AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 lapins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: lapins   Mar 29 Mai - 14:16

Le mot lapin est un terme très général qui désigne certains mammifères à grandes oreilles de la famille des léporidés. Cet animal étant très présent dans la symbolique populaire, son nom est largement utilisé pour différents lieux ou pour des personnes. De nombreux personnages fictifs célèbres sont également des lapins.
L'animal [modifier]
Les lapins ont une silhouette moins élancée que celle des lièvres, ils naissent aveugles et nus, et doivent donc rester cachés dans un nid pendant plus d'une semaine avant de sortir à l'air libre. Le lapin domestique est élevé à présent dans le monde entier. [1]

la lapine est la femelle du lapin.
Le lapereau est son petit.

Espèces diverses [modifier]
les lapins sont présents un peu partout sur la planète et se répartissent en neuf genres (voir encadré ci-contre).
Sept de ces genres ne comprennent qu'une seule espèce, le genre Nesolagus comprend deux espèces et le genre Sylvilagus ou lapins d'Amérique, comprend quinze espèces, soit 24 espèces de lapins différents auxquelles s'ajoutent les multiples races de lapins domestiques.

Les lapins domestiques élevés dans le monde sont tous issus du lapin européen, Oryctolagus cuniculus. [2
Économie [modifier]
Le Lapin est élevé pour sa chair. Sa peau a actuellement une valeur économique moindre que dans le passé. Il est également élevé en tant qu'animal de compagnie. L'introduction du lapin en Australie provoque de nombreux dégâts écologiques.

Article connexe : Lapin européen.

Le lapin en général dans l'histoire et la mythologie [modifier]
Ne faisant référence à aucune espèce précise le lapin est très présent dans la culture populaire :

Le lapin de Pâques remplace la poule pour apporter les oeufs aux enfants dans les pays anglo-saxons lors des fêtes traditionnelles de Pâques. Des lapins en peluche ou en chocolat sont à cette occasion offerts aux enfants. En Australie toutefois le lapin, trop prolifique et considéré comme nuisible, est à présent remplacé auprès des jeunes enfants par le bilby, petit marsupial qui lui ressemble par la taille ou les grandes oreilles mais qui est une espèce protégée en voie de disparition dans ce pays.


Détail d'un calendrier aztèque montrant un lapin.Le lapin blanc est un personnage de la mythologie japonaise aussi bien que de la littérature occidentale avec celui que Lewis Carroll fait poursuivre par « Alice au pays des merveilles » et que l'on retrouve « De l'autre côté du miroir » ou, plus récemment, celui du film Matrix tatoué sur l'épaule de l'héroïne [3] . C'est aussi traditionnellement la couleur des lapins sortant du chapeau des prestidigitateurs.

Le Lapin est aussi un signe de l'horoscope chinois.

Les reliefs et ombres à la surface de la lune évoquent pour certain la forme d'un lapin. Ce dernier est donc souvent associé aux symboles lunaires comme le faisaient les Aztèques. [4].

Le lapin étant très prolifique, il est considéré, avec le lièvre, comme un symbole de fécondité dans plusieurs pays [5]. On parle aussi de « chaud lapin » pour évoquer un homme qui collectionne les conquêtes féminines.


Le lapin et les superstitions [modifier]
La patte de lapin est parfois considérée comme un porte-bonheur.

Le lapin, rongeur de cordages, fait partie de la superstition des marins, et par extention du monde du théâtre qui les employait dans les cintres. Ils le désignent par des péripharses comme "l'animal aux longues oreilles", "cousin du lièvre" ou par le mot "pollop" sous peine de porter malheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:17

Lapin doemstique

Les lapins domestiques descendent tous[1] de l'espèce Lapin européen, Oryctolagus cuniculus. C'est un petit mammifère , de l'ordre des lagomorphes, de la famille des léporidés et du genre Oryctolagus originaire d'Europe.

Article principal : Oryctolagus cuniculus
Pour trouver les informations concernant les lapins en général et non pas seulement le lapin domestique voir aussi l'article : Lapin

Nomenclature et systématique [modifier]
Le lapin domestique, parfois appelé Oryctolagus cuniculus domesticus (à vérifier), est appelé aussi « lapin de clapier » ou « lapin de choux ».

En cuisine le lapin domestique est souvent classé parmi les volailles. Sans doute car il était traditionnellement élevé en basse-cour, mais surtout parce que sa viande se prépare de la même façon que celle des volailles.

La femelle du lapin est appelée la lapine.


Description [modifier]
Le lapin domestique est issu du lapin de garenne.


Morphologie [modifier]
Si la morphologie globale reste commune à l'espèce européenne,

Article détaillé : Oryctolagus cuniculus.
la taille et l'aspect extérieur du lapin domestique varient beaucoup en fonction des races.

Il vit en moyenne 7 ans, le record étant de 18 ans. La température de son corps varie entre 38,2 et 39,4°C. Son cœur bat en moyenne à 270 battements/min.


Races [modifier]
Il existe aujourd'hui de nombreuses races de lapins domestiques, la plupart créées par l'homme pour la viande ou la fourrure. Citons l'argenté de Champagne, le fauve de Bourgogne, le bélier, le géant des Flandres pour les races les plus connues en France. L'Orylag est une race au poil qui ressemble à du duvet, comparable à celui du chinchilla mais plus solide.

Parmi les lapins de compagnie, les lapins nains offrent une grande variété d'aspects (oreilles tombantes, longs poils, couleurs variées).

Liste des races de lapin :

Grandes races :
Géant papillon français
Bélier français
Géant blanc du Bouscat
Géant des Flandres
Races moyennes :

Lapin argenté de Champagne et son petit (la grisure apparaît vers 3 mois).
Alaska
Argenté de Champagne
Argenté de Saint Hubert
Bélier anglais
Bleu de Beveren
Blanc de Hotot
Blanc de Vendée
Blanc de Vienne
Bleu de Vienne
Gris de Vienne
Gris bleu de Vienne
Noir de Vienne
Californien(lapin)
Chamois de Thuringe
Fauve de Bourgogne
Grand Chinchilla
Grand Russe
Gris du Bourbonnais
Japonais
Lièvre belge
Lapin chèvre
Néo-Zélandais
Noir, bleu ou brun et blanc
Normand
Papillon rhénan
Petites races :
Argenté anglais
Brun marron de Lorraine
Lapin chinchilla
Doré de Saxe
Feh de Marbourg
Feu noir
Feu havane
Feu bleu
Havane français
Hollandais
Lynx
Papillon anglais
Petit papillon
Petit bélier
Lapine bélier nain âgée de 2 ans.Perl feh
Russe
Sablé des Vosges
Zibeline/Martre
Races naines :
Nain bélier
Nain de couleur
Polonais/Hermine
Hermine de Lutterbach
Nain cendré écru
Nain angora
Nain satin
Nain rex
Tête de lion (non reconnu comme race, issu de croisements entre poils courts et poils longs)
Races à fourrure :
Angora français
Orylag (Race non reconnue)
Rex
Renard
Satin
La Fédération Française de Cuniculiculture fixe le standard officiel des races de lapins.


Comportement [modifier]

Social [modifier]
Il est préférable de donner à un lapin domestique sa ration en début et enfin de journée car le lapin aime se nourrir au lever et coucher du soleil. Il est crépusculaire et dort essentiellement le jour. Mais son sommeil n'est profond que durant de brèves minutes par cycle de sommeil [réf. nécessaire].

Le lapin émet peu de bruits comparé au chien ou au chat. Il peut grogner pour intimider et faire fuir ou montrer son énervement ou son mécontentement. Il émet également des sons plus guturaux et sacadés lorsqu'il est excité, en tournant autour de son congénère. Même en captivité et quand il vit seul, le lapin réagit, comme ses congénères sauvages, en tapant de la patte arrière d'un coup sec lorsqu'il se sent en danger ou plus souvent lorsqu'il veut signifier son mécontentement. Le son caractéristique de la satisfaction d'un lapin est un cracottement des incisives supérieures sur les incisives inférieures. Ce petit bruit répétitif est le signe d'un grand plaisir du lapin au moment d'une caresse très appréciée ou d'un rêve ou d'un état de bien-être intense. Cela peut également être le signe d'une douleur intense et d'un mal être. Ces attitudes ne sont pas réservées au mâle.[réf. nécessaire]

De même, mâles et femelles peuvent marquer leur territoire ou stimuler son partenaire en projetant des jets d'urine.[réf. nécessaire]


Alimentation [modifier]

Lapins qui mangent des herbes fraîches.Le lapin est herbivore. Il fait de nombreux petits repas dans sa journée, mangeant environ quelques grammes toutes les demi-heure. L'alimentation du lapin domestique est souvent différente de celle du lapin sauvage. En effet, pour des raisons pratiques, on lui donne surtout des granulés et du foin, voire des légumes, mais peu d'herbes ou plantes. Cela peut être à l'origine de troubles digestifs ou d'obésité.

Un lapin de compagnie, dont l'objectif est de le garder en bonne santé longtemps, doit manger du bon foin à volonté et être rationné en granulés (très riches et pas forcément bien dosés pour lui assurer une longue vie). On peut lui donner des légumes, voire des fruits. Attention, tous nos fruits et légumes ne sont pas bons pour eux. L'image traditionnelle du lapin avec un morceau de pain dur, des épluchures en tout genre (pomme de terre, oignon, choux, etc.) n'est pas du tout bonne pour garder son lapin en vie longtemps. Ces aliments ne sont pas bons pour lui (difficiles à digérer voire toxiques). Si un lapin a tendance à manger rapidement tout son repas (granulés), mieux vaut fractionner les aliments en deux ou trois repas (matin-midi-soir). Il faut bien sûr rationner assez précisemment son lapin en granulés. Comptez environ 25gr de granulés par kilo de lapin et par jour (soit 50gr pour un lapin de 2 kilos répartis en deux repas de 25gr par exemple). Il mangera du foin en attendant le repas suivant.

L'introduction d'un nouvel aliment (ou le changement d'alimentation, même de granulés) doit toujours se faire progressivement pour que la flore digestive du lapin ait le temps de s'adapter au changement. Si l'alimentation change trop brutalement le lapin risque une diarrhée, parfois mortelle.

Evitez les friandises du commerce (pour lapin, pour rongeur, ou pour vous). Elles sont souvent très riches en graisses et sucres, voire en produits laitiers ou oeuf, et risquent de lui causer des problèmes digestifs (mauvaise digestions et création d'une flore digestive non adaptée à son régime herbivore) et des problèmes de poids (et autres maladies liées). Bannissez totalement le chocolat, il est toxique (mortel) pour lui.


L'importance de castrer [modifier]
Parfois, le lapin (mâle ou femelle) peut marquer son territoire (devenir sale) ou se montrer agressif ou très excité. La castration peut alors aider à faire disparaitre ces comportements sexuels. Chez la femelle, la stérilisation est aussi une question de santé car elle est sujette à des inflammations de l'utérus (métrites) et des kystes et tumeurs aux ovaires pouvant la rendre nerveuse et conduisant à sa mort.

La castration est indipensable pour faire cohabiter un mâle et une femelle sans se retrouver avec des petits tous les mois. La stérilisation de la femelle peut être également nécessaire car elle a un caractère dominant pouvant être trop prononcé. La castration est souvent nécessaire pour faire cohabiter deux mâles entre eux.

Ces opérations sont de plus en plus pratiquées par les vétérinaires, notamment pour les mâles. C'est une opération plus lourde pour la femelle, bien plus délicate. Un bon vétérinaire, maitrisant l'anesthésie et l'opération, est nécessaire pour que tout se passe bien.


Reproduction en élevage [modifier]
Le mâle atteint la maturité sexuelle vers 140 jours[2].
La lapine est capable d’ovuler entre 14 et 20 semaines. Contrairement à la plupart des mammifères elle ne présente pas de cycle œstrien régulier. Elle est en chaleur plus ou moins permanente. La fertilité baisse avec une forte chaleur et augmente avec l’éclairement. L'ovulation se produit 10 à 12 heures après la saillie quand elle accepte l’accouplement. Elle continue même ensuite à accepter l’accouplement mais il n’y a pas de risque de gestation simultanée[2].
La saillie est particulièrement rapide : 10 à 15 secondes après la mise en présence du couple, elle dure en moyenne 3 secondes et peut reprendre dans les minutes qui suivent avec 20 accouplements en ½ heure si on les laisse libres[2].
L'insémination artificielle: La production journalière de spermatozoïdes est d'environ 150 à 300 millions. L’idéal est de faire jusqu'à 8 à 10 prélèvements par semaine avec des poses de deux jours pour le mâle ( Bunaciu et al.,1996).
Il n’est pas toujours facile de savoir si la lapine est inséminable. On peut stimuler l'œstrus par voie hormonale ou par la pratique des "biostimulations" comme la séparation temporaire d’avec les jeunes, les rythmes lumineux ou l'alimentation (Theau-Clément, 2000).

La gestation dure entre 28 à 34 jours[2].

Lapins au nid.La mise bas dure de 10 à 20 minutes. Exceptionnellement en 2 fois, espacées de plusieurs heures. Le nombre de lapereaux par portée peut varier de 1 jusqu'à 20 mais il est en général de 3 à 12[2].
Les lapereaux à la naissance pèsent 50 à 55 g environ, avec de fortes variations en fonction de la taille de la portée et des races. Ils sont nus, aveugles, et plutôt gras - ce qui leur permet de réguler leur température et d’avoir des réserves d’énergie tout comme le fait de se regrouper dans un nid. Le duvet apparait vers le 3e jour. Leurs yeux s'ouvrent au bout de 10 jours[2].
Le lait de la lapine est très concentré mais pauvre en lactose. Le lapereau peut rester 48 heures sans téter. Il n’a pas de flore intestinale à la naissance. Une tétée ne dure que 3 à 4 minutes. La lactation est élevée pendant environ 30 jours mais peut durer facilement 2 mois. Pendant 3 semaines les petits ne boivent que du lait. À partir de 18-20 jours ils commencent à diversifier leur alimentation. Pour les plus grandes races, ils ne mettront que deux mois pour passer de 50 g à 2500 g (poids d’un lapin moyen)[2].
Durée de vie: si on ne le sacrifie pas, un lapin reproducteur peut espérer vivre 4 ou 5 ans[2]. Un lapin de compagnie un peu plus longtemps (en moyenne 7 ans).

Maladies et soins [modifier]

Lapin rex et son petit.Le lapin est un animal assez fragile, il est particulièrement sujet aux maladies suivantes [réf. nécessaire]:

Les virus :

Myxomatose
Maladie hémorragique virale (VHD)
Les maladies respiratoires :

Coryza : si votre lapin commence à éternuer, il faut aussitôt l'emmener chez le vétérinaire car le lapin en décède souvent lorsque le cas s'agrave.
Pasteurellose : forme aggravée du coryza
Les maladies de la peau :

Gale des oreilles
Teigne
Mycoses (aux pattes)
Pododermatites (aux coussinets et talons)
Les troubles digestifs :

Coccidiose
Entérocolite épizootique
La diarrhée est un symptôme grave chez le lapin et doit impérativement être traité dès constatation des faits : un lapin souffrant d'une violente diarrhée peut mourir en quelques heures s'il n'est pas soigné. Il en va de même des constipations du lapin. Un lapin qui ne s'est pas du tout alimenté depuis 24 heures a peut-être une boule de poils faisant obstruction dans l'estomac, notamment en période de mue.

Les autres maladies :

Malocclusion dentaire: pousse anormale des dents.
Abcès (dentaire notamment)

Le lapin domestique et l'homme [modifier]
Le lapin est habituellement élevé pour sa fourrure et sa chair.
Il est aussi élevé comme animal de laboratoire; au grand dam des antispécistes.
Il peut aussi parfois servir d'animal de compagnie. Il est très facile d'éduquer un lapin comme un chat. Dressés dès leur plus jeune âge, ils peuvent apprendre la propreté et répondre à l'appel de leur nom, mais ils restent très émotifs et sensibles aux bruits. S'ils ne disposent pas d'un très grand enclos on doit leur assurer des sorties fréquentes et les laisser circuler dans la maison ou le jardin - en milieu sécurisé car c'est un rongeur curieux et une proie facile. Faute d'activité ou de vie sociale normale ils peuvent développer un comportement agressif[3].
Contrairement à une idée répandue, il ne faut pas prendre un lapin par les oreilles, car les tissus musculaires et cartilagineux reliant les oreilles au cuir de la tête sont extrêmement fragiles, et par ailleurs fortement innervées [réf. nécessaire].


Culture populaire [modifier]

Lapin blanc.Le lapin est souvent représenté dans la culture populaire, en particulier dans la culture enfantine (voyez une liste des lapins de fiction).

On associe souvent les lapins à la fertilité. C'est probablement pourquoi on les a associés à la fête de Pâques dans les pays germaniques et anglo-saxons où c'est lui qui apporte les œufs (bien qu'il n'en ponde pas : c'est un mammifère). Les lapins sont également associés à la ruse.

Si les pattes de lapin sont censées porter chance, les lapins sont dans la mythologie maritime des porte-poisse et sont donc bannis physiquement de tout bateau mais aussi mentalement, le mot ne devant pas être prononcé (il est habituellement remplacé par l'expression « la bête aux grandes oreilles »). En effet, du temps de la marine à voile, les animaux étaient embarqués vivants et le lapin aurait causé de nombreux naufrages en rongeant les cordages ou la coque.

Dans certaines versions, le lapin fait également partie des douze animaux du zodiaque chinois, en remplacement du lièvre ou du chat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:18

Lapin d'Amérique

Les Lapins d'Amérique sont un groupe d'espèces regroupées de la famille des léporidés comprises dans le genre sylvilagus. Ils comprennent entre autre le lapin à queue blanche et le lapin de la Nouvelle-Angleterre.


Liste des espèces [modifier]
Sylvilagus aquaticus (Bachman, 1837)
Sylvilagus audubonii (Baird, 1858)
Sylvilagus bachmani (Waterhouse, 1839)
Sylvilagus brasiliensis (Linnaeus, 1758)
Sylvilagus cunicularius (Waterhouse, 1848)
Sylvilagus dicei Harris, 1932
Sylvilagus floridanus (J. A. Allen, 1890) - Lapin à queue blanche
Sylvilagus graysoni (J. A. Allen, 1877)
Sylvilagus insonus Nelson, 1904
Sylvilagus mansuetus Nelson, 1907
Sylvilagus nuttallii (Bachman, 1837) - Lapin de Nuttall
Sylvilagus obscurus Chapman, Cramer, Deppenaar and Robinson, 1992
Sylvilagus palustris (Bachman, 1837)
Sylvilagus robustus (Bailey, 1905)
Sylvilagus transitionalis (Bangs, 1895) - Lapin de Nouvelle-Angleterre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:18

Lapin de garenne
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
Pour les articles homonymes, voir Lapin (homonymie).

--------------------------------------------------------------------------------

Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)Lapin de garenne est le nom vernaculaire qui désigne le lapin européen, Oryctolagus cuniculus, resté à l'état sauvage. Il est la souche des lapins domestiques. C'est un lapin que l'on trouve aujourd'hui en Europe et un peu partout dans le monde.

Article principal : Oryctolagus cuniculus
Sommaire [masquer]
1 Identification
2 Répartition et habitat
3 Régime alimentaire
4 Comportement
5 Reproduction et longévité
6 Notes
7 Voir aussi
7.1 Articles connexes
7.2 Bibliographie
7.3 Liens externes



Identification [modifier]
Le lapin de garenne présente une silhouette comparable à celle du lièvre, dont il se distingue principalement par une plus petite taille et des oreilles plus courtes, avec un bord supérieur noir. Il mesure de 34 à 50 cm (longueur tête et corps) pour des oreilles de 4 à 8 cm. Son poids varie de 1,2 kg à 2,5 kg.

Son pelage est de couleur brun roux, parfois couleur fauve, constituant ainsi un camouflage de choix contre ses prédateurs. À l'approche de l'un d'eux, par exemple un homme, le lapin de garenne reste immobile, tapi dans son environnement, si bien qu'un chasseur peut ne pas le voir quand bien même le lapin serait à ses pieds. Le dessous des poils est blanchâtre. La queue est de couleur plus foncée dessus, blanche dessous.


Répartition et habitat [modifier]
Le lapin de garenne est originaire de la péninsule Ibérique et du Maghreb. Il s'est répandu dans le monde à partir de la dernière glaciation (il y a 18 000 ans). Il n'a été domestiqué qu'à partir du XVIIIe siècle.

Il est présent dans la plupart des pays de l'Europe occidentale (y compris en Corse, en Sicile et en Sardaigne), le long de la côte du Maghreb, sur la côte ukrainienne de la mer Noire. En Italie et en Espagne, il laisse plutôt la place au lapin à queue blanche. Il a été introduit en Australie par la First Fleet (1787), la flotte de onze bateaux britanniques qui établit la première colonie européenne en Nouvelle-Galles-du-Sud[1]. Depuis lors, il est présent dans tout le pays, à l'exception de son pourtour Nord. Il s'est également propagé à la Nouvelle-Zélande.

Le lapin préfère les terrains sablonneux et bien drainés. On le trouve principalement dans les landes, les roncières, les haies et les dunes ; il est présent jusqu'à 1000 mètres d'altitude environ. Le terrier est creusé de préférence sur un talus, en terrain sec ; son ouverture varie de 10 à 50 cm. Suivant la densité de la population locale, il est relié ou non aux autres terriers par des galeries. Un réseau de terriers est appelé une garenne. Le lapin s'en éloigne généralement de quelques centaines de mètres pour chercher sa nourriture.

Le domaine vital d'un lapin varie de 0,4 à 4 hectares ; le territoire d'une famille ou d'un groupe représente quant à lui 9 à 10 hectares. Il est délimité par l'urine, les crottes des mâles dominants et la secrétion des glandes mentonnières. Pour un humain, la présence de lapins se reconnaît principalement à la présence de groupes de crottes, au grattage de la terre aux limites du territoire et à la maigre végétation. Les empreintes du lapin sont comparables à celles du lièvre, mais plus petites.


Régime alimentaire [modifier]

Crottes finales d'un lapin de garenneLe régime alimentaire du lapin de garenne est variable, suivant l'environnement local. Il se nourrit de plantes herbacées, principalement des Poacées, au printemps et en été ; en hiver, son régime est composé de tiges et écorces d'arbrisseaux. Il peut creuser légèrement la terre pour trouver racines, graines et bulbes ; il est également capable de grimper dans des arbrisseaux et des buissons pour manger les jeunes pousses. Le lapin mange également des plantes cultivées (céréales ou choux). Un adulte consomme de 200 à 500 gr de plantes par jour. Quand les lapins sont présents en densité importante, leur impact sur le milieu est important : ils entravent la reproduction de certaines espèces de plantes mais aussi, en conséquence, d'animaux[1].

Comme les autres lagomorphes, le lapin a longtemps été considéré comme un ruminant. Ainsi, le Lévitique interdit de manger « le lièvre, car il rumine, mais il n'a pas l'ongle fendu.[2] » Ce classement se fonde sur une observation du comportement du lapin, qui passe de longues heures à remuer les mâchoires de droite à gauche. En réalité, ces mouvements ne s'expliquent pas par la rumination mais par une alimentation en deux temps. D'abord, le lapin digère l'herbe qu'il a consommée : la cellulose est transformée par les bactéries anaérobies du cæcum en acides gras volatils qui servent de nutriments. Il en résulte des cæcotrophes, sorte de crottes d'un vert olive, molles et brillantes que le lapin réingurgite dès leur sortie de l'anus pour les sucer longuement, d'où le mouvement des mâchoires décrit précédemment. Les crottes finales du lapin de garenne sont d'un brun foncé, plus grosses (7 à 12 mm de diamètre) et ternes[3].


Comportement [modifier]
Le lapin est un animal nocturne et crépusculaire. Il vit en couple si la densité est faible et en groupe quand elle est plus importante. Un groupe compte jusqu'à 20 sujets adultes ; il est composé généralement de 1 à 6 mâles et de 1 à 6 femelles. Il comporte des mâles et femelles dominants : les premiers monopolisent les accouplements tandis que les secondes disposent des meilleurs emplacements pour creuser les rabouillères (terriers d'accouchement). L'ordre hiérarchique est remis en cause à chaque printemps par des comportements d'intimidation et des combats. Une fois la hiérarchie en place, les interactions agressives décroissent significativement. Les individus dominés ne se défendent pas contre les attaques des dominants[4]. Tous les membres du groupe défendent la partie centrale de leur zone d'influence contre les prédateurs, les sujets dominés vivant en périphérie.

Le lapin de garenne est silencieux, à l'exception de cris aigus poussés en situation de détresse. Il tape du pied en cas de danger, peut-être pour prévenir ses congénères. La communication entre lapins passe principalement par les odeurs, qui permettent d'identifier le sexe et l'âge, mais aussi le statut social.


Reproduction et longévité [modifier]
Les lapins sont célèbres pour leurs capacités reproductives. En effet, les accouplements peuvent avoir lieu toute l'année, même si la plupart des mises-bas ont lieu de février à août. L'ovulation est provoquée par l'œstrus ; l'œstrus post-partum est possible. La seule période d'anœstrus se situe à l'automne. Les femelles atteignent la maturité sexuelle dès 3,5 mois, contre 4 mois pour les mâles. La gestation dure 28 à 33 jours. Une lapine a en moyenne 3 à 5 portées par an, chacune comptant de 3 à 12 lapereaux ; l'intervalle minimal entre deux portées et de 30 jours.

Les lapereaux naissent nus et les oreilles et yeux fermés ; ils n'ouvrent pas les yeux avant 10 ou 12 jours. La mère les allaite une fois par jour pendant trois à quatre semaines. Durant cette période, les jeunes prennent rapidement du poids : ils passent de 35 à 45 gr à la naissance à 80 % du poids adulte à 3 mois. Durant ce temps, ils restent dans la rabouillère creusée par leur mère pour mettre bas. Cette dernière ne reste pas auprès d'eux pour les réchauffer et leur témoigne peu de soins. En revanche, elle défend agressivement son territoire contre des jeunes étrangers, alors que les mâles protègent tous les lapereaux, quel que soit leur lieu de parenté avec eux.

75 % des lapereaux meurent durant la période d'allaitement. Quand ils atteignent la majorité sexuelle, les jeunes mâles sont souvent chassés par le groupe familial. Soit ils rejoignent une autre garenne, soit ils mènent temporairement une vie solitaire. Les lapins vivent 9 ans au maximum ; en moyenne, leur longévité ne dépasse guère les deux ans. Ils sont en effet confrontés à grand nombre de prédateurs : renards, fouines, belettes, chats forestiers, chiens, rapaces (hibou grand-duc, aigle de Bonelli), etc. Le trafic routier et la chasse sont également des causes de mortalité importante.

Enfin, le virus de la myxomatose a fait des ravages dans les populations de lapin. En Australie, le virus a été inoculé volontairement en 1950, afin de contrôler la population locale, particulièrement importante. Il a éliminé dans une première phase 90 % des lapins, avant que certains ne développent une résistance naturelle[1]. Le virus a été introduit accidentellement en Europe en 1952 par le médecin Paul Armand Delille, qui souhaitait éliminer les lapins de son potager. Comme en Australie, le virus a d'abord fait disparaître 90 % des lapins avant que certains ne développent une résistance, ce qui explique le maintien de l'espèce. Depuis lors, la maladie est endémique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:19

Lapin nain

Lapin nain, gris, assis, tenu en laisseLes lapins nains sont issus de la sélection au sein d'élevages du lapin domestique qui est lui-même une version domestiquée du Lapin européen, Oryctolagus cuniculus.

Article connexe : Oryctolagus cuniculus.
Pour trouver les informations concernant les lapins en général et non pas seulement le lapin nain voir aussi les articles : Lapin et Lapin domestique.
Sommaire [masquer]
1 Spécificités biologiques du lapin nain
2 La sélection des lapins nains
2.1 Les races naines
3 Utilisation par l'homme et économie
4 Notes et références de l'article
5 Voir aussi
5.1 Articles connexes
5.2 Liens et documents externes



Spécificités biologiques du lapin nain [modifier]
La biologie du lapin nain diffère peu de celle du lapin domestique de taille normale.

Pour son élevage, voir l'article général : Lapin domestique.
Les lapins nains pèsent en général entre 0,8 et 2 kg. Un lapin est considéré comme "nain" lorsqu'il pèse moins de 2 kg.[1].

Un lapin nain de race pure se distingue d'un lapin hybride par sa tête ronde posée sur un corps cylindrique aux pattes courtes et surtout par des oreilles beaucoup plus courtes que celle des autres lapins : moins de 5,5 cm [2]

Le nombre de lapereaux - 2 à 4 en moyenne par portée - est moins élevé que chez le lapin de taille normale.


La sélection des lapins nains [modifier]
Le lapin de race hermine est l'ancêtre de toutes les races naines. Il est nommé ainsi parce qu'il est blanc comme le petit carnivore connu sous le nom d'hermine. C'est un lapin de petite taille au pelage blanc avec des yeux rouges et des aux oreilles courtes.

Le premier standard français du lapin hermine a été établi en 1910 par le Club des Eleveurs de Lapins et il a été adopté le 17 janvier 1921 par la Commission des Standards de la Société Française de Cuniculture. Le poids maximum était fixé à 1,750 kg [1].

Le premier vrai lapin nain a été créé en 1940, issu du croisement d'un lapin hermine et d'un lapin sauvage [3].


Les races naines [modifier]

Lapin tête de lionLes races naines reconnues par la Fédération française de cuniculiculture[1]:

Hermine / Polonais
Hermine de Lutterbach à oreilles panachées ou colorées
Nain Angora
Nain de Couleur
Nain Bélier
Nain Rex
Nain Renard
Nain Satin
Nain Cendré Ecru
Autres :

Tête de lion
Mini-nain (lapin toy)

Utilisation par l'homme et économie [modifier]
Cette section est vide ou n'est pas assez détaillée, votre aide est la bienvenue !

lapin nain à un coucours de sautLes lapins nains sont régulièrement présentés à des concours par les éleveurs.

L'Homme le considère comme un animal de compagnie. Très apprécié par les enfants, il s'élève bien en appartement grâce à sa petite taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:19

Lapin

Le lapin fait partie de la famille des léporidés (famille de mammifères rongeurs qui comprend le lièvre et le lapin).

Tu trouveras dans ce dossier :

1. La différence entre un lapin et un lièvre
2. Les dents du lapin

3. Les parties du corps du lapin
4. Les lapereaux
5. Le lièvre variable

6. Le lapin sauvage


1.Connais-tu la différence entre un lapin et un lièvre ?

Les oreilles du lièvre sont plus grandes et leurs pattes plus longues que celles du lapin.Le lièvre court donc plus vite que le lapin...

Les petits des lapins naissent nus, aveugles et sourds. Ceux des lièvres naissent couverts de poils et ont les yeux déjà ouverts.

Le lièvre, à la différence du lapin, ne fait pas de terrier et habite généralement dans des trous peu profonds.

2.Observons les dents du lapin

Un lapin adulte a 28 dents. Sur le devant, on distingue 4 dents longues et coupantes (2 en haut et 2 en bas) : ce sont des incisives. Ces dents pousseront toute sa vie et serviront à ronger la nourriture. Les dents du fond servent à mâcher (les molaires et les pré-molaires).

3.Découvrons les parties de son corps

- Son pelage lui tient bien chaud.

- Sa fourrure graissée est imperméable ( pratique quand il pleut !).

- Il peut sentir un danger grâce à ses moustaches !

- Ses grandes oreilles sont comme des radars qui entrent en action au moindre bruit.

- Il a un très bon odorat et voit très bien quand il fait sombre.

- Il porte en dessous des pieds des petits coussinets de fourrure qui protègent les os de ses doigts (pratique pour amortir les sauts !).

- Ses ongles pointus de ses pattes de devant lui servent à creuser le sol. Par contre, pour se gratter, il utilisera les ongles de ses pattes de derrière !

4.Les lapereaux...

Une lapine peut donner naissance dans une même portée à plusieurs lapereaux( parfois jusqu'à 10 petits). Il vaut mieux aimer les familles nombreuses quand on est un lapin !

- A sa naissance, le bébé lapin est aveugle, sourd et sans poils ! Rassure-toi, il peut quand même retrouver sa mère grâce à son nez ! Sa fourrure commence à pousser au bout de quelques jours...

- Quinze jours plus tard, il peut ouvrir les yeux et commencer à se déplacer. Il boit le lait de sa mère, élément indispensable pour sa croissance.

- Après cinq semaines, le lapereau quitte sa mère et peut manger des aliments solides. A cet âge, il adore jouer avec ses frères et sœurs !

- Vers cinq mois, il est déjà adulte...

5. Le lièvre variable...

C'est un lièvre qui change de couleur selon la saison !

En été, son pelage est brun mêlé de gris. En hiver, il devient blanc. Pas mal comme tenue de camouflage ! Dommage, le bout de ses oreilles reste noir !

Il est originaire d'Europe du nord, d'Asie et d'Amérique.

6.Le lapin sauvage...

Il vit dans les garennes (terriers creusés par les femelles). Des tunnels relient les terriers. Certains servent de chambre à coucher, d'autres de nids douillets pour les petits (les lapines les garnissent de foin et de poils !).

Les femelles creusent les galeries avec leurs pattes de devant et rejettent la terre avec leurs pattes de derrière. Les lapins ne s'éloignent pas de leur maison. Le mâle guette le moindre danger ! Ils mangent au lever et au coucher du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:21

Lapin nain

Les origines du lapin

Sommes-nous d'origine européenne ? Notre pays de naissance serait l'Espagne : les plus anciens fossiles de lapins datent de la première époque du quaternaire (de 400000 à 300000 avant notre ère).

Notre ancêtre a vu ses habitudes transformées : totalement libre, il s'est retrouvé captif dans une petite cage, d'un mode de vie nocturne, il est devenu diurne, … Il a, de plus, subit de nombreuses manipulations génétiques qui lui ont donné de multiples formes et coloris.

Notre classification

Embranchement : Vertébrés
Classe : Mammifères
Ordre : Lagomorphes
Famille : Léporidés
Genre : Oryctolagus
Espèce : Cuniculus

Nous ne sommes pas des rongeurs de part le fait que le mouvement de nos mâchoires est latéral, que nous possédons 4 incisives à la mâchoire supérieure et par le nombre de doigts aux pattes que nous possédons.

Notre ancêtre

Le lapin de garenne est un petit animal de masse moyenne 1,4 kg. La forme du corps est assez trapue. La fourrure est de couleur grise mêlée d'ocre et de roux avec des poils noirs sur le dos ; la nuque est roussâtre ; les côtés et les oreilles sont gris, la queue est gris brun foncé sur le dessus, noir à l'extrémité et blanchâtre en dessous, les pattes sont gris foncé ; la face interne des cuisses, le tour des yeux et le ventre sont blanchâtres ; les moustaches sont brunes. Le lapin est polygame. La lapine, après une gestation d'environ 30 jours met bas dans un terrier. Elle a de 3 à 5 portées par an.

Les lapins sauvages vivent en colonies dans des zones de fourrés. Certains spécialistes estime que le lapin de garenne passe un tiers de son temps dans son terrier, in tiers dans un gîte et un tiers en quête de nourriture et " d'amourettes ".

L'arrivée des lapins nains

Nous sommes apparus à la fin du 19e siècle en Angleterre, probablement avec de petits lapins venant de Pologne (d'où le nom de polonais).
En croisant, cette race avec les races de lapins domestiques existantes, elle donna le nain de couleur qui se développa à compter des années 50.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:21

Lapin : Les races :

Il existe 5 catégories, selon la Fédération française de Cuniculiculture :

· Les races géantes qui doivent peser plus de 5 kg.
· Les races moyennes qui doivent peser entre 3,5 et 5 kg.
· Les races légères qui doivent peser entre 1,5 et 3,5 kg.
· Les races naines qui doivent peser entre 800 g et 2 kg.
· Les races à fourrure.



Les races géantes :



Bélier français


Géant Blanc du Bouscat


Géant des Flandres


Géant Papillon français


Les races moyennes :


Alaska


Argenté de Champagne


Argenté de Saint Hubert


Bélier Anglais

Bleu de Beveren
Blanc de Hotot
Blanc de Vendée
Blanc de Vienne

Bleu de Vienne
Noir de Vienne Gris de Vienne
Gris Bleu de Vienne

Californien Chamois de Thuringe
Fauve de Bourgogne Grand Chinchilla
Grand Russe Gris du Bourbonnais Japonais
Lièvre Belge

Néo Zélandais
Normand Papillon rhénan


Les races légères :

Argenté Anglais
Brun Marron de Lorraine
Chinchilla
Doré de Saxe

Feh de Marbourg Feu Noir-Bleu-Havane-Feh
Havane Français
Hollandais

Lynx

Papillon Anglais Petit Papillon Petit Bélier

Perl Feh
Russe Sablé des Vosges
Zibeline



Les races naines :

Hermine / Polonais
Nain Angora
Nain Bélier
Nain de Couleur

Nain Rex Nain Tête de Lion











Les races à fourrure :

Rex
Satins
Angora français
Renard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:22

Lapin : Notre morphologie

Notre tête est caractérisée par des vibrisses (moustaches), un nez, des yeux bien ouverts et des oreilles aux grands pavillons qui nous permettent d'entendre le moindre bruit. Le mâle a souvent une tête plus large et plus forte que celle de la femelle qui est plus fine. Notre cou est court : on ne voit presque pas la transition entre la tête et le reste du corps. Sous notre menton, nous avons un pli cutané que l'on appelle fanon (c'est surtout les lapins âgés et les femelles qui le portent).
Notre tronc comprend une ligne dorsale régulière, des épaules bien développées et serrées au corps, un abdomen non distendu, un râble épais, une croupe ronde. Nos pattes comprennent 5 doigts avec ongles aux pattes avant et 4 doigts avec ongles aux pattes arrières.


Notre fourrure

Nous avons 5 sortes de poils :
Les poils de soutien qui sont de grands poils et robustes. Ces poils sont peu nombreux et dépassent de quelques millimètres les autres poils de la fourrure. Ces poils ont un rôle de soutien et de protection.
Les poils typiques de jarre sont les plus nombreux.
Les poils de jarre à base vrillée sont semblables aux précédents mais sont moins nombreux.
Les poils de bourre sont les poils les plus courts et les plus fins. Ils ont un rôle d'isolation thermique.
Les poils de bourre à pointe visible sont plus longs que les précédents.

Ces 5 sortes de poils sont classées en 2 catégories :
Les poils de couverture qui comprennent les poils recteurs (poils de soutien et poils de jarres typique) et les poils tecteurs (poils de jarre à base vrillée).
Les poils de bourre qui sont les poils de couverture qui donnent la couleur de la fourrure.
Les principaux coloris sont : agouti, gris fer, gris bleu, gris brun, fauve, chinchilla, feu noir/bleu/brun, noir & blanc/bleu & blanc/brun & blanc, noir, havane, gris unicolore, albinos, russe, chamois, argenté, panaché, multicolore.


Le squelette

Notre crâne est formé de la boîte crânienne, la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure. Nous possédons 28 dents : 6 incisives et 22 molaires. Nous avons 2 incisives à la mâchoire inférieure et 4 incisives à la mâchoire supérieure ; 12 molaires à la mâchoire supérieure et 10 à la mâchoire inférieure.
Notre colonne vertébrale comporte 7 vertèbres cervicales, 12 vertèbres dorsales, 7
vertèbres lombaires, 4 vertèbres sacrées et 14 à 16 vertèbres coccygiennes formant la queue ;
Notre thorax comprend le sternum et les côtes '7 paires de vraies côtes, 3 paires de fausses côtes et 2 paires de côtes flottantes).
Nos membres antérieurs comportent chacun une clavicule, une omoplate, un humérus, un radius et un cubitus, un carpe, un métacarpe, des phalanges et des ongles.
Nos membres postérieurs comporte chacun un fémur, une rotule, un tibia et un péroné soudé, un tarse, un talon, un métatarse et des phalanges terminées par un ongle.
Notre bassin est placé entre les vertèbres lombaires et les vertèbres sacrées.


L'appareil digestif





Il commence par nos dents qui assurent un fin broyage de nos aliments par déglutition, le bol alimentaire traverse l'œsophage avant d'aller dans l'estomac. Notre estomac n'est jamais vide : il doit contenir des aliments mastiqués assez secs.

C'est l'arrivée de nouveaux aliments qui permet aux précédents d'être poussés vers l'intestin. L'intestin est formé de l'intestin grêle, du cæcum, du colon et du rectum. Le cæcum a un rôle important dans la digestion en libérant les éléments utiles de la cellulose par fermentation. Notre transit intestinal est rapide : en 24 heures, nous avons éliminés 80 à 95% de l'aliment absorbé.


Crottes molles = caecotrophes




Crottes dures






L’appareil reproducteur
Mâle :

Il se compose des testicules, du pénis, des glandes et des conduits qui s’y rattachent.
Les 2 testicules ovoïdes font de 2 à 4 cm de longueur. Elles sont placées dans des sacs scrotaux, ou scrotum, qui sont restés en communication avec la cavité abdominale, où ils étaient à la naissance. Ainsi, le lapin peut rétracter ses testicules sous l'effet de la frayeur ou selon sa volonté propre, lors de combats avec d'autres mâles voire lors d'une bagarre avec une femelle.
Les testicules ne sont pas visibles à la naissance. Elles descendent avec la maturité sexuelle du mâle entre 2 et 6 mois.




L'organe génital mâle
Le pénis est logé dans le fourreau. Il ne sort que lors de l’accouplement.
C’est un organe court, en forme de tube légèrement en pointe. Il est terminé par un petit orifice rond.
A noter :
Le pénis chez le lapin ne possède pas de gland.

Femelle :
Les ovaires sont ovoïdes ; ils atteignent 1 à 1,5 cm dans leur plus grande dimension. Sous chaque ovaire, le pavillon, l'ampoule et l'isthme constituent l'oviducte. Bien qu'extérieurement les cornes utérines soient réunies dans leur partie postérieure en un seul corps, il y a en réalité deux utérus indépendants de 7 cm environ, s'ouvrant séparément par deux conduits cervicaux dans le vagin qui est long de 6 à 10 centimètres. L'urètre s'ouvre dans la partie médiane du vagin au niveau du vestibule vaginal ; on peut distinguer les glandes de Bartholin et les glandes prépuciales. L'ensemble est soutenu par le ligament large qui a quatre points d'attache principaux sous la colonne vertébrale.


L'organe génital femelle



Les cinq sens

Notre vue : nous voyons mal de près mais notre champ panoramique est important (environ 340°C). Nous voyons beaucoup de chose mais avons peu de précisions. Par contre, notre perception de nuit est bonne d'où notre activité nocturne.
Notre toucher est précis grâce à nos vibrisses que l'on porte près du nez.
Notre ouïe est le sens que nous avons le plus développé. Nos grandes oreilles orientables et indépendantes nous permettent de déceler les bruits les plus faibles et d'en localiser la provenance. Notre odorat est aussi très développé : nous " reniflons " sans arrêt. Il nous sert à repérer nos congénères et à sélectionner notre nourriture.
Notre goût nous permet de sélectionner les aliments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:22

Lapin

Les précautions à prendre


Avoir une femelle de plus de 7 mois car des portées trop jeunes peuvent gravement nuire à sa santé et à celle des petits s'ils naissent.


Avoir un lapin plus petit et moins lourd que la femelle pour l'accouplement. Ca évitera à la lapine d'accoucher de "gros" petits et de souffrir ou même de mourir.


Si vous ne connaissez pas les antécédents de vos lapins, n'essayez pas de les accoupler sous peine de voir apparaître des tares (malformations notamment). Pareil, pas de reproduction entre les frères et soeurs, mère et fils et père et filles. Ca s'appelle alors de la consanguinité et il y a des risques de santé pour les parents comme pour les petits.


Pour un premier "essai", accoupler deux lapins de la même race (lapin bélier avec lapin bélier).




La reproduction

Les lapines n'ont pas de période de chaleurs. Elles peuvent se reproduire toute l'année et il faut donc être vigilant s'il y a des mâles qui rodent autour.
Le lapin fait une très courte parade autour de la femelle avant de la monter. Si la lapine accepte, généralement elle se couche et lève les fesses pour faciliter le travail au mâle. Sinon, le mâle est repoussé par des grognements et des jets d'urine. C'est l'accouplement qui va provoquer l'ovulation.




La gestation

Elle dure en moyenne entre 28 et 34 jours. Pendant ce temps, la lapine prend du poids, mange et boit plus.
Quelques jours avant sa mise bas, elle construit un nid avec ce qu'elle peut trouver dans la cage : copeaux, paille, foin ... et aussi avec des touffes de poils qu'elle s'arrache, principalement sur le ventre.



Quelques précautions à prendre


Mettre la cage dans un endroit calme, à l'abri des courants d'air et des changements de température.


Eviter pendant les 2 dernières semaines de manipuler la lapine en la portant, retournant...


Ne pas toucher au nid ! Surtout pas ! Sous peine de voir naître et mourir les petits en dehors.


Préférer les aliments frais aux granulés. NE SURTOUT PAS DONNER DE PERSIL A UNE FEMELLE GESTANTE ET ALLAITANTE !



Mise bas et l'élevage

Dans la plupart des cas, la mise bas se passe sans souci majeur. En cas de problème, ayez toujours le numéro de téléphone du vétérinaire le plus proche à proximité.
Ensuite, la mère sort les petits de leur poche, les nettoie, les met confortablement dans le nid et les allaitent.
Il se peut que la lapine laisse un petit en dehors du nid, c'est qu'il n'est pas viable. La nature est bien faite et la mère le laisse donc de côté.
Il se peut aussi que la lapine, lors de sa première portée, panique et mange ses petits. Là aussi, il faut laisser faire la nature.
Au début, il pourrait vous sembler que la lapine les délaisse. Ca arrive souvent, mais en fait, elle s'en occupe très bien.


Les nouveaux nés naissent aveugles, sourds et nus. Ils sont entièrement dépendant de leur mère.



Vers la fin de la première semaine, la fourrure des petits commence a pousser.


Vers 10 jours ils ouvrent les yeux


Vers 12 jours ils tendent l'oreille


Vers 16 ou 18 jours les lapereaux commencent à s'aventurer hors de leur nid et commencent à s'alimenter comme leur mère.


Au début, les petits sont allaités mais, au moment ou ils sortent du nid, ils commencent a explorer et donc à goûter à leur environnement. Vous pouvez les laisser toucher à la nourriture de la mère (notamment les fruits, légumes et le vert).

Vers les 2 mois de vie des petits, il faut alors penser à séparer les petits de la mère et ainsi compléter le sevrage.

Evitez de toucher les petits si la lapine devient agressive ou si vous n'avez pas assez confiance. Il faut savoir qu'en les touchant, vous déposez sur eux votre odeur. A cause de cela, la lapine peut les abandonner, alors il faut être vigilant. Personnellement, je ne conseille pas de les toucher avant qu'ils sortent du nid.



Prendre en charge les petits ou les donner ?
C'est la question qu'on se pose forcément à un moment ou un autre en voyant ces tites bouilles si craquantes.
Cependant, il faut voir la charge de travail que cela prend.

Il faudra prendre en compte :

le côté finance : plus de fruits, légumes, verts et extrudés à acheter ; plus de copeaux, de paille, de foin ; des accessoires à remplacer plus souvent ; plus de visite et de frais chez le véto ; des cages à acheter si les pinous ne s'entendent pas ...


le côté temps : faire les cages ; les faire sortir ; les câliner ; les nourrir ... faut compter 2h par jour pour un lapin, alors 5 ...


les autres côtés : Quoi faire des pinous pendant les vacances ? Si y'en a un de malade, faut traiter tout le monde. S'ils ne s'entendent plus c'est les séparer …




L'adoption est souvent le meilleur moyen mais bien souvent, il est dur de trouver des personnes pour les adopter ! Quelques petites astuces :

Faire le tour des forums parlant des animaux


Passer des petites annonces chez le véto et dans les commerces


Demander à des "vrais" éleveurs qui ne sont jamais contre prendre des petits d'ailleurs pour les replacer si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:23

Lapin

Alimentation
Les lapins ont besoin de plusieurs éléments :

- des protéines qui servent à la construction et au remplacement de nos tissus vivants.
- des glucides et des lipides qui fournissent de l'énergie.
- de la cellulose que nous assimilons mal qui nous est nécessaire comme lest.
- des minéraux (calcium, phosphore, sodium, potassium, magnésium), des oligo-éléments (fer, cuivre, zinc, manganèse, cobalt, …) et des vitamines.

La méthode la plus simple pour les nourrir est de donner des granulés, du foin et de l'eau :

- l'alimentation aux granulés présente plusieurs avantages : elle est équilibrée, les gaspillages sont évités, pas de nourriture souillée ou fermentée.





- le foin doit être de bonne qualité c'est-à-dire sec, sans poussière (pour éviter les éternuments et les allergies), ni moisi et pas trop vieux. Il est nécessaire car c'est une nourriture brute riche en fibre qui régularise la digestion grâce à son taux élevé de lest. C'est un complément alimentaire.

- l'eau est indispensable surtout si on leur donne pas de verdure ! Les lapins boivent beaucoup. L'eau doit être propre, fraîche et régulièrement renouvelée.

En complément de l'alimentation "sèche", pensez à donner de la verdure. Celle-ci ne doit pas être polluée par des traitements agricoles, ne doit pas être souillée par des excréments, ne doit pas contenir de plantes toxiques, ne doit être ni mouillée, ni moisie, ni fermentée. Si les légumes ou fruits ne sont pas consommés dans la journée, il faut les enlever.


Liste de fruits et légumes : (liste non exhausive)

Fruits

Les framboises
Les fraises
Les mûres (pas plus de 3)
La poire
Le melon
La banane
La pastèque(sans pépins)
La pomme





Légumes

Les carottes
Les choux de Bruxelles
Le chou fleur
Le fenouil
Les épinards
Les petits pois (déjà écossés c'est encore meilleur !)
La salade sauf la laitue et en petite quantité
La mâche
Le céleri branche
Le céleri rave





Plantes

Le pissenlit
L'aneth
Le thym
Le trèfle (en petite quantité sinon nous avons des ballonnements)
De jeunes orties qu'il faut laisser flétrir pour éviter les brûlures
La ciboulette (attention diurétique)
Le persil
Le serpolet
Le cerfeuil
Le chou rave
La sauge
La chicorée
L'origan






Déconseillés voire toxiques

Le concombre
La tomate
La courgette
Laubergine
La betterave rouge
La pomme de terre crue et les germes de pomme de terre
Les haricots crus
L'avocat
Les fruits, légumes, plantes traités
Le chocolat





Attention aux choux qui provoque des ballonnements.

Les lapins aiment tous les légumes et les fruits. Leur système digestif fait d'eux des herbivores plutôt que des mangeurs d'aliments riches en énergie. Il faut leur donner la verdure avec parcimonie car ils en raffolent et ce sera ballonnements et diarrhées s'il y a excès.
Il faut toujours laver les légumes et les fruits, les sécher et les donner lorsqu'ils sont à température ambiante. Ne jamais donner d'épluchures de légumes.

Nourrir les lapins à heure régulière pour que cela ne détraque pas leur système digestif. Le mieux est de donner les granulés et le foin le matin et la verdure et un rajout de foin en fin d'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:25

Lapin

La petite trousse de secours



Un petit bobo ? Une petite égratignure ?

Afin de palier aux premiers soins de votre lapin, nous vous donnons ici, à titre informatif, quelques conseils. Cela ne remplace en rien l’avis d’un vétérinaire et si les signes persistent ou semblent plus importants qu’ils n’y paraissent, foncez chez votre vétérinaire habituel.


Vous devez toujours avoir chez vous :
- du sérum physiologique pour pouvoir nettoyer les yeux et le nez des impuretés,
- une petite brosse pour dégager votre pinou de tous ses poils (surtout chez les angoras),
- de la Bétadin* pour désinfecter et cicatriser plus rapidement les petites plaies,
- de l’intestin*t ou du Rong*r digest en cas de troubles bénins du transit (type diarrhée ou constipation passagères) (à utiliser avec prudence et sur une courte durée ; en cas de persistances des symptômes, consulter un vétérinaire d’urgence),
- une pipette pour faciliter l’absorption de certains médicaments (seringue sans aiguille),
- Ocry*, pour nettoyer les yeux, ça apaise aussi, toujours en attendant le véto,
- Hibita* (une dose de 10ml à diluer dans 1l d'eau) pour nettoyer les plaies sans colorer,
- Diarsany*, pour les troubles digestifs plus marqués, toujours en attendant le véto,
- Huile de paraffine, et aucune autre, pour les ralentissements du transit suite aux problèmes de poils avalés,
- Pérubor* en cas de début de rhinite.

Certains numéros de téléphone utiles doivent être à portée de main !
- celui de votre vétérinaire habituel
- celui d ‘un autre vétérinaire proche de votre domicile
- le numéro d’informations toxicologiques vétérinaires nationales : 04 78 87 10 40 (ouvert 24h/24h)
- éventuellement la clinique vétérinaire de garde la plus proche (si votre vétérinaire n’en possède pas une)
- éventuellement le vétérinaire de garde (mais contraignant à tenir à jour)


N’hésitez pas à donner cette liste à vos proches car si vous vous absentez, ils sauront à qui s’adresser en cas de besoin.

La santé d’un lapin étant très fragile, n’hésitez pas à demander les conseils d’un vétérinaire en cas de symptômes graves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:25

Lapin : les maladies

La myxomatose est la plus connue des maladies du lapin. Elle est surtout à craindre dans les régions où vivent des lapins de garenne sauvage. Elle s'est répandue depuis 1952, date à laquelle le professeur Armand Delille, pour se débarrasser des lapins de garenne qui colonisaient sa propriété de l'Eure-et-Loir, leur injecta le virus de la myxomatose. Le résultat fût au-delà de ses espérances, car depuis la myxomatose sévit dans toute la France.

Il existe 2 formes de myxomatose :


La forme classique, la plus connue et la plus facile à diagnostiquer, sévit surtout en été et automne. La contagion s'effectue principalement par inoculation à partir des puces et des moustiques.
Les symptômes de cette forme sont bien connus : nodules aux yeux, oreilles, nez, face et organes génitaux enflés. Le pourcentage de mortalité dépend de l'importance de la maladie, qui peut être atténuée ou plus grave.


La forme chronique et respiratoire. Elle est apparue plus récemment, surtout dans les élevages intensifs exempts d'insectes piqueurs comme les moustiques. Elle est donc moins saisonnière. Les symptômes sont : coryza, inflammation des paupières et parfois quelques petits nodules. Cette forme est plus difficile à diagnostiquer, car elle peut être confondue avec le coryza classique. Une analyse de laboratoire s'impose.

Il n'y a pas de traitement contre cette maladie virale, mais il existe des vaccins.
Consultez votre vétérinaire et n'oubliez pas les rappels réguliers. Pour éviter une éventuelle contamination, utilisez de préférence les aiguilles à usage unique.
La prévention ne doit pas être négligée, en combattant par exemple les insectes piqueurs, moustiques et puces, par l'emploi d'insecticides et la pose de moustiquaires aux fenêtres.

Extrait du livre de Jean-Claude PERIQUET "LE LAPIN"


--------------------------------------------------------------------------------


La myxomatose est une autre maladie contagieuse très dangereuse pour les lapins. Elle est véhiculée par les insectes suceurs de sang. Elle commence par une inflammation des paupières et des gonflements au niveau de la tête et des parties génitales. Les animaux meurent après quelques jours. Si vous placez vos lapins nains à l'extérieur sur un balcon ou dans le jardin et qu'il y a, dans le voisinage, des lapins domestiques ou sauvages atteints de la myxomatose (ce que vous apprendra le service vétérinaire), vous devez immédiatement faire vacciner vos lapins nains. Malheureusement, depuis 1995, il n'est plus obligatoire de déclarer cette maladie, de sorte qu'actuellement il est devenu difficile de savoir s'il y a des cas dans le voisinage.

Extrait du livre de Monika WEGLER "LE LAPIN NAIN"


--------------------------------------------------------------------------------


La myxomatose a également été délibérément introduite en France en 1952 afin de contrôler les populations de lapins sauvages. Cette décision inconséquente illustre bien les dégâts que peuvent provoquer les guerres biologiques. En effet, le virus s'est répandu aussi bien parmi les lapins sauvauges que chez les lapins domestiques, envahissant toute l'Europe et provoquant un véritable carnage. Cette maladie encore présente aujourd'hui, continue à frapper les animaux mais les lapins domestiques peuvent être protégés grâce à un vaccin disponible depuis plusieurs années.
La myxomatose est une maladie très contagieuse. Elle peut être transmise par voie directe par animaux malades ou porteurs (c'est-à-dire infectés mais sans symptômes) vers les sujets sains, ou par voie indirecte par les moustiques, les puces, les tiques ou autres parasites. L'évolution peut être aiguë, et dans ce cas la mort survient rapidement, ou chronique, et la mort survient au bout de quelques jours. Certains lapins sont des porteurs asymptomatiques, c'est-à-dire que bien qu'ils hébergent et qu'ils éliminent les virus, ils sont contagieux et peuvent transmettre la maladie à d'autres lapins.
L'incubation de la myxomatose est de 5-15 jours. Les symptômes sont les suivant : de l'abbatement, une conjonctivite, un écoulement oculaire, des gonflements cutanés sur la tête et sur les membres ainsi qu'une inflammation des organes génitaux. Il existe également une forme caractérisée par la conjonctivite et les symptômes respiratoires, sans lésions cutanées mais avec un oedème génital.
La mortalité est élevée et il n'existe aucune thérapie contre la myxomatose.
Les lapins qui survivent peuvent en outre devenir porteurs.
Les lapereaux peuvent être vaccinés pour la première fois à l'âge de 30 jours, avec un rappel à 8-10 semaines. Ensuite, on exécute un rappel tous les 4-6 mois, pendant toute leur vie. L'immunité s'instaure au bout de 48-72 heures seulement. Un petit nodule, qui correspond à la réaction au vaccin, se forme normalement à l'endroit où a eu lieu l'injection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:26

Lapin : maladies

La coccidiose est la plus connue et la plus fréquente des maladies du système digestif. La coccidiose qui provoque pas mal de décès dans les élevages de lapins, n'est autre qu'un parasite microscopique unicellulaire : la coccidie. Le lapin peut héberger de nombreuses espèces de coccidies (plus de 25 espèces ont été identifiées, mais toutes ne sont pas vraiment connues).



Le cycle des coccidies
Les lapins porteurs de coccidies, souvent en apparente bonne santé, rejettent dans leurs excréments des ookystes ou oocytes qui, à ce stade, ne sont pas infestant et ne présentent donc pas de danger pour les autres lapins. Les ookystes peuvent rester des années dans la terre et subsistent aussi très longtemps dans l'herbe. Ils peuvent devenir infestant (sporulation) quand les conditions sont favorables, après 2-3 jours à la chaleur et à l'humidité. Par la suite un lapin ingérant des ookystes s’infeste.
Une fois sporulés, les ookystes peuvent causer la maladie chez le lapin qui les absorbe. La sporulation peut aussi avoir lieu dans les kystes présents dans le pelage. Il est primordial d'isoler le lapin de ces kystes sporulés en nettoyant les cages 2 fois par semaine.


Deux types de coccidiose.


Coccidiose hépatique
La coccidiose du foie est peu courante. Elle peut affecter les animaux assez tardivement et provoquer des lésions hépatiques qui réduisent l'appétit. Des retards de croissance et une perte de poids peuvent apparaître. Le lapin meurt rarement. C'est souvent lors de l'abattage que la maladie est confirmée. Des lésions blanches, contenant un liquide purulent, envahissent tout le foie. La bile contient de nombreux ookystes (formes de reproduction) de la coccidiose.



Coccidiose intestinale
Huit espèces de coccidioses intestinales peuvent affecter le lapin mais toutes n’ont pas le même pouvoir infestant. Certaines espèces ne sont pas pathogènes et ne donnent lieu qu'à un retard de croissance. D'autres types sont moyennement virulents et pathogènes et provoquent des retards de croissance ou des diarrhées. Enfin, plusieurs espèces sont toutefois très virulentes et pathogènes.
Les troubles sont peu marqués au début – amaigrissement ; légère diarrhée intervenant avec une fréquence irrégulière mais qui devient souvent de plus en plus sévère et d’aspect à la fois liquide et visqueux ; perte d’activité du lapin, ventilation - mais s'accentuent jusqu'au décès.
Il est difficile de détecter la coccidiose car les symptômes peuvent toutefois varier légèrement d’un individu à un autre et dépendent du degré d’infestation et de la réaction de l’animal : dans certaines cages des sujets développent la maladie et meurent alors que leurs congénères, moins contaminés (par une dose pathologique), sont épargnés.



Détection et thérapie
La coccidiose ne peut être identifiée à 100 % QUE par analyse en laboratoire de crottes prélevées sous plusieurs cages.
Une bonne hygiène réduit la charge en oocytes et augmente la capacité de l'animal à lutter seul. Elle est complétée par un traitement périodique au moyen de sulfamides dans l'eau de boisson.
En élevage industriel, si la maladie a fait des ravages, la désinfection des cages doit se faire à la flamme qui doit brûler une minute au moins pour détruire les kystes très résistants. Le fumier des lapins atteints doit aussi être brûlé. En élevage domestique, le lavage doit être soigné (associer lavage et chaleur en utilisant de l'eau chaude ou un appareil à vapeur), et il est préconisé de nettoyer les cages deux fois par semaine. Des produits après lavage sont aussi disponibles dans le commerce.
Sur le plan thérapeutique, on dispose de divers médicaments pour combattre la coccidiose. Parmi ceux-ci, la sulfadiméthoxine est un produit très efficace. Il peut être distribué mélangé à l'aliment pendant quelques jours. Un schéma de traitement adéquat comporte 2 périodes de traitement d'une semaine en intercalant une semaine sans traitement. Les mesures hygiéniques et sanitaires accompagneront évidemment tout traitement médicamenteux.



Trucs
Il peut s’avérer important de séparer les individus d’une même cage lors du traitement de la coccidiose. En effet, il existe des individus dits « porteurs sains » qui rejettent des ookystes mais ne souffrent pas directement de la maladie. Il est par conséquent important de soigner tous les individus d’une même cage lorsque la maladie est déclarée afin que les porteurs sains ne « recontaminent » pas de manière d’autant plus aigue les autres animaux soignés.



FAQ : Que se passe-t-il dans le système digestif du lapin et quelles conséquences s’ensuivent?

Une alternance d’amas de boules de nourriture non digérée et d’ « espaces vides » s’accumule dans les intestins et plus l’animal mange plus il s’intoxique. En effet, plus il mange plus la maladie libère de mauvaises toxines. Le lapin souffre alors beaucoup, le ventre est très dur et bien rond. Le traitement préconisé aux sulfamides peut-être renouvelé plusieurs fois si la maladie persiste. Ainsi, le traitement de la maladie peut-être long et difficile pour l’animal, d’où un des éléments annonciateurs de la maladie : la pertes d’activité accompagnée d’un lapin qui semble « toujours couché sur le côté ». Notons encore une fois que le seul moyen de détecter la maladie est de faire des analyses d’excréments et qu’il ne faut pas non plus paniquer : toute diarrhée n’est pas non plus synonymes de coccidiose, mais une visite préventive chez votre vétérinaire vaut mieux qu’un compagnon qui souffre et qui ne recoit pas le traitement adéquat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
végétalienne-13
Admin


Nombre de messages: 17948
Date d'inscription: 17/05/2007

MessageSujet: Re: lapins   Mar 29 Mai - 12:34

Lapins : maladies

Le coryza simple est dû aux courants d'air et à l'ammoniac. Il se manifeste par des éternuements et un écoulement nasal. Il suffit d'en supprimer la cause (courants d'air et ammoniac) pour le voir disparaître.
Mais si vous ne faites rien, il peut se transformer en coryza purulent : l'écoulement nasal devient épais et jaunâtre.
La forme la plus grave du coryza est la pasteurellose due à une bactérie : les poumons et plèvres sont atteints et la mort peut survenir. Il faut savoir que les conséquences de la pasteurellose ne sont pas seulement respiratoires, mais que la peau, les mamelles, l'utérus peuvent également être atteints ; on observe alors des inflammations ou des abcès.
Il existe des médicaments pour combattre le coryza. Mais, pour être honnête, il faut dire que le traitement des formes graves du coryza est parfois illusoire : médicaments onéreux pour souvent peu de résultats. Cependant, sachez qu'il existe des vaccins contre la pasteurellose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

lapins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» DEGATS DE LAPINS
» Habitation des lapins : exemples de cages, enclos ...
» deux lapins males, ca marche?
» elevage de lapins nains
» La loi suisse sur la détention des lapins.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: -