, but I’m not looking for it.’
She lives with her divorced eldest son (who is aware of her asexuality) and his daughter. 'I really don’t need a close relationship, I don’t even need a best friend, and I’m quite happy the way I am.’
Prof Bogaert stresses that asexuality is not a problem. 'If someone is not distressed by their asexuality then, no, I don’t think it is a disorder. Someone can be healthy and happy as an asexual person.’
It can be stressful, though, to be in a sexual/asexual relationship. Clare Green, 37, has been married for 10 years and has a seven-year-old daughter. Although she has had normal sexual relationships (and now a marriage), she says she doesn’t understand what it means to be aroused: 'My sister talks about having an itch or something like a need; the word “horny”. I don’t tell people, but I don’t know what “sexual spark” means. Does it mean you get a twinge down there?
'It’s not like sex is unbearable – there’s pleasure, as such… It’s just that I don’t have the need to have sex. I like photography, I do sports, I do charity events, I play cello, I write. My energy is that way rather than towards sex.’
In her twenties, Clare thought she might be a lesbian and dated a woman, but her partner left her because she did not want to have sex. She hasn’t masturbated for about 10 years – having only ever tried it out of curiosity.
Today, she sleeps with her husband every fortnight to keep him satisfied. 'I love him to bits, he’s my best friend, but I don’t have a sexual attraction to him. He finds me absolutely sexy.
It’s a shame because I can’t go, “Oh, I think he’s sexy, too.” When I have sex it’s because I know it’s been long enough that he must want to have it.’
Clare told her husband she is asexual but he can’t understand. 'Recently he said, “What is it – don’t you love me?” I try to explain it’s not because I’m interested in someone else; I’m just not interested.’
How would she feel if he had an affair? She confesses, 'Sometimes I have thought to myself that maybe it would be a good idea.’
Some people argue that there’s no need for a label for every orientation. Anwen says: 'People say, “Asexuality’s not a real sexuality, you’re trying to be special or different.”’ As Jean explains, that’s not the case: 'Asexuality is a part of who I am but it does not define me. It’s like having blue eyes or grey hair.’
And there is marginalisation. In a world saturated with pornography, Viagra and sex scandals, asexuals – especially young ones – can feel as if they don’t officially exist.
David Jay remembers, 'When I was 13, all my friends were talking about sexuality. They sensed this mandate culturally that sexuality was a thing that they needed to be experiencing. I just internally, intrinsically didn’t understand it; I couldn’t relate to that experience. That’s something scary for a lot of asexuals.’
Anwen says, 'I do think that people focus too much nowadays on sexualising everything. I mean, people sell toilet roll nowadays with sexualised images. I’ve made it a mission in my life to let other people know it’s perfectly fine to be different.’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 16:02

Preguntas frecuentes sobre la asexualidad:

¿Soy asexual?
Nadie te puede responder a esa pregunta; tú eres la única persona que puede decidir qué etiqueta define mejor tu experiencia, y con la que te sientes más cómodo/a.
Puede que te sea útil leer este FAQ y el resto del material en esta página web. Recuerda que la definición de asexualidad es "tener poca o no tener atracción sexual hacia otras personas". Por supuesto, solo porque encajes en esta definición no tienes que identificarte como asexual. Esa es decisión tuya.
Nadie me parece sexualmente atractivo, ¿eso significa que soy asexual?
Según la definición, sí, pero eres tú quien tiene que decidir si la etiqueta te es útil y qué es lo que ser asexual significa para ti.
Alguna gente me parece atractiva, pero realmente no siento la necesidad de tener sexo con ellos, ¿dónde encajo yo?
Muchos asexuales ven a otra gente atractiva estéticamente, pero ven esta belleza como si estuviesen admirando una obra de arte o una puesta de sol.
Otros se pueden sentir atraídos sexualmente; estos asexuales tienen una intensidad sexual baja, y mientras son conscientes de sus atracciones, no se sienten motivados a hacer nada más que mirar.
La diferencia importante entre los asexuales y los sexuales es que los asexuales no se sienten motivados a hacer nada sexual con las personas a las que encuentran atractivas físicamente (y puede que nadie les resulte atractivo físicamente)
Sólo me han atraído unas tres personas en toda mi vida, pero en ese momento sí quería tener sexo con ellas, ¿soy sexual o asexual?
Eso es algo que tienes que decidir tú. La mayoría de la gente estaría de acuerdo en que sentirse atraído por unas pocas personas se calificaría como "baja intensidad sexual". Lo más probable es que la sexualidad tenga un papel poco importante en tu vida. No sentirte atraído hacia la mayor parte de la gente que conozcas te hará tener bastante en común con otros asexuales.
Solo me siento atraído hacia la gente después de que los llego a conocer bien, ¿qué significa eso?
La mayoría de la gente sexual es capaz de juzgar si alguien es sexualmente atractivo con sólo mirarlos, eso es una atracción al físico de las personas. Otra gente, incluyendo algunos sexuales, se siente atraída principalmente a la personalidad de la otra persona; no podrán saber que la otra persona es atractiva hasta que sepan como es su personalidad.
Para los asexuales, es común el no conectar el deseo con los cuerpos sino sentir una necesidad de estar cerca de alguien después de conocerlos como amigos (aunque el "amor a primera conversación" es perfectamente probable). Si esta no es tu experiencia, no te preocupes. Hay tantas formas de vivir la asexualidad como gente asexual que hay.
La diferencia importante entre la gente asexual y la sexual es que las atracciones de la gente sexual tienden a incluir el deseo de tener sexo, mientras que los deseos de los asexuales tienden hacia otras formas de intimidad. Por supuesto, la gente sexual puede formar relaciones y atracciones asexuales, y las personas asexuales pueden darse cuenta de que son asexuales o hacerse asexuales después de haber tenido experiencias sexuales, o incluso cuando forman parte de una relación sexual.
Algunas cosas me excitan, pero no tienen nada que ver con otras personas, ¿supongo que entonces no soy asexual?
Si tienes un fetiche o una orientación sexual que no incluye atracción hacia otra gente quizás te sea útil identificarte como asexual. Fíjate en la parte sobre "otra gente" en la definición de asexualidad.
Cuando estés decidiendo si identificarte como asexual o no, puede que te sea útil considerar si tienes el impulso de expresar tu sexualidad con otra gente. Sin tener en cuenta si tu sexualidad supone atracción hacia otra gente, otra persona podría asistirte en expresarla de algún modo. Si no sientes la necesidad de involucrar a otra persona probablemente te sientas cómodo en la comunidad asexual.
Para alguna gente, las formas de expresar amor a su pareja deben incluir el sexo. Para ellos, si eres capaz de ser sexual de alguna forma, entonces deberías querer involucrar a tu pareja en esa sexualidad. Muchos asexuales no hacen esa conexión entre amor y sexo, sienten que pueden expresar amor y sentir intimidad sin ninguna actividad sexual. El no involucrar a tu pareja en tus sentimientos sexuales, especialmente si no tienen nada que ver con sexo u otras personas, no significa que no estés expresando tu amor completamente.
Las personas crean identidades sobre las cosas que necesitan entender. La gente que se identifica como asexual tiende a estar intentando comprender cómo vivir vidas completas emocionalmente sin tener que formar parte de relaciones sexuales con otras personas, cómo vivir en un mundo que le da tanto valor a la sexualidad y las relaciones sexuales. Si éstas son cosas con las que tú estás teniendo problemas de alguna forma, entonces la comunidad asexual es algo que merece la pena investigar.
Los asexuales sin ningún tipo de sentimiento sexual tienen mucho en común con esos que tienen sentimientos sexuales que no incluyen personas de ninguna forma. Ambos grupos se pueden sentir aislados en una sociedad que espera que todo el mundo esté interesado sexualmente en otras personas.
En el pasado sí he sido sexual, ¿eso quiere decir que ahora no soy asexual?
Si ahora no sientes atracción sexual, o sientes poca, hacia otras personas, eres tan asexual como cualquier otro miembro de la comunidad. Muchos que ahora se dicen asexuales fueron más activos sexualmente durante la pubertad u otra época en su vida. Lo importante es que ahora no sienten atracción sexual hacia otras personas.
Mi asexualidad va y viene, a veces soy sexual, a veces completamente asexual. ¿Tengo un lugar en la comunidad de AVEN?
Es cierto que tienes mucho en común con otra gente asexual. Cuando eres asexual puede que quieras identificarte como asexual, cuando eres sexual puede que todavía tengas que abordar problemas de tu asexualidad, como por ejemplo explicar la asexualidad a una pareja sexual, así que aún podrías encontrar un lugar en la comunidad asexual.
Me masturbo, ¿eso significa que no soy asexual?
La mayoría de los asexuales son físicamente capaces de tener sexo. Algunos se masturban y algunos no. La masturbación produce una sensación agradable y por lo tanto muchos asexuales eligen hacerlo. Muchas personas asexuales sólo pueden excitarse manualmente, otros lo pueden hacer mentalmente.
La diferencia entre la gente sexual y la gente asexual es que en general, si una persona asexual piensa en otras personas al masturbarse —muchos no piensan en nada específicamente sexual— sólo es una fantasía. Si realmente se le diera la oportunidad de hacer algo sexual con esa persona, no habría atracción alguna, o la atracción sería tan baja como para ser totalmente insignificante.
A algunas personas asexuales se los puede considerar autosexuales, o sea que tienen un impulso que pueden satisfacer con su propio cuerpo. A otros no los motiva ningún impulso, sólo lo hacen porque les gusta. Lo importante es que los asexuales, aunque se masturben o no, no sienten atracción hacia otras personas, o sienten muy poca.
A veces tengo sentimientos amorosos hacia otra gente, ¿eso significa que no soy asexual?
Mucha gente asexual tiene esos sentimientos, y se puede enamorar. Los sentimientos románticos y la atracción al nivel emocional no son lo mismo que la atracción sexual. Para alguna gente las dos cosas van juntas, pero no para todos.
Muchos asexuales dicen que tienen impulsos románticos sin tener impulsos sexuales. Eso quiere decir que necesitan intimidad con una persona especial, pero la intimidad que quieren no tiene nada que ver con el sexo.
Disfruto del sexo con mi pareja, pero nunca he sentido el impulso de tenerlo con otra persona, ¿podría yo ser asexual?
La mayoría de la gente asexual es capaz de tener sexo, e igual que la masturbación, el sexo les puede gustar. Si el sexo lo usas como una expresión de sentimientos amorosos y no para satisfacer un impulso, eso no tiene que significar que eres sexual.
Si nunca sientes atracción sexual hacia otras personas, si nunca sientes el impulso de tener sexo con otra persona, cuadras con la definición de la asexualidad. Igual que la gente sexual puede tener relaciones no sexuales, los asexuales también pueden participar en relaciones sexuales. Si así te sientes tranquilo y feliz es motivo para celebrar más que una razón para dudar tu “pureza asexual”.
Existen razones por las que algunos asexuales deciden participar en actividades sexuales: puede que sean curiosos o que quieran experimentar —hay muchos asexuales que han probado el sexo en el pasado—. Ciertos aspectos del sexo son suficientemente sensuales y agradables como para motivar a algunas personas aunque no sientan impulso ni atracción sexual. En una relación amorosa, a algunos asexuales puede que les guste dar placer a su pareja sin necesidad de recibirlo ellos.
Muchas veces las relaciones sexuales en las que participan los asexuales son muy diferentes de lo que se considera “normal”. No es inusual que la persona asexual sea completamente sincera en cuanto a su falta de sentimiento sexual. La actividad puede parecer dirigirse toda hacia una de las dos personas, o puede depender mucho más de la sensualidad que del sexo genital. Estas relaciones tendrían que basarse en sinceridad total. Es muy poco probable que un asexual estuviera a gusto en una relación sexual tradicional con una pareja que no supiera que fuera asexual.
Debe tenerse en cuenta que la mayoría de los asexuales se sienten completamente neutrales hacia el sexo, o puede que lo hayan probado y que hayan quedado decepcionados. Para algunos, el concepto de participar en actividades sexuales puede ser repugnante.
Lo que tienen en común los asexuales es que no sienten el impulso de tener sexo con otras personas y otra gente no los excita físicamente. Eso no significa necesariamente que la actividad sexual no pueda darles placer si eso es lo que quieren.
Nunca tengo sentimientos amorosos, estoy feliz con nada más mis amigos, eso significa que soy muy asexual, ¿verdad?
Sí significa que eres asexual, pero dudo lo de “muy asexual”. La asexualidad no tiene jerarquía. Los asexuales con impulsos amorosos no son “menos asexuales” que los que no los tienen, y los que participan en actividad sexual en parejas que se quieren tienen igual de valor en la comunidad asexual que los que nunca han tenido experiencia sexual. En esta comunidad no se trata de elitismo, se trata de gente que tienen en común una falta de atracción sexual hacia otras personas.
La diversidad es algo bueno en cualquier comunidad. Cada persona en esta comunidad tiene igual de valor que todos los demás. Si tu experiencia es diferente de la de los demás, por favor compártela.
Siento atracción física hacia otras personas y me excito físicamente pero no me gusta el sexo y nunca lo tendría, ¿soy asexual?
Si sientes atracción física hacia otras personas no cuadras con la definición. La asexualidad es la falta de atracción sexual hacia otras personas, no es la falta de actividad. Los asexuales serían completamente satisfechos si nunca tuvieran una experiencia sexual.
Si eres una persona sexual que ha elegido no tener sexo, esto se llama “celibato” o “abstinencia”. Hay muchas razones por las que la gente sexual querría ser célibe: por razones religiosas o morales, porque no les guste la actividad sexual, o porque piensen que el sexo sólo debería existir como parte de una relación seria, por ejemplo. La diferencia entre la gente asexual y la gente célibe es que la gente asexual no opta por ser asexual, lo es. Una persona asexual podría tener sexo y seguiría siendo tan asexual como antes. La asexualidad tiene que ver con la atracción, no con los actos.
Puede que saques provecho al participar en la comunidad asexual; sin embargo, un grupo que atienda a la gente célibe seguramente te sea más útil.
Soy una persona sexual pero soy incapaz de tener sexo. Alguna gente me dice asexual. ¿Tienen razón?
No. Si sientes atracción sexual hacia otras personas, definitivamente no eres asexual. La incapacidad de funcionar sexualmente se llama impotencia. Los asexuales estarían felices sin sexo, mientras que la mayoría de la gente impotente sigue queriéndolo. ¿Por qué crees que se vende tanto Viagra?
Una persona asexual también puede ser impotente, pero es poco probable que le importe mucho si en lo demás está sana. Si quieres tener sexo y no puedes, quizás ésta no sea la comunidad para ti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 16:15

http://diariosdeasexualidad.blogspot.fr/2012/01/la-romantica-demisexualidad.html

Asexualité : l'hyper-normativité sexuelle en cause plutôt que l'hypersexualisation
Publié le 27-04-2013 à 14h34 - Modifié le 28-04-2013 à 10h10
20 réactions | 28818 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes
Avatar de Peggy Sastre
Par Peggy Sastre
sexe, science et al.
LE PLUS. La première journée de l'asexualité était organisée vendredi 26 avril. L'objectif de l'AVA, l'association pour la visibilité asexuelle, à l'origine de la manifestation est de revendiquer une absence de sexualité en tant que sexualité à part entière. Décryptage de notre chroniqueuse Peggy Sastre, qui a consacré un livre ("No Sex, avoir envie de ne pas faire l'amour") à ce sujet.

Édité par Sébastien Billard  Auteur parrainé par Mélissa Bounoua
PARTAGER
Partager sur Facebook
40
Partager sur Twitter
18
Partager sur Google+
4
Partager sur Linkedin
0
Envoyer cet article à un ami
RÉAGIR
20
RECEVOIR LES ALERTES

Couple main dans la main - SianainEngland/CC/Flickr.com
La première journée de l'asexualité était organisée vendredi 26 avril (SianainEngland/CC/Flickr).

Vendredi 26 janvier était organisée la journée de l'asexualité. Une sympathique initiative initiée par la non moins sympathique AVA, Association pour la visibilité asexuelle, qui "entend donner une voix aux personnes asexuelles" et s'engager "à favoriser la reconnaissance de l'asexualité comme une orientation sexuelle à part entière et à fournir à chacune et à chacun les outils nécessaires pour mieux comprendre l'asexualité et se comprendre soi-même".

La perception de l'asexualité a évolué

Plusieurs organes de presse en ont fait l'écho et d'une manière qui, globalement, me réjouis. J'ai vraiment l'impression que les choses ont évolué depuis l'époque où je me documentais pour mon livre. Les articles qui voient dans le phénomène une "maladie" se font plus rares. La perplexité est toujours là, bien sûr, comme à chaque fois qu'il est question d'une réalité apparemment "nouvelle", mais je ne retrouve plus la violence ou le déni que l'asexualité pouvait provoquer il y a encore 4 ou 5 ans.

Par contre, un petit quelque chose me turlupine toujours quand on parle d'asexualité. L'idée qu'elle serait non seulement causée par l'hypersexualisation de notre société, mais surtout que c'est cette hypersexualisation ambiante qui serait à l'origine de l'incompréhension, voire du rejet qu'elle peut susciter.

C'est par exemple ce que dit Ovidie dans son très bon "ticket" du jour :

"Dans une société hypersexualisée où l’érotisme est omniprésent dans l’ensemble de notre environnement culturel (publicités, films, internet, clips, magazines, mode…), être asexuel suscite bien des interrogations. Nous sommes nombreux à être tentés de nous lancer dans de la psychanalyse de comptoir afin de trouver une explication rationnelle à leur orientation (…) Or, tout comme pour l’homosexualité, il n’existe pas toujours d’explication à tout. Oui, on peut être asexuel tout en ayant eu une enfance heureuse, sans mère castratrice ni père abandonnique"

Car à mon sens, ce n'est pas tant l'hypersexualisation de la société qui est à montrer du doigt que son hyper-normativité sexuelle. Et il me semble important de ne pas confondre les choses.

L'asexualité doit être davantage représentée

Le problème, ce n'est pas tant que notre environnement soit saturé de représentations sexuelles et érotiques, mais qu'il le soit toujours des mêmes. Et que cette homogénéité soit, à son tour, une cause et un vecteur de normativité.

On peut imaginer que si l'asexualité était davantage visible, représentée (et c'est là que le travail d'associations comme l'AVA est bénéfique), moins de gens seraient enclins à vouloir "soigner" les gens qui en "souffrent". De même, moins d'individus asexuels souffriraient de leur différence – une souffrance qui, selon les personnes interrogées pour mon livre, est toujours réactive, jamais primaire : c'est parce qu'on vous dit que vous êtes malade que vous cherchez à vous soigner, il n'y a pas de souffrance "intrinsèque" dans l'asexualité, indépendante du regard des autres.

On m'objectera peut-être l'exemple du mariage gay et des violences que ce "débat" a suscité : davantage de visibilité entraîne davantage d'intolérance. Oui, mais non, car ce que toutes les statistiques montrent dans d'autres pays ayant accordé aux homosexuels des droits identiques aux autres, c'est une tolérance accrue de la population envers cette orientation.

Les quelques centaines d'excités qui prient dans la rue et s'accrochent à des structures familiales historiquement en perte de vitesse, les quelques dizaines de parents qui mettent à la rue leurs enfants "déviants" et les quelques brutes qui profitent du contexte pour aller casser de la gouine et du pédé ont peut-être un pouvoir de nuisance énorme, mais leur représentativité est bien médiocre. En silence, petit à petit, la tolérance envers l'homosexualité fait son chemin, et ce grâce à davantage de visibilité, pas moins.

Il n'y a pas de normalité sexuelle

Ce dont souffrent les asexuels, comme tous les membres de "minorités" sexuelles et comme toutes les personnes sexuellement non "standard", ce n'est pas d'un trop plein de sexe, mais que ce sexe s'analyse, s'apprécie sur un mode à la fois moral et normatif. L'idée qu'il y aurait des sexualités bonnes et d'autres mauvaises, des normales et d'autres pathologiques. Alors que la normalité sexuelle n'a jamais existé et n'existera jamais : au mieux, on ne peut isoler que des moyennes statistiques.

Et plus on "hypersexualisera" la société en montrant non seulement davantage de sexualité, mais surtout davantage de sexualité diversifiée, moins les individus porteurs de cette diversité souffriront de rejet, d'incompréhension, voire de violence.

Qu’est-ce que l’Asexualité?

le 9 novembre 2012 1H05 | par Camille


« Vacances pluvieuses, amours torrides » – flickr/Easy très rider

Dimanche 18 novembre 2012 à 17h à La Mutinerie, Baptiste expliquera ce qu’est cette non-attirance sexuelle.  Il propose pour Sexpress la définition ci-après. Il est l’auteur de tout ce qui n’est pas en italique.

La plupart d’entre vous en ont déjà entendu parler. L’asexualité, ça vous dit quelque chose.

C’est resté quelque part dans votre tête entre l’heure qu’il faisait hier à la même heure et le prix des petits pains au chocolat. Mais ce n’est pas si précis que ça et au fond, vous ne savez pas trop quoi en penser. Peut-être que vous vous demandez, si les asexuel-les ne sont pas en fait des « gros losers gluants » ou des « thons morts » ? D’une manière générale, si quand vous entendez le mot « asexualité » vous pensez à la reproduction des escargots, à des bonnes soeurs ou à vos problèmes de couple : cet article est fait pour vous. Dans le cas contraire, lisez-le quand même.

L’asexualité, comment ça s’attrape ?

Attention définition : une personne asexuelle est une personne qui ne ressent pas d’attirance sexuelle. Une personne qui ne ressent pas de désir sexuel. Je ne ressens pas, à l’intérieur de moi, le désir d’impliquer la sexualité dans mes relations avec les autres. Et d’ailleurs ce n’est pas si dur à comprendre. Les personnes qui ont du désir pour tout le monde sont rares. Au contraire, la plupart des gens se rendent compte qu’il y a certaines personnes qui ne les attirent pas sexuellement. Eh bien c’est pareil pour moi : mais ça inclut tout le monde. Clair ?

« Ah, mais c’est la même chose que… »

Probablement pas. D’abord, l’asexualité ce n’est pas la même chose que l’abstinence. Il n’y a rien de mal dans le fait d’être abstinent, mais ce n’est pas l’asexualité. L’abstinence est un choix. Les personnes qui sont abstinentes font le choix de ne pas pratiquer la sexualité pour des raisons personnelles ou culturelles. Être asexuel-le n’est pas un choix. Ce n’est pas moi qui contrôle si je ressens du désir ou non. Et ce n’est pas non plus comme avoir peur du sexe. Deux chercheuses  américaines ont d’ailleurs évalué la pruderie des personnes asexuelles et elles se sont rendues compte qu’elles n’étaient pas plus inhibées que les autres. Ce n’est pas non plus une pathologie ou la conséquence d’un trauma. Et surtout, ce n’est pas la même chose que de juger ou critiquer la sexualité des autres. Cela n’a strictement rien à voir. Qu’on soit bien clair sur ce sujet : vive le sexe.

Chacun devrait pouvoir avoir tout le sexe qu’il veut, du moment que c’est consensuel. C’est dit!

Le cœur de la question

Puisqu’il ne faut pas hésiter à dire les choses même les plus évidentes, je n’hésite pas : les personnes qui s’identifient comme asexuelles ont des sentiments. Ne pas avoir de d’attirance sexuelle ne signifie PAS que l’on veut vivre seul toute sa vie, que l’on n’est pas capable d’aimer ou que l’on n’a pas besoin que quelqu’un prenne soin de nous. Les personnes asexuelles ont exactement les mêmes besoins que tout le monde. Sérieusement, vous vous attendiez à quoi ? Beaucoup de personnes asexuelles ont d’ailleurs ce qu’on appelle une « orientation romantique». Elles veulent former des relations romantiques avec des hommes, ou avec des femmes, ou avec des femmes et les hommes, ou avec tout un ensemble de genres différents. Donc on peut être asexuel-le et gay, asexuel-le et bi, asexuel-le et hétéro, etc. Il y a même des asexuel-les « aromantiques », qui eux ne tombent pas amoureux.

Cinquante nuances d’asexualité

En fait, il y a tellement de diversité chez les personnes asexuelles que si je vous expliquais tout d’un coup, ça vous ferait sans doute exploser le cerveau. Mais comme c’est très important pour moi, je vais quand même vous en livrer un petit aperçu. J’ai déjà dit que certains parmi nous avaient des relations romantiques. Mais certains n’en n’ont pas ou n’en veulent pas. D’autres sont aussi polyamoureux, mais pas tous. Et ce n’est pas fini. Il y a aussi ceux qui se masturbent et ceux qui ne se masturbent pas. Certaines personnes asexuelles ont d’ailleurs des relations sexuelles même si elles n’ont pas le désir qui va avec. Et il y en a qui s’identifient comme lesbiennes ou gays en plus d’être asexuelles tandis que d’autres non. Parmi nous, il y a des hommes, des femmes et des personnes qui ne sentent ni des hommes ni des femmes et ceci peu importe le genre qu’on leur a donné à la naissance. Je m’arrête là, mais je suis loin d’avoir fait le tour. Il y a mille nuances d’asexualité. Et pour tout vous dire : on trouve ça formidable !

Pourquoi parler de l’asexualité ?

Je vous fais la réponse courte : être asexuel-le n’est pas une sinécure. Dans un monde où le sexe est considéré comme essentiel pour être une « vraie » personne, beaucoup de personnes asexuelles ont honte de leur situation, elles ont le sentiment « d’avoir un problème », de ne pas être « normales ». D’autres ont le sentiment de subir une solitude qu’elles n’ont pas choisie, qui leur pèse et dont elles ne savent pas comment sortir. D’autres encore s’enferment dans des relations de couple malheureuses pour essayer à tout prix d’être « normales ». Sensibiliser le public à l’asexualité, c’est avoir la chance de dire : vous n’êtes pas seuls. Vos sentiments et votre vécu n’ont rien de honteux.

Mais aussi : l’asexualité est une orientation sexuelle, ce n’est pas quelque chose qui se traite ou qui se soigne. Enfin, plus l’asexualité sera connue, plus il sera facile pour les personnes asexuelles de se retrouver, de créer des liens, d’obtenir du réconfort et du soutien. Et finalement, c’est le plus important.

Un dictionnaire n’est jamais fini… Si vous aussi vous trouvez qu’une définition de Sexe Libris nécessite un complément ou qu’il y manque un mot qui vous tient à coeur, n’hésitez pas à me contacter. J’espère ainsi continuer à le compléter grâce à vos contributions.

Pour en savoir plus sur l’asexualité, échanger sur la question, avancer dans votre réflexion, trois solutions (compatibles):

- Aller écouter Baptiste à la mutinerie

- lire le blog de Baptiste et celui de son association

- lire Sexe Libris

http://asexualite.wordpress.com/

https://www.facebook.com/events/331825870250099/

"L'existence de l'asexualité ne doit pas être niée"
Baptiste Battistipublié le 05/09/2013 à  11:09, mis à jour le 28/10/2014 à  10:00

L'asexualité: un mot bien mal connu du grand public. Bastiste Battisti nous parle aujourd'hui de cette façon de pratiquer le sexe qui n'en est pas une. Explications.

Zoom moinsZoom plus14
Partager161 Tweeter56
8 Partager0
"L'existence de l'asexualité ne doit pas être niée"
L'asexualité est une chose mal connue, souvent mal interprétée et considérée comme une maladie.
Tumblr
Vous avez bien lu et je n'ai pas peur de l'écrire: l'asexualité est une sexualité déviante. C'est une sexualité infréquentable, une sexualité malsaine. Et c'est à se demander si ce n'est pas déjà un peu voyou d'aller jusqu'au bout de l'article. Mais continuons, car si l'asexualité dévie, elle dévie bien par rapport à quelque chose. Et on peut se demander, ce quelque chose: c'est quoi?

Tous censés être séxués
Et ça non plus je n'ai pas peur de l'écrire: c'est la sexualité elle-même qui est la norme. Notre société commande la sexualité. La sexualité n'est pas un choix. La sexualité n'est pas une possibilité. La sexualité: c'est obligatoire.

C'est une notion que la plupart des personnes sexuelles ont du mal à faire rentrer dans leur tête. Et je comprends bien pourquoi: la norme vous convient si bien. L'injonction à la sexualité, vous passez à travers sans même la remarquer. Pourtant, je vous assure, on vit bien dans une société où on est tous et toutes censés être sexuels. Et si on n'est pas sexuels, c'est qu'on a un problème. On vit bien dans une société qui prétend que faire l'expérience de la sexualité, c'est obligatoire pour se comprendre soi-même, que c'est obligatoire pour avoir des relations sincères avec les autres.

L'asexualité est souvent présentée comme un trouble

Et n'allez pas imaginer que je suis fâché de votre bonheur: je suis très content pour vous. Je suis sûr que la sexualité est une très bonne chose. Il faut en parler et en parler librement. Je soutiens d'ailleurs toutes les formes de sexualités consenties (et pas uniquement les formes d'hétérosexualité les plus consensuelles). Le problème n'est pas là.

Etre asexué c'est quoi?
Le problème, c'est que la sexualité est présentée comme la façon d'être normale, la façon d'être universelle et socialement désirable. Le problème, c'est que toute personne est censée être sexuelle tant qu'elle ne déclare pas le contraire. Le problème, c'est que l'asexualité est présentée comme un trouble, qui demande des explications, ou même un traitement médical. Le problème, c'est que la sexualité est associée sans nuance à la nature, à la santé, et à la liberté. Le problème, c'est que quand on est asexuel, on s'entend dire que l'asexualité, ce n'est pas naturel, qu'on est sans doute malade et qu'on ferait bien de consulter.

Toujours pas convaincu? Je m'étonne. Vous n'avez jamais entendu que le sexe est ce qu'il y a de plus naturel? Qu'avoir du sexe, c'est comme manger et dormir? Vous n'avez jamais entendu que les gens en bonne santé ont une bonne sexualité? Vous n'avez jamais entendu que le sexe est la partie la plus profonde, la plus authentique de notre existence? Jamais? Je suis sûr que si.


Maintenant faites un tour sur vous même et installez-vous à notre place. Confortable? Je vous résume le script: "Vous avez toujours été asexuel. D'aussi loin que vous puissiez vous rappeler, vous n'avez jamais été attiré sexuellement par quelqu'un. Le désir, c'est comme Les Mystérieuses Cités d'Or, vous ne savez pas ce que c'est. Ce n'est pas que vous ayez un problème avec le sexe, c'est juste qu'il n'est pas présent à l'intérieur de vous. Vous vous trouvez très bien comme ça, mais ce n'est pas tous les jours une sinécure et votre vie n'a pas toujours été simple". C'est bon, vous êtes à l'aise avec votre nouveau rôle? On va pouvoir rejouer la scène à l'envers.

Aucune revendication, juste une visibilité
Reprenons, donc. Si la sexualité c'est la santé, alors l'asexualité c'est le contraire de la santé. Élémentaire, n'est-ce pas? Donc en fait, quand on est asexuel: on est malade. On a besoin d'être secoué très fort par un médecin ou par un psychiatre pour être "soigné". Pas vrai? Continuons: si la sexualité c'est la nature, alors l'asexualité c'est contre-nature. Ce n'est pas un état normal, ça va contre l'ordre des choses. Et pour finir: si la sexualité c'est ce qu'il y a en nous de plus profond, de plus vrai, qui sont les asexuels? Sont-ils vides à l'intérieur? Pourquoi n'arrivent-ils pas à entrer en contact avec leur moi profond? Combien de temps vont-ils mettre avant de se trouver?

Il est illégitime de nier l'existence des asexués sous prétexte qu'il s'agit d'une pratique peu courante

Alors, vous allez peut-être me dire que je suis allé trop loin tout à l'heure. Après tout, la sexualité n'est pas obligatoire. La société ne commande pas d'être sexuel. On peut très bien être asexuel. Il faut juste d'accepter la punition: l'asexualité est contre-nature. La plupart des personnes asexuelles sont malades et les autres ne se disent asexuelles que parce qu'elles sont confuses à propos d'elles-mêmes. A chaque norme sa sanction.

Quelques mots pour conclure. Le 26 avril, c'était la journée de l'asexualité et pour l'occasion j'ai parlé avec un certain nombre de journalistes qui avaient à peu près tous la même question: "Mais qu'est-ce que vous revendiquez?", "que vous apportera la reconnaissance?", "pourquoi voulez-vous parler d'asexualité?" Et jusqu'à présent, j'avais du mal à être parfaitement clair sur ce sujet.

Mais à partir de maintenant, je crois savoir comment leur répondre. Je vais leur dire: nous sommes bien conscients que l'asexualité est une chose peu courante. Nous sommes bien conscients que statistiquement parlant, nous ne valons pas grand chose. Nous sommes à peine 1% de la population. Mais la question qui se pose n'est pas celle-là. La question qui se pose est: est-il légitime, sous prétexte que nous sommes peu nombreux, de nous dénigrer, de nous ridiculiser, de nous invisibiliser? Est-il légitime, parce que l'asexualité est peu courante, de nier son existence, sa valeur ou sa légitimité? Et à cette question nous répondons: non.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/l-asexualite-est-une-sexualite-deviante_1253874.html#5JjZrsTrKwpFPue5.99

L’asexualité, qu’est-ce que c’est ?
10 MAI 2013 PAR BRIGITTE LEBUYSSON 97 COMMENTAIRES
L’asexualité, qu’est-ce que c’est ?

Brigitte Lebuysson se penche sur l'asexualité avec trois lectrices concernées : est-ce un problème, est-ce qu'il est possible de vivre en harmonie en étant asexuel-le et peut-on vivre une belle relation de couple sans ou avec peu de sexe ?
Il y a deux semaines jour pour jour, c’était la journée de l’asexualité. C’est alors que j’ai tilté : je ne m’étais encore jamais penchée sur la question alors que ça touche tout de même 1% de la population (selon une étude datant de 2004) et amène à tout un tas de questions. J’ai donc demandé à des lecteurs et lectrices concerné-e-s de me contacter pour en apprendre un peu plus sur le sujet et pour casser ensemble – espérons-le – les mythes et clichés qui entourent ce phénomène.

Mais avant toute chose, le point définition : l’asexualité désigne très largement le fait de ne pas ressentir de désir sexuel ou d’attirance sexuelle pour quelqu’un. Il serait maladroit de l’apparenter à l’abstinence, qui est un choix, puisque le terme désigne le fait de volontairement refuser l’acte sexuel. L’asexualité n’est pas un choix, on naît comme ça, sans le savoir avant qu’on le comprenne. Certains n’ont par ailleurs pas de préférence sexuelle, mais pas tous et ce n’est pas forcément une généralité. L’asexualité comprend des nuances symbolisées par le terme grey-a (rien à voir avec les fans de Grey’s Anatomy, donc), pour la gray-asexuality. Les gray-asexuals peuvent expérimenter, de manière irrégulière, une excitation sexuelle ou expérimentent une excitation sexuelle plus ou moins ténue. Dans les gray-asexuals, il y a aussi les demisexuals, qui peuvent être excité-e-s sexuellement s’ils ont développé des forts sentiments pour quelqu’un.

L’asexualité désigne simplement le fait de ne pas ou de ne presque pas avoir envie d’avoir des relations sexuelles avec autrui, de ne pas se sentir sexuellement attirée par autrui. Mais est-ce qu’être asexuel-le empêche d’avoir une vie de couple ? Est-ce qu’être asexuel-le signifie ne pas avoir besoin de pratiquer le sexe, d’une façon ou d’une autre ? Est-il facile d’être asexuel-le dans une société où le sexe est aussi présent ? Ce sont grosso modo les réponses auxquelles ont répondu quelques lectrices concernées qui nous permettront d’en apprendre un peu plus.

Apprendre qu’on est asexuel-le

Quand on voit son entourage commencer à avoir les hormones qui font des sauts de cabri, sortir avec des membres du sexe désiré, embrasser l’autre jusqu’à en avoir des filets de bave qui caressent le sol et envisager puis passer à l’acte sexuel, ça peut éventuellement éveiller quelque chose en nous. Quand on n’est pas dans la même situation, il peut arriver d’envier ses copines qui passent à l’acte et qui plaisent aux gens qui leur plaisent. Une sorte de jalousie car on ne vit pas les mêmes choses.

M., elle, n’était absolument pas envieuse. Quand elle a échangé son premier baiser, elle n’a pas été transcendée. Précisons tout de même que ne pas apprécier son premier baiser n’est pas un critère réservé aux asexuel-le-s : le mien, je l’ai vécu comme une limace se baladant sur ma bouche et j’ai rompu juste après pour ne pas avoir à recommencer avec cette personne. Pour autant, je ne suis ni grey-a, ni asexuelle. Mais c’est un peu par hasard qu’elle a mis un mot sur ce qu’elle était. Elle était déjà tombée amoureuse d’une fille et savait reconnaître et apprécier la beauté d’une personne – ce qui empêchait, en quelque sorte, de comprendre qu’elle était asexuelle, d’autant plus qu’elle n’avait pas connaissance de l’existence du terme et de ce qu’il implique alors qu’être asexuel-le n’empêche pas du tout de trouver quelqu’un beau :

« Je ne comprenais pas les filles qui couchaient avec des mecs comme ça, directement le premier soir, et je me disais « non mais moi il me faudra du temps, beaucoup de temps ». Je ne réalisais pas vraiment que j’éprouvais pas d’attraction physique pour les gens parce que j’étais sensible à leur beauté, que je pouvais porter des jugements esthétiques. [...]

Bref, je me suis dit que oui, je ne me voyais pas coucher avec quelqu’un, que même quand j’étais amoureuse d’une personne je pensais à un milliard d’activités qu’on pourrait partager mais que la partie « coucher ensemble » était en fait littérale : dormir avec quelqu’un. Rétrospectivement je comprenais mieux pourquoi lorsque je rêvassais sur telle personne j’utilisais la technique du fondu au noir quand j’en venais à me dire « oui et là on coucherait ensemble » et que je pensais JAMAIS RÉELLEMENT à cette partie-là, et que je voyais toujours ce moment comme une formalité. Le désir sexuel n’était pas là et n’avait jamais été là. »

Le déclic, qui lui a fait recouper tout ce qu’elle ressentait depuis plusieurs années, M. l’a eu en faisant un banal tour sur un forum à l’âge de 19 ans. Le commentaire qui a tout changé, c’était quelqu’un qui parlait d’asexualité et disait en substance « Je suis heureuse pour les autres quand ils peuvent coucher avec les personnes qu’ils veulent mais moi je m’en fiche totalement » : M. a alors recoupé et fait le rapprochement entre son absence de désir sexuel et le terme qui la désigne.

D., quant à elle, notait un certain manque de désir dans son couple : elle explique qu’elle vivait pourtant une relation avec un mec adorable alors qu’elle avait eu un intérêt pour le sexe théorique et pour la masturbation. Pourtant, une fois que le moment de passer à l’acte était venu, elle ressentait un manque d’intérêt notable. Et puis elle est tombée amoureuse d’une fille. « J’ai associé les deux », explique-t-elle. « J’ai pensé que je n’étais « que » lesbienne, j’ai rompu avec le garçon et j’ai classé l’affaire. Il s’est alors passé plusieurs années sans que je ressente le besoin d’être en couple réellement. Ou plus exactement, les relations sexuelles ne me manquaient pas et j’avais un peu l’angoisse que ça soit un problème à nouveau si je me mettais en couple, même avec une fille. Je n’y ai plus trop pensé car le problème ne s’est pas posé. »

C’est par la suite en regardant un épisode de la série Sherlock pendant l’hiver 2012 qu’elle a compris qu’elle était asexuelle : il n’est jamais dit clairement dans la série que le personnage principal l’est, mais, dans une scène, il est insinué qu’il n’a jamais eu de relation sexuelle. Après un bref tour sur Tumblr après l’épisode, elle est alors tombée sur le terme asexuel relié à Holmes :

« Je me suis dit « Asexuel ? C’est quoi, ça, déjà ? ». Il est assez rare que je ne connaisse pas un terme dans ce domaine, mais je n’avais effectivement jamais lu grand-chose sur le sujet. Wikipédia (oui, bon…) étant mon ami, me voilà partie à lire la définition dans les détails. Et ça a été une révélation. J’ai commencé à creuser. Plus je lisais, et plus je me reconnaissais dans ce qui était écrit. Depuis, j’en parle autour de moi, notamment à mes amis dans le milieu LGBT, afin de faire reconnaître l’existence des asexuels. »

sherlock Lasexualité, quest ce que cest ?Ceci n’est pas qu’une image pour faire plaisir aux Cumberbitches.

Les asexuel-le-s et la relation de couple

Dans ma petite tête, j’imaginais qu’un-e asexuel-le en couple avec un-e autre est la situation la plus avantageuse du monde, mais dites, faudrait voir à pas ranger tout le monde dans des cases. Comment les choses se passent-elles quand un des membres du couple est asexuel-le et l’autre non ? Est-ce que ça peut être une cause de rupture ? Est-ce qu’un décalage se crée de manière inévitable ?

Moins certaine de son asexualité (elle m’explique être à 80% sûre de l’être) R. a eu deux relations assez longues (une de trois ans, une de deux) : pour le premier, ça n’a pas joué dans leur rupture, mais pour le second oui (« Le deuxième est un coureur de jupons et il adore le sexe donc ça a été un élément important de notre rupture même si ce n’était pas tout »). Mais alors, comment ça se passait, est-ce qu’on peut parler de notion d’effort pour avoir des relations sexuelles quand son ex le souhaitait ? Dans son cas, plutôt, oui, même s’il y a un moment où c’était pour elle loin d’être désagréable :

« Oui, je le faisais parce que je voulais faire plaisir et que c’est la norme. « 2-3 fois par semaine pour un couple heureux », les chiffres mettent une pression dingue. Au moins mes deux ans de célibat ne sont pas du tout un calvaire ! Quand j’entends certaines filles ne pas supporter de ne pas coucher pendant un mois, cela me fait rire intérieurement.

C’est la même chose pour la masturbation, je me souviens que ça me plaît mais je dois me forcer pour commencer. Je dois me dire « Allez tu vas voir c’est cool ». Mais l’acte sexuel, quand c’est fini, je ne suis pas satisfaite. Je l’ai fait mais je ne ressens rien ni avant ni après. Mais au milieu c’est vraiment bien.

Voilà quand on lit ça on peut tout de suite penser « que je n’ai pas trouvé la bonne personne » ou « que j’ai peur de prendre du plaisir », ce n’est pas faux mais ce n’est pas totalement vrai non plus. J’en ai parlé à une amie homosexuelle et elle avait été comme ça jusqu’à rencontrer sa copine actuelle. Alors peut-être que cela m’arrivera un jour.

Le seul moment où ça me gêne d’être comme ça c’est de savoir que je suis différente et que peu de monde pourrait comprendre cette absence. C’est tout, après je suis heureuse comme ça et je peux aimer normalement, c’est seulement que le sexe ne prend pas 90% de ma vie ou de mon esprit. Parfois je me plais à penser que je peux aimer davantage l’autre vu que ce n’est pas sa performance sexuelle mais plutôt la personne qu’elle est qui saura ou non me séduire. »

On peut alors réaliser que notre société, plutôt très sexualisée, peut être en partie responsable de cette sensation de se sentir plus ou moins obligé-e d’avoir des relations quand on n’en a pas envie : ok, il est arrivé à la jeune femme d’éprouver du plaisir, mais il n’empêche qu’elle parle de normes et qu’il est vrai que l’asexualité, si elle n’est pas complètement tabou, est un peu oubliée dans les débats et discussions sur la sexualité. Ce qui est vraiment dommage : il suffirait d’en parler un peu plus pour que certaines personnes s’y reconnaissent.

D., elle, a eu une façon différente de gérer sa vie de couple, puisqu’elle est dans un autre cas de figure : elle est asexuelle, mais explique avoir une vie sexuelle théorique très riche et avoir appris à connaître son corps à travers la masturbation. Des fois, c’était bien, des fois pas, qu’elle ait ressenti une petite pointe de désir ou pas :

« Dans les faits, j’ai d’abord constaté un manque d’intérêt évident pour le sexe alors que j’étais en couple avec un homme charmant. Ça m’a paru bizarre, car j’ai toujours été intéressée par le sexe d’un point de vue théorique et même pratique (masturbation), avant d’avoir un âge décent pour pratiquer ce genre de choses. Je suis très renseignée, je n’ai pas vraiment de tabou, j’ai une vie sexuelle théorique très riche. Mais en pratique jusque là ça n’avait jamais été l’extase : au moment de passer à l’acte je n’étais pas très intéressée. Ça ne se passait pas forcément mal, au contraire parfois, mais je n’avais pas tellement de désir. Ça ne m’avait pas inquiétée jusque là car je n’étais pas amoureuse quand j’étais en couple. Mais là j’étais vraiment bien dans mon couple et monsieur était très câlin. J’ai alors réalisé que je n’étais ni très tactile, ni très intéressée par l’acte. Je n’étais pas vraiment à l’aise, je n’osais pas en parler car en dehors de cela j’étais vraiment bien avec lui mais quelque part j’espérais qu’il n’ait pas envie trop souvent de faire l’amour. »

Plus loin, elle raconte après sa rupture avoir ressenti un certain soulagement :

« Ça n’était pas la seule cause mais j’ai ressenti un soulagement quand on a rompu aussi à cause de cela. C’était vraiment compliqué. Je ne voyais pas mon copain très souvent mais je n’avais pas tellement envie de passer à l’acte. Parfois, je ressentais un peu de désir, mais cela restait très faible comparé à ce que je considère comme « normal » et c’était plus un besoin sexuel qu’une envie de faire l’amour avec lui. Après, ça n’était pas forcément mal dans les faits, mais ça m’a amenée à me poser des questions. J’avais l’impression d’être une vieille dans un couple marié où il n’y a plus de désir, à ne pas comprendre pourquoi il n’y en avait pas chez moi alors que j’étais bien en dehors de cela. »

Dans un C’est quoi ton porn spécial asexuel-le-s, Le Tag Parfait met en exergue cette différence d’appréciation de la sexualité. On peut y lire le témoignage de Paul, qui regarde parfois des pornos, a des relations avec sa copine, sans pour autant ressentir d’attirance sexuelle : « Je peux trouver un corps beau ou élégant, mais il ne m’attire pas sexuellement. Je ne ressens pas à l’intérieur de moi le désir de jouir de ce corps et avec ce corps ». D., raconte elle aussi être parfois excitée par du porno. Quand je lui ai demandé si certaines vidéos, par exemple, l’émoustillaient (je ne suis pas née en 1957, promis), elle a répondu que tout dépendait des asexuels et que c’était peut-être bien pour cette raison que le l’asexualité était si compliqué à définir :

« En fait, ça dépend vraiment des asexuels, d’après ce que j’ai compris, c’est pour ça que c’est assez compliqué à définir et que c’est sans doute aussi compliqué à comprendre pour soi (comprendre qu’on a des besoins sexuels, des envies sexuelles, mais pas envie de faire du sexe, c’est contradictoire). Je peux mater du porno et être excitée (et j’ai aucun problème à en parler, même entre potes, chuis assez open). J’ai des besoins sexuels (ça n’est pas le cas de tout le monde paraît) et je les comble moi-même (plus simple, pour moi ça reste mécanique tout cela).

La seule différence est que je ne vais pas me dire « Ah, il ou elle me plaît, super, faisons l’amour ». Quelqu’un peut me plaire, m’attirer même physiquement, mais je n’ai pas envie d’aller plus loin. Tout au plus, j’ai envie de le/la photographier, ça reste purement esthétique, comme quand je regarde un tableau, ce qui complexifie un poil les relations (avec un tableau, c’est plus facile). »

Une nouvelle preuve, donc, qu’asexualité ne rime pas forcément avec pas de sexe du tout : certain-e-s se masturbent, ont des relations sexuelles, s’imaginent en avoir, et d’autres non. Ces nuances donnent l’illusion de concept plus compliqué à comprendre pour les autres alors qu’au final, c’est très simple : après tout, parmi les personnes sexuées, il y a également des nuances dans notre relation au cul.

S’intéresser aux autres d’une nouvelle façon

Plus tôt dans l’article, je citais M. qui expliquait qu’elle avait plus tendance, en tombant amoureuse de quelqu’un quand elle ne savait pas encore qu’elle était asexuelle, à s’imaginer faire des milliers d’activités à faire avec l’autre en floutant la partie sexe. C’est d’ailleurs sur ce point que rebondit également Laci Green à la fin de sa vidéo sur l’asexualité. Dans une interview, David Jay, activiste asexuel, explique que les asexuel-le-s cherchent comment faire émotionnellement ce que les gens font avec le sexe.



Ce à quoi la vlogueuse réagit :

« Je crois que, en se demandant comment construire une relation, David et la communauté asexuelle mettent le doigt sur un truc qui concerne tous les êtres humains. J’imagine que la différence, c’est que les personnes sexuelles sont confrontées à ce problème moins frontalement que les asexuels. Peut-être parce que la question du sexe s’y substitue et en même temps nous détourne de cette autre question. »

M. est optimiste pour l’avenir sur le fait qu’être asexuelle ne l’empêchera pas de vivre une relation de couple épanouie et ne se sent pas vraiment peinée par son asexualité. La clé ? La communication. Et elle a raison, parce qu’on ne le répètera jamais assez : parler dans le couple (ou le trouple, ou que sais-je encore), c’est le meilleur moyen de régler les moindres soucis :

« Du coup dans l’ensemble cette situation ne me peine pas vraiment, mais c’est étrange de vivre en n’étant pas dans la norme. Je sais que la plupart des gens sont conscients que la société est hyper-sexualisée mais alors de mon point de vue d’asexuelle, il y a des moments où je sature de me voir rappeler tous les jours que je suis une minorité et c’est peut-être ça qui me gêne le plus. Parce que vraiment, le couple tout ça… je suis globalement confiante. Pas au point de me dire « l’amour réglera tout », mais à estimer qu’avec du dialogue, des compromis, ça peut marcher. »

Un point de vue que partage D. : forte de cette nouvelle connaissance d’elle-même (elle a compris son asexualité après sa dernière rupture), elle aborde son avenir sentimental avec davantage de sérénité :

« Je suis amoureuse de la même personne depuis des années et si je n’ai pas envie de sexe, j’ai suffisamment de recul sur notre non-relation-de-couple pour savoir que j’ai des envies affectives. L’avantage est que maintenant je me connais mieux (on dit « asexuelle romantique », ouaiiis je suis dans une case !) et donc si je me mets en couple un jour avec quelqu’un, je le ferai avec cette connaissance de moi. Du coup, l’angoisse n’est plus présente de la même façon, on pourra en parler et trouver nos codes à nous. »

Trouver des codes propres à chaque couple et s’inventer une sexualité qui est propre au couple : un conseil qu’on pourrait finalement appliquer à beaucoup de relations à deux ou à plus, finalement, asexualité ou pas.

L’asexualité n’a rien d’anormal, donc : le terme concerne une toute petite minorité de personnes plus ou moins, selon le degré, désintéressées de l’acte sexuel. C’est ça qu’il faut comprendre : ce n’est pas parce qu’une majorité prédomine sur un point précis comme le sexe qu’elle est LA norme ; elle est simplement plus représentée en terme de chiffres. Évidemment, il est difficile pour des personnes sexuées, au premier abord, de concevoir qu’on puisse ne pas éprouver de désir, ou très peu. En fait, le concept de ne pas désirer autrui nous rappelle combien il est primordial d’écouter celui ou celle qui ne vit pas la sexualité de la même façon que nous, de lui donner la parole et de comprendre que nous ne sommes pas tous égaux. Comme certaines aiment se prendre des fessées et d’autres non (par exemple), certains ressentent du désir pour autrui, d’autres pas. Et c’est aussi simple que ça.

Pour en savoir plus :

Le Tumblr de la journée de l’asexualité qui recoupe informations et témoignages.
L’association pour la visibilité de l’asexualité, qui cherche à rendre plus visible l’asexualité et à la faire reconnaître comme une orientation sexuelle (au même titre que, par exemple, l’homosexualité). Car qui dit « plus de visibilité » dit « moins de personnes concernées par l’asexualité mais paumées ».
Le réseau Aven, pour pouvoir en apprendre davantage et discuter entre membres.
Tous les articles J'ai testé pour vous , Sexe , Vis ta vie
Les autres papiers parlant de Asexualité , Laci Green
ÇA VOUS A PLU ?
PARTAGEZ !

174
BIG UP
L'ACTU DE MAD
GRATUITEMENT DANS VOS MAILS !
Inscrivez-vous à la newsletter MadmoiZelle pour être les premières informées sur l'actualité du site !

BRIGITTE LEBUYSSON Tous ses articles
A LIRE ÉGALEMENTPlus d'infos ici
VIENS APPORTER TA PIERRE AUX 76 COMMENTAIRES !
Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !
Juddy_Abbott
JUDDY_ABBOTT, LE LUNDI 13 MAI 2013 À 16H13
D'après ma petite expérience, je crois que tout ce que vous avez discuté jusque là dépend de la personne. Il est difficile de trancher bien évidemment si l'asexualité est innée ou acquise, psychologique ou plutôt hormonale ou autres. À un certain moment, j'ai eu l'impression que tout le monde était devenu "Mlle Expert près de chez vous"...

Juste pour dire que chacune est différente, chacune son expérience, chacune sa façon de vivre sa sexualité et les feelings qui en découlent ou pas. On est toutes d'accord que dans une société aussi sexualisée que la notre, manifester un certain écart par rapport à la norme, assumer son manque /absence de désir est un parcours de combattant. Les étiquettes n'en manquent pas, et je parle en connaissance de cause. Déjà on ne comprends pas pourquoi on est pas dans la norme, la pression sociale se fait ressentir, et des fois c'est un cercle vicieux.

En ce qui me concerne, j'ai toujours eu des crash depuis l'age de 11 ans (des fois j'ai de longues période de silence, personne dans mon champs de vision quoi).

Je ne sais pas si je suis vraiment tombée amoureuse, mais, j'ai été "obsédée" par des mecs. Pourtant, je n'arrivais pas a ressentir ce désir, et je ne me suis jamais posée la question, car à ce moment là ce n'était que des mecs passagers. La vrai big question est survenue après. Quand j'ai commencé a sortir avec mon ex, j'ai craqué fort dès le début, j'avais 0 expérience  donc, tout le tralala lié au dating m'était inconnu.  Au début, j'ai tellement eu peur, car en l'embrassant je n'ai absolument rien ressenti, hautes expectatives, je dirais plutôt.Après c0est vrai que j'ai commencé a apprécier la chose mais deux minutes plutard, c'est le vide total. J’étais comme un robot. 0 feeling. Pire, j'avais des crises de panique a chaque fois que je le voyais, je ne pouvais contrôler mes états d’âme.  C'est comme si j’étais tellement amoureuse/impressionnée/ou je ne me le croyais pas trop, que tout ce que je ressentais, je dirais cette boule dans le ventre, m'en était insupportable, tellement insupportable que ça me rendait malade au point de vomir ( et pas qu'avec ce mec, avec deux autres, dans la rue, quand on partage le même lit, quand il m'envoie un texto en disant qu'il passe me voir, quand on se ballade ..etc)

Ok, vous me diriez, ben déjà tu ressens quelque chose, oui, mais c'est vraiment pas un désir sexuel, je ne saurais le définir  peut être un mélange de peur et d'autres sentiment que je ne comprends pas. Une fois plus tranquille, je n'arrive toujours pas à ressentir cette envie... le mec est bien évidemment super excité, mais pas moi. Physiquement, il m'attire d'une certaine façon, je suis prête à me laisser aller, à me découvrir mais ça n'arrive pas, je n'y peux rien, peut être c'est juste question de temps... mais des fois j'ai l'impression que je suis tellement frigide, que j'ai besoin d'un peu plus de temps pour approvisionner ce désir & sentiments que je ne retrouve pas.

Je ne suis pas une coincée, je suis assez jolie, et je suis assez bien dans ma peau malgré mes problèmes liés à la nourriture. Si un mec m’intéresse  je vais droit au but, je parle avec lui, j'adore séduire, mais le moment venu, quand on sait que le mec va t'embrasser, alors là, je ne peux pas, dans ma tête y'a une voix qui me dit, tu peux pas faire ça, tu ressens rien, aucun désir, aucun besoin... et je vous assure que cela m'est arrivé avec pas mal de mecs pour qui j'ai eu un big crush.

Tout cela pour dire, que cela dépend de la personne. Ma psy ne savait quoi me dire, elle croit que j'ai une faible libido. Des fois je lui donne raison, mais par moment, je ne sais vraiment pas ce qui cloche ou pas. Je dirais que c'est peut être du à une éducation un peu trop stricte, à mes mésaventures lors mon adolescence, au stress, au blocage... mais des fois, je me déconnecte de mes petits problèmes et je dis aujourd'hui je prendrai mon pied, je m'en fiche,  je me laisserai aller, je vais me concentrer sur mon plaisir (inexistant ou absent), je veux ressentir ce désir, je le dirai en anglais, je veux me sentir TURNED ON... mais en vain, je ne ressens pas ce désir. Du coup, j'ai laissé tomber le truc, j'ai décidé de ne me plus forcer pour ressentir quoi que ce soit... c'est frustrant, mais c'est comme ça.
Je ne pourrais me coller une étiquette, tiens, t'es asexuelle. Je suis arrivée à la conclusion que c'est au temps d'en décider. C'est fatiguant de s'auto-psychanalyser et de devoir se justifier quand les copines parlent sexe...

Donc voilà... Courage à toutes et à tous !
Amedeo
AMEDEO, LE LUNDI 13 MAI 2013 À 16H35
Bonne initiative cet article, mais j'aurais aimé qu'il sorte deux ans plus tôt (j'avais un devoir a rendre sur l'asexualité, ça m'aurait bien aidé tout ca!)
Je relève une chose très intéressante: quand R. dit

C’est la même chose pour la masturbation, je me souviens que ça me plaît mais je dois me forcer pour commencer. Je dois me dire « Allez tu vas voir c’est cool ». Mais l’acte sexuel, quand c’est fini, je ne suis pas satisfaite. Je l’ai fait mais je ne ressens rien ni avant ni après. Mais au milieu c’est vraiment bien.


Du coup, si j'ai bien compris, dans ce cas, la personne asexuelle ressent du plaisir pendant l'acte, mais pas d'attirance avant ou de "détente" après. La nuance me semble importante tout de même. Je ne sais pas si un homo pourrait trouver agréable sur le moment de coucher avec un membre du sexe opposé . De même, est-ce qu'un hétéro trouverait du plaisir durant l'acte avec un membre du même sexe?
Aussi, comment "physiologiquement" coucher avec quelqu'un sans qu'il n'y ai excitation ou désir de passer à l'acte? Pas d'érection ou de lubrification? ou il faut une stimulation poussée pour que ca arrive?

Mais quelque chose me dérange tout de même dans ce témoignage:


C’est tout, après je suis heureuse comme ça et je peux aimer normalement, c’est seulement que le sexe ne prend pas 90% de ma vie ou de mon esprit. Parfois je me plais à penser que je peux aimer davantage l’autre vu que ce n’est pas sa performance sexuelle mais plutôt la personne qu’elle est qui saura ou non me séduire.

Un hétéro et un homo peuvent autant aimer qu'un asexuel sans forcément se référer à sa performance sexuelle comme critère de séduction, et on ne pense pas 90% du temps au sexe (enfin moi si mais bon :-p ) je crois que c'est un peu caricatural. Les sexuels ne sont pas tous des gros queutards avides de sexe non plus, ce n'est pas l'un ou l'autre, l'asexuel ou l'hyper-sexuel. Il y a des milliers de nuances. J'aime a penser que c'est la personne qui me séduit et pas sa performance sexuelle.
GreyA
GREYA, LE LUNDI 13 MAI 2013 À 17H06
AMEDEO;4114432C’EST TOUT
Un hétéro et un homo peuvent autant aimer qu'un asexuel sans forcément se référer à sa performance sexuelle comme critère de séduction, et on ne pense pas 90% du temps au sexe (enfin moi si mais bon :-p ) je crois que c'est un peu caricatural. Les sexuels ne sont pas tous des gros queutards avides de sexe non plus, ce n'est pas l'un ou l'autre, l'asexuel ou l'hyper-sexuel. Il y a des milliers de nuances. J'aime a penser que c'est la personne qui me séduit et pas sa performance sexuelle.
C'est un problème avec certains aces qui a des relans de slut-shaming. Il y a une notion de pureté ou de supériorité de l'asexuelle chez certaines personnes qui est très dérangeante et qu'il est nécessaire d'interpeler car ça dessert tout le monde.

Je peux me tromper, mais je pense que ça vient du fait que malgré cette idée globale que la société est hypersexualisée et libérée sexuellement, la sacralisation de l'amour platonique et de la chasteté demeurre, comme si le sexe était une entrave à l'amour.

EDIT : Pour la question sur le plaisir ou la détente, ça varie nettement d'une personne à l'autre, comme chez les hétéro/homo/bi/pans.

Personnellement, je trouve que la masturbation est une activité agréable et récréative, mais je ne ressens effectivement pas de désir pour l'autre (en phase ace, ce qui constitue pour le moment la majorité de ma vie) et ne fantasme sur personne en particulier.

J'ai cru comprendre que certaines personnes dites "sexuelles" (je n'aime pas ce terme fourre-tout qui s'oppose à l'asexualité, mais je ne sais pas s'il y en a un autre) ont peu de libido, n'aiment pas tellement le sexe ou trouvent que la masturbation c'est chiant.

Donc au final, c'est vraiment individuel. :-)

Ce qui fait notre richesse, à tous, quelque soit nos étiquettes, c'est la variaté de nos sensations et de nos expériences personnelles. Malgré les effets de communautarismes (qui sont dangereux), avoir une sexualité en point commun ne façonnera pas l'expérience des gens et chacun aura quelque chose de différent à raconter.

D'ailleurs, pour revenir à la tendance "slut-shaming" de certains asexuels, on a aussi le mythe de la pureté asexuelle chez certains qui poussent à écarter les ace ayant une libido, les grey, les aces ayant des rapports sexuels et ceux se masturbant pour les considérer comme "faux asexuels" et c'est dommage.

EDIT: OMG ! J'ai écrit "variaté" et je pars dans un délire sur le caviar avarié.
Rokdun
ROKDUN, LE MARDI 14 MAI 2013 À 17H14
AMEDEO;4114432
(...)
Je relève une chose très intéressante: quand R. dit

C’est la même chose pour la masturbation, je me souviens que ça me plaît mais je dois me forcer pour commencer. Je dois me dire « Allez tu vas voir c’est cool ». Mais l’acte sexuel, quand c’est fini, je ne suis pas satisfaite. Je l’ai fait mais je ne ressens rien ni avant ni après. Mais au milieu c’est vraiment bien.


Du coup, si j'ai bien compris, dans ce cas, la personne asexuelle ressent du plaisir pendant l'acte, mais pas d'attirance avant ou de "détente" après. La nuance me semble importante tout de même.
Ma femme est dans ce cas (du moins pour la première moitié). Elle n'a pas de désir sexuel (et n'en a jamais eu), si bien que je dois "l'amadouer" ou "l'apprivoiser" pour qu'elle prenne du plaisir, mais attention, je ne la force pas ni rien, je me contente d'être très tendre, de lui faire des bisous, tout ça (je vais pas vous faire un dessin)...

Dès qu'elle est excitée, elle accepte que je lui donne du plaisir ; mais au départ elle dit toujours quelque chose du genre "je veux bien te faire plaisir mais moi ça va, j'en ai pas envie". Et effectivement, 8 ou 9 fois sur 10, elle ne sera pas excitée et mes tentatives ne feront que... la chatouiller. Dans ce cas je n'insiste pas !

En revanche, après, elle est détendue et satisfaite :-) (et moi aussi !)

PS : et je le rappelle, je ne la force pas, et d'ailleurs elle vient d'aprouver ce message.
Moule
MOULE, LE MARDI 14 MAI 2013 À 22H54
HEU EXKUSER MOI :lunette:

Sherlock a une érection dans "The great game". A la vue de Moriarty.
Oui madame.

Même que la ligne exacte c'est :
[​IMG][​IMG]

et que Sherlock répond "both".

Voilà voilà retournez vaquer à vos occupations. :cretin:
ZoeBonhomme
ZOEBONHOMME, LE MERCREDI 15 MAI 2013 À 00H02
Je sais bien que j'ai dépassé la date de péremption pour réagir dans ce forum (& lire Madmoizelle) mais permettez moi le témoignage d'une femme de quarante ans.
Cet article m'a gênée. Ce n'est pas l'a-sexualité en en elle même — il me semble évident qu'il y a des petits appétits sexuels comme des gros — mais le témoignage de la jeune femme de 19 ans : comment à 19 ans peut-on se poser la question de l'a-sexualité alors que l'on n'a pas encore découvert toutes les potentialités de son corps ?
Il me parait normal d'éprouver peu de désir à l'âge de dix neuf ans. Pour qu'il y ai désir, il faut savoir ce que l'on désire. Or le corps change, évolue, surtout le corps de la femme. Le corps d'une femme, c'est un work in progress. C'est entre trente et quarante ans que la femme est la plus épanouie sexuellement, parce qu'elle connait son corps, sait dire ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas, de nouvelles zones érogènes sont apparues avec l'âge, il y a des ententes sexuelles qui se font ou ne se font pas. Et ce sont les plaisirs inouïs, éblouissants, que l'on rencontre qui créent et développent le désir.
A 19 ans, j'étais une jeune vierge effarouchée, inhibée, incapable de parler à un garçon, sans désir car non désirée et mes orgasmes les plus prodigieux je les ai connus après 30 ans.
Si je tenais à intervenir dans ce forum, c'est que l'idée que des jeunes femmes de 19 ans lisant cet article puissent se dire "C'est donc cela ? si j'ai si peu de désir, c'est que je dois être a-sexuelle !" me navrait profondément. On va se retrouver avec une épidémie d'a-sexuelle


Dernière édition par végétalienne-13 le Sam 8 Nov - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 16:29

http://www.mirror.co.uk/news/weird-news/sophia-birch-genophobia-sex-phobia-2901413

https://www.youtube.com/watch?v=0mATvlsMx3M

An aromantic is a person who experiences little or no romantic attraction to others. Where romantic people have an emotional need to be with another person in a romantic relationship, aromantics are often satisfied with friendships and other non-romantic relationships. What distinguishes romantic relationships from a non-romantic relationships can vary diversely, but often includes physical connection (holding hands, cuddling, etc.) and monogamous partnership. The aromantic attribute is usually considered to be innate and not a personal choice, just as the lack of sexual attraction is innate to asexuals. It is important to note that aromantics do not lack emotional/personal connection, but simply have no instinctual need to develop connections of a romantic nature. Aromantics can have needs for just as much empathetic support as romantics, but these needs can be fulfilled in a platonic way.
It is possible for an aromantic individual to be involved in, and enjoy, a devoted relationship with another person, but these relations are often closer friendships, naturally reflecting the closeness of the two individuals and not a purposely initiated monogamous separation as is often found in romantic couples. It is also possible for aromantics to form romantic relationships just as it is possible for asexuals to form sexual relationships. Aromantics may experience squishes which are the aromantic or platonic equivalent of a romantic crush.
People anywhere on the sexual spectrum (sexual, asexual, grey-A, etc.) may be aromantic.

Nous ne sommes pas toutes faite sur le même moule, rien ne justifie que l'on s'impose des relations sexuelles sans désir, mais peut-on se dire a-sexuel avant quarante ans ?

comment peut-on parler d'amour sans parler du cocktail hormonal ocytocine-dopamine-endorphines ? L'amour sans le sexe, cela s'appell l'amitié.

Ce n'est pas l'a-sexualité en en elle même — il y a des petits appétits sexuels comme des gros —
C'est pas une question d'appétit, c'est une question de désir sexuel pour un genre ou un autre. Asexuel est le contraire de bisexuel.L'appétit sexuel, ça varie d'une personne à l'autre quelque soit son orientation sexuelle.

Il y a des madz non ace qui ont témoigné ici parce qu'elles ont une libido faible. Moi je suis demi et j'ai une libido normale à forte.

témoignage de la jeune femme de 19 ans : comment à 19 ans peut-on se poser la question de l'a-sexualité alors que l'on n'a pas encore découvert toutes les potentialités de son corps ? A 19 ans, on n'est plus un enfant. On a généralement passé son adolescence à se développer et à se rendre compte où en était notre désir par rapport à celui des autres.je ne dis pas que c'est définitif (parce que clairement, l'orientation sexuelle, c'est pas une chose figée chez tout le monde), mais à 19 ans, on est largement capable de prendre du recul et de se poser des questions par rapport à sa propre sexualité.on n'a certainement pas besoin de goûter au sexe ou à l'orgasme pour savoir qu'on est ace ou non. Des tas d'asexuels ont des rapports sexuels, se masturbent ou ont des orgasmes, certains avouent s'être forcés à l'adolescence pour faire comme tout le monde, d'autres avoir été curieux comme ils ont été curieux pour apprendre la cuisine ou faire du saut à l'élastique parce qu'il n'y a pas que le désir de l'autre qui peut motiver.à 19 ans, si on peut dire qu'on n'a pas envie de coucher avec les personnes du même sexe ou du sexe opposé sans avoir essayé, on peut se dire asexuel.Il parait normal d'éprouver peu de désir à l'âge de dix neuf ans. Pour qu'il y ai désir, il faut savoir ce que l'on désire.A 19 ans, on peut savoir ce que l'on désire et on peut savoir ce qu'on désire pas. On peut être paumé à 13 ans, 20 ans, 40 ans ou 70 ans. C'est une question individuelle.le corps change, évolue, surtout le corps de la femme. Le corps d'une femme, c'est un work in progress. C'est entre trente et quarante ans que la femme est la plus épanouie sexuellement, parce qu'elle connait son corps, sait dire ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas, de nouvelles zones érogènes sont apparues avec l'âge; Le plaisir et les zones érogènes n'ont aucun rapport avec l'asexualité.L'activité sexuelle non plus ;un prête abstinent mais qui sait qu'il est hétéro, c'est autant possible qu'un mec actif qui sait qu'il est ace.y a pas que le corps qui peut changer constamment : l'orientation sexuelle, la libido, tout ça ça bouge, mais ça ne veut pas dire que l'étiquette passée était fausse. notre sexualité est jugée fixe par beaucoup de personnes, c'est pour ça qu'il y a un problème d'occulation de la bisexualité et de l'asexualité, ,c'est plus complexe que ça.A 19 ans, j'étais une jeune vierge effarouchée, inhibée, incapable de parler à un garçon, sans désir car non désirée ,

ce n'est pas le cas de tout le monde. on peut désirer sans être désirée, être vierge sans être effarouchée, pas être vierge et pas avoir de désir finalement, etc. l'idée que des jeunes femmes lisant cet article puissent se dire C'est cela ? si j'ai si peu de désir, c'est que je dois être a-sexuelle On va se retrouver avec une épidémie d'a-sexuelles..Une épidémie ? On recommence avec les peurs d'invasion et de mode ? Comme on l'a fait pour la question homosexuelle et bisexuelle ?C'est différent, on l'explique, on en parle donc des jeunes vont se croire à tort faisant partie de ce groupe et s'enfermer dans une catégorie qui ne leur convient pas ? moyennement possibe parce que ces étiquettes minoritaires ne sont pas bien vues et que le premier réflexe est de les rejeter. ce n'est pas un drame que les gens se questionnent.
Nous ne sommes pas tous faite sur le même moule, rien ne justifie que l'on s'impose des relations sexuelles sans désir, peut-on se dire a-sexuel avant quarante ans ?la même chose est dite aux personnes qui ont le malheur de se dire homosexuels . "T'es encore jeune." "Est-ce que t'as testé pour en être sûr ?" "Tu vas peut-être encore changer.ça continue jusque dans la vingtaine, c'est pas qu'aux jeunes de 12 ans.On peut se dire asexuel à 16 ans comme on peut se dire asexuel à 53 ans. il est aucunement obligatoire de faire de la sexualité une chose figée. On peut évoluer dans un sens ou dans l'autre, ça invalide pas l'étiquette passée.comment peut-on parler d'amour sans parler du cocktail hormonal ocytocine-dopamine-endorphines ? L'amour sans le sexe, c'est l'amitié. Non, ça s'appelle le companionate love : un compagnon. Ca peut effectivement exister entre amis (rare), mais c'est plus fréquemment présent chez les couples (par ailleurs, l'amitié est une forme d'amour).

(Ah oui, c'est pas réellement les hormones de l'amour, juste les hormones du sexe.)

Certains asexuels parlent de "compagnon" ou de "partenaire" pour cette raison particulière : ce n'est pas de l'amitié ordinaire qu'ils recherchent, mais ça ne correspond pas à l'amour tel qu'il est vu par les non-asexuels.


Bref, on est encore dans cette fameuse idée que pour être asexuel, il faut soit avoir testé, soit être suffisamment âgé pour pouvoir en parler. Ces arguments reviennent horriblement régulièrement. Pour toutes les minorités sexuelles.

Donc résumons :
-oui, on peut se réveler tardivement,
-oui, ça peut être une phase,
-oui, ça peut être un blocage,
-oui, on peut se tromper.

Mais aussi :
-ca peut durer toute la vie,
-le fait de changer n'invalide pas l'expérience précédente,
-si t'as pas 8ans, personne n'a de raison de douter de ce que tu ressens vis à vis de ta sexualité,
-en parler, c'est rendre visible le groupe et dire aux gens : "c'est possible" pour déculpabiliser les asexuels, pas risquer de convertir des personnes paumées dans leur sexualité,
-se poser des questions sur sa sexualité, se dire qu'on pourrait être ace ou autre, c'est pas grave ni figé dans le marbre,
-personne n'a le droit de jouer les polices des étiquettes.
ZoeBonhomme
ZOEBONHOMME, LE VENDREDI 17 MAI 2013 À 13H13
Citation :
-personne n'a le droit de jouer les polices des étiquettes.
Heureuse de vous l'entendre dire !

Imaginons Mademoiselle Lambda : entre 19 & 25 ans elle éprouve peu de désir, se dit "Ah, je dois être a-sexuelle !". Entre 25 et 27 ans, elle a une relation torride avec une femme, et se dit "Ah, je doit être lesbienne !". A 27 elle a une relation torride avec un homme et se dit "Finalement, j'étais hétérosexuelle !". A 30 elle fait des enfants avec cet homme. Bim, plus de désir : "Finalement, j'étais bien a-sexuelle !".
A quoi lui ont servi ces étiquettes ? N'aurait-il pas été plus simple de se dire que ce sont de simples fluctuations du désir, tout à fait naturelle dans la vie d'un individu ?

Par ailleurs deux remarques concernant votre réponse :


  1. L'ocytocine, les endorphine, la dopamine sont des hormones qui ne sont pas liées uniquement à sexualité, puisque, par exemple, l'ocytocine est déclenchée, entre autre, à l'accouchement. [/li]

  2. "Epidémie" était pris dans le sens figuré, et c'était une blague…[/li]

GreyA
GREYA, LE VENDREDI 17 MAI 2013 À 15H43
ZOEBONHOMME;4124088
-personne n'a le droit de jouer les polices des étiquettes.
Heureuse de vous l'entendre dire !

Imaginons Mademoiselle Lambda : entre 19 & 25 ans elle éprouve peu de désir, se dit "Ah, je dois être a-sexuelle !". Entre 25 et 27 ans, elle a une relation torride avec une femme, et se dit "Ah, je doit être lesbienne !". A 27 elle a une relation torride avec un homme et se dit "Finalement, j'étais hétérosexuelle !". A 30 elle fait des enfants avec cet homme. Bim, plus de désir : "Finalement, j'étais bien a-sexuelle !".
A quoi lui ont servi ces étiquettes ? N'aurait-il pas été plus simple de se dire que ce sont de simples fluctuations du désir, tout à fait naturelle dans la vie d'un individu ?

Par ailleurs deux remarques concernant votre réponse :


  1. L'ocytocine, les endorphine, la dopamine sont des hormones qui ne sont pas liées uniquement à sexualité, puisque, par exemple, l'ocytocine est déclenchée, entre autre, à l'accouchement. [/li]

  2. "Epidémie" était pris dans le sens figuré, et c'était une blague… [/li]

J'ai déjà expliqué pourquoi, bien que la sexualité soit fluide, c'était trop facile de dire, dans un monde hétéronormé qui considère que les gens sont par défaut hétérosexuels et hétéroromantiques, que les étiquettes ne servaient à rien et qu'il suffit de dire "bof, ça peut changer".

Comme je l'ai dit, ce n'est pas pour rien que ce ne sont pas les hétérosexuels hétéroromantiques qui doivent faire leur coming out.

La nécessité des étiquettes, transitoires ou non, viennent en grosse partie de la répression que vivent les minorités qui ont besoin de revendiquer ces étiquettes.

C'est vous qui jouez les polices des étiquettes en venant dire qu'il faut se méfier de l'étiquette asexuelle tant qu'on n'est pas suffisamment âgé pour le dire, par ailleurs (ou tout simplement qu'en fait, on devrait pas s'en coller). Et c'est ce que je vous reproche.

L'étiquette, je me répète, ce n'est pas un dogme ni une chose fixe, on s'en fout de l'étiquette que la personne se colle tant qu'elle n'est pas réfractaire aux changements possibles (ou non), et peu de personnes asexuelles (qui se sentent souvent anormales à cause de la culture dominante) vivent mal le fait de changer. Ce sont d'ailleurs des sujets qui revienent fréquemment dans les communautés asexuelles et grey puisque certains ont changé et certains, comme moi, sont proches de l'asexualité sans être asexuels.

Il y a beaucoup de réflexion sur la sexualité et sa fluidité chez les asexuels et les bisexuels car ils ne rentrent pas dans le cadre établi de la monosexualité.

Vous ne comprenez pas à quoi servent ces étiquettes parce que vous n'en avez pas spécialement besoin, mais pour certains il est utile de pouvoir mettre un nom sur ce qu'ils ressentent et l'expliquer aux gens qui ne resssentent pas la même chose surtout dans une société aussi normative que la nôtre.

Je me répète donc : ce n'est pas parce qu'on parle d'étiquettes ou qu'on s'en donne qu'on ne parle pas de fluidité ni de variations naturelles au cours de notre vie (mais on ne nie pas non plus la possibilité que cela ne change pas).

Et évidemment, on a aussi le droit de ne pas se mettre d'étiquette sans avoir à subir la pression sociale (voir : le cas de Mika avant ses coming out successifs qui font également preuve de biphobie, mais passons) si on ne ressent pas le besoin de se coller une étiquette.

Ici, ce n'est pas la nécessité de l'étiquette qui est revendiquée, c'est le droit de se coller l'étiquette qui nous correspond à un moment donné si on le désire sans que personne ne vienne nous dire : "Tu es trop jeune", "Tu changeras peut-être" ou "Tu es sûre ?".

1- Je n'ai fait que reprendre votre remarque sur le cocktail d'hormones sexuelles puisque vous vous en êtes servie pour dénigrer les relations asexuelles en parlant d'amitié (et votre phrase était dénigrante). C'est vous qui avez commencé à évoquer le sexe, je ne voyais pas l'utilité de parler du rôle de l'ocytocine (qui est une hormone complexe) dans l'accouchement et le lien mère-enfant, c'était totalement hors sujet.

2- Les "blagues" sur les épidémies de minorités, je ne trouve plus cela drôle. C'est inutilement agressif pour les personnes qui les lisent, en particulier quand rien dans le message ne laisse sous-entendre que c'est une blague.
Kinda
KINDA, LE LUNDI 20 MAI 2013 À 20H03
ZOEBONHOMME;4124088
-personne n'a le droit de jouer les polices des étiquettes.
Heureuse de vous l'entendre dire !

Imaginons Mademoiselle Lambda : entre 19 & 25 ans elle éprouve peu de désir, se dit "Ah, je dois être a-sexuelle !". Entre 25 et 27 ans, elle a une relation torride avec une femme, et se dit "Ah, je doit être lesbienne !". A 27 elle a une relation torride avec un homme et se dit "Finalement, j'étais hétérosexuelle !". A 30 elle fait des enfants avec cet homme. Bim, plus de désir : "Finalement, j'étais bien a-sexuelle !".
A quoi lui ont servi ces étiquettes ? N'aurait-il pas été plus simple de se dire que ce sont de simples fluctuations du désir, tout à fait naturelle dans la vie d'un individu ?

Par ailleurs deux remarques concernant votre réponse :


  1. L'ocytocine, les endorphine, la dopamine sont des hormones qui ne sont pas liées uniquement à sexualité, puisque, par exemple, l'ocytocine est déclenchée, entre autre, à l'accouchement. [/li]

  2. "Epidémie" était pris dans le sens figuré, et c'était une blague…[/li]

Je comprends bien la logique mais, personnellement,cet article m'a bien aidé. Peut-être que vous n'avez pas besoin d'étiquette mais savoir que ça existe et que d'autres gens sont dans son cas ça aide vraiment...
Avant de découvrir que je suis probablement grey asexual ("probablement" parce qu'en plus je n'ai pas de plaisir, et je ne sais même pas si des gens sont dans le même cas, quel chance!), je me disais qu'il n'était pas possible de ne pas avoir de désir sexuel, que tous le monde en a. Je me disais que je devais me forcé parce que si personne n'est dans ce cas ça veut dire que quelque chose cloche chez moi et c'est parce que je n'ai pas suffisamment essayé... alors je me forçait parce ce désir et ce plaisir doivent venir, parce que le sexe c'est naturel, que tout le monde veut et aime le sexe et que chez moi ça ne va pas parce que je n'y mets pas assez de bonne volonté...

Tout ça pour finir par être ronger par la honte de ne pas réussir à être comme les autres, ronger par la jalousie envers tout ces gens "normaux" et a me dire que je ne peut pas être en couple parce que personne n'accepterait une personne aussi étrange que moi...

Alors dans mon cas, découvrir que je ne suis pas une frigide incapable et la seule dans ce cas, ça aide. Je ne pense pas que les gens se lève un matin en se disant je vais être asexuel, ni forcément être induit en erreur... ils y aura juste plus de gens qui se sentiront moins mal dans leur peaux en se rendant compte qu'il ne sont pas anormal...

http://journeeasexualite.tumblr.com/

ASEXUALITÉ : CES PERSONNES QUI N’AIMENT PAS LE SEXE
COMMENTAIRES (33)


ENVOYER
Alors que dans notre société le sexe est roi, des hommes et des femmes affirment leur absence de désirs sexuels et se revendiquent comme étant asexuels. Pour eux, l’asexualité n’est pas un choix, mais bel et bien une orientation sexuelle. Décryptage.
« Asexuel(lle) : personne qui ne ressent pas de désir sexuel ». C’est ainsi que l'asexualité est généralement définie. Car pour les asexuels, ne pas ressentir de désir sexuel n’est pas un choix. C’est une orientation sexuelle, au même titre que l’hétérosexualité, l’homosexualité ou encore la bisexualité.


Les asexuels mettent un point d’honneur à différencier abstinence et asexualité. Alors que le premier terme réfère à une décision personnelle, l’asexualité, elle, est une manière d’être que l’on ne choisit pas. Dans le monde, environ 1% de la population serait asexuelle.

Asexualité : des profils qui ne se ressemblent pas

« J’ai toujours su que j’étais asexuelle » explique Elisabeth* d’un ton affirmé. « Je n’ai jamais eu d’attirance sexuelle pour personne, les quelques rapports sexuels que j’ai eu étaient le fruit de la pression de mes partenaires et de la société en général, et non d’un véritable désir ou d’une puissante envie. » Agée de 29 ans, elle vit aujourd’hui en couple avec un homme, qui lui, a des désirs sexuels. « Cela fait 2 ans que nous vivons ensemble. Chacun fait des compromis pour que cela fonctionne. »

Contrairement à Elisabeth, Etienne, âgé de 39 ans, a déjà connu le désir sexuel. « Après un mariage et un divorce, je n’ai juste plus eu envie. Les histoires qui ont ensuite suivies n'ont jamais marché bien longtemps, car je ne pouvais pas répondre aux besoins de mes partenaires. »

Lola, elle, n’a que 21 ans. Malgré son jeune âge, cette brunette semble déjà parfaitement se connaître. Pour elle, c’est sûr, elle est asexuelle. Tout ce qui relève du sexe, seul ou à deux, la révulse. Elle qui n’a encore jamais fait l’amour envisage le rapport sexuel uniquement comme un moyen d’avoir des enfants. « Je ne comprends pas que l’on fasse tout un plat du sexe, je ne comprends pas l’attraction qu’ont les autres pour le sexe. Moi, ça ne m’attire pas du tout » explique-t-elle.

Asexualité : l’incompréhension de la société

tous trois partagent un point commun : la hantise du regard des autres. Dans une société où le sexe est partout, ne pas avoir de désir sexuel peut vite devenir un vrai complexe. Sentiment d’être différent, de ne pas appartenir à la norme, d’être « bizarre » ou d’avoir un problème Il est difficile pour un asexuel d’assumer au grand jour ce qu’il est. Comme l’explique Sophie Fontanel dans son livre L’Envie,j'ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l'absence de vie sexuelle. Car le problème est là. A-t-on le droit de ne pas avoir de vie sexuelle ? Maintenant que l’on possède les acquis de la révolution sexuelle, refuser de faire l’amour semble, au regard de la société, être un véritable affront. Que ce soit à la télé, au ciné, dans les pubs, journaux, radio, le sexe est partout. Difficile alors de faire comprendre aux autres que l’on peut et surtout que l’on veut s’en passer. Certains asexuels ne préfèrent pas prendre le risque d’être incompris et mentent au quotidien à leurs proches.Auprès de mes copines, je m’invente des copains, des relations et même des coups d’un soir. Ce n’est pas difficile, il suffit d’allumer la télévision pour trouver toute l’inspiration nécessaire affirme Lola. Un épisode de Sex and The City lui suffit à s’inventer une vie à deux et à rire aux plaisanteries coquines de ses amies.

Pour d’autres, il aura fallu beaucoup de temps pour admettre qu’ils n’avaient peut-être juste pas -ou plus- envie de faire l’amour. J’étais persuadé que j’avais un problème. Je culpabilisais de ne pas pouvoir donner à ma compagne ce dont elle avait besoin. J’ai tout fait pour que ça change, on a acheté des sextoys, consulté des sexologues, on a cherché toutes les solutions possibles. Mais je ne pouvais plus.je ne voulais plus explique Etienne. Asexuel recherche asexuelle pour histoire d’amour avec un grand A Si les asexuels ne ressentent pas de désir sexuel, cela signifie pas pour autant qu’ils souhaitent vivre seuls. il est important de différencier attirance sexuelle et attirance romantique. ils peuvent tomber amoureux de quelqu’un et vivre le grand amour avec cette personne, sans jamais aller plus loin que le simple baiser. « Ce n'est pas parce que je n'ai pas envie de sexe que je n'ai pas envie de tendresse » affirme Etienne. « J’espère pouvoir rencontrer quelqu’un comme moi, avec qui je  pourrais partager de nombreuses choses. de nombreux asexuels cherchent l’amour auprès d’autres asexuels. Ils s’assurent ainsi de ne pas frustrer leur compagne ou leur compagnon, de ne pas ressentir de pression de la part de l’autre ni de vivre dans l’angoisse de devoir tôt ou tard passer à la casserole. Certains sites de rencontres se sont spécialisés dans les relations asexuelles.de nombreux asexuels espèrent qu’une chose, que leur manière d’aimer soit respectée et comprise au même titre que celle des autres. C’est le défi que s’est lancé David Jay, asexuel connu. il est impératif de repenser notre notion de vie sexuelle et de vie amoureuse. Mieux, la faire évoluer. Pour peut-être un jour, ne plus considérer le sexe comme la base de toute relation amoureuse et ainsi réinventer la notion de couple


Dernière édition par végétalienne-13 le Jeu 13 Nov - 17:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 16:31

Asexual: a person who does not experience sexual attraction.

Asexual Visibility and Education Network. AVEN hosts the world's largest online asexual community as well as a large archive of resources on asexuality. AVEN strives to create open, honest discussion about asexuality among sexual and asexual people alike.
Unlike celibacy, which is a choice, asexuality is a sexual orientation. Asexual people have the same emotional needs as everybody else and are just as capable of forming intimate relationships. To find out more about asexuality, click here.

If you just cuddle, that's ok, and she loves you. If you end up having sex, that's ok, and she loves you. If you get all self-conscious, totally lose the mood, and have an "Oh damn, I totally didn't relax" freakout, that's ok and she loves you. if that happens, I suggest you both make a point of laughing at the ridiculousness of it all - maybe pre-agree that if you freak out, then that means she has to feed you ice-cream until you calm down again, or some circuit-breaker like that.
– on putting asexual partners at ease in mixed relationships.
some asexual people are happier on their own or with a group of close friends, while other asexuals have a desire to date and will form more intimate romantic relationships?
… that asexual relationships are based on the same elements that are also important for many sexual people, like understanding, commitment, trust, emotional intimacy and communication?
… that for some asexuals arousal is a fairly regular occurrence, though it is not associated with a desire to find a sexual partner? Some asexuals will occasionally masturbate, but feel no desire for partnered sexuality. Other asexual people experience little or no arousal.
Asexuality in Media and Research
"Asexuality: The People's Choice for People Who Don't Want ANYONE"
SilverKitsune was interviewed by Marie Claire for the article"Asessuali Unitevi!"
"Let Them Eat Cake" was published by Metroland.
""Asexuality: The Sexual Orientation You Might Not Know About" was published by HerCampus.com
Student-focused newspaper Scribd interviews JJButterworth for their article "No fucks were given" (page 16)
Italian newspaper LaStampa interviews Ithaca
The academic journal Psychology and Sexuality released an asexuality themed issue, with eight articles about asexuality.
Lesbilicious responds to a recent controversial Gay Community News article, and mentions asexuality.
Asexuality is briefly mentioned in this CNN article regarding sexual identity.
Beatrice Xu discusses asexuality in her article, "Asexuality: the sexuality that isn’t".
...see older media
Help us improve AVENwiki
Want to help improve AVEN's wiki? Everyone is welcome to create an account and help edit the wiki. Before getting started, new users (even experienced wiki users) should review the Beginner's guide to get a feel for the AVEN wiki. There is also this cheatsheet. If you want to experiment, visit the sandbox.

When you are ready, check out this list, the stub articles, or articles that need attention to get ideas on which articles people would like to see written or improved, or join in the discussion on AVEN's forum to make suggestions.

Asexuality and Psychiatry
Greetings,

As might be obvious by the fact that I am plainly in no way, shape, or form a passionate Aries, I am not your usual blogger.  Your usual blogger was kind enough to give me some help with homework last week, and to express appreciation I have chosen to guest blog for him.

As far as I am aware, asexuality is very new to public understanding.  Science has understood asexual reproduction for quite some time, but the term "asexuality" used to describe a sexual orientation is fairly new.  Even newer is the idea that some people who, for whatever reason, do not experience sexual attraction or do not desire sexual relationships might still desire romantic ones.  Many times when I (or when people I am close to and have talked to about this subject) have attempted to discuss asexuality with others, the reaction is to assume that something is wrong because we do not want sex.

"Well...okay so...were you raped as a child?"

I have gotten this question a lot since I started discussing my asexuality.  I often respond by asking why this is relevant.  The LGBT community has already had to make strides to dispel the myth that lesbianism or male homosexuality are "caused" by abuse, and this battle is not won either.  I am romantically exclusively attracted to women and so I identify as gay despite my asexuality.  When I came out this way in high school, I did receive the occasional stupid question about whether or not I was raped as a child.  The assumption was often that a love for women could not possibly just be natural, clearly a terrifying Satanic monster of a man must have forever scarred me and warped my fragile, innocent mind.  Now, the assumption is that the same Satanic monster must have damaged me so badly that not only am I afraid of men, I'm also just afraid of sex in general.  Aside from the extreme frustration I feel at the assumption that if someone is raped, the perpetrator MUST be male, I get very frustrated with the assumption that any sexual or romantic orientation that deviates from the heteronormative mold must be a result of trauma.  Both my coming out experiences (my gay one and my asexual one) have exposed me to this breed of ignorance.

So what is the difference?

In the DSM-IV TR (the current diagnostic manual for psychiatric disorders), homosexuality is not included.  Granted, there are still therapists (like the one I saw in high school) who will look for ways to pathologize homosexuality anyway.  Generally speaking, however, most psychiatrists and psychologists at least medically understand that homosexuality is not an "illness" or a "disease."  This is not so for asexuality.  In the current DSM, there is a disorder known as Hypoactive Sexual Desire Disorder (HSDD) characterized by a lack of sexual desire or fantasy for some period of time.

I'm not completely ignorant on the topic of sexual pathology.  I'm a psychology minor at an overrated, highly expensive liberal arts college and I took a course in abnormal psychology my sophomore year.  We learned in this course that for something to be called a "mental illness," it must be a source of distress for you or those around you.  With this in mind, one might think "oh well in that case an asexual can just tell a psychiatrist he/she is happy that way and then he/she won't be diagnosed that way, right?"

Wrong.

In a society where asexuality is already very poorly understood, many men and women who are asexual enter relationships with partners who do desire sex.  Not wanting to threaten the relationship (or their chances at having any relationship) many asexual individuals have sex while deriving very little (if any) enjoyment from it.  In some cases, the asexual person in question will believe he or she is simply not ready or isn't in the mood or what-have-you.  This is what happened to me in my last relationship a couple years ago.  I told my partner I was not ready for sex.  It was obvious that she was becoming frustrated and impatient.  I would essentially force myself to kiss her and not feel anything.  No intimacy, no arousal, etc.  So, if you had asked me "does your lack of sexual desire cause you distress?" I probably would have said "YES!"  At the time, I had no idea that non-sexual romantic relationships were an option.  All I could see what that something about me made me unsuited to relationships and yes, that made me miserable.

My experience here is actually not that different from the experiences that many homosexuals likely had when homosexuality was pathologized in the DSM.  Originally, all homosexuality was seen as a mental illness.  In later revisions, homosexuality was only pathological if it presented itself as an "ego-dystonic sexual orientation."  This essentially meant that, like many people who would fit the bill for Hypoactive Sexual Desire Disorder, homosexuals were only pathologized if they did not want to be homosexual.

So in other words, if you're sick of belonging to an orientation minority that:

1. Cannot legally marry in most states.

2. Can legally be fired from jobs in many states.

3. Is often rejected by religious communities and families alike.

4. Is still widely discriminated against, stereotyped, and socially excluded.

5. Has a more difficult time finding people to have relationships than their heterosexual counterparts.

You must have an illness that requires therapy and possibly medication.

----

Hold up.  If you are unhappy because you are a member of a marginalized group of people and are having trouble finding happiness in a world that does not accept you, that means you're sick?  Does this seem ridiculous to anyone but me?  In the case of homosexuals, especially in light of many of the gay suicides in the news, some people are beginning to understand that the distress homosexuals might experience surrounding their orientation does not derive entirely from their own psyches and may actually be a reaction to the world they live in.  Though asexuals generally will not get fired from their jobs for being asexual, even heteroromantic asexuals do share many things in common with homosexuals:

1. Many of us still have parents who want grandchildren and are disappointed in us and/or for us.

2. Many of us still have friends who we will grow apart from because our interests, beliefs, and lifestyles are different.

3. Asexuals who want romantic relationships are likely to enter relationships that do not meet their needs.  Many of them will be pressured into being sexual relationships.  Unlike homosexuals who at least are generally aware that homosexuality is an option and may seek it out when they realize heterosexuality is not working out, asexuals often do not know that non-sexual relationships are an option and will continue to live unsatisfying and often emotionally damaging lifestyles in relationships that do not work for them.

5. In some cases, asexuals are victims of "corrective" rape by partners who wish to "show them" that they are not truly asexual, just like homosexuals can be victims of such rapes intended to prove that they are "really" heterosexual.

Obviously I am not interested in starting oppression Olympics between asexuals and homosexuals.  I have seen it happen before, ie: an asexual will express frustration at not being able to find a visible community and a homosexual individual will say that the real victims are those seen as sexual deviants, not those who are abstaining, blahbiddy blahbydoodahday.  I do not care whose pain is "worse" than who else's.  My point is to express that there are valid reasons for an asexual person to dislike who he/she is that do not relate to an "illness."

It is my opinion that sex is something a person should only engage in if he/she wants it for himself.  It should not happen if an individual is having it exclusively to please someone else, to keep a partner who will otherwise leave, or to prove something about his/her value or worth.  I keep wondering how many of the countless Americans who are on libido medication, marriage counseling for sexual issues, and so on and so forth might simply be asexual and unaware of it.  Of course I am not going to say that all (or even most) people with low sexual desire are genuinely asexual and would be best off in non-sexual relationships.  But if even some of the people diagnosed with HSDD are asexual and are exhibiting signs of a natural, healthy orientation, that is a problem.

Also problematic is how asexual is treated.  Let's imagine a marriage where one partner is sexual and the other is asexual.  To avoid gender stereotypes, the sexual person is named Teri and the asexual person is named Jaden.  They go into marriage counseling.  Teri wants to have sex every day and is extremely upset that Jaden does not seem to enjoy sex at all.  Jaden never wants to have sex and is upset about being pressured.  No psychiatrist is likely to tell Teri to take sex-drive eliminating medication so that both partners can be asexual.  Instead, most psychiatrists will focus on Jaden as the source of the problem.  Jaden will be put on medication or at the very least put into treatment designed to turn Jaden into a fully sexual person.  This quickly becomes an issue of privilege.  Who is being pathologized and why?  Why, in a situation where two partners have differing levels of sexual interest, is one considered healthy and the other not?

Jaden will likely be asked about early experiences with sex and messages about sex.  "Were you abused as a child?"  "Did your parents tell you nice things about sexuality?"  "Do you feel that sex is dirty/shameful/etc?"  I could just as easily turn these questions on Teri though.  "Did an abuser make you feel like your only worth was sex?"  "Did your parents tell you that you had to have sex in order to be valued in a relationship?"  "Do you feel like you can't be intimate without sex?"  "Do you resent people who won't have sex because it makes you feel insecure about your own desire?"

Most people would laugh at this.  They'd say, "but Teri wanting sex is NORMAL.  Of course a therapist isn't going to ask those questions because there's nothing wrong with Teri."  But who says there's anything wrong with Jaden?  Is Jaden unhappy with being asexual, or is Jaden unhappy being in a relationship that requires an undesirable activity?  This question, which seems important to me, is not asked often enough.

Sincerely,
A Friend of Rius
Posted by MadRius at 10:16 PM
Email This
BlogThis!
Share to Twitter
Share to Facebook
Share to Pinterest

1 comment:

MadRiusApril 28, 2011 at 11:02 PM
Asexuality is pathologized because it is anti-Capitalist. Asexuality is a lack of desire; desire is what drives the economy. In particular, sexual desire really is what drives the economy, as the vast majority of things we buy are either advertised WITH sex and/or purchased in the hopes of obtaining it. As my friend mentioned, asexuals and their former friends tend to drift apart, even if they are accepted, for reasons relating to this.

Basically, being asexual is an assault on the philosophies of the market and desire, and is in turn an attack on the inner "life of spectacle" that advanced capitalism has created. This "life of spectacle" exists in the subconscious of every member of the advanced capitalist society, and when it is threatened, the person in question feels similarly threatened. Wanting sex isn't just a basic fact of life, it is one of the basic mechanisms by which our entire economic system works. I think people, whether they are aware of it or not, are tuned in to that fact enough to sense it being challenged.

Personally, I support that challenge wholeheartedly.

AUG 29, 2014 @ 2:46 PMSEX & RELATIONSHIPSSEX TALK REALNESS
Sex Talk Realness: Asexuality
"Even if I can tell someone is attractive, I don't want to do anything sexual with them."

By Rachel Hills
230
Shares
SHARE 186
TWEET 44
PIN
COMMENT
MOST READ

What It Means to Be "Good in Bed"

10 Weird Things That Turn Men On

13 Naughty Sex Games You Need to Try

The Best Time to Have Sex

9 Ballsy Moves That Impress Men
/
Getty

According to the Asexuality Visibility and Education Network (AVEN), an asexual person is someone who does not experience sexual attraction. "Unlike celibacy, which is achoice, asexuality is a sexual orientation," they explain. "Asexual people have the same emotional needs as everybody else and are just as capable of forming intimate relationships."

But like people of any sexual orientation, different asexual people experience asexuality differently. I spoke with two anonymous asexual women about labels, dating, and what it's like to be a twenty something woman in a world that assumes that everyone wants sex.

So, you identify as asexual. What does that mean to you?

Woman A: To me, it means that someone doesn't feel sexual attraction towards other people. I don't think it means you can't tell when someone is attractive. Even if I can tell a man or woman is physically attractive and dresses nice, I don't fantasize about doing anything sexual with them. In all my relationships I've been OK with nonsexual intimacy but I've never wanted to go beyond that. I knew it was expected but it's not something I thought about most of the time.


WE RECOMMEND
Do Enjoy The Sassy New Cosmopolitan.com Newsletter!
Woman B: I've never experienced sexual attraction to anyone else, regardless of gender, but that doesn't mean there's anything wrong with me — I'm not immature, or frigid, or broken. It's useful and comforting to have a term for the way I feel (or don't feel) about different types of relationships.

How old were you when you started using the label asexual to describe yourself? How old are you now?

Woman A: I was around 18 or 19 when a friend mentioned asexuality in an offhand way, but I didn't learn the actual definition and start identifying as asexual until I was 22. I'm 23 now.

Woman B: I was 14 or so when I first saw the term online and said, "That's me!" I'm 23 now, almost 24, so it's been about a decade. I became more confident about using the label when I was 17 — that's when I thought, "Yeah, this isn't going away." Or coming. Whichever.

What was it like growing up asexual in a world in which everyone is assumed to want sex?

Woman A: Amongst my friends I was usually dismissed. If the topic of sex came up they stopped me before I started talking because I'd told them about having no interest. But I didn't have many moments where I thought there was a problem with not caring about it.

Woman B: It was frustrating, like the whole world was in on some joke I wasn't. I often felt like I was foolish, immature, or even broken because I never hit any of these "milestones" I was told to expect. No crushes, no dates, and no interest. Full stop. My mom actually asked if I was gay a few times, but gender and sex didn't matter. I'd just shrug.

After learning about asexuality, I felt better knowing I wasn't alone, but that only goes so far. Face-to-face, once I got through explaining what asexuality was — because no one ever knew — I'd get any variety of confused, pitying, or skeptical looks. I was asked if I was sick,was I raped, was I gay, was I picky, was I lying to get out of a date? I even had a near stranger ask me if I'd had a brain scan and hormone test. You could like boys, girls, or any other gender, but to like no one made no sense.

Media was no real comfort here, as it was rare to see anyone who even might be asexual. Most characters weren't human (think robots, aliens, and monsters),and usually their real or perceived asexuality was something to be cured or overcome. It also wasn't something you saw associated with anyone coded as a woman, unless of course you needed someone to thaw her frigid heart. Or shank her for being a monster. The only positive, tenuous portrayal I really knew growing up was Sherlock Holmes, who is still often compared to a machine.

What is it like for you now, as an adult?

Woman A: It seems like if you aren't a sexual person you don't get recognized in books, movies, or television. But now I just move on to something else instead of giving time to things that don't acknowledge me.

Woman B: It's definitely better now, especially with the Internet and slow increase in awareness. I've met people who didn't need an "asexuality 101" talk or Q&A in the last few years, and that never happened growing up. I have the language and experience to understand everything a lot more, and to help others understand, too.

I'm still starving for representation, though. I'd love to see myself in that way in media I consume, and for it to be positive, too. Asexuality is pretty invisible right now unless you're looking for it, and it would be so cool to name a character (or characters!) like me when explaining asexuality, and to one day not have to explain it at all. Even other MOGII [Marginalized Orientation, Gender Identity and Intersex] people tend to disparage, ignore, or forget about asexuality.

Any sexuality can be confusing, but because asexuality isn't well known, I sometimes worry I'll do something "wrong" and discredit the cause or something. It's pretty silly and doesn't make a lot of sense when I think about it, but I still tend to veer between wanting to be some kind of "model ace," or throwing my hands up in the air to say "I am what I am!" I've gotten better since high school and even college, but I still have some stuff to unpack mentally about that.

On the AVEN [Asexuality Visibility and Education Network] website, asexuality is defined as an absence of sexual attraction to other people – meaning that some asexual people experience a physical desire for sexual release, they just have no desire to act on it with another person. Do you ever feel that desire for sexual release, and if so, how does it differ from sexual attraction?

Woman A: I don't feel it, but I do believe feeling the desire for sexual release is different to sexual attraction. I don't think someone having that desire means they want to make anyone else involved.


WE RECOMMEND
Here Are the 13 Best Kim K Butt Memes
Woman B: For me, a desire for sexual release is no different from a desire to go boxing or eat a burger. It's a way to feel good, I like feeling good, and it really doesn't matter if anyone else is involved. In fact, the idea of being with another person is so strange, it totally kills the mood. I've heard you're supposed to think of your grandmother or something to stop feeling horny — for me, everyone is my grandmother. Not sexy. (No offense, grandma.)

Do you masturbate?

Woman A: No. I don't even like the idea of actually doing it.

Woman B: Sure do.

Have you ever had sex? If so, what was the experience like for you?

Woman A: Yes, with two different guys. It was incredibly boring and not something I planned on doing again after the first time. It's something I could do without.

Woman B: Never had sex, although I have made out before. I wasn't really into it and we didn't repeat the experience. Not sure it's really my thing. I'm not outright opposed to having sex, but I probably won't be the one to propose it.

Have you ever had a boyfriend/girlfriend? Do you desire a romantic relationship?

Woman A: I've had three boyfriends and one girlfriend.

Woman B: I've dated casually and even had a boyfriend before, and have always been upfront about my asexuality. I've never had any desire for a romantic relationship, and I don't want to lead anyone on. To me, a date or even multiple dates means I value your company — in the same way I value my relationships with my family and friends.

If so, do you prefer to date other asexual people? Or people of a certain sexual orientation (eg. bisexual, homosexual, heterosexual?)

Woman A: I've never dated another asexual person, but I don't have a preference for orientation.

Woman B: As long we both understand what each other wants from a date or relationship, I'm comfortable going out with people of any orientation or gender. It's usually a little harder to explain things to heterosexual guys, especially if they are cisgender, so I'm a little more wary about dating them compared to others, though.

If you have dated a sexual person, did you feel any pressure to have sex? How did you deal with it?

Woman A: I have a fiancé and we've been together for three years. Before I started identifying as asexual it was difficult to explain that my lack of interest in sex was not a disinterest in him, so we have had sex because of that. We still do, just not very often. Two or three times a month at most, and sometimes not at all. We have talked about sex not being a part of our relationship in the future, and he's a little more open to the idea.

Woman B: I definitely felt pressure to pursue a more physical relationship when I was dating my boyfriend, but it wasn't really anything he did himself. It was more a cultural thing. On paper, we were perfect for each other and we got along fantastically, but after every date, I'd ask myself, "Why don't I feel different about him? It's supposed to be different now, right? Aren't I supposed to want to do more?" He's the one I made out with, hoping for some kind of romantic epiphany, but all that did was make me feel broken and miserable. I simply couldn't reciprocate his feelings, romantically or physically. It felt like I'd failed, at what I didn't even really know, and that's still the only time I was ashamed of my sexuality. He was great about it all, though, and our breakup a few weeks later was very amicable.


WE RECOMMEND
Top 10 Interview Mistakes You Should Never, Ever Make
What are the biggest misconceptions about asexual people, in your opinion?

Woman A: I think one of the biggest misconceptions is that because our orientation is a minority, we don't know ourselves well enough to identify this way. Another is that it's a childish thing; that we're not adults until we feel sexual attraction like everyone else.

Woman B: I've heard a lot that asexual people are cold, or boring, or just missing out in life. It's absurd and can even hurt sometimes. I'm a warm person! I love a lot — just not in all the ways other people do. There are many types of relationships you can form with people, so if someone thinks a person is boring because they aren't interested in a few of them, that seems narrow-minded. The same with comments about "missing out." There's so much to do in the world — and again, so many types of relationships — and I've never felt I was missing anything except for some kind of mass secret to sexual attraction.

I remember an episode of House where the "good doctor" showed an asexual couple was really just a sick man who needed to be treated/cured, and a woman who was lying about her sexuality to avoid conflict. Stuff like this actually really does hurt. Something being rare or uncommon doesn't make it any less real, and because it is real, it affects real people. You can't cure your sexual orientation.

Is there anything that confuses you about sexual people? (If so, what?)

Woman A: Until recently I didn't really understand the concept of a "turn on." I thought it meant something you would like in someone else. And even now it's really just a theory to me.

Woman B: Nothing really comes to mind, although I don't get why allosexual people [a term asexual people use to describe those who experience sexual attraction] feel so entitled to ask invasive, inappropriate questions even if they barely know you. I think most MOGII people get some kind of questioning, but even they will grill you or ask for "proof" you're really asexual. It's weird.

If a person is wondering if they might be asexual, what advice would you have for them?My advice is to do as much research as needed to help you feel sure of it. No one else is inside your head, so no one else can decide your orientation. don't worry if one day you might feel sexual attraction. It doesn't invalidate your asexuality if your orientation changes.Try it on for size. You can always find another label that fits you better — whether short- or long-term. Sexuality is a tangle for everyone, you're not alone.

Is there anything else you'd like humans to know about asexuality? People who identify as asexual can want a relationship or only desire platonic friendships. Both are perfectly OK. Neither should be used a measurement of what makes a true asexual.It's a real orientation, not something to be cured or overcome. It isn't something to be pitied or interrogated, and it has its own set of challenges you might not understand. Be respectful, same as you would with anyone else. Do a little reading, don't make assumptions about people based on their sexuality, and just know we have probably already heard every amoeba joke you can think of.


Dernière édition par végétalienne-13 le Jeu 13 Nov - 19:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Dim 24 Aoû - 16:53

Aromantic FAQ
Frequently asked questions about being aromantic.
Contents [hide]
1 Definitions
1.1 What does aromantic mean?
1.2 What is romantic attraction?
2 Am I aromantic?
2.1 I don't find anyone romantically attractive. Does that mean I'm aromantic?
2.2 I like cuddling/handholding/candlelit dinners, could I still be aromantic?
2.3 I’m a very affectionate person. What do you make of that?
2.4 I like sex and am sexually attracted to people, but not romantically attracted. What does this mean?
2.5 I’m demisexual, could I be aromantic?
2.6 I want to be in a relationship, does this mean I'm not aromantic?
2.7 I only feel romantic attraction every now and then, am I aromantic?
2.8 I have a crush, could I be aromantic?
2.9 I have a squish, could I be aromantic?
2.10 I like romantic movies, I guess that means I'm not aromantic?
2.11 I don’t want to be alone. What does this mean?
3 Related terminology
4 Aromantic resources
5 Aromantic spectrum blogs
Definitions

What does aromantic mean?
An aromantic person is someone who doesn't experience romantic attraction. There’s no need for an aromantic to pair up with another person for romantic reasons. Aromantics are capable of feeling love - platonic love such as that between a mother and child or best friends is still love. Aromantics do have emotions, we are not cold or heartless people. Aromantics can have squishes. Aromantics may or may not enjoy acts such as holding hands or having candlelit dinners or cuddling. They just don't have romantic feelings towards the people they do them with. Aromantics may or may not desire to be in a long term relationship with another person (or several persons), however these relationships would be platonic from their side.
What is romantic attraction?
Romantic attraction is a very difficult thing to pin down. Put as simply as possible, it is a distinct fondness or affection toward someone that differs from what you would feel toward friends, family or people you admire. It may be characterized by a unique, almost surreal anxious-euphoria when sensing or thinking about this person and is distinguishable from hero worship. It typically involves butterflies in the stomach, heart fluttering or “melting” when interacting with them, some obsessiveness, all over warm and fuzzy feeling, and being swept into a dreamy state of mind, but experiences may vary depending on the individual and intensity of the case. Desires such as wanting to bond or be physically close with them are extremely common when experiencing romantic attraction, but there is no desire exclusive to romantic attraction nor are desires necessarily present at all when being romantically attracted to someone.
Am I aromantic?

An aromantic person is defined as "someone who does not experience romantic attraction." However, only you can decide which label best suits you. Reading this FAQ may help you decide whether or not you are aromantic. If you find that the aromantic label best describes you, you may choose to identify as aromantic.
I don't find anyone romantically attractive. Does that mean I'm aromantic?
By the definition, yes. Again, only you can decide to use aromantic as a label for yourself.
I like cuddling/handholding/candlelit dinners, could I still be aromantic?
Sure! No gesture is inherently romantic, it’s all about the meaning behind them. Many aromantics enjoy cuddling/hugging/candlelit dinners with friends or platonic partners.
I’m a very affectionate person. What do you make of that?
Having a cuddle drive or wanting to hug someone doesn’t make you romantic. It’s all about whether or not you feel romantic attraction, not about how affectionate you are.
I like sex and am sexually attracted to people, but not romantically attracted. What does this mean?
Romantic orientation and sexual orientation are separate. You do not have to be asexual to be aromantic - you could be sexual or demi or grey-a and still be aromantic. Aromantic bisexual, aromantic heterosexual, aromantic homosexual, aromantic pansexual etc. people all exist.
I’m demisexual, could I be aromantic?
Yes. Romantic orientation is separate from sexual orientation. A person who is demisexual only experiences sexual attraction after they have close emotional ties to their partner. Romance does not have to be involved to develop these close ties, the bond can be platonic. Check out some personal experiences on this thread.
I want to be in a relationship, does this mean I'm not aromantic?
There are aromantics in relationships with another person or persons while not experiencing romantic attraction to them. Queerplatonic relationship, zucchini, and aromantic relationship are all terms used for someone who is in a close platonic relationship with another person. Other aromantic people are happiest on their own or with a group of friends.
I only feel romantic attraction every now and then, am I aromantic?
You could be grey-romantic if you experience romantic attraction infrequently. There are also demiromantics who only experience romantic attraction after they form a close emotional bond with another person.
I have a crush, could I be aromantic?
Experiencing a crush indicates that you feel romantic attraction and therefore don't fit the definition. You could still be on the aromantic spectrum - for example, grey-romantic if you have very few crushes, or demiromantic if you only a crush after knowing someone for a long time. Or you could be romantic! Only you can determine your identity.
I have a squish, could I be aromantic?
Yes! Squishes are separate from romantic orientation, they’re based on platonic interest (wanting to be friends with someone). Anyone can experience a squish, from aromantics, grey-romantics, demiromantics, to romantics.
I like romantic movies, I guess that means I'm not aromantic?
Your taste in movies has nothing to do with your romantic orientation. There are plenty of aromantics who enjoy romantic comedies and dramas, they just don’t feel romantic attraction themselves.
I don’t want to be alone. What does this mean?
Not every aromantic is a loner. Many of them have close family and friends, and some of them even desire long term platonic relationships (for example queerplatonic relationships).
Related terminology

aromantic: a person who does not experience romantic attraction
demiromantic: a person who does not experience romantic attraction until a close emotional bond has been forged
grey-romantic: a person who does not experience romantic attraction very often, or otherwise feels between a romantic and an aromantic on the romantic scale
lithromantic: a person who experiences romantic love but does not want their feelings to be reciprocated.
squish: a desire to spend time with someone specifically and get to know them personally, sans romantic feelings. A platonic crush
queerplatonic relationship: a relationship that is not romantic but involves a close emotional connection beyond what most people consider friendship. The commitment level in a queerplatonic relationship is often considered to be similar to that of a romantic relationship. People in a queerplatonic relationship may be of any romantic or sexual orientation.
WTFromantic: a person on the aromantic spectrum who doesn’t see the lines between romance and friendship. Any of the following may also apply: cannot define romantic attraction and therefore do not know whether they experience it, have emotions between platonic and romantic attraction, or want to be in a queerplatonic relationship
zucchini: a term used to refer to a partner in a queerplatonic relationship. Roughly equivalent to the terms boyfriend/girlfriend for a romantic relationship
Aromantic resources

Aromantic thread on AVEN
AVEN Aromantic Threads Index - a list of AVEN threads and some external webpages containing information and discussions related to aromanticism
AroPlane - a forum for aromantics, grey-romantics, demiromantics, lithromantics, sexual aromantics, and other aromantic spectrum individuals
Aromantic Asexuals - a forum for aromantic asexuals
Aromantics Wiki
Aromantic spectrum blogs

Aromantic Aardvark
Aromantics Anonymous
Lithromantics Unite
Queerplatonic and Aromantic Advice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer   Aujourd'hui à 5:16

Revenir en haut Aller en bas
 
pas de salut dans catholicisme, tous les catho vont en enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salut à vous tous
» A tous, présents et à venir, salut
» la case depart: salut!
» salut a vous tous
» Boa et l'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: