AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 TESTS SUR LES ANIMAUX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: TESTS SUR LES ANIMAUX    Mar 3 Juil - 9:15

20 janvier 2009

PROCTER & GAMBLE

Les Monsieurs Propres ont les mains sales

Procter et Gamble, cela vous dit-il quelque chose ? Sans doute, mais pas sous ce nom-là. C'est un des principaux fabricants mondiaux de produits ménagers – le premier "lessivier" au monde en fait – mais aussi de produits cosmétiques et d'hygiène. Ses principales marques sont Ariel, Persil, Monsieur Propre, Max Factor, Oil of Olaz, Pantène, Tampax, Always, Pampers.

Soutien à la vivisection : P&G aime bien expérimenter sur animaux et l'a prouvé par le passé. En 1987, ils combattent la proposition de certains de leurs actionnaires visant à éliminer les tests sur animaux pour tous leurs produits ménagers. Puis, en 1989, ils tentent de lancer un programme de 17,5 millions de dollars pour persuader les législateurs américains et l'ensemble du public, y compris les écoliers, que les tests aboutissant à empoisonner, aveugler, brûler, mutiler et tuer des milliers d'animaux sans défense étaient non cruels et nécessaires mais l'intense opposition des amis des bêtes aux États-Unis réussit à faire avorter ce projet. Enfin, en 1990, cerise sur le gâteau sanglant, Procter & Gamble fait pression contre la législation visant à interdire le test de Draize dans l'État de Californie. Le test de Draize consistant à instiller des doses concentrées de produit dans l'oeil d'un lapin.

Un film accusateur : Voilà clairement des gens qui pensent que la vivisection est indispensable, à tel point qu'un bon nombre de tests réalisés ne sont même pas rendus obligatoires par la loi. Mais ils font faire le sale boulot par une firme spécialisée, ce qui ne change rien en matière de responsabilité. Ce laboratoire qui vivisecte pour d'autres, s'appelle HLS - Huntingdon Life Sciences. Une militante du service "investigation spéciale" de PETA (une très importante association de protection des animaux aux USA) fut employée pendant huit mois (jusqu'en mai 1997) par l'unité américaine de HLS. Elle a réalisé un film qui est court et insoutenable. Il s'agit d'expériences faites pour Procter & Gamble. Voici ce que l'on y voit :

Scène 1 :

Un technicien maintient en l'air un singe sous calmants et lui administre un test tuberculinique (tuberculose) dans la paupière. Quand on lui demande s'il peut procéder ainsi, il répond : "Non. Je ne suis pas supposé le faire, je ne l'ai pas vu faire, je ne l'ai jamais fait, on ne peut pas le prouver."

Scène 2 :

En plaçant un singe effrayé sur une table à électrocardiogramme (ECG), le technicien lui dit : "T'as pas intérêt à mordre, mon ami !", puis lui injecte de la lotion à ECG dans la bouche avant d'y enfoncer la bouteille et de l'y laisser.

Scène 3 :

Au moment où un singe est sorti de sa cage pour faire un test de pression sanguine, un premier technicien lui fait peur. Le deuxième technicien lui reproche alors cela en lui rappelant que les résultats du test seront faussés par la frayeur de l'animal.

Scène 4 : Un technicien jette violemment un singe dans une cage après l'ECG.

Scène 5 : Un technicien fait semblant de lancer avec force un singe contre une cage.

Scène 6 : Un technicien menace rudement un singe effrayé pendant l'ECG : "Tu te calmes ou je te mords la gueule !"

Scène 7 : Le 15 janvier 1997, alors qu'un autre singe déjà effrayé est sanglé sur une table à électrocardiogramme, des techniciens s'apostrophent en criant :• Premier technicien : "Je suis sûr que le client aimera ça !"• Deuxième technicien : "Ça va faire grimper ses pulsations cardiaques encore un peu."• Troisième technicien : "Vous pouvez vous torcher le cul avec ces données-là !"

Scènes 8 et 9 : Des singes sont maintenus, suspendus par les aisselles avec du fil métallique pour cage, pendant qu'on leur enfonce par le nez des tubes gastriques jusqu'à l'estomac.

Scène 10 : Une nécropsie – équivalent de l'autopsie pour les animaux – est réalisée sur un singe du test pour Procter & Gamble. On ne lui a injecté que de la kétamine et de la xylazine (précisons ici que, d'après des spécialistes, c'est insuffisant pour obtenir le décès). Le technicien vérifie vaguement des signes (là aussi pas les bons !) permettant de savoir si l'animal est bien mort avant de lui ouvrir l'abdomen. Au bout de quelque temps, comme les battements de cœur s'accroissent durant la procédure, il dit: "Ce gars-là pourrait être un peu plus KO." Mais il continue toutefois en ouvrant la cage thoracique, ce qui provoque sans doute le décès à ce moment-là.

Attitude non- professionnelle : Nos amis américains ont montré ce film à de nombreux spécialistes (médecins, vétérinaires, professeurs d'universités, anthropologues…). Voici ce que dit le docteur vétérinaire Suzanne Cliver : "Je n'ai aucun doute que le singe subissant la nécropsie était vivant et qu'il ressentait la douleur. La kétamine et la xylazine ne sont pas des produits d'euthanasie. À faible dose, ils n'induisent même pas un état d'anesthésie chirurgicale. Les mouvements des membres et les battements de cœur ne sont pas des mouvements de "rigor mortis" (rigidité cadavérique) mais plutôt ceux d'un animal vivant en train de lutter. La conduite générale des techniciens manipulant les singes a été en tous points exempte de pitié, non professionnelle, insensible et inhumaine. À aucun moment ils n'ont montré la compétence et le comportement qu'on attendrait de la part d'animaliers ou de techniciens de laboratoire entraînés et qualifiés." Un peu plus loin dans la nécropsie, le technicien se rend compte qu'il n'a pas utilisé les bonnes procédures pour recueillir le sang. Il est précisé également qu'il trouve des sortes de douves du foie, ce qui indique non seulement que le singe n'a pas été vermifugé, ou pas correctement, mais aussi que l'étude n'est pas scientifiquement valable pour une nouvelle raison : en toxicité, les douves ont affecté et déformé les résultats car le produit testé a été filtré par un foie malade.

Peur haineuse : Les animaliers ou techniciens qui tourmentent les singes le font avec une incroyable agressivité. On peut y voir une forme de sadisme mêlée de peur de se faire mordre, bien qu'ils soient munis d'épais gants de manipulation, remontant haut sur les bras. La façon excessive dont ils plaquent en arrière les membres des malheureux cobayes - au risque de leur faire des luxations ou autres comme le précisent des spécialistes - montre bien cette sordide atmosphère de peur haineuse. De plus, l'ambiance du labo est telle qu'un employé qui voudrait s'y prendre avec douceur s'attirerait les quolibets de ses collègues.

"En avant, l'équipe !" : D'ailleurs, le responsable du service lui-même fait quelques tièdes reproches dans une note interne du 30 janvier 1997 : "S'il vous plait, prenez un moment pour regarder toutes les blessures et les hématomes visibles qui proviennent de vos manipulations de singes dans les trois dernières semaines. Pensez simplement à ce que vous ressentiriez si on vous mettait dans une cage et si on vous malmenait physiquement. Est-ce que vous aimeriez-ça ? À votre avis, quelle est l'opinion de X quand elle examine ces blessures? Quelle est l'opinion de Y quand elle lit les recommandations du vétérinaire et doit dire au client qu'un technicien a cassé la queue d'un singe ? Vous devez prendre votre temps pour les attraper, être attentifs aux endroits où se trouvent leurs petits pieds et leurs mains quand vous attirez l'animal vers l'avant de la cage. Allez-y lentement ! Ne vous pressez pas ! Parlez-leur doucement, ils aiment ça ! Soyez gentils, j'aime ça ! Avec du temps et de la patience, je sais que ces choses-là n'arriveront plus jamais, d'accord ? En avant, l'équipe ! Et merci."

Mépris du consommateur : Il est grave de constater que les animaux sont effrayés volontairement alors que le personnel est parfaitement conscient du fait que cela fausse encore un peu plus les données, ce qui indique non seulement un irrespect total de l'animal mais aussi un mépris du client final. Pourtant nous ne sommes pas dans un labo de second ordre ou de troisième catégorie, nous sommes dans des unités appartenant à l'un des plus gros "testeurs" privés de la planète. Quant aux consommateurs, s'ils ont encore confiance dans tel ou tel produit, c'est bien parce qu'ils ne savent pas ce que recouvre l'expérimentation animale. Les résultats ne peuvent qu'être invalidés, avec ou sans bonnes pratiques de laboratoire. Merci à HLS et à P&G de nous l'avoir démontré - involontairement - encore une fois et avec une telle force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Mer 11 Juil - 6:29

20 février 2007

La fumée de cigarette, l’amiante, l’arsenic, le benzène, l’alcool et les fibres de verre sont tous surs à la consommation, selon les études animales. Sur 22 médicaments ayant permis de soigner les blessures de la moelle épinière chez les animaux, une seule est efficace chez l’homme. Sur 20 composés connus pour être cancérigènes chez l’homme, 19 sont à l’origine de cancers chez les animaux. Le Dr Albert Sabin, inventeur du vaccin contre la polio, a juré sous serment que le vaccin " a longtemps été retardé par la conception erronée de la nature de la maladie humaine basée sur des modèles expérimentaux inexacts observés chez les singes".

La découverte de la pénicilline, premier antibiotique, a été retardée de plus de 10 ans par des résultats inexacts provenant d’expériences sur des lapins et aurait été complètement mise de côté si on l’avait testée sur des cochons d’indes pour lesquels elle est mortelle. Sir Alexander Fleming a dit : " Quelle chance nous avons eu de ne pas avoir fait ces tests sur animaux dans les années 1940, sinon la pénicilline n’aurait jamais eu d’autorisation de commercialisation et les antibiotiques n’auraient probablement jamais vu le jour".

La thalidomide, cause de malformations congénitales chez plus de 10,000 enfants au début des années 1960, provoque des malformations chez très peu d’espèces. Le DR James Schardein, doyen des études sur les malformations congénitales a dit : " Sur environ 10 souches de rats, 15 souches de souris, 11 élevages de lapins, 2 élevages de chiens, 3 souches de hamsters, 8 espèces de primates et chez d’autres espèces aussi variées que les chats, tatous, cochons d’inde, suidés et furets chez qui l’on a testé la thalidomide, les effets tératogènes ont été constatés que très rarement. Ironie du sort, si la thalidomide, substance qui a rendu les tests sur animaux obligatoires, devait être certifiée uniquement sur les résultats de tels tests, elle serait encore autorisée aujourd’hui.

Le Manuel de la Science des Animaux de Laboratoire admet que " compter aveuglément sur les résultats de l’expérimentation animale peut être dangereusement trompeur et peut coûter la santé et la vie de dizaines de milliers d’humains".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:12

Vivisection

Le Problème
La vivisection signifie littéralement que l'on découpe un animal vivant; c'est ce qui se pratiquait effectivement autrefois, notamment au XVIIIeme siècle où la philosophie cartésienne déniait la possibilité de souffrance aux animaux-machines. Dès lors, rien n'empêchait de clouer des chiens vivants et de pratiquer des expériences sur eux. Aujourd'hui, de telles pratiques n'ont plus cours mais les humains continuent à employer un nombre très élevé d'animaux pour des expériences scientifiques. Un pays comme la France sacrifie chaque année plusieurs centaines de milliers de rongeurs, plusieurs milliers de chats et chiens, et plusieurs centaines de primates.

De tous les problèmes liés à la souffrance animale, la vivisection est celui qui est le plus difficile moralement; on y rencontre probablement les plus grandes souffrances causées à des animaux, mais il se pose la question de son apport au nécessaire progrès de la médecine.

Imaginez votre corps donné à la science... alors que vous êtes encore à l'intérieur
Campagne PETA HelpTheMonkeys.com
D'un côté, des opposants critiquent l'apport scientifique de l'expérimentation, les plus radicaux allant jusqu'à lui dénier toute utilité. L'expérimentation est même quelquefois considérée comme dangereuse, car conduisant à des erreurs parfois graves. En effet, les modes de fonctionnement biologiques différent d'une espèce à l'autre. De plus, les troubles étudiés sont provoqués brutalement et artificiellement chez les animaux, et peuvent ainsi ne pas ressembler du tout à des états qui s'installent progressivement sur des années chez l'humain.

Beaucoup d'exemples circulent sur des produits qui ont des effets très différents d'une espèce à l'autre (morphine, dioxine, aspirine..). Des médicaments, validés avec succès sur l'animal, se sont révélés catastrophiques pour la santé humaine. Un cas souvent cité est celui de la thalidomide, dont l'effet tératogène a entraîné la naissance d'un grand nombre d'enfants mal formés. Après ce drame, il a été requis de tester les médicaments sur au moins deux espèces différentes. Mais cela n'a pas éliminé pour autant tous les problèmes ; par exemple, la nomifensine (antidépresseur), quasiment dépourvu de toxicité sur le rat, le lapin, le chien et le singe, n'est resté que quelques mois sur le marché pour cause de toxicité hépatique notable chez l'humain. Certaines recherches ont été ralenties à cause d'expérimentations conduisant à des interprétations erronées et à des fausses pistes : ce fut notamment le cas pour la poliomyélite, le virus ne s'attaquant pas de la même façon à l'humain et au singe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:12

Vivisection

De l'autre côté, des partisans soutiennent que l'expérimentation animale est un "mal nécessaire" pour que la science avance. Certains vont même jusqu'à la considérer comme définitivement incontournable.

Là non plus, les exemples ne manquent pas pour appuyer cette thèse. Les problèmes liés au diabète, à la chirurgie cardiaque, aux transplantations d'organes, à la pilule contraceptive, à la mise au point des antibiotiques et des vaccins ont été largement résolus grâce au recours à l'expérimentation. De façon générale, l'expérimentation animale est omniprésente dans la réalisation de nouveaux médicaments et pour la compréhension des mécanismes biologiques.

Enfin, certains opposants reconnaissent que l'expérimentation animale peut être utile. Mais ils considèrent que son apport à la science ne justifie pas sa pratique : on rejette d'ailleurs catégoriquement l'idée d'expérimenter sur des humains, alors que l'on ne pourrait pourtant pas nier la fiabilité de ce modèle !

Sur cette idée, des voix s'élèvent pour demander que les grands singes, étant donnée la richesse de leur vie émotionnelle et affective, ne puissent pas être des sujets d'expériences. La Nouvelle Zélande y a été sensible et a donné un statut aux grands singes anthropoïdes qui les met à l'abris des expérimentations. L'Union Européenne se détourne nettement des expériences sur ces animaux actuellement.

Il faut cependant savoir que l'expérimentation animale est loin d'être toujours appliquée à des luttes nobles (contre le cancer ou le sida par exemple). La réalisation des produits cosmétiques, ménagers et d'entretien a recours à des tests sur des animaux.
Certains sont particulièrement dénoncés pour leur cruauté, notamment le test de Draize (irritation oculaire) et le LD50 (on administre le produit jusqu'à ce que 50% des animaux décèdent; ce test est désormais supprimé des lignes directrices de l'OCDE).


Heureusement, l'Union Européenne s'est préoccupée du problème des tests de cosmétiques. Le 7ème Amendement à la Directive cosmétique 2003/15/CE prévoit, à partir de septembre 2009, l'interdiction de tester des ingrédients ou combinaisons en Europe, et l'interdiction de vendre des produits et des ingrédients testés sur les animaux sans tenir compte de la disponibilité de méthodes substitutives (sauf pour trois tests : toxicité à doses répétées, toxicité pour la reproduction et toxicocinétique). À partir de 2013, elle prévoit l'interdiction de vendre des produits et des ingrédients testés utilisant les trois derniers tests autorisés. Cette interdiction pourra être retardée si des méthodes substitutives, pour ces trois tests, ne sont pas encore disponibles.

Des militaires expérimentent des armes sans que l'on puisse savoir combien d'animaux sont utilisés ni ce qu'ils subissent. Au niveau de la recherche médicale, beaucoup d'expériences sont répétées inutilement, faute de coordination entre laboratoires. Certaines expériences de recherche ne sont pas publiées, car elles aboutissent à un échec; mais alors, plusieurs équipes les effectuent sans savoir que d'autres les ont déjà pratiquées infructueusement.

Beaucoup d'expériences sont appliquées sur des animaux vivants par tradition, alors qu'elles pourraient maintenant être remplacées par des méthodes dépourvues de souffrances (cultures cellulaires, toxicologie moléculaire, traitements informatiques). Il y a un déficit d'information ou de motivation de certains scientifiques qui pourraient faire l'effort de se passer de la vivisection. Souvent, des méthodes alternatives existent, sont au moins aussi rentables que l'expérimentation animale, mais ne sont pas utilisées, afin de ne pas avoir à changer les équipements déjà en place dans les laboratoires. Il y a aussi un déficit dans les moyens financiers alloués à la promotion des méthodes substitutives. Notons que la France est un des pays les plus en retard dans le domaine de l'expérimentation ; elle sacrifie quasiment le quart des animaux utilisés en Europe. L'Allemagne sacrifie presque deux fois moins d'animaux que la France, alors que la qualité de sa recherche biologique n'a rien à envier à celle de son voisin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:19

Vivisection

Introduction


Depuis que la directive européenne 86.609 / CEE a été promulguée, ont été torturés en Europe plus de 200 millions d'animaux dans les seuls laboratoires ! C'est un animal toutes les trois secondes, la France et la Grande-Bretagne se taillant la meilleure part avec 50 millions de victimes !

Mais les animaux ne souffrent pas uniquement dans les laboratoires de recherches cosmétologiques, toxicologiques, médicales et militaires :

Ils souffrent aussi dans les classes de nos Collèges, Lycées et Universités où ils sont l'objet de dissections et/ou d'expériences pédagogiques.
Ils souffrent dans les arènes pour les corridas, dans les gallodromes pour les combats de coqs, les combats de chiens dans les cités ...
Ils sont abattus lâchement par des chasseurs embusqués dans des huttes, légales ou non, et pour narguer la loi, même dans des zones protégées; ils sont coursés à mort, massacrés, par des individus qui méprisent le "droit de vivre" des espèces sauvages, des espèces libres, par des tueurs lâches, surarmés et équipés de téléphones portables !
Ils sont éradiqués parce qu'ils sont considérés comme nuisibles et que l'Homme devient trop fainéant pour gérer dignement ce que la nature a mis à sa disposition. Alors ils sont gazés, piégés, empoisonnés... dans la bonne humeur et les gueuletons !
Ils sont élevés en batterie, gavés, engraissés pour le plaisir de fins gourmets et d'autres consommateurs de cadavres. Faut-il rappeler qu'en Asie ce sont les boucheries de chats et de chiens qui pratiquent des tueries raffinées pour le goût ?
Ils sont transportés sur des milliers de kilomètres, dans des conditions épouvantables, pour être sommairement exécutés dans les abattoirs traditionnels, ou pour des fêtes rituelles.
Dans le premier cas les animaux sont traités sans ménagement, dans une totale indifférence des pouvoirs publics.
On se souvient trop bien des images diffusées lors d'informations télévisées. Sachez cependant que les actions en justice, entreprises par les associations de protection animale ont été déboutées, car ces images "porteraient atteinte à la vie privée des marchands", images pourtant prises au cours de leur activité professionnelle et publique. On saluera l'action compétente et courageuse de plusieurs associations telles la FBB, 30 Millions d'Amis, la PMAF, l'OABA et d'autres...

Dans le second cas les bêtes conscientes sont égorgées à vif et agonisent jusqu'à ce que mort s'en suive.

Ils souffrent aussi dans d'abominables cages avant de finir en manteaux, étoles, sacs et autres articles de mode pour de "Belles indifférentes", de "Belles égoïstes". Ils souffrent parce qu'ils sont des animaux dits "à fourrure" comme le renard, le vison..., parce qu'ils sont serpents, crocodiles, ou parce qu'ils sont chiens ou chats et que leur vol, leur trafic, leur importation ne coûtent rien aux pourvoyeurs car leurs peaux coûtent moins cher que celles des animaux dits "nobles", aux fourreurs.
Ils sont massacrés enfin pour le plaisir de touristes qui ramènent chez eux des souvenirs sanguinolents, dégustent des mets exotiques...
Ils souffrent autant que l'Homme peut les faire souffrir.
Ils souffrent au prorata de l'ingéniosité humaine, infinie dans ce domaine.




Trafics de primates : déportation vers les laboratoires par des compagnies aériennes comme AIR-FRANCE. Capturés dans la nature, revendus par des trafiquants, à quelles fins ?
(Copyright BUAV)




Trafics de primates : entassés dans d’ignobles cages de bois, transportés dans les soutes d’avions appartenant à de grandes compagnies aériennes comme AIR-FRANCE avec comme seul avenir les cages métalliques et les salles de tortures des laboratoires de "recherche" !
(Copyright BUAV)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:19

Vivisection

VOTRE AIDE
La vivisection vous révolte et vous souhaitez libérer les millions de victimes silencieuses d'une science sans conscience, falsifiée et dangereuse ? Voici quelques suggestions concernant votre participation active à la lutte :

Interroger sans relâche les marques de cosmétique, de produits d'entretien... en demandant comment sont effectués les tests de toxicité. En exigeant des produits finis et des matières premières non testés sur animaux.
Nous avertir quand vous avez connaissance : d'un trafic d'animaux, d'une création d'élevage à destination des laboratoires, d'une création de laboratoire
Vous abonner et diffuser l'Antivivisection, la revue de la LFCV (l'AV.).
Adhérer à la LFCV Votre présence à nos côtés est indispensable. Elle seule nous permet d'affirmer la voix de ces millions de victimes silencieuses auprès des Institutions qui nous gouvernent.
Tenir des stands d'information, devenir Correspondant dans votre région.
Devenir Délégué Régional.
Mettre votre spécialité, quelle qu’elle soit, au service de notre cause.
NOS RESSOURCES
La Ligue est totalement indépendante. Son Budget annuel moyen est de 153 000 € ( Un Million de Francs) et est uniquement alimenté par ses adhérents, donateurs et abonnés qui luttent souvent à nos côtés depuis des décennies.

Mais n’étant pas, et pour cause, reconnue d’utilité publique, car non alignée sur la pensée officielle, elle se trouve spoliée "légalement" de ses legs ! Fait unique dans l’Europe des 15. Nous nous battons aussi au plan légal contre cet abus de pouvoir et cette discrimination.

Cette disposition hautement critiquable, car discriminatoire a pour but de bâillonner certaines associations accusées de remettre en cause les intérêts financiers et industriels des grands pollueurs multinationaux qui en retour financent l’Etat par la Fiscalité.


Notre comptabilité est totalement transparente et vérifiée à trois niveaux. Le bénévolat est la règle générale.

NOS EFFECTIFS

En plus de notre base de milliers de militants de terrain polyvalents, nous disposons des forces vives des Délégations Régionales plus structurées (gestion des "Campagnes"), capables de mobiliser jusqu'à 250 000 signatures !

Seulement quatre personnes salariées remplissent les fonctions administratives et de communication pour la France, l’Europe et le Monde (USA, Japon). Alors que de nombreuses autres Associations similaires d’Europe dans des pays tout à fait comparables à la France, mais non combattues par l’État, et parfois même aidées par la puissance publique peuvent compter jusqu'à 30 salariés, dont des spécialistes et des équipements remarquables (Allemagne, Italie, Grande-Bretagne…) !

Un chemin considérable reste donc à parcourir en France chez les politiques, dans l’opinion, et chez les "scientifiques du XIXème siècle" pour se mettre à niveau avec nos collègues européens du XXIème siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:19

Vivisection

Environs de Nantes
Cruautés, scandales, imposture à la Science
et risques sanitaires à l'École Vétérinaire
et au CHU de Nantes.
E X P É R I E N C E S D E T H É R A P I E S G É N I Q U E S
S U R L E C H I E N E T L E C H I O T E N V U E
D ' A P P L I C A T I O N S H U M A I N E S : U N P R O J E T
D E M A S S A C R E D ' A N I M A U X O R G A N I S É
P A R L ' U N I O N E U R O P E E N N E (U E).





HISTORIQUE ET CHRONOLOGIE DU COMBAT
A C T I O N C O N J O I N T E D E L A F O N D A T I O N B A R D O T ,
D E P R O A N I M A E T D E L A L F C V


25 Octobre 1999 : Ouest France publie un article intitulé "Nantes à la pointe de la thérapie génique" (cf. AV. n°144 et n°148.)

13/14 Novembre 1999 : Ouest France révèle une lettre de protestation de Brigitte BARDOT au Préfet et titre "le Chien au secours de l'homme". PRO ANIMA répond à cet article tendancieux, à la gloire d'un certain Dr MOULLIER, Directeur du projet de thérapie génique.

Février 2000 : Nous avons plus de détails sur l'affaire et apprenons ainsi qu'à l'École Nationale Vétérinaire de Nantes un projet d'expérimentation sur des chiens (Labradors Golden Retrievers) pour tester la myopathie humaine est en train de se mettre en place sous la direction de Mme Maryse HURTREL, Directrice de l'École vétérinaire et du Dr MOULLIER, directeur du Laboratoire de thérapie génique du C.H.U. de Nantes. Ce projet devant en partie être financé par l'argent du Téléthon.

28 Mars 2000 : Nous adressons un courrier au Préfet de Loire Atlantique pour l'informer et le mettre en garde contre de telles manipulations, moralement condamnables, scientifiquement déplorables. Un courrier est également envoyé à Mme HURTREL et à M. MOULLIER.

12 Avril 2000 : Une pétition rédigée par PRO ANIMA est diffusée conjointement avec la LFCV et les associations, en liaison avec le Comité d'opposition au projet.

14 Avril 2000 : La Fondation 30 Millions d’Amis et sa Présidente, Mme Réha HUTIN, sollicitent un droit de regard auprès de l'ENV. de Nantes.

27 Avril 2000 : L'ENV. de Nantes répond qu'un comité d'éthique garantit déjà la transparence du projet.

Mai 2000 : Nous informons de ce projet les associations écologiques et de protection des animaux, ainsi que les médias (qui nous accueillent fraîchement).

Le reste de l'année sera consacré, entre autre, à un travail de liaison avec les associations Nantaises.

Début 2001 : PRO ANIMA suggère à la Fondation Brigitte BARDOT de prendre un rendez-vous avec le Préfet.

Février 2001 : Nous décidons avec les associations alliées d'une remise des pétitions lancées en Avril 2000, à la Préfecture.

Un document nous est adressé anonymement, décrivant un protocole d'expériences non plus sur des labradors, mais des chiots Beagle, toujours pour tester la myopathie humaine. Nous apprenons également que des scanners et des trépanations pour inoculer de dangereux virus dans le cerveau des chiots doivent avoir lieu dans les salles d'opérations humaines dans l'enceinte même du C.H.U. de Nantes, sous l'autorité du Docteur MOULLIER !

16 Février 2001 : Un second communiqué de presse PRO ANIMA "Attention danger de mort" est lancé (cf. AV. n°147).

20 Février 2001 : Seconde lettre au Préfet (qui n'a toujours pas répondu à la 1ère).

23 Février 2001 : Rendez-vous officiel en Préfecture de Nantes, en compagnie de Christophe MARIE de la Fondation Brigitte BARDOT. Les Associations Nantaises nous attendent, en particulier "Sciences sans cruauté" et "Animaux Assistance". Elles nous ont organisé un accueil médiatique chaleureux : FR3, M6, Radio Bleue Loire, Ouest France, Nantes Hebdo, Presse Océan...
Seuls Claude REISS et Christophe MARIE sont admis au rendez-vous avec la Secrétaire générale de la Préfecture, Mme KLEIN, représentant la DSV.

Claude REISS, Président de PRO ANIMA remet copie du document décrivant le protocole d'expérimentation sur les chiots à Mme KLEIN et lui demande de s'assurer de l'authenticité du document. Aucune objection de la part de la représentante des Services Vétérinaires en ce qui concerne les expériences à mener.

Christophe MARIE remet les pétitions : 46000 signatures qui ont été recueillies par l'ensemble des associations. Cette pétition est toujours d'actualité en 2003 et vous pouvez vous la procurer à la permanence de la LFCV - 84, rue Blanche 75009 Paris (merci de joindre un timbre au tarif "lettre").

28 Février 2001 : De retour de Nantes, une 3ème lettre est envoyée au Préfet, le remerciant d'avoir reçu les associations et confirmant le remise du protocole d'expérimentation sur chiots Beagles en notre possession.

Nous lui demandons de :

S'assurer de l'authenticité des documents remis.
De faire effectuer sans délai une enquête pour déterminer si ces expériences ont déjà eu lieu au CHU et dans ce cas.
Ordonner la fermeture du CHU pour désinfection.
Et réitérons nos demandes antérieures.
29 Février 2001 : Lettre au Docteur MOULLIER, à Mme Maryse HURTREL et aux 11 autres scientifiques cités dans le protocole d'expérimentation avec copie du document remis à la Préfecture décrivant les expériences.
... Seul le Professeur TADIE a répondu à nos courriers, indiquant que "l'étape du protocole intéressant le chien a pour objectif de répondre à la question du nombre d'injections qu'il serait souhaitable de pratiquer pour obtenir une efficacité".
Bien évidemment sa réponse ne nous convient guère et Pro Anima a réfuté ses arguments, la notion même qu'une espèce puisse servir de modèle biologique pour une autre étant absurde.

Nous ne laissons pas s'enterrer l'affaire. Les procédures sont longues et coûteuses certes, mais nous ne lâcherons pas le combat et il convient maintenant que nous saisissions la Commission du Génie Génétique qui serait seule habilitée à juger des risques liés à la manipulation des virus et qui doit fournir ses certitudes sur la sécurité de la manipulation.

Par ailleurs, où se trouve la démonstration scientifique irréfutable qu'il n'existe aucune méthode alternative à "l'usage" de chiens dans la myopathie humaine ?
Car l'article premier du décret 87.848 du 19 Octobre 1987 l'exige... sous peine de poursuites pénales. Et ce n'est nullement une option facultative!

21 Février 2001
Au 2nd plan, sur la gauche, le Docteur Claude REISS, Directeur de recherches et Président du Comité Scientifique Pro-Anima. Au 1er plan, , sur la gauche, Jacques DESMEULES, président de la LFCV. Interviewés et filmés par FR3 et M6 (sur la droite).
(Droits Réservés)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:20

Une pétition pour la création d'un
Secrétariat d'État à la Condition Animale


A l’heure actuelle se développe dans l'opinion publique un mouvement puissant et populaire, concernant le respect dû à l'animal et sa protection.

Un collectif d'associations, issu du rassemblement unitaire du 13 Mai 2000 à Paris, a donc décidé d'étudier et de promouvoir la création d’un Secrétariat d'État à la Condition Animale ou SECA Cette instance unique permettra le regroupement de tous les secteurs se rapportant à l'animal (animaleries, fourrières et refuges, animaux exotiques, animaux sauvages et espèces protégées, chasses et pêches, élevages intensifs et abattoirs, recherche cosmétologique, médicale et scientifique, spectacles : cirques, combats de coqs et corridas, zoos...) actuellement dispersés sous la tutelle de différents ministères : Agriculture, Commerce, Culture, Education Nationale, Environnement, Industrie, Recherche, Santé, Sports, juxtaposés dans la cacophonie, l'impuissance, ou la magouille.


LFCV, l'actualité SECA


Le 13 mai 2000, une quarantaine d'associations de défense animale et de la Nature se sont réunies à Paris pour une marche unitaire au nom du bien être et du respect de l'animal. De cette marche est né un collectif demandant notamment la création d'un Secrétariat d'État à la Condition Animale en France (Projet SECA) Cf. AV.n°145.

Ce SECA permettra le regroupement de tous les secteurs se rapportant à l'animal (chasse, pêche, élevage, expérimentation...) actuellement dispersés sous la tutelle de 9 ministères, sans compter la Défense Nationale !

Les Associations cosignataires de ce collectif connu sous le nom de "Comité de Vigilance et d'Action pour le bien être Animal" ou CVA sont : AFIPA, École du Chat de Michel CAMBAZARD, LFCV, SPOV, Pro Anima, GRAAL, Les Amis des Chats, Les Chats Citadins, Association BOURDON, FLAC, Notre Dame de Toute Pitié, ASPAS, CIFAM, SOS GRAND BLEU, ANTAC, LCC, OLGA France, MCEPA, PMAF, CAC83, GORILLA, RAJA, La Cistude, Fédération Agissons, Alliance Végétarienne (soutien), CVN.

Au sein du CVA, les revendications de la Ligue Française Contre la Vivisection pendant une période transitoire menant à l'interdiction des « animaux de laboratoire » sont :

Révision du décret 87.848 et comparaison avec la directive européenne 86.609.

Application de la loi 76.629 Art 9 de 1976
Application de la loi du 99-5 du 06/01/99 "relative aux animaux dangereux et errants et la protection des animaux" qui interdit toute cruauté sur l'animal. (Chap. V. Art 22.)
Révision du décret 2001/464 du 29/05/01 modifiant le décret 87-848 du 19/10/1987 pris pour l'application de l'article 454 du code pénal et de l'alinéa 3 de l'article 276 du code rural relatif aux expérimentations pratiquées sur les animaux. Ce décret étant une régression par rapport au Décret 87.848 (cf. AV. n°153).

Obligation du respect des arrêtés d'application qui prévoyaient :
L'informatisation centrale des protocoles expérimentaux pour évaluer leur pertinence, leurs répétitions sans fin et la nature des espèces, ainsi que le nombre d’individus utilisés. Comme cela se pratique en Suisse, sous contrôle de l’Office Fédéral Vétérinaire. Ceci permettant d'interdire telle ou telle expérimentation. (Cf. AV. n° 147).
Le contrôle de l'interdiction effective portant sur les utilisations multiples d'animaux de laboratoire.
La publication des statistiques de production des élevages pour l'expérimentation animale et des coordonnées des élevages aujourd'hui tenus secrètes. Production chiffrée.
L'établissement d'un calendrier national et européen de désengagement de l'utilisation du « modèle animal en laboratoire » et une surveillance du respect de cet échéancier par une Commission Nationale des Méthodes Scientifiques de Substitution à l'Animal, reliée à la structure correspondante dans l’UE. Cette nouvelle commission remplaçant la Commission Nationale à l'Expérimentation Animale (qui est en contradiction totale avec l’Art. 1er du Décret 87.848).
La création au niveau européen d'un Institut de recherche MSSA avec répartition des tâches en fonction des spécialisations et des pays (étant reconnu que chaque pays développe une spécialité de recherche).
Au plan national la fermeture des centres de formation à l'expérimentation animale.
La reconnaissance d'une clause de conscience de refus de l'expérimentation animale (cf. notre rubrique "nos actions - InterNiche") et abandon du pseudo « modèle animal » dans l'enseignement.
Les Association membres du CVA, associations pour la réforme des institutions publiques liées à l'animal et la reconnaissance du statut de l'animal dans la Constitution Française, ont co-signé le communiqué de presse suivant :




DÉFENSE ANIMALE
L ' E U R O P E O U V R E L A V O I E ;
L E C V A D E M A N D E U N E I N I T I A T I V E U R G E N T E
A U G O U V E R N E M E N T F R A N Ç A I S.

Le CVA collectif regroupant aujourd'hui plus de 30 associations de défense animale, soutient depuis 2 ans le projet de réforme des institutions publiques liées à l'animal en France et la nécessaire révision du statut juridique de l'animal.

Le CVA a accueilli avec grand intérêt et beaucoup d'espoir le récent vote de la majorité des députés du Bundestag allemand en faveur de l'intégration des droits de l'animal dans la constitution allemande.

L'Allemagne est ainsi le 2nd pays après la Belgique, qui avait créé un grand Ministère de l'Environnement et du Bien-être Animal, à intégrer ainsi la notion de défense des animaux dans ses institutions.

Alors que la Suisse s'apprête à lancer un référendum afin de mesurer la volonté citoyenne à intégrer les droits de l'animal dans la Constitution, alors que l'Angleterre va intégrer des dispositions visant à défendre l'animal dans ses institutions, le CVA demande solennellement au Gouvernement Français de prendre à son tour une initiative en la matière.

Le CVA qui a mené une campagne durant les présidentielles pour faire prendre en considération l'animal par le monde politique dans son ensemble, regrette de souligner qu'il n'a pas obtenu le moindre geste de nos dirigeants.

En revanche, il a eu la surprise de voir émerger un Secrétariat d'État au Développement Durable et un Monsieur Chasse... alors que l'urgence de la situation et l'opinion des français (d'après un sondage BVA d'avril 2002, 1 français sur 3 est influencé dans son vote par les propositions des candidats pour la condition animale, et un sondage SPA/CSA de juin 2001 révèle que 45% des français sont pour la création d'un Secrétariat d'État à la Condition Animale) auraient dû inciter l’État à créer ce Ministère depuis longtemps !
Il faudrait le soutien d’un Président de la République, la détermination d’un 1er Ministre pour convaincre les Ministères, qui pourraient se sentir dessaisis, de la pertinence de cette réforme aux plans politique et économique (économies de cafouillages et amélioration de l'image de marque de l'État).
La France se doit de prendre en compte toutes les souffrances sans distinction dans un esprit de dignité et d'humanisme.

Après sa réception par les représentants des candidats à la Présidentielle 2002, à Matignon et à l'Élysée en avril 2002, le CVA attend une décision forte de la part des élus afin que la France prenne très vite le relais des ses voisins. Il demande donc au Chef de l'État et au Chef du Gouvernement :


La mise en place rapide d'un audit national sur la question.
La nomination, au minimum, d'une Délégation Interministérielle à la condition animale en vue de la création d'un Secrétariat d'État à la Condition Animale.
L'intégration, dans la Charte des Droits de l'Environnement, adossée à la Constitution, que le Président de la République Monsieur Jacques CHIRAC s'est engagé à créer, intégrant les notions "d'être sensible" et de "devoir de protection" pour les animaux, parmi les règles auxquelles nul ne pourra déroger.
Le CVA souhaite que ces revendications prennent enfin leur place dans le débat de société en France, à l'instar de nos partenaires européens.(cf. rubrique "Utile" de notre site).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:20

L'Antivivisection


La LFCV publie une revue trimestrielle, appelée « l'Antivivisection » (l'AV.). Son Directeur de publication est Jacques DESMEULES, assisté du Comité de rédaction. La LFCV bénéficie en outre des conseils scientifiques du Comité Scientifique Pro Anima.
Fin Décembre 2002, 155 numéros de "l'Antivivisection" avaient déjà paru !

Vous trouverez associée à cette page une sélection de nos couvertures parmi les plus marquantes. Elles symbolisent le travail de la LFCV, son accompagnement des grandes causes touchant à la misère animale, tout comme la défense de son objectif premier; l’éradication de l’expérimentation animale et humaine, la fermeture de tous les camps de zoo-concentration !

"Nous ne cesserons ce combat que lorsque le dernier camp de zoo-concentration, aura pour toujours, refermé sa porte, sur le dernier rescapé" (Profession de Foi de la LFCV Mai 1986).




AV. n°111 - 4ème trimestre 1991
L’Europe se mobilise contre les tests sur animaux en cosmétologie. Un combat de longue haleine, puisque la date de 2013 est avancée pour que cesse définitivement cette horreur ! Ne baissons pas la garde. Il faut faire pression sur les fabricants afin qu’ils accélèrent le processus de mise en place des méthodes substitutives et inciter les consommateurs à n'acheter qu’aux Marques Sans Cruauté.
(Copyright LFCV)

AV. n° 114 - 3ème trimestre 1992
Rallier les politiques à notre cause, faire respecter la loi nous semble plus que jamais d’une importance capitale !
(Copyright LFCV)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:20

Ligue Française Contre la Vivisection

La Ligue Française Contre la Vivisection (LFCV) est une Association "humanitaire" de type 1901, formée de bénévoles, administrée par un Conseil d'Administration dont l'exécutif est un Bureau également élu et qui ne vit que par les adhésions et les dons. Elle est organisée, sur le terrain, en Délégations Régionales ou Départementales correspondant aux divisions administratives.
Inspirée des principes énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans la Déclaration universelle des droits de l'animal, la LFCV défend le respect de la vie et de l'intégrité de l'Homme et de l'Animal; elle a notamment pour buts :

L'abolition de toutes expérimentations, vivisections et autres pratiques expérimentales exercées sur l'homme et sur l'animal qui provoquent, de façon directe ou indirecte, des lésions, des douleurs, des altérations physiques ou psychiques ou tout autre effet secondaire;
La lutte contre tout commerce, tout élevage d'animaux destinés à l'expérimentation et à la dissection ainsi que contre tout commerce d'organes ou d'embryons humains et animaux;
La défense et la protection des animaux.
La LFCV encourage le développement de la recherche scientifique visant à développer des méthodes de recherche substitutive permettant l'abandon de l'expérimentation sur l'homme et l'animal. Elle oeuvre en outre pour l'homologation de ces méthodes par les textes législatifs et réglementaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:21

Historique succint


Face à cette situation d'indicible horreur et considérant, outre la souffrance animale, la dégradation morale de ceux qui l'infligent et les dangers thérapeutiques encourus par les patients, un groupe de bénévoles fonda en 1956, la première Ligue Française Contre la Vivisection (LFCV) contemporaine, affiliée à la Coalition Mondiale (aujourd'hui dissoute), et qui poursuit les mêmes buts. Jean Duranton DE MAGNY (†) en fut le chef de file jusqu'en 1985, puis lui succéda de 1985 à 1988, le Docteur Jacques KALMAR (†). A ce jour, la LFCV est présidée par Jacques DESMEULES.




Le berceau de notre Ligue, le "Château" de Liman à Mornas (Vaucluse), demeure de Mme et Mr Jean DURANTON de MAGNY (†) fondateurs de la LFCV.
(Droits Réservés)




Notre fondateur, Mr Jean DURANTON de MAGNY (†), lors d'un Congrès de la Coalition Mondiale pour l'Abolition de l'Expérimentation sur l'Homme et l'Animal (C.M.A.E.H.A.) à Genève, les 26 et 27 Juillet 1975.
(Droits Réservés)

La Continuité et la détermination sans faille dans ce combat ... Assemblée Générale de la LFCV à Lille en 1989. Jacques DESMEULES, Président de la LFCV, élu en 1988 et notre regretté ami, le Docteur Jacques KALMAR (†), qui fut notre conseiller scientifique bio-médical et qui fonda la cohérence de tous les aspects de notre combat pour l'abolition.
(Droits Réservés)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:21

Vivisection

MYTHES ET RÉALITÉS SUR LA VIVISECTION

ON N'UTILISE PAS QUE DES RONGEURS POUR L'EXPÉRIMENTATION ANIMALE

Au Canada, on estime que 2 millions d’animaux font l’objet d’expériences, 7 millions en France, 17 millions aux Etats-Unis, 800 millions à travers le monde. Dans les laboratoires canadiens, 90 % des animaux utilisés sont des rats, des souris, des poissons ou de la volaille ; 18 espèces animales différentes servent pour la recherche (85,5%), pour des tests de produits (9,5%) et dans l’enseignement (5%). Nombre d’animaux deviennent des victimes de la science : chats, chiens, primates, grenouilles, insectes, oiseaux, lapins, des veaux et leur mère, des cochons, des hamsters, etc.

LES SOURCES D'APPROVISIONNEMENT EN ANIMAUX DE LABORATOIRE SONT CONNUES

Certaines le sont, d’autres font partie d’un commerce illicite. Les animaux proviennent de zoos, de chenils spécialisés ou de colonies d’élevage où ils se reproduisent selon des spécifications précises. Charles Rivers de St-Constant, par exemple, produit chaque année un million et demi de rongeurs exempts de tout «contact viral ». D’autres compagnies fournissent des lapins exempts de certaines maladies, des rats obèses, des cobayes sans système immunitaire, des primates hémophiles, etc.

De nombreux primates sont capturés dans la nature en Malaisie, en Indonésie, aux Philippines, en Chine, en Amérique du Sud et en Afrique. Dans certains cas, un ou deux singes sur dix capturés survivent au voyage vers les laboratoires. À cause de ce commerce, plusieurs espèces sont en voie de disparition. Entre 1954 et 1960, plus de 1,500,000 primates de toute espèce ont payé de leur liberté et de leur vie leur contribution au contrôle des vaccins contre la poliomyélite. Les États-Unis sont les plus grands importateurs mondiaux de primates : 13 à 17,000 par année.

Présentement, il y a plus de chimpanzés dans les laboratoires qu’il n’y en a en liberté. Des chiens et des chats sont aussi kidnappés et volés. Selon le Dr James B. Wyngaardeen de l’American National Institute of Health, plus de 200,000 animaux domestiques sont ramassés dans les rues des États-Unis afin d’alimenter le lucratif marché de la vivisection. On retrouve le même phénomène au Canada.

LA VIVISECTION SERT À L'AVANCEMENT DE L'HUMANITÉ


On teste sur les animaux de laboratoire des produits domestiques (savons, crèmes, parfums, shampooings, etc.), des produits chimiques destinés à la consommation (encres, peintures, détergents, lubrifiants, etc.), des pesticides, des armes (nucléaires et autres). Certains animaux subissent plusieurs expérimentations durant des jours, des mois ou même des années. Privations d’oxygène, de sommeil. Créations d’anxiété, d’agressivité, de folie, hypertension par compressions ou blessures d’artères. Transplantations, greffes de têtes ou d’organes, décharges électriques, tumeurs provoquées par des coups, cancers produits par des substances chimiques, absorptions forcées de drogues ou d’alcool, noyades forcées, prélèvement de sang dans le cœur ou les oreilles… Des singes sont projetés contre les murs, des chiens, des singes des lapins ligotés que l’on fait fumer de force, des souris maintenues devant des cigarettes qui se consument, des chevaux recevant des injections de nicotine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:21

Vivisection

D'AUTRES EXPÉRIENCES QUI RELÈVENT DE LA CRUAUTÉ:

Des chercheurs américains ont séparé dès la naissance des chatons de leur mère. À la fin de l’expérience, les vivisecteurs ont conclu que les chatons séparés miaulaient plus que les chatons non séparés, et, que dans les miaulements des chiots séparés, on détectait une détresse émotionnelle.

À l’Université de Californie, 1,000 chiens ont été nourris d’aliments contenant des doses de radiations 200,000 fois plus fortes que celles que pourraient supporter des humains se trouvant dans une zone de retombées radioactives. Les terribles brûlures internes comme externes furent utilisées pour étalonner les effets radioactifs des futurs engins nucléaires.

Un chercheur américain donna à des rats plus de 15,000 chocs électriques pendant 7 heures. Plus tard, le vivisecteur chauffa le plancher de la cage jusqu’à ce que les rats prisonniers sautent et se lèchent les pattes, à mesure que l’environnement devenait de plus en plus chaud.

Pour les tests de toxicité (comme le DL-50/dose létale 50%), on gave un groupe d’animaux - entre 20 et 200 - d’une substance (cire à planchers, nettoyant pour le four, etc.) jusqu’à ce que la moitié des sujets succombent, peu importe la quantité de substance qu’ils auront absorbée. Les symptômes éprouvés par l’animal pendant les quatorze jours que dure ce traitement vont de l’étouffement, des vomissements et des saignements des yeux, du nez et de la bouche, aux troubles respiratoires, aux convulsions, au déchirement d’organes et à la paralysie. Les survivants sont alors tués pour fins d’examens ou utilisés pour d’autres expériences.

Nous pourrions décrire des milliers d’expériences passées et présentes qui démontrent que la vivisection loin de faire avancer l’humanité la fait plutôt reculer.

LES HUMAINS SONT SUPÉRIEURS AUX ANIMAUX ET CONSÉQUEMMENT DÉTIENNENT LE DROIT DE SE SERVIR D'EUX À LEUR GRÉ

Ce genre de raisonnement a permis l’établissement de l’esclavage. Notre soi-disant supériorité (intellectuelle ou physique) ne nous autorise pas à torturer les plus faibles qu’il s’agisse d’animaux, de bébés, de retardés mentaux ou même de démunis financièrement. Cette attitude arrogante de domination remet en cause toutes nos relations avec les animaux et la reconnaissance de leurs droits les plus fondamentaux. Comme le remarquait à juste titre le philosophe Jeremy Benthan (1748-1832) : « Il ne s’agit pas de se demander si les animaux peuvent raisonner ou s’ils peuvent parler, mais bien, peuvent-ils souffrir ? ».

LES MILLIONS D'ANIMAUX EUTHANASIÉS DANS LES REFUGES POURRAIENT SERVIR À L'EXPÉRIMENTATION ANIMALE

Il y a une différence considérable entre endormir un animal sans douleur et lui faire subir des expériences douloureuses, dégradantes et humiliantes.

L'ANIMAL EST UN MODÈLE IDÉAL POUR DES MALADIES HUMAINES

Croire qu’un rat est un humain en miniature relève de l’aberration mentale et de la fraude scientifique. L’humain et l’animal présentent de grandes différences anatomiques et psychologiques. Ils ne réagissent pas de la même façon face à certains produits.

Une aspirine peut tuer un chat et provoquer des malformations sur la souris à la naissance. La pénicilline tue les cochons d’Inde. L’arsenic n’a pas d’effet nocif pour les singes et les poulets. La morphine calme les humains mais excite les chats et les chevaux. L’insuline produit des difformités chez les poulets, les lapins et les souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:21

Les méthodes de recherches et les tests continuent d’échouer comme besoins légitimes pour les humains

Les tests

Basé sur de traditionnelles suppositions voulant que les animaux réagissent de la même façon que les humains lorsqu’ils sont exposés à certains produits, ils sont continuellement utilisés pour des tests de sécurité et/ou d’efficacité de drogues humaines et vétérinaires, de produits de soins personnels et ménagers, de produits chimiques, de dispositifs médicaux, de produits émettant de la radiation (e.g. micro-ondes, cellulaire etc.) entres autres. Nous devons nous rappeler par contre que les animaux ne sont pas de « petites personnes » et leurs corps réagissent souvent de façon différente du nôtre. Résultat ; les méthodes de recherches et les tests continuent d’échouer comme besoins légitimes pour les humains.

Par exemple, un médecin de l’Administration des drogues et des aliments des Etats-Unis (United States Food and Drug Administration (FDA)) a énuméré plusieurs problèmes avec le test d’irritabilité des yeux Draize, une méthode couramment utilisée durant laquelle le plus souvent, des lapins sont attachés et des irritants potentiels sont déversés dans leurs yeux. Parmi les problèmes avec le test Draize, les docteurs affirment les différences entre les humains et les lapins, le manque de traitements médicaux (qui seraient prévus dans le traitement des humains) et l’exposition atypique prolongée. Ces caractéristiques sont applicables pour plusieurs autres méthodes de tests sur les animaux.

Nous faisons la promotion de méthodes alternatives n’utilisant pas d’animaux et qui peuvent prévoir les conséquences sur les humains de façon précise et appropriée.

La Fondation de Recherche Alternatives et de Développement

La mission de la Fondation de Recherche Alternatives et de Développement (Alternatives Research and Development Foundation) est de promouvoir et de financer le développement, la validation et l'adoption de méthodes sans utilisation d'animaux dans les recherches biomédicales, de produits testés et d'éducation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:22

L’expérimentation sur les animaux n’est-elle pas indispensable au progrès de la médecine ? Des traitements aussi importants que le vaccin contre la polio par exemple n’ont-ils pas été mis au point grâce à l’expérimentation sur les animaux ?

Questions et réponses au sujet de l'expérimentation en laboratoire sur les animaux.
- Source: international-campaings.org


Plus d'infos


Iams

'' A travers son site www.iamscruelty.com, PETA nous apprend que les aliments de IAMS sont eux aussi testés sur des animaux : des chiens et des chats utilisés pour des tests nutritionnels avec notamment l’ingestion forcée d’huile végétale au moyen d’un tube enfoncé dans la gorge, de biopsies, d’opérations chirurgicales sur des mâchoires de chiens Beagle afin de provoquer des gingivites...''

Ces compagnies font des tests sur les animaux et ne devraient pas être encouragées.

• IAMS / Eukanuba
fabriqué par Procter & Gamble

• Hills Science Diet
fabriqué par Colgate Palmolive

La majorité des aliments pour animaux au UK sont produit par 2 compagnies qui testent sur les animaux - "Nestlé Purina/Friskies" et "Pedigree, Masterfoods (Mars Inc)."

Nestlé Purina/Friskies: Alpo, Bonio, Felix, Go Cat, Gourmet, Omega Complete, Proplan, Spillers, Vital Balance, Winalot.

Pedigree, Masterfoods (Mars Inc): Bounce, Cesar, Chappie, Frolic, James Wellbeloved, Katkins, Kitekat, Pal, Pedigree Chum, Royal Canin, Sheba, Techni-cal (US & Canada), Whiskas. Pedigree est également manifacturier des aliments pour lapins Thomas et pour oiseaux Trill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:22

Ces expériences sont inutiles

« Expérimentation animale », ce sont deux mots qui recouvrent d'innombrables erreurs en ce qui concerne la science médicale. Le mot « Expérimentation » présuppose qu'on inflige délibérément un état morbide, une condition pathologique. Mais une maladie obtenue artificiellement n'a rien de commun avec une maladie spontanée. «ANIMALE». La seconde erreur, qui aggrave la première, découle du fait que les réactions des animaux diffèrent de celles de l'homme. (Nous ne pouvons pas extrapoler à l'homme les résultats obtenus avec les animaux ). EN PRATIQUE, TOUTES LES EXPÉRIENCES SUR LES ANIMAUX SONT INDÉFENDABLES, PARCE QU'ELLES MANQUENT DE VALEUR SCIENTIFIQUE ET DE CRÉDIBILITÉ EN CE QUI CONCERNE LES ÊTRE HUMAINS. ELLES NE SERVENT QUE D'ALIBI AUX FABRICANTS DE MÉDICAMENTS QUI ESPÈRENT DE CETTE MANIÈRE SE PROTÉGER. Mais qui oserait exprimer des doutes sur notre médecine technologique tant vantée, ou même seulement poser des questions, sans se heurter à une solide opposition de la part des capitaux engagés, de la science, des affaires, de l'Armée, et aussi de la politique et des mass médias ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:22

vivisection : Expérience faite en Russie. Expérience ignoble du professeur Demichov qui greffa la tête d'un petit chien dans le cou d'un grand berger allemand; - résultat ? Le monstre fait de main d'homme dut être détruit parce que les deux têtes, folles de douleur, ne cessaient de se mordre l'une l'autre. Quel regard ces innocents parmi les innocents posent-ils sur le tortionnaire humain ? Et nous mêmes sur notre terrifiante espèce ? Si vous soutenez financièrement la recherche contre le cancer, le Sida, la myopathie... écrivez aux organismes bénéficiaires pour leur demander que vos dons soient consacrés à la recherche de méthodes substitutives à l'expérimentation animale pour faire en sorte que de telles expériences ne se répètent plus jamais. Mais attention, vous ne serez jamais assurés que votre argent est bien utilisé si vous soutenez financièrement ces organismes. Il se peut que votre argent soit utilisé pour financer des laboratoires de recherches qui pratiquent la vivisection (expérimentations animales ).

Des recherches militaires pour tuer mieux et plus vite e nombreux Etats utilisent des animaux: singes, chèvres, lapins, porcs, chiens, rats, chats, pour leurs recherches militaires, principalement orientées vers " l'amélioration" des armes biologiques et chimiques. En 1979, Charles HERNU, alors député et futur ministre de la Défense nationale en France, déclarait au ministre de la Santé: " Les industries d'armement utilisent des modèles vivants" pour tester différentes armes comme, par exemple, le rayon laser qu'on dirige vers les yeux des singes pour les amener à ébullition et à explosion". Ces expériences, comme la perforation des chairs jusqu'à l'os en une fraction de seconde, ne sont destinées qu'à augmenter l'effet destructeur du laser sur l'homme. Des animaux sont aussi exposés aux brûlures nucléaires ou sont nourris d'aliments irradiés à des doses bien plus fortes que celles enregistrées dans les zones de retombées nucléaires. Des porcs sont sacrifiés aux essais des armes nécrosantes, dont la projection de gaz détruit les muqueuses puis, conjugués à la présence d"eau, réduit le corps en cendres, Des sacrifices similaires servent à potentialiser les effets destructeurs des obus à billes, au chlore ou à fléchettes. Secret d'Etat, la recherche militaire? Pourtant, elle s'effectue grâce à l'argent de nos impôts, avec notre complicité involontaire. Et ces armes, testées sur les animaux, frapperont ensuite des populations, mutileront ensuite des enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:23

L'ARMÉE US LIVRE UNE GUERRE MORTELLE AUX ANIMAUX

Des tests radiobiologiques : Dans leurs efforts pour développer et perfectionner les armes de destruction, les USA mènent une guerre secrète et mortelle sur les animaux. Tous les ans, le Département de la Défense ( DOD ) irradie, brûle, empoisonne, tire, congèle et saigne à mort, des dizaines de milliers d'animaux! Singes, chiens, chats, lapins, souris, moutons, porcs et chèvres sont exposés à des doses radioactives chimiques et d'agents biologiques mortels, mêmes si leurs effets sont déjà bien connus. Les militaires détiennent des documents des terribles sévices et des souffrances subis par de nombreux animaux qui agonisent lentement et meurent d'infections, de déshydratation, de famine, de diarrhées sanglantes et de vomissements.

En 1991, IDA (Acte de liberté d'accès à l’information) commença ses investigations sur cette ignoble cruauté. Grâce à des témoignages anonymes de personnel militaire et des données récoltées au IFA (Acte de liberté d'accès à l’information), IDA réunit une documentation épouvantable sur la cruauté et les sévices perpétrés sur des animaux dans les laboratoires militaires. Le 7 avril 1992, la commission des Armées de la Chambre des représentants reçu des auditions sur les expérimentations militaires faites sur les animaux. D'anciens chercheurs, du personnel militaire et Monsieur Eliliot M. Katz, vétérinaire et Président d'IDA, portèrent une plainte avec témoignages concernant l'immense gâchis et les sévices infligés aux animaux dans les programmes de recherches de la DOD 2. «C'est une horrible chose de surveiller un animal en train de mourir d'irradiation, dépérissant, agonisant avec une diarrhée sanglante et vomissant. C'est affreux...» Donald Barnes, ancien chercheur en radiation à l'USAF

Suite à cette précédente audition fut incorporé le "Defense Authorization Act de 94" qui stipulait: «Cette commission est compétente en ce qui concerne l'usage des animaux dans les expériences militaires. La commission a entendu des témoignages qui soulèvent des questions dérangeantes concernant la nécessité, la position éthique, la supervision et la qualité des expériences militaires». Comme les rouages de la bureaucratie gouvernementale tournent lentement, la guerre de la DOD sur les animaux continue encore. De récentes révélations concernant les essais secrets d'irradiation sur des personnes par la DOD témoignent du côté noir des industries biomédicales et militaires. C'est à chacun de nous de réaffirmer que la fin ne justifie pas les moyens, d'exiger que les horreurs perpétrées sur des êtres innocents, humains et non humains pareillement, viennent à êtres totalement arrêtées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:23

Témoignages

« C'était une horrible expérience...Elle prenait parfois plus d'une semaine avant que les chiens meurent. »
Laura Walters, ancienne employée des forces armées au RRI (Institut de recherches radiobiologiques )

« Le stress et l'ultime sacrifice que des animaux en bonne santé ont à subir ( à souffrir), me dépassent ».
Joël D.Mark, Médecin d'ugence

« Le public a été déçu en pensant que son souci de protection des animaux était soigneusement représenté. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité ».
Jan Polon Novic, Citoyen: Revue de la Commission institutionnelle de l'armée

« La recherche est simplement reproduite et reconfirme des observations rapportées trente ans plut tôt.
Jane Sander, MD

« C'est un tragique gaspillage de vies animales, sans justification autre que de maintenir des emplois. C'est plus que scandaleux. C'est moralement obscène. Le temps est venu de mettre un terme aux expériences militaires sur les animaux. »
Sam Cohen, Inventeur de la bombe à neutrons

Source: L'antivivisection LFCV n# 142

Tests de brûlure sur les chiens : Exemple d'expérience menée par le "Cincinnati Shriner's Burns Institute" : Les chiens ont été "tondus" du cou jusqu'à la base de la queue. Les chercheurs ont procédé en appliquant des compresses imbibées de kérosène qu'on a enflammées et laissé brûler pendant 60 secondes pour ensuite étouffer le feu avec une serviette mouillée. Après 30 secondes, la température de surface était passée à 100 C, pour monter à 180-200 C au moment d'éteindre. On a brûlé ensuite l'autre côté de la même façon.

Brûlures : Si vous mettez le feu à un chien, vous ne pourrez jamais vous justifier en cours sous le seul prétexte que vous vouliez, vous instruire. Au nom de la science, on peut infliger à autant de chiens qu'on le désire, toutes sortes de brûlure, lentes, instantanées, par feu, avec de l'eau bouillante, des acides, des rayons, etc. - pour ensuite tenter des greffes, tester des pommades ou simplement observer le processus de l'état de choc et se justifier par la nécessité d'acquérir des connaissances utiles à la science. Partout dans le monde, on répète ces tests année après année - pour aboutir aux mêmes résultats de conclusion. "Que les chercheurs cessent d'infliger une telle torture, les résultats ils les connaissent depuis des décennies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:24

Aimerais-tu qu'on t'arrache la jambe et qu'on te la recoude sur le ventre ?
Aimerais-tu qu'on t'arrache les yeux et qu'on te les recouds sur le dos ?
Aimerais-tu qu'on t'ouvre le crane sans t'endormir ?
Aimerais -tu qu'on te coupe la tête et qu'on la mette sur un autre corps ?

Aimerais-tu qu'on te fasse du mal gratuitement ? Juste pour le plaisir ? Juste pour des test cons ? Juste pour savoir comment tu vas réagir si je t'enfonce un bâton dans l'oeil !

AIMERAIS TU ?

NOUS NON PLUS

EUX NON PLUS

A BAT LA VIVISECTION

vivisection :

http://www.artezia.net/animaux/vivisection/vivisection.htm

Que de sang

Que de tourments

De châtiments

Juste pour étaler votre argent

Et épater vos gens



Votre « beau » manteau,

Cette peau

Que vous arborez sur votre dos

Ce n'est pas un cadeau

C'est un fléau !



Nous ne sommes plus au moyen-âge

Et pourtant à voir ces élevages

Pauvres animaux vivants sur un grillage

Qui finiront à l'abattage

Après un horrible carnage



Si vous croyez qu'en portant cette peau de bête

Vous ferez partie de la Jet-Set

Vous êtes vraiment bobette

D'ailleurs je vais être honnête

Cela épaissi votre silhouette



Tant de tourments et de souffrances

Juste pour vous donner de l'apparence

Afficher votre soi-disant élégance

Mettre en avant votre aisance

Et l'état de vos finances

Cela n'a aucun sens

C'est de l'arrogance

De l'indécence !

Vous vous admirez devant le miroir

Croyant être la belle d'un soir

Mais moi j'aimerais vous faire voir

Ce qu'est le piège à mâchoire



Tous ces supplices

Et ces sévices

Tout çà rien que pour votre pelisse

C'est du vice !



Vous croyez avoir fière allure

En vous pavanant avec cette pelure

Et en arborant votre air si sûr ?

Mais vous n'êtes qu'une ordure,



Une rature

Une crevure !

Renoncez à votre parure

Evitez-lui la torture

Laissez-lui sa fourrure !


Catherine AMIGUET

Une vidéo sur la fourrure :

http://cruella-lopez.skyrock.com/3.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:24

Une société belge poursuit ses expérimentations cruelles

--------------------------------------------------------------------------------

En février 2004, Proviron Fine Chemicals, une société belge productrice de produits chimiques spécialisés, et dont le chiffre d'affaire annuel atteint les 90 millions d'euros, a participé au tristement célèbre programme HPV (high production volume) de l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA). Sa proposition était la suivante : tester le N-n-butylbenzenesulfonamide (BBSA), un composant plastique.

Le plan de test HPV de Proviron n'avait ni queue ni tête. Proviron n'a prêté aucune attention à de nombreuses études déjà existantes sur les animaux. Ces dernières prouvaient que le BBSA affecte le système nerveux et le développement des animaux. Au lieu d'examiner rigoureusement les données déjà existantes sur cette substance et de vérifier si les effets répertoriés sur les animaux étaient les mêmes sur les humains exposés au BBSA dans le cadre de leur profession, la société va tuer 675 animaux de plus pour étudier les effets du BBSA sur la reproduction et le développement animal.

Pire encore, Proviron a apparemment mené une étude sur des animaux en leur injectant du BBSA 28 jours durant, et ce de façon répétée. Tout cela pendant la préparation du programme de tests et sans avoir attendu les commentaires publics sur ce dernier. Selon l'accord du programme HPV que tous les participants acceptent de respecter, les sociétés sont censées tenir compte de tous les commentaires publics avant de procéder aux tests. Dans le cas présent, l'étude a nécessité l'utilisation de 40 animaux et s'est avérée totalement inutile, puisque les données sur les doses répétées auraient pu être obtenues au cours du test sur la reproduction et le développement que Proviron s'apprête à mener.

Le plan de test HPV pour Proviron a apparemment été mis en place par une société sous-traitante qui a tout à gagner en menant les expérimentations animales proposées. PETA a contacté les responsables de Proviron et a demandé que leurs scientifiques rencontrent nos experts en toxicologie non animale pour aborder nos préoccupations avant de procéder aux expériences prévues. Proviron a refusé.

Faisons savoir aux fonctionnaires de Proviron que cette approche irréfléchie de l'utilisation des animaux pour les expériences en laboratoire est inacceptable de la part d'une société qui vante son "approche écologique" de la science :

Leo Michiels, Président
Wim Michiels, Directeur
Proviron Fine Chemicals NV
Stationstraat 123
B-8400 Oostende
Belgique
+32 59 562 100
+32 59 562 133 (fax)
Leo.michiels@proviron.com
Wim.michiels@proviron.com
Marc.Stechele@proviron.com

Pour plus d'informations sur le programme HPV de l'EPA américaine, cliquez ici : http://www.stopanimaltests.com/u-hpv.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:24

Protégez les animaux des laboratoires européens

Au cours de l’année 2007, la Commission Européenne va publier une proposition de remise à jour de la législation sur l’expérimentation animale en Europe. Cette nouvelle législation sera discutée par le Parlement Européen et le Conseil Européen avant d’être intégrée à la législation de chaque pays. Ce processus, qui va s’étendre sur des années, débouchera sur une réécriture complète des lois applicables aux 27 pays membres de l’Union Européenne.Les nouvelles lois pourront soit invalider soit renforcer la protection des animaux dits de laboratoire, et c’est là qu’intervient PETA.

PETA s’oppose en effet à toute expérimentation animale, et continue à faire campagne contre l’utilisation des animaux dans les laboratoires. Aussi longtemps qu’ils continueront à y mourir, notre association se battra pour instaurer des lois aussi restrictives que possible pour les protéger. Nous avons établi une liste des mesures d’urgence devant être incluses dans la nouvelle législation européenne. Merci de signer en faveur de cette liste de mesures qui, si elles sont appliquées, aideront à faire reculer la souffrance animale.

Avec votre aide, nous inciterons les institutions ainsi que les différents gouvernements européens à prendre en considération la question du bien-être animal. Nous avons besoin de votre soutien car les industries pharmaceutiques, chimiques, cosmétiques comme les fabricants de pesticides vont combattre ces propositions. Les animaux ne gagneront pas sans vous, alors signez et manifestez votre soutien à :

l’abolition totale de toutes les expériences sur les primates
l’abolition totale de toutes les expériences provoquant une douleur sévère chez l’animal
l’obligation, à chaque fois que cela est possible, d’utiliser des méthodes sans animaux, ou utilisant le moins d’animaux possible
la priorité accordée au développement, à la validation et à l’utilisation de méthodes n’utilisant pas d’animaux
l’instauration d’objectifs et de dates butoir dans le processus de remplacement des expériences sur animaux
la possibilité de rendre plus sévères les lois au fur et à mesure des nouvelles découvertes faites sur la sensibilité et la capacité à souffrir des animaux
la protection des invertébrés, tels les céphalopodes et les décapodes
l’accès du public aux données concernant l’expérimentation animale et aux rapports d’inspection
la publication préalable des projets d’expérience, des comptes-rendus de ces expériences, et des statistiques sur l’expérimentation animale
l’assurance que les personnes en contact avec les animaux ont reçu une formation spécifique
l’amélioration des conditions de vie des animaux et une abolition du confinement solitaire des animaux
l’abolition de l’usage du CO2, utilisé pour gazer les animaux
l’abolition des expériences ayant causé plus de souffrance animale que ce qui avait été estimé ou prévu dans l’estimation préalable
une surveillance éthique de tous les protocoles d’expérimentation, incluant l’évaluation scientifique des projets avant et après leur réalisation
la possibilité aux membres du Parlement Européen de faire partie des comités d’éthique et d’évaluation
des visites surprises de laboratoires, et la suspension d’autorisation d’expérimenter chaque fois qu’il sera constaté des violations de la loi
une inspection de l’Union Européenne qui s’assurera que les lois sont appliquées

Remplissez le formulaire qui se trouve ici et de valider votre envoi :http://www.petafrance.com/protectEUlabanimals.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Jeu 12 Juil - 11:25

En dépit d’une promesse de réduire de 50% le nombre d’animaux dans les laboratoires européens d’ici la fin 2000, l’Union Européenne (UE) prévoit un nouveau programme de tests chimiques susceptible de causer la mort par empoisonnement de plus de 50 millions d’animaux!

Une proposition de la Commission Européenne de tester ou de tester à nouveau plus de 30 000 produits chimiques couramment utilisés formera la base du plus vaste programme de tests sur animaux de l’histoire européenne. Imaginez des chiens enfermés dans des chambres à gaz, se jetant contre des murs métalliques dans l’espoir vain de fuir les pesticides déversés dans ces chambres. Ou des rangs de lapins, le corps complètement immobilisé, se cassant le cou en essayant d’échapper aux solvants industriels que les chercheurs font pénétrer dans leur peau rasée. Maintenant imaginez un demi million d’animaux, empoisonnés à mort, agonisant chaque année dans la souffrance.

Pire encore, des millions d’animaux ont déjà souffert et sont morts dans des tests de produits de grande consommation, sans que ni le public ni l’environnement ne soient pour autant mieux protégés. Parce que la validité de l’expérimentation animale pour l’homme n’a jamais été évaluée et prouvée scientifiquement, les informations obtenues grâce à ces tests restent sujettes à interprétation. Par exemple, les fabricants de tabac ont soutenu pendant 20 ans que fumer n’était pas dangereux pour la santé parce que les animaux à qui on avait fait inhaler par force de la fumée de cigarette dans des expériences de laboratoires n’avaient pas développé le cancer. De la même façon, si un produit chimique semble provoquer le cancer ou tout autre risque sanitaire dans des tests sur animaux, le fabriquant déclarera que le résultat n’est pas transférable à l’homme. Après des dizaines d’années de pratique, l’industrie chimique est devenue experte dans l’art d’argumenter dans un sens ou un autre – au détriment de la santé publique et de l’environnement.

People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) et The British Union for the Abolition of Vivisection (BUAV) ont lancé une campagne pour une meilleure approche concernant les tests chimiques – une approche s’appuyant sur des méthodes non animales élaborées, validées scientifiquement, pertinentes et réutilisables. Nous avons besoin de votre aide pour convaincre l’UE de mettre en place une politique chimique afin de protéger efficacement le public et l’environnement des produits chimiques dangereux sans condamner des animaux aux souffrances atroces des laboratoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Ven 13 Juil - 7:46

Vivisection

Trois méthodes alternatives ont été validées à ce jour. Deux de ces méthodes permettent d'évaluer le degré de corrosion pour la peau et la troisième permet d'évaluer la phototoxicité. Le Centre européen pour la validation des méthodes alternatives (ECVAM). Pour plus d'informations sur les textes Européens pour une interdiction définitive et permanente de la réalisation d'expérimentations sur des animaux pour les produits cosmétiques finis :

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant, pour la septième fois, la directive 76/768/CEE du Conseil concernant le rapprochement des législations des États membres relative aux produits cosmétiques.

Vous pouvez consulter l'intégralité du texte : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2000/fr_500PC0189.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Ven 13 Juil - 7:47

20 mai 2005

Vivisection

Plusieurs maladies qui tuent l’humain n’affectent pas les animaux (ex. : le Sida). Les cancers humains sont fort différents des cancers animaux : les tumeurs cancéreuses chez l’animal ne prennent pas vingt ans à se développer. La tuberculose chez l’humain est d’un type autre que la maladie produite artificiellement chez l’animal.

Les animaux ne métabolisent pas les produits de la même façon que les humains. Les humains sont 60 fois plus sensibles à la thalidomide (un tranquillisant prescrit aux femmes enceintes) que les souris, 100 fois plus sensibles que le rat, 200 fois plus sensibles que les chiens et 700 fois plus sensibles que le hamster. Quand cela fait leur affaire, les vivisecteurs reconnaissent que les expériences sur les animaux ne peuvent jamais être complètement extrapolées aux humains. Lorsque poursuivis en justice pour des médicaments nocifs (ex : la thalidomide) ou pour des produits toxiques, les vivisecteurs évoquent pour leur défense cette différence fondamentale. Pourquoi continuer l’expérimentation animale si, au départ, les bases sont faussées ? Pour le professeur et médecin Pietro Croce : « La réponse que nous obtenons des expérimentations animales n’est jamais fiable, malgré d’occasionnelles coïncidences. Voilà pourquoi la vivisection doit être abolie ».

L'EXPÉRIMENTATION ANIMALE NE PROTÈGE PAS LES HUMAINS CONTRE LES EFFETS SECONDAIRES NOCIFS DES MÉDICAMENTS

Au contraire, ils sont nombreux les médicaments qui, même s’ils furent testés sur des animaux, s’avèrent tout de même toxiques, cancérigènes et mutagènes chez les humains. Dans les années 60, l’inhalateur Isoproterenol tua 3,500 asthmatiques à travers le monde. Ce produit cause des lésions au cœur chez les rats mais non chez les chiens ou les cochons, et les chats peuvent supporter des doses 175 fois plus élevées qu’un asthmatique avant de succomber. Le Phenformin prescrit aux diabétiques tua 16,000 personnes avant que la compagnie Ciba-Geigy le retire du marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TESTS SUR LES ANIMAUX    Aujourd'hui à 11:10

Revenir en haut Aller en bas
 
TESTS SUR LES ANIMAUX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lush lutte contre les tests sur les animaux : petition et évènements
» Marques qui ne pratiquent pas de tests sur les animaux
» One Voice ( tests sur les animaux )
» NESTEA torture des animaux!
» Imagerie médicale et expérimentation animale: non aux tests sur les animaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: