AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 miedo al dolor / fear of pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 12:02

25 de enero de 2010

Tratamiento psicológico en el dolor crónico
Dr. José Antonio García Higuera
Consúltale en:
Centro de Psicología Clínica 2
C/ López de Hoyos, 66. Madrid (España)
Teléfono: 914119140
Envíale un mail
Planteamiento del problema
La comprensión científica del dolor va evolucionando rápidamente. Antes se pensaba que su presencia implicaba únicamente la existencia de un daño físico, sin embargo, actualmente la ciencia nos ha llevado a descubrir la importancia que tienen las consecuencias de la vivencia del dolor. Porque el dolor genera importantes reacciones emocionales que pueden potenciar el sufrimiento que lleva asociado.

Pero, además, si el dolor se hace crónico puede tener un impacto devastador en todos los aspectos vitales de la persona que lo sufre:

•Socialmente, porque se tienen que disminuir las relaciones sociales con amigos y allegados.
•Laboralmente, puede llegar a afectar a la capacidad de trabajar, produciendo un sentimiento de inutilidad y problemas económicos.
•En las relaciones de familia y de pareja, porque no se pueden cumplir las expectativas de nuestros seres queridos.
Un dolor crónico llega a hacer que las personas se planteen el para qué y el por qué de la vida. Normalmente tenemos la experiencia de que el dolor es pasajero y controlable; pero cuando aparece un dolor resistente, que no se pasa, nuestra concepción del mundo se tambalea. Surge entonces la necesidad de construir una nueva en la que tenga sentido la existencia de un dolor que no se puede evitar y en la que podamos dar cabida a:

•Sensaciones corporales incontrolables.
•Limitaciones en la capacidad corporal.
•Pérdida de contacto social.
•Problemas laborales que pueden incluir incertidumbre económica, etc.
La labor del psicólogo se centra en trabajar terapéuticamente todos estos aspectos del dolor para mejorarlo y hacerlo más soportable.

Distinción entre dolor y daño
El dolor suele estar asociado a la percepción de un daño que se ha producido en nuestro cuerpo. En este sentido el dolor sería la percepción del daño. Pero entre el daño y el dolor intervienen una serie de factores de tipo psicológico. Veamos un ejemplo. Cuando a un torero le coge el toro, con la emoción de la lucha que está manteniendo puede seguir toreando, sin embargo, cuando acaba, todos se asombran de cómo ha sido posible hacerlo con una herida de esa magnitud, que tendría que dolerle mucho. Otra persona ante el más mínimo dolor deja de hacer cualquier cosa. En circunstancias normales, sabemos que no todos sentimos el mismo dolor ante una herida similar, hay personas que lo soportan mejor que otras y nosotros mismos unas veces lo aguantamos mejor que otras dependiendo de nuestro estado de ánimo.

El conocimiento de todos estos procesos psicológicos y emocionales implícitos nos puede llevar a aprender a manejarnos mejor con el dolor y a hacerlo más soportable.

Reacciones emocionales asociadas al dolor
El dolor tiene la función de avisarnos para que hagamos algo que consiga reparar el daño físico que pensamos que lo genera. El dolor es una sensación generalmente terrible y, como indicio de un mal, amenazante. Por eso, una reacción natural en el hombre es el miedo al dolor, un miedo que es adaptativo porque nos impulsa a evitarlo y eliminarlo.

Pero no siempre una reacción de miedo nos lleva a un comportamiento adecuado. Por ejemplo, para que no nos duela algo nos estamos quietos y dejamos de hacer muchas cosas que nos hacían la vida agradable, a veces más allá de lo estrictamente necesario. Otro ejemplo se da cuando el miedo al dolor nos puede hacer no acudir al dentista, lo que finalmente será causa de un mal mayor.

En el caso de un dolor crónico, nuestra lucha por evitar el dolor se convierte muchas veces en un esfuerzo inútil. El sentimiento de fracaso nos genera, primeramente impotencia y un estado de irritación que influye en nosotros y quienes nos rodean. Finalmente, cuando vemos que no es posible acabar para siempre con él, podemos caer en una depresión o al menos a un estado de ánimo deprimido que nos hace perder el sentido de la alegría.

La continuidad del dolor nos puede producir ansiedad social. Si nos impide nuestra actividad normal, puede llegar a generarnos un sentimiento de inutilidad y de no sentirnos necesarios. Si nos esforzamos en luchar contra ello y que nada cambie, podemos llegar a intentar mantener niveles de actividad similares a los que teníamos cuando no sentíamos dolor, muy por encima de nuestras posibilidades actuales.

Nos damos cuenta de que, además del daño físico, el dolor lleva asociados una serie de procesos psicológicos tan desagradables, duros y amenazantes como el propio dolor y que se unen indisolublemente a él. Para entender estos fenómenos hay que distinguir bien ente dolor y sufrimiento.

Distinción entre dolor y sufrimiento
El sufrimiento es una reacción afectiva producida por un estado emocional. Sufrimos con la pérdida de un ser querido. Lo hacemos con el miedo a que a nosotros o alguien allegado nos ocurra una desgracia o cuando estamos sometidos a una amenaza grave.

La reacción emocional asociada al sufrimiento puede ser mucho más intensa e insoportable que un fuerte dolor físico, ¿cuantos no preferiríamos un fuerte dolor de muelas al sufrimiento de una pérdida importante?
Pero hemos visto como el propio dolor puede generar una reacción afectiva que incrementa el sufrimiento asociado a él, generando una serie de sentimientos insoportables que se mezclan y se hacen indistinguibles del propio dolor. Por ejemplo, si el dolor nos lleva a empeorar nuestra relación con nuestros seres queridos, o a no poder realizar nuestras actividades favoritas o a no poder trabajar, o simplemente a estar peor físicamente por no poder dormir; el sufrimiento que está asociado es mucho mayor que el que corresponde solamente al daño físico que lo genera inicialmente.

La lucha a ultranza contra el dolor tiene que tener en cuenta los aspectos psicológicos que surgen asociados a él, para poder disminuir el sufrimiento que conlleva.

Círculos viciosos en el dolor crónico
Los intentos de eliminar el dolor crónico nos pueden llevar a entrar en círculos viciosos que no solamente no solucionan el problema, sino que lo empeoran. La ruptura de estos círculos es uno de los objetivos prioritarios de la intervención del psicólogo en el tratamiento del dolor.

1. La lucha contra el dolor se libra en nuestro propio cuerpo y en él generamos cambios para conseguir disminuirlo. Así, modificamos nuestra respiración, nuestra postura o incrementamos la tensión muscular lo que nos ayuda muchas veces a soportarlo. Pero cuando el dolor es crónico estas conductas mantenidas largo tiempo acaban incrementando el problema y amplían el impacto del dolor, así nos aparecen contracturas musculares y problemas de dolor en zonas cercanas. Son reacciones automáticas; pero no por ello menos dañinas. Intentan controlar el dolor, pero en realidad nos lo producen más, entrando en un círculo vicioso del que es difícil salir.

2. También hemos visto como una lucha que fracasa contra el dolor crónico nos lleva a un estado de ansiedad y de depresión que a su vez potencian las sensaciones dolorosas, porque nuestro estado las hace más insoportables con lo que el dolor aumenta y hace que nos esforcemos más y que el fracaso sea más importante. Estableciéndose así otro círculo vicioso.

3. A veces el dolor tiene ganancias secundarias cuando nos evita hacer determinadas cosas que no nos gustan o conseguimos atención de las personas queridas. Pero estas esas “ganancias” son una trampa mortal, porque están deteriorando nuestras capacidades personales y limita nuestras relaciones personales de manera determinante. Además, no nos permiten olvidar el dolor y dedicarnos a otra cosa y por tanto nos impiden superarlo.

4. Los cambios sociales derivados de nuestra nueva situación incrementan notablemente el estrés. Si queremos mantener nuestra actividad necesitamos más esfuerzo. Si no lo hacemos podemos perder nuestra posición económica, pero los esfuerzos más allá de nuestras capacidades nos llevan al incremento del dolor en un círculo vicioso adicional.

5. Si no encontramos remedio a nuestro dolor porque la ciencia y la medicina son limitadas, la búsqueda de una vida sin dolor nos puede llevar a abandonar un tratamiento adecuado y de nuevo nuestro afán por mejorar nos lleva a empeorar.

El psicólogo en el tratamiento del dolor crónico
El problema no es que haya dolor crónico, sino que este arruine nuestra vida ocasionándonos problemas de pareja, de trabajo, de amistades y tiempo libre, de ansiedad, depresión, insomnio, etc. y que lo haga porque hemos caído en alguno de los círculos viciosos que se han señalado.

Para salir de esos círculos hay que darse cuenta que estamos ante una situación que no se puede cambiar y que la aceptación es el único camino:

•Aceptación es no hacer nada para evitar, dejar de hacer todo lo que no sirve: desmontar los círculos viciosos y potenciar el tratamiento médico adecuado.
•Aceptar es abrirnos a experimentar los sucesos y las sensaciones completamente, plenamente y en el presente, como son y no como tememos que sean.
•Aceptar es tomar conciencia de las limitaciones que conlleva el dolor crónico.
•La aceptación abre el camino al compromiso. A seguir haciendo aquello para lo que valemos de acuerdo a nuestras capacidades, aunque esto signifique que tenemos adecuar nuestras metas a nuestras capacidades limitadas por un dolor crónico.
•Aceptar no es quedarse con el sufrimiento que se tiene, la aceptación disminuye el sufrimiento e incluso inicia proceso psicofisiológico de la habituación, por el que el dolor se hace más tolerable porque nos habituamos a él. Habituándonos a las sensaciones disminuye la ansiedad, el miedo y la depresión, tendremos menos sensaciones asociadas al dolor y continuaremos comprometidos con un nuevo papel social con valores propios
Pero aceptar el dolor, abrirnos a su experiencia es muy duro y puede precisar de una terapia psicológica. Supone que la persona tiene que incorporar en su propio autoconcepto la nueva incapacidad de controlar el dolor y las limitaciones que tiene y pese a ello encontrar un sentido a su vida. Por eso la terapia de aceptación y compromiso proporciona una visión más amplia del mundo en la que cabe la inevitabilidad del dolor.

Hoy día la terapia psicológica cognitivo conductual tiene suficientes herramientas para poder enfrentarse con éxito a esos problemas. Son técnicas que han mostrado su eficacia de forma científica. Por citar algunas:

1.La relajación y el biofeedback nos enseñan a dejar tensiones dañinas en nuestro cuerpo. La meditación junto con la relajación, la respiración y el biofeedback nos permite no seguir automáticamente nuestros impulsos que nos llevan a caer en uno de los círculos viciosos.
2.Distraerse del dolor es un consejo muy a mano; pero realizarlo no es nada fácil y puede ser necesario un entrenamiento profundo que requiere técnicas especiales.
3.Las técnicas cognitivas como la reestructuración, la terapia racional emotiva, etc. nos ayudan a enfrentarnos con nuestros pensamientos y sentimientos de forma racional y de manera más eficaz.
4.Las técnicas operantes de potenciación de actividades permiten recuperar al límite actual nuestras capacidades.
5.La hipnosis es otra herramienta que incide directamente en los mecanismos psicológicos de percepción del dolor.
6.Las técnicas de asertividad y el entrenamiento en habilidades sociales permiten enfrentar los cambios sociales derivados de las nuevas limitaciones asociadas al dolor crónico.
La psicoterapia cognitivo conductual ha demostrado científicamente su eficacia en el tratamiento del dolor crónico por medio de ensayos clínicos controlados. También ha demostrado ser el tratamiento de elección en problemas de ansiedad y depresión, que son consecuencia del dolor y a su vez incrementan sus efectos.

Intervenciones con participación mínima de un psicólogo
Existen talleres diseñados para aprender las técnicas básicas de manejo del dolor crónico. Pincha aquí para consultarlos.

Tenemos la idea de la terapia psicológica como algo interminable que es costosa en tiempo y dinero y de resultados inciertos. Sin embargo, las técnicas cognitivo conductuales son eficaces, simples y estructuradas y cada vez se perfeccionan más, con objeto de que la intervención del terapeuta sea mínima. Se pueden ver más detalles de un programa de estas características en español en el Curso Terapéutico de Aceptación. Consiste en un curso a distancia y autoaplicado dirigido a descubrir y potenciar nuestra capacidad de aceptación de nuestras propias sensaciones por muy desagradables que sean, mientras nos comprometemos con nuestros valores más importantes de acuerdo con nuestras limitaciones.

En este curso se incluye el aprendizaje de técnicas de relajación, de respiración, un entrenamiento intenso de concentración en el presente, para poder aceptar las sensaciones que se asocian al dolor, y finalmente llevar nuestra conciencia a su plenitud potenciando nuestra capacidad de darnos cuenta de los procesos psicológicos que ocurren en nuestra vida para poder situarlos en su justa medida. Se enseña a no actuar descontroladamente ante el dolor y, desde la no acción, poder deshacer los círculos viciosos mencionados antes. No hay que olvidar que este curso es limitado, si bien posibilita el aprendizaje de filosofía de enfrentar la vida de forma plena y compatible con el dolor, no está diseñado para los problemas particulares de cada cual, que si son lo suficientemente grandes pueden requerir una terapia psicológica.

Una terapia psicológica es un proceso de cambio profundo, es un camino que hay que recorrer bajo la guía de un terapeuta entrenado y que nos descubre nuevas perspectivas para poder vivir más plenamente.

Si su dolor tiene un componente psicológico.
Todo dolor tiene un componente psicológico. De hecho la definición dada por la Asociación Internacional para el Estudio del Dolor es:

El dolor es una experiencia sensorial y emocional desagradable, asociada con una lesión presente o potencial o descrita en términos de la misma.

Y en ella se incluye de forma explícita el componente emocional, y por tanto psicológico, del dolor.
Pero cuando alguien nos dice que nuestro dolor tiene un componente psicológico nos están transmitiendo connotaciones negativas e ideas erróneas.

1.Parece que implica que no es real, que solamente está en nuestra cabeza, pero el sufrimiento psicológico es peor que el físico y tan real como él. Se siente en el cuerpo con tanta intensidad o más que el dolor asociado a un daño físico.
2.Parece que estuviera en nuestras manos quitárnoslo, que solamente hace falta querer, “fuerza de voluntad”. Pero hemos visto que no se puede luchar por las buenas contra el dolor y menos todavía contra la componente psicológica del dolor. Que es un proceso complejo que pasa por la aceptación de algo tan desagradable y amenazante como el dolor crónico lo que nos coloca ante retos personales trascendentes que pueden necesitar un trabajo terapéutico profundo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 12:04

Cómo combatir el miedo al dolor

19 de Abril 2010
Vivimos en una sociedad plagada de miedos. Tenemos miedo constantemente y la situación no parece reflejar un cambio. De este modo, deste este blog de salud nos centramos en un tipo de temor que es uno de los más suscitados en pleno siglo XXI. En este sentido nos preguntamos cómo combatir el miedo al dolor.





Sinceramente creo que el umbral del dolor de cada uno está en su propia cabeza, por lo que es puramente subjetivo determinar hasta qué punto una persona es capaz de tolerar el dolor. Pero la sociedad actual rechaza el dolor, no quiere sufrir y para ello, tan sólo en los últimos 15 años han surgido infinidad de analgésicos, muchos más que a lo largo de la historia. Ello hace que los analgésicos sean uno de los medicamentos más vendidos, precisamente para combatir el dolor, por miedo a que nos duela. Ese miedo al dolor físico se llama algofobia.


Entonces, básicamente, para combatir el dolor hay dos maneras por encima del resto: con fármacos o con técnicas. Los primeros son de sobra conocidos, tal y como apuntaba antes. Estos son los analgésicos no AINES, entre los que se encuentra el paracetamol y el metamizol. También está el grupo de los analgésicos antiinflamatorios no esteroideos, como el ácido acetilsalicílico o el ibuprofeno. Siguiendo con el uso de fármacos, tenemos que citar el grupo de los opiáceos y los opioides, como la codeína, morfina o tramadol, entre otros. Por último, también se pueden utilizar antidepresivos y anticonvulsionantes para combatir el miedo al dolor, ya que no hay que olvidar el componente psíquico.

En cuanto a las técnicas para combatir el miedo al dolor, son variadas, y van desde masajes fisioterapéuticos, hasta una cirugía. También se pueden realizar neuroestimulaciones o una técnica como el bloqueo nervioso y neurolítico. Quizás, también puedes utilizar plantas para aliviar el dolor.

En definitiva, que es posible combatir el miedo al dolor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 15:42

12 mai 2010

L’hypnose : la confiance en soi, les phobies ou la douleur
L’hypnose si elle a fait de nombreux progrès en peu de temps reste encore une technique peu connue. De nos jours l’hypnose est souvent utilisée pour : la reprise de confiance en soi, guérir certaines phobies voir même traiter des états de douleurs. Petit tour d’horizon.


L’hypnose est surtout basée sur la suggestion. Elle permet de modifier les sensations et les comportements du patient. Mais cette utilisation de l’hypnose, même si elle a fait ses preuves, est tant soit peu limitée face à la résistance de certains sujets et à leur détachement au fonctionnement hypnotique. C’est pourquoi de nouvelles techniques ont été mises en places.

Hypnose et confiance en soi
Dans cette nouvelle approche de l’hypnose, il est question de reprise de confiance en soi, et de retour à l’initiative du sujet et aux origines du mal à traiter. Il s’agit de rassurer le patient et de le mettre en confiance dans un environnement apaisant afin de développer son initiative, son audace et son indépendance. En deux mots, le patient est dans un état de parfaite détente. Il existe trois techniques principales permettant d’apporter une solution adaptée à chaque problématique des patients :

La première consiste à définir un espace de sécurité afin de repenser, relire la construction de son histoire personnelle, sur la base d’une analyse psychologique.
La seconde, plus poussée, consiste à utiliser cet état de transe dû au magnétisme hypnotique afin d’anticiper ou de se représenter des situations inabordables dans un état conscient. Cela leur permet de mettre en place de nouveaux modes de réactions et de nouvelles images mentales pour mieux affronter les problèmes.
La troisième, enfin, est une technique plus symbolique qui peut s’effectuer consciemment ou à travers la prise de conscience, et qui consiste à recadrer certains schémas, certaines idées mentales. Dans ce cas, il faut aider le patient à mobiliser ses capacités créatives ainsi que ses ressources personnelles.

Que peut soigner l’hypnose ?
Mais que peut-on soigner grâce à cet état de sommeil éveillé dans lequel l’inconscient est totalement accessible ? On peut en fait y trouver un remède pour toute sorte de maux comme les douleurs, ou se débarrasser de certaines dépendances ou mauvaises habitudes comme le tabac, le grignotage, ou bien encore lutter contre l’anxiété, le stress, les troubles du sommeil, de la sexualité ou les phobies. Mais ce n’est pas pour autant que le praticien va pouvoir influencer notre inconscient et faire de nous ce qu’il veut.... Notre cerveau possède des « sécurités » qui l’en empêcheront. L’hypnose ne fait que ressortir ce qui est enfuit en nous, mais ne peut créer ou insuffler de nouvelles connaissances ou pratiques à notre inconscient. Déontologiquement, l’hypnotiseur est là pour respecter notre personne et l’aider à se sentir mieux.

L’hypnose et la chirurgie, mieux gérer la douleur
L’hypnose est également utilisée depuis peu dans les services de chirurgie, comme en témoigne le service du Centre Hospitalier de Liège. On pratique alors une « hypno - sédation » à la place d’une anesthésie générale classique. Des expériences ont d’ailleurs démontré que les patients sous hypnose activent un réseau au niveau du cerveau qui permet de mieux gérer la douleur. Associée à une anesthésie locale, la récupération par le patient venant de subir une intervention chirurgicale est plus rapide, et diminue les effets post - opératoires indésirables tels que vomissements ou nausées.

Il est donc désormais permis de croire que pour lutter contre la douleur, il existe non seulement des moyens pharmaceutiques, mais également des stratégies psychologiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 15:46

hypnose : peur de la douleur

http://www.transe-hypnose.com/forum/peur-de-la-douleur-et-de-la-mort-vt737.html

Agliophobie = Algophobie = peur de la douleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 15:51

16 septembre 2010

Hypnose et peur du dentiste
La peur du dentiste concerne tout le monde, ou presque. Si une majorité de personnes finit par prendre rendez-vous, la peur retarde l'échéance des soins et complique souvent ceux-ci. Ainsi, une carie qui aurait pu être traitée en une séance au stade débutant, nécessitera plusieurs séances après quelques mois d'attente. La dent devra être dévitalisée, couronnée et parfois même sera perdue. Pour 11% de la population se rendre chez un chirurgien-dentiste relève de l'insurmontable. Cette fraction de la population n'accède jamais aux soins dentaires, la peur représentant une barrière infranchissable. C'est un lourd handicap puisque les dents s'abîment alors inexorablement avec leur cortège d'effets secondaires sur la qualité de vie, la posture, la santé.

De la peur à la phobie
Lorsqu'une peur est intense et ne peut être raisonnée, on parle de phobie. La peur intense qui caractérise la phobie s'assimile à une espèce d'allergie. En effet, on peut comparer la peur à une sorte de mécanisme immunitaire. De même que les défenses immunitaires ont pour fonction de nous défendre contre des dangers biologiques, qu'ils soient externes (microbes, virus) ou internes (cellules anormales), de même nos peurs ont une fonction protectrice. Nos peurs normales peuvent donc être comparées à un système immunitaire de détection des dangers potentiels qui nous menacent. Ainsi, il est naturel de ressentir de la peur dans des situations qui présentent un danger réel, peur de marcher au bord d'une falaise et de tomber dans le vide par exemple. Les peurs phobiques ressemblent à des allergies, comparable à ce que l'on appelle un choc anaphylactique. La phobie s'assimile à une flambée de peur aussi explosive et brutale que peut l'être une réaction allergique violente.


Les racines de la phobie
Elles sont multiples car chaque cas est différent. Très souvent, il s'agit d'un soin dentaire ou médical qui s'est déroulé dans de mauvaises conditions et a imprimé une mémoire de peur dans l'inconscient de la personne. Cependant, les phobies des soins dentaires peuvent avoir d'autres origines. Ainsi cette jeune fille ressent sur le fauteuil du dentiste une peur disproportionnée, sans rapport avec les soins bénins qui lui sont proposés. Or, il s'avère qu'elle vit une situation de deuil par rapport à son père décédé récemment des suites d'un cancer. Elle pleure quand elle pense à lui. Elle le revoit sur son lit d'hôpital et l'image des seringues à côté de lui resurgit automatiquement. Ainsi, quand du fauteuil dentaire, elle aperçoit la seringue anesthésique, son inconscient lui renvoie l'image des seringues que sa mémoire a douloureusement imprimée et c'est une douleur insupportable qui est réactivée. Cette autre patiente ne peut se résoudre à engager des soins car elle ne supporte pas l'odeur régnant dans un cabinet dentaire et le goût laissé par l'anesthésie, anesthésie que paradoxalement elle ne craint pas.

L'hypnose thérapeutique
Le point commun de tous ces cas est qu'ils peuvent être relativement facilement résolus par l'hypnose, parfois en une seule séance. L'hypnose permet de pactiser avec son propre inconscient et d'y puiser les ressources nécessaires pour surmonter la peur. À l’aide de visualisations, de métaphores et de relaxation progressive, la séance conduit la personne à désactiver la charge émotionnelle liée au vécu à l'origine de la phobie, puis à anticiper le déroulement des soins de manière confiante et sereine. La détente ressentie, ainsi que la participation active du patient par l’expérience en état hypnotique et l’apprentissage du lâcher prise l'aident à trouver les ressources nécessaires pour diminuer sa peur de la douleur, de l’anesthésie ou tout simplement sa peur d’aller consulter. En outre, grâce à des outils complémentaires tels que la PNL, il est possible de créer sous hypnose un ancrage pour que le patient devienne autonome face à un épisode normalement douloureux ou stressant.


Bénéfices secondaires
Premier bénéfice, la personne accède aux soins et préserve ainsi son précieux capital dentaire. Autre effet positif, elle prend conscience et expérimente grâce à l'hypnose qu’elle possède un certain pouvoir sur ses émotions et ses sensations corporelles. La personne ressort grandie de l'expérience avec une confiance et une estime de soi renforcée. Enfin, l'hypnose permet parfois d'apaiser spontanément des douleurs dentaires psychogènes (c'est à dire d'origine psychique, comme exliqué dans l'article DENTS DÉVITALISÉES DOULOUREUSES OU HYPERSENSIBLES), la séance ayant permis, sans que ce soit l'objet de la consultation, de faire des prises de conscience, de libérer des émotions, de résoudre des conflits. Lire à ce sujet le remarquable témoignage d'un hypnothérapeute à propos de douleurs dentaires psychogènes résolues grâce à l'hypnose : QUAND LA DENT PARLE, sur le site Holodent.

L'hypnose se révèle donc un outil précieux en dentisterie holistique. Il serait dommage de s'en priver. Certains dentistes, surtout en Suisse (voir la liste des SITES DE CABINETS DENTAIRES), sont formés à l'hypnose. On peut aussi recourir à un hypnothérapeute, avant ou en accompagnement des soins dentaires: consulter la liste d'hypnothérapeutes intervenant dans le domaine dentaire sur la page "Thérapeutes" du site HOLODENT.

http://www.holodent.com/pages/Therapeutes__adresses-182575.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 15:54

23 juin 2010

Niveau 3 : EXPERT PRATICIEN



Le niveau 3 de notre formation (EXPERT PRATICIEN) se compose des cinq séminaires suivants de deux jours :

PHOBIES SOCIALES
GESTION DE LA DOULEUR
FONDEMENTS DE L’HYPNOSE ERICKSONIENNE
TECHNIQUES HYPNOTIQUES INDIRECTES
HYPNOTHERAPIE DES ENFANTS
A l’issue de ces cinq séminaires avancés, un certificat de formation en hypnothérapie (niveau 3 : EXPERT PRATICIEN) est délivré aux participants.

PHOBIES SOCIALES
PROGRAMME
Phobies sociales spécifiques et phobie sociale généralisée. Phobie sociale et troubles de la personnalité. Timidité, éreutophobie. Facteurs qui contribuent aux phobies sociales. Traitement hypnotique, cognitif et comportemental. Exercices pour augmenter la confiance en soi. Affirmation de soi : concepts, principes et techniques de communication assertive. Développer une image de soi positive. Techniques de conversation et d’habileté sociale pour surmonter la timidité. Exprimer efficacement les idées, les besoins et les sentiments. Techniques protectrices pour éviter d’être exploité ou manipulé. S’établir des buts pour développer une orientation active envers la vie. Exercices pratiques.

Formateur : D. VARMA

Dates :
samedi 11 et dimanche 12 septembre 2010
ou samedi 30 avril et dimanche 1er mai 2011

Tarif :
(jusqu’au 30/09/10) - Individuel : 360 euros - Formation continue : 450 euros
(à partir du 1/10/10) - Individuel : 375 euros - Formation continue : 475 euros

Lieu : Paris

GESTION DE LA DOULEUR
PROGRAMME :
Types de douleur. Douleurs aigües et douleurs chroniques. Evaluation de la douleur : les dimensions multiples de l’expérience de la douleur. Inductions hypnotiques pour le traitement de la douleur. Techniques hypnotiques pour le traitement de la douleur : auto-hypnose, hypno-analgésie, hypno-analyse, métaphores et thérapie des états du moi. Techniques cognitives de contrôle de la douleur. Techniques de gestion de la douleur provenant de la psychologie de l’énergie. Applications cliniques : soins des brûlés, fibromyalgie, membre fantôme, cancer, maux de tête… Techniques d’autorégulation de la douleur par l’utilisation des ressources du corps. La douleur chez les personnes âgées. Démonstrations et séances de pratique.

Formateur : D. VARMA

Dates :
samedi 26 et dimanche 27 juin 2010
ou samedi 4 et dimanche 5 décembre 2010

Tarif :
(jusqu’au 30/09/10) - Individuel : 360 euros - Formation continue : 450 euros
(à partir du 1/10/10) - Individuel : 375 euros - Formation continue : 475 euros

Lieu : Paris

FONDEMENTS DE L’HYPNOSE ERICKSONIENNE
PROGRAMME :
Définitions de l’hypnose d’après Erickson. Différences entre l’hypnothérapie traditionnelle et la psychothérapie éricksonienne. Principes de l’hypnothérapie éricksonienne. Communication thérapeutique : aspects verbaux et non-verbaux. La micro-dynamique de l’induction hypnotique et des suggestions. Techniques éricksoniennes d’induction hypnotique. Suggestions directes et indirectes. Types de suggestions indirectes : truismes, suggestions ouvertes, couvrir toutes les possibilités de réponse, suggestions composées. Approches thérapeutiques générales. Méthodes indirectes de renforcement du Moi. Démonstrations et séances de pratique.

Formateur : D. VARMA

Dates :
samedi 13 et dimanche 14 novembre 2010

Tarif :
Individuel : 375 euros - Formation continue : 475 euros

Lieu : Paris

TECHNIQUES HYPNOTIQUES INDIRECTES
PROGRAMME
Techniques avancées d’induction hypnotique. Induction conversationnelle. Le langage indirect. Communication symbolique. Suggestions dissimulées : citations, questions, suggestions enrobées. Analogies, anecdotes et métaphores thérapeutiques. Modèles d’une séance d’hypnothérapie éricksonienne. Utilisation des ressources du patient : exploration des causes du symptôme et résolution du problème par l’utilisation des ressources de l’inconscient. Utiliser le symptôme comme un signal. La métaphore du dessin. Démonstrations et séances de pratique.

Formateur : D. VARMA

Dates :
samedi 9 et dimanche 10 avril 2011

Tarif :
individuel : 375 euros formation continue : 475 euros

Lieu : Paris

HYPNOTHERAPIE DES ENFANTS
PROGRAMME :
Principes généraux de l’hypnothérapie des enfants. Importance d’une approche utilisationnelle et individualisée. Intégration de l’approche systémique et des techniques de la thérapie comportementale et cognitive à l’hypnothérapie. Utilisation des stimulations alternatives hypnotiques et des techniques de la psychologie de l’énergie. Inductions hypnotiques pour enfants.

Hypnose et natalité : grossesse, accouchement et premiers liens. Théorie de l’attachement. Hypnose et anxiété de séparation. Les schémas adaptatifs précoces. Phobies spécifiques. Dépression chez l’enfant.

Troubles du comportement. Déficit de l’attention/hyperactivité. Problèmes liés à l’apprentissage et aux performances. Traitement des traumatismes et de la douleur chez l’enfant. Préparation aux procédures médicales et chirurgicales. Enseigner l’auto-hypnose à l’enfant. Questionnaires.

Formateurs : M. DAUVERNE et D. VARMA

Dates :
samedi 26 et dimanche 27 mars 2011

Tarif :
individuel : 375 euros formation continue : 475 euros

Lieu : Paris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 15:57

La modification et la réduction de la perception de la douleur par l’hypnose
Posté par lhypnose le 13 déc 2010 à 04:41 | Dans : Non classé


La douleur est un langage du corps. C’est l'expression d'un dysfonctionnement à l’intérieur ou à l’extérieur du corps, suite à une maladie, à des troubles divers ou encore d’autres symptômes qui causent de la souffrance. L’hypnose est un outil thérapeutique efficace de lutte contre la douleur, qu’elle soit chronique, traumatique, physique, psychique, psycho-somatique ou aigüe.

L’hypnose est validée comme étant un outil thérapeutique efficace pour modifier et réduire la perception de la douleur. En effet, même si les causes des douleurs sont différentes, et même si chacun ressent la douleur de manière qui lui est propre et quelque soit l’intensité de la douleur, les suggestions permettent de réguler le système de modulation endogène de la douleur.


L’hypnose agit sur les zones de perception de la douleur, augmente ainsi le seuil de tolérance à la souffrance. C'est-à-dire, par hypnose, il y a influence sur la perception de la douleur.

Par l’hypnose, il y a mobilisation des capacités naturelles de l’individu à se venir en aide afin de faire face à la souffrance. Ceci est plus facile par mobilisation de l’inconscient, c'est-à-dire, du subconscient. Par le contrôle du subconscient, le sujet peut gérer sa douleur, c'est-à-dire, il peut se maitriser afin de trouver une détente physique, mentale et respiratoire afin d’expulser les tensions, de « fabriquer » de l’analgésie naturelle, se reprogrammer physiologiquement et psychologiquement afin de moins ressentir la douleur.

L’hypnose a ici donc un rôle d’antalgique ou anxiolytique sans effets secondaires ni de facteurs pouvant entrainer des complications. Les suggestions hypnotiques ont des effets dans la prise en charge de la douleur, c’est pourquoi il est utilisé comme un adjuvant thérapeutique.

Les approches varient d’un hypnothérapeute à un autre. Les suggestions peuvent par exemple un contact avec de l’eau très froide qui rend insensible la partie douloureuse. Cela peut être aussi une suggestion de déplacement de la douleur vers un autre endroit du corps moins vulnérable. On peut aussi citer d’autres exemples comme la dissociation de l’esprit et du corps ; la relaxation et la modification comportementale ; le traitement par amélioration du sommeil ; l’approche faite pour redevenir forte, actif et confiant ; les exercices d’imagination, c'est-à-dire, les dires du patient qui évoquent volontairement une modification de la perception de la douleur…

Parmi les douleurs traitées efficacement par l’hypnose la migraine et les céphalées ; la douleur d’une cystite à urines claires ; la rage dentaire ; le changement de pansement ; les douleurs aigües ; les douleurs avant et après une opération ; les douleurs lors de l’accouchement…

La thérapeutique de la douleur par l’hypnose doit se baser sur le profil psychologique de chaque patient. Il faut que le thérapeute trouve le moyen de faire bénéficier le patient, consciemment ou inconsciemment, les bénéfices de maîtriser de la douleur (et même sur le plan émotionnel, financier). Il faut aussi que le thérapeute sache distinguer les besoins du patient par rapport à son état et sa douleur car il se peut que la douleur soit un symptôme résultant d’un mal-être (dépression, conflits, manque de confiance en soi, peur des séquelles cicatricielles, attitude négative envers les résultats obtenus par toute intervention thérapeutique, colère de faire le deuil sur ses compétences sportives pour les sportifs…).

En d’autres mots, l’hypnose, dans le cas de la maîtrise de la douleur, est une prise en charge globale. La thérapie peut être élargie ou prolongée par l’autohypnose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 16:02

15 mai 2010

phobie de la douleur

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/angoisse-phobie/phobie-douleur-sujet_146327_1.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 16:56

11 décembre 2010

La prise en charge de la douleur par l'hypnose
La douleur

La douleur est un langage du corps. Elle est l'expression d'un dysfonctionnement, un signal d'alarme.

Chaque être humain ressent la douleur d'une manière qui lui est propre, de telle sorte qu'une même cause, selon la personnalité de chacun, peut produire des effets de forme et d'intensité différentes. C'est tout le vécu émotionnel et corporel qui transparaît dans la douleur. Le médecin a pour tâche de déterminer ces composantes et de les quantifier. A lui de démêler, quand cela est nécessaire, ce qui constitue la trame et entretient le symptôme, afin d'apporter la réponse appropriée.

L'utilisation de l'hypnose est validée par de nombreuses études qui montrent que les suggestions peuvent modifier et réduire la perception de la douleur.

Les techniques utilisant l'hypnose sont des jeux mentaux et des exercices d'imagination. L'action thérapeutique repose sur les dires du patient qui évoque volontiers, par des métaphores, les symptômes dont il souffre. La douleur est comparée à un étau qui serre, à un tube trop étroit, à une griffure, à un couteau qui transperce, une plaque de métal, des aiguilles, une barre tordue, etc. Le thérapeute utilise ces métaphores au cours de la séance d'hypnose pour les modifier voire en proposer d'autres plus adaptées au soulagement.



Traiter la migraine et les céphalées avec l'hypnose

Le diagnostic est d'abord établi. Puis, en fonction des données de l'interrogatoire : éléments déclenchants, caractéristique de la douleur, type de constriction, de battements, de brûlures, etc., son horaire d'apparition, sont mises au point toutes les suggestions pouvant intervenir favorablement.

Dans les céphalées de tension, l'hypnose tente d'interrompre la cascade : anxiété puis contractures musculaires (nuque et masséters) puis douleurs crâniennes.

Les suggestions thérapeutiques se nourrissent des informations fournies par le patient.

Le patient utilise des métaphores pour décrire sa douleur : le thérapeute les reprend pour axer son travail sur les sensations. Toute sensation est modulable sous hypnose. La compression douloureuse peut être apaisée par le dévissage progressif d'un étau, si cette métaphore convient au patient.



•Rester en lien avec le patient afin qu'il décrive ce qui lui est impossible à obtenir qui constituera sa résistance au changement, donc riche en informations.
•Observer les progrès réalisés, les petits changements qui redonnent confiance.
•La suggestion de fraîcheur sur le front est souvent bénéfique.
•Les yeux fermés, le sujet imagine un décor, une couleur qu'il ressent comme apaisants. Des variantes sont possibles en fonction du cas clinique.
•L'obtention de l'état hypnotique suffit souvent à stopper la douleur. La léthargie, le calme et la pénombre sont des éléments apaisants, ce qui explique que l'hypnose soit bien adaptée au traitement des céphalées.
Une guérison totale peut être obtenue dans les céphalées de tension dès les premières séances. Pour les migraines, on assiste plutôt à un espacement et à une atténuation des douleurs, une rémission parfois, sans guérison vraie.



Traiter la douleur d'une cystite à urines claires avec l'hypnose

La vessie comme les membres ou comme toute fonction physiologique du corps, peut souffrir d'une anomalie de représentation dans le cerveau. La douleur est le témoin de ce désordre.

Les patientes (ce sont presque exclusivement des femmes) se plaignent de brûlures, de spasmes, de gênes très pénibles dans la région pelvienne. Les douleurs obligent à des envies pressantes et fréquentes d'uriner. Après avoir pris avis auprès de gynécologues, urologues, algologue, la vessie est déclarée coupable.

Pour sortir de la spirale de la chronicité, l'hypnothérapie sera centrée sur plusieurs thèmes :


•Quitter la dissociation pathologique qui a placé la vessie en dehors de l'équilibre du corps par des exercices répétés de mise en hypnose.
•Recadrage et mise en confiance.
•Utilisation des ressources de l'individu pour échapper à des processus itératifs destructeurs.
•Tous les exercices qui sembleront appropriés pour mobiliser le patient et élargir ses perceptions : utilisation du corps, des sens et de la raison.
Atténuer les douleurs aiguës avec l'hypnose

L'hypnose est très utile pour réduire ou supprimer la douleur afin d'effectuer des soins, des pansements pour les brûlés, des piqûres, des ponctions et toute autre intervention qui ne nécessite pas d'anesthésie générale.



L'hypnose chez le dentiste

Les progrès réalisés en anesthésie locale ont rendu pratiquement indolores les interventions dentaires. La douleur dont tout le monde parle en ce domaine est plutôt, initialement, la peur de souffrir, la peur de confier une partie de son corps, la peur de ne pas pouvoir contrôler, de rester dans la passivité. Cette forte appréhension finit par produire une vraie douleur locale. La zone buccale devient un lieu hypersensible qui interdit tout geste dentaire.

Pour calmer cette peur et tranquilliser ses patients, le chirurgien-dentiste parle, rassure, diffuse une musique apaisante. Mais cela ne suffit pas toujours.

La technique hypnotique sert à modifier le seuil de la douleur.

L'opérateur continue à parler à voix basse tout en agissant dans la cavité buccale.

En fait, le patient ressent tous les soins dentaires mais il les perçoit sur un mode atténué, comme u engourdissement local qui permet d'effectuer les piqûres d'anesthésiques pour extraction.

Autre fait positif en faveur de l'hypnose : cet état diminue la salivation et le saignement gingival.



Atténuer les douleurs de l'enfant, les douleurs avant et après une opération, les douleurs du cancer avec l'hypnose

Il y a un grand intérêt à humaniser par l'hypnose la relation soignant – soigné. Le vécu modifié de ces soins présente de nombreux avantages tant pour les patients que pour le soignants. Les actes se déroulent dans un contexte plus serein et donc plus facile. Les actes peuvent être renouvelés (soins du cancer, chimiothérapies, pansements) avec moins de médicaments antalgiques, moins de peur et d'appréhension.

De plus en plus d'anesthésistes, de pédiatres, de spécialistes de soins palliatifs ont recours à l'hypnose et font preuve d'un grand enthousiasme devant les effets obtenus par cette approche.



Accouchement sous hypnose

Au neuvième mois, l'expulsion du bébé se fait par une déchirure (indolore) de la poche des eaux, des contractions souvent douloureuses de l'utérus, une dilatation du col de l'utérus, le tout dans un contexte d'anxiété, de précipitation parfois.

L'accouchement proprement dit, nécessite une bonne synchronisation des contractions autonomes de l'utérus, de la respiration de la future mère et des contractions volontaires des muscles abdominaux.

La préparation à l'accouchement doit tenir compte de :


•la douleur des contractions qui est une douleur de spasme des muscles lisses.
•la douleur morale liée aux multiples peurs de la maman concernant le bébé en particulier et le déroulement de l'accouchement.
La présence du bébé dans le ventre de sa mère empêche l'utilisation des médicaments antalgiques ou anxiolytiques.

L'anesthésie péridurale n'est pas une pratique à systématiser, de plus une bonne préparation peut, dans de nombreux cas, éviter d'y recourir.

L'hypnose est classiquement un bonne technique psycho-prophylactique de l'accouchement, du fait qu'elle associe de multiples approches comportementales et psychologiques.

La femme enceinte, comme l'enfant, se révèle plus suggestible que la moyenne. Cette augmentation de la suggestibilité est à mettre sur le compte d'une plus grande émotivité et fragilité, et d'un désir accru de protection lié à sa maternité.

http://www.hypnose-medicale.com/hypnose-douleur.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Mer 2 Fév - 16:57

16 septembre 2005

Supprimer la douleur :

http://www.transe-hypnose.com/forum/hypnose-et-mal-de-dos-vt48.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: miedo al dolor / fear of pain   Aujourd'hui à 2:36

Revenir en haut Aller en bas
 
miedo al dolor / fear of pain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» four à pain - enduit en paille-terre crue
» Pain portugais ou espagnol
» RECETTTE PAIN DU MAROC
» Les souris peuvent-elles manger "trop" de pain?
» Le pain pour les chats?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: