AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 VIANDE DE LAPIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:29

20 mai 2012

Lapin : garanti 100 % cage

http://www.l214.com/lapins

Ce dossier est le fruit d'un travail d'enquête minutieux réalisé dans les élevages et les abattoirs, mais aussi à partir des publications scientifiques et professionnelles disponibles sur l'élevage des lapins élevés pour leur viande. Elles décrivent les conditions de vie des 40 millions de lapins qui alimentent chaque année les boucheries et les rayons des grandes surfaces françaises.

Ne condamnons pas des animaux à vivre et à mourir ainsi.
Vous pouvez nous aider à poursuivre notre travail d'enquête, d'information et de sensibilisation en adhérant à L214. Merci !

Vous pouvez signer notre pétition pour l'interdiction de l'élevage des lapins en batterie.

Parcourez le dossier Lapins
•La vie des lapins en élevage
L'élevage des lapins de chair de la naissance des lapereaux à l'abattoir.
•La situation de la production cunicole en France
Une vue d'ensemble de la production cunicole professionnelle en France.
•Les maladies et la mortalité dans les élevages
Les élevages de lapins de chair sont de type intensif. Les maladies y sont courantes et les taux de mortalité sont supérieurs à 25 %.
•Etude sur l'étourdissement et l'abattage des lapins
Une étude scientifique publiée à l'occasion du dernier congrès mondial de cuniculture met en cause l'efficacité de l'étourdissement électrique généralement pratiqué dans les abattoirs de lapins.
•Abattage : étourdissement électrique des lapins
Traduction de la section concernant l'étourdissement électrique des lapins du rapport de l'EFSA sur l'étourdissement et l'abattage des volailles publié en 2006.
•L'utilisation massive d'antibiotiques
Les médicaments et les antibiotiques sont utilisés couramment dans la nourriture distribuée aux lapins.
•Les menaces sur l'emploi
Où la légende des associations de protection animale qui nuisent à l'emploi des éleveurs perd ses fondements...
•L'actualité européenne des élevages intensifs de lapins
Détail des avancées obtenues en Suisse, Autriche et Allemagne.
•Environnement et élevage cunicole
Les élevages cunicoles sont sources de grandes souffrances pour les lapins et sont contraires aux objectifs de développement durable.
•Passez à l'action !
Une liste non exhaustive d'actions pour diffuser les informations sur les conditions de vie et de mort des lapins.
•Réservoir de photos
Photos d'élevages et d'abattoir, France.
•Presse
Dossier de presse, demandes d'images en haute qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:30

10 MAI 2012

http://www.l214.com/lapins/petition

Pétition pour l'interdiction de l'élevage des lapins en batterie
Pétition mise en ligne le 8 juillet 2008

Chaque année, plus de 400 millions de lapins sont élevés pour leur viande au sein de l'Union européenne, ce qui représente la moitié de la production mondiale. Rien qu'en France, on en tue 60 millions par an. La plupart d'entre eux sont élevés dans des cages disposées en batterie. Pendant toute leur vie, ils sont enfermés dans ces cages exiguës au sol grillagé, source d'inconfort et de blessures aux pattes. Il leur est impossible de se dresser, bondir, fouiner, ronger, se cacher. En phase d'engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins, la promiscuité favorise les comportements d'agression. Les lapines, inséminées artificiellement, sont soumises à un rythme de reproduction maximal. Elles mettent bas tous les 42 jours environ. Elles souffrent de lésions aux pattes et de déformations du squelette. Un tiers d'entre elles meurent chaque année.

Dès leur naissance, les petits sont triés : les plus faibles et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse où ils agoniseront parmi les morts-nés. Ces mises à mort douloureuses ne font l'objet d'aucun contrôle et d'aucune sanction. L'éleveur a moins de 5 minutes à consacrer par vie de lapin. Le taux de mortalité dans ces élevages est supérieur à 25 % malgré une utilisation massive de médicaments et d'antibiotiques. Il n'existe aucune législation française ni européenne pour protéger spécifiquement les lapins dans les élevages. C'est pourquoi, nous, soussignés, demandons à la Commission européenne d'élaborer une proposition de directive afin d'interdire les élevages de lapins en cages.


Dernière édition par vegan le Lun 23 Juil - 4:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:34

3 mai 2012

photos : http://www.l214.com/lapins/elevage-abattoir

Vie de lapins

100 % cage au sol grillagé
En France plus de 40 millions de lapins vivent en cage sur un sol grillagé, source d’inconfort permanent et de blessures aux pattes.


Les élevages comptent en moyenne plus de 6000 animaux. Les lapins sont très craintifs : la plupart des éleveurs diffusent le son d'une radio dans leurs bâtiments pour couvrir les bruits soudains (bruits de cages, mise en route des ventilateurs, etc.).

Les animaux disposent de peu de place : la surface d’une feuille de papier A4 chacun durant leur vie entière.

Leurs cages sont dépourvues de tout aménagement. Il leur est impossible de se dresser, de se cacher, de bondir, de ronger, de fouiner...

En phase d’engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins et les agressions sont fréquentes, occasionnant blessures et infections.

Reproduction
Les reproducteurs sont sélectionnés dès leur naissance.
Ils sont choisis puis conditionnés pour être envoyés dès leur premier jour de vie vers les élevages où ils seront parents ou grands-parents.


Les lapines vivent isolées les unes des autres et sont inséminées 10 jours après chaque mise bas. Elles donnent naissance à une dizaine de petits par portée ; plus d’une soixantaine par an. Elles souffrent en outre de lésions aux pattes et de déformations du squelette. Environ un tiers des mères meurent chaque année.

7 lapereaux sur 100 éliminés
Dès la naissance, les petits sont triés : ils sont répartis en fonction de leur taille et de leur poids. 8 à 9 sont placés avec chaque lapine. Les malades, les plus petits et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse ; il arrive que certains agonisent ensuite au milieu des morts-nés.

Il arrive que certains lapereaux naissent en dehors des nids.


Les lapereaux sont sevrés et séparés des mères à un peu plus d’un mois, juste avant la mise bas suivante de la mère. Les mises bas s'enchainent tous les 42 jours ou 49 jours.

5 minutes par vie de lapin
L’éleveur consacre en moyenne 4,3 heures de travail par an à une lapine (et ses petits). En un an 50 petits par lapine sont envoyés à l'abattoir, donc les 4,3 heures sont réparties chaque année entre 51 lapins : cela représente moins de 5 min pour un lapin sur toute sa vie. Cette durée inclut le temps passé au nettoyage du bâtiment, à la distribution de nourriture, etc. (1)

Plus de 25 % de lapins morts
La nourriture des lapins est supplémentée en vitamines, minéraux, antibiotiques et autres médicaments. Pourtant, un quart des lapins meurent avant d’atteindre l’âge où ils sont abattus.


Ce taux de mortalité est un chiffre officiel de la filière issus des résultats technico-économiques de 2007. (2)

L’abattoir
Vers deux mois et demi, les lapins sont entassés dans des caisses et conduits à l’abattoir. Ils y sont étourdis, saignés, dépecés, éviscérés.

Les images d'abattoir sont des scènes pouvant apparaître comme choquantes. Ce sont pourtant les images ordinaires de la mort des lapins.


Voir une vidéo d'abattage de lapins.

Voilà un bref résumé de la courte "vie" d'un lapin



(1) Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006, p. 32.
(2) ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair - Programmes RENACEB et RENALAP - Résultats 2006, septembre 2007, p. 60.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:35

20 juin 2012

La production française de lapins de chair

La France est le 4e plus gros pays producteur mondial de lapins élevés pour leur viande - les "lapins de chair".
Elle est précédée par la Chine, de l'Italie et de l'Espagne.

L'élevage des lapins en France
40 millions de lapins sont comptabilisés en abattage contrôlé mais le nombre de lapins élevés pour leur viande serait de 60 millions. Bien qu'en diminution, il existe encore beaucoup d'élevages familiaux qui comptent peu de lapines reproductrices. Nous décrirons ici les élevages professionnels qui alimentent en particulier les grandes surfaces.

Ces élevages comptent en moyenne 495 lapines reproductrices.
Chaque femelle a auprès d'elle 8 à 9 petits. Les 8 ou 9 petits de la portée précédente sont au stade de l'engraissement dans d'autres cages. En moyenne, dans un élevage, on compte donc plus de 6000 lapins présents. La taille moyenne des élevages a triplé entre 1984 et 2006.

100% cage de batterie
L'élevage professionnel est intensif de type hors-sol : les lapins sont enfermés dans des cages exiguës au sol grillagé pendant toute leur vie. Le temps de travail requis pour conduire ces élevages est réduit au minimum. Voir les détails de la vie et de l'abattage des lapins.

Des labels vantent parfois l'élevage en plein-air ou en semi plein-air : les conditions de vie des lapins y sont similaires à ceci près qu'ils sont plus exposés aux conditions climatiques. En aucun cas ils n'ont accès à de verts pâturages...

La production en bio ou en Label Rouge est marginale. Le Label Rouge représenterait moins de 1% des ventes, le bio n'est même pas quantifié...
Bio : les cages peuvent être déplacée sur de l'herbe donc les pattes reposent sur le sol. Les lapins ont plus de place qu'en standard.
Label Rouge : enclos au sol grillagé en engraissement avec 15 jours sur paille les derniers jours de vie, abattage à 90 jours au lieu de 72. Les densités sont moins élevées qu'en standard.

Des taux de mortalité importants malgré une utilisation massive d'antibiotiques
Le taux de mortalité dans les élevages est très élevé malgré une utilisation importante d'antibiotiques. Sur 100 lapereaux nés, 26 lapereaux meurent avant d'atteindre l'âge où ils sont abattus (en moyenne 74 jours). Le taux de mortalité des mères est de 29 % par an.

Pas d'avenir sans cages
Nous avons rencontré des représentants du CLIPP, organisme qui regroupe les professionnels des élevages cunicoles en janvier 2008. La filière française ne s'est pas engagée dans le développement d'alternatives aux cages.

Certaines grandes surfaces européennes commencent à se détourner des lapins élevés en cage.

Manor, enseigne de grandes surfaces Suisse, n'achètera plus de lapins en provenance d'Italie. Les images des élevages montrées par les producteurs différaient de celles filmées directement dans les élevages par l'association suisse Kagfreiland... L'Italie a les mêmes modes de production que la France...

Une campagne d'information sur les conditions de vie des lapins de chair menée par Vier Pfoten a fait chuter les ventes de lapins en Allemagne. Les grandes chaînes de supermarchés allemandes Tengelmann et Kaiser's ont retiré les lapins issus de cages de leurs rayons.

Source complémentaire :
Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006.
ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair - Programmes RENACEB et RENALAP - Résultats 2006, septembre 2007, p. 60.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:36

29 mai 2012

Mortalité et maladie dans les élevages cunicoles

L'élevage intensif favorise les agressions entre les lapins et la rapide propagation des maladies : les lapereaux sont sujets aux troubles digestifs et les reproductrices aux troubles respiratoires. Un quart des lapereaux meurent en cours d'élevage et le taux de mortalité des lapines reproductrices est de 29 % en un an.
Le taux de mortalité moyen dans les élevages de lapins de chair est de 26,7 %. Cela signifie que plus d'un quart des lapereaux meurent avant d'atteindre l'âge où ils sont abattus.

Sur 1000 lapereaux nés, 267 n'atteignent pas l'âge de 74 jours (1):

•61 sont mort-nés ;
•65 sont éliminés à la naissance lors de l'équilibrage des nids ;
•75 meurent au nid (entre leur naissance et 35 jours) ;
•66 meurent à l'engraissement (entre 35 et 74 jours).
Aujourd'hui, la conduite d’élevage prépondérante est l’insémination artificielle avec conduite en bande unique à 42 jours. Les élevages comptent en moyenne 500 lapines.

Des morts en début de vie
Les 126 morts en tout début de vie sont vraisemblablement dues à la prolificité des femelles et au rythme intense imposé des mises bas.

La race des lapines pour les élevages de lapins de chair a été sélectionnée pour que naissent un maximum de lapereaux par portée. Les mises bas ont lieu tous les 42 jours dans la plupart des élevages (49 jours dans les autres). Aujourd'hui, en moyenne, il nait plus de 10 lapereaux par lapines. Elles ne peuvent en nourrir convenablement que 9 (8 si c'est leur première mise bas). Donc, outre les mort-nés, une sélection est faite par les éleveurs parmi les petits dès la naissance pour garder les "meilleurs" et les répartir dans les nids. Les petits sont manipulés et changés de mère au gré des besoins. Les lapereaux en surnombre sont tués.

Les maladies les plus courantes en élevage intensif (2)
Troubles respiratoires
En élevage intensif les lapins sont exposés à des troubles respiratoires liés aux bactéries, virus et champignons présents dans les bâtiments. La pasteurellose touche souvent les lapines.

Troubles digestifs
Les troubles digestifs sont courants et constituent une des causes importantes de mortalité. Des aliments médicamenteux sont utilisés quasi-systématiquement pour équilibrer la flore intestinale des lapins. Un épidémie d'entérocolite tue la quasi-totalité des lapins en quelques jours. Une forte épidémie a eu lieu en 1996 et les mesures sanitaires sont draconiennes depuis. Mais les cas d'entérocolites restent très présents dans les élevages.



(1) ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair - Programmes RENACEB et RENALAP - Résultats 2006, septembre 2007, p. 58.
(2) Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006, p. 28.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:38

25 mai 2012

Etude sur l'étourdissement et l'abattage des lapins

http://www.l214.com/lapin/etude-etourdissement-abattage

L'original de cet article est disponible sur internet :
http://world-rabbit-science.com/WRSA-Proceedings/Congress-2008-Verona/Papers/W-Rota.pdf

Traduction libre par Marceline Pauly

EVALUATION DU BIEN-ÊTRE DES LAPINS
PENDANT L’ÉTOURDISSEMENT ET L’ABATTAGE
DANS UN ABATTOIR COMMERCIAL

Rota Nodari S.1, Lavazza A.2*, Candotti P.3


1. ASL, Distretto Veterinario n.1 Brescia-Gardone V.T., P.le Repubblica 2, 25124 Brescia, Italy
2. National Reference Centre for Viral Diseases of Lagomorphs, IZSLER, via Bianchi 9, 25124, Brescia, Italy
3. National Reference Centre for Animal Welfare, IZSLER, via Bianchi 9, 25124, Brescia, Italy
*Corresponding author: antonio.lavazza@bs.izs.it

Resumé - Un total de 1020 lapins issus de croisement ont été examinés pour évaluer leur bien-être pendant l’étourdissement électrique et l’abattage dans un abattoir commercial. Les procédures d’étourdissement (position des électrodes et répétition des applications du courant) et de saignée (position, longueur et profondeur de l’incision) ont été contrôlées. Le système d’étourdissement a été incorrectement appliqué 110 fois (10,8%). Trois lapins, non étourdis par la procédure, étaient encore conscients à la saignée. Dix-huit lapins ont repris conscience avant de mourir, comme l’a attesté le réflexe cornéen et, dans plusieurs cas, des vocalisations (n=3) et des redressements de tête (n=1) ont été observés. A l’abattoir, le réflexe cornéen est le meilleur indicateur du rétablissement de la conscience.

Introduction
Dans le monde entier, des lapins issus du lapin européen (Oryctolagus cuniculus L.), sont élevés et abattus pour la production de viande. En Europe, cette production est très hétérogène et aucune information n’a été fournie par Eurostat. sur l’abattage des lapins dans la plupart des pays membres de l'UE. Dans le nord de l’Europe, le lapin est considéré principalement comme un animal de laboratoire ou de compagnie, tandis qu’en France, en Italie, en Espagne, au Portugal et en Hongrie, le lapin est élevé à grande échelle pour la consommation de sa viande (EFSA, 2006). Bien qu’en Italie les lapins soient encore traditionnellement élevés et tués à la ferme, 28.39 millions de lapins de 2.6 kg en moyenne, élevés dans des élevages industriels, sont abattus chaque année dans des abattoirs de lapins agréés (ISTAT, 2007).

Selon les dispositions du décret 333/1998 sur la protection des animaux lors de l’abattage (en application de la Directive 93/119/CE du Conseil du 22 décembre 1993), les méthodes d’étourdissement autorisées pour les lapins sont : le pistolet à tige perforante ou captive, la percussion, l’électronarcose et l’exposition au dioxyde de carbone. Le pistolet à tige perforante est considéré comme une bonne méthode mais seulement lorsqu’il y a peu de lapins à tuer (EFSA, 2006), tandis que l’électronarcose est la méthode d’étourdissement la plus fréquemment utilisée dans les abattoirs de lapins lorsqu’un grand nombre d’animaux doit être abattu.

Peu d’études ont porté sur l’activité physique et le comportement des lapins étourdis par électronarcose (Anil et al., 2000, Maria et al., 2001). L’enregistrement électrocochléographique (EcoG) de l’électronarcose a montré qu’une application bitemporale de 100V et de 50Hz AC pendant 1 seconde était capable d’induire chez les lapins une intense activité épileptique classique de type Grand Mal. 2 lapins ont manifesté des convulsions tonico-cloniques, c’est-à-dire les signes caractéristiques de l’épilepsie chez les autres espèces, alors que les autres semblaient simplement épuisés après l’étourdissement (Anil et al., 1998). Chez les lapins, l’étourdissement électrique peut être réalisé avec un voltage de 100 V minimum, qui devrait fournir des courants dépassant 140 mA (Anil et al., 1996). Pour les espèces à viande rouge, pour évaluer le bien-être à l’abattage, et en particulier à l’étourdissement, un système de score clinique a été mis au point par Temple Grandin dans les années 90 et est utilisé couramment et avec succès dans nombre d’abattoirs des Etats-Unis et d’Europe. Par contre, peu de recherches ont été menées sur les lapins et appliquées aux abattoirs pour évaluer sur une grande échelle le bien-être de ces animaux pendant l'étourdissement électrique et l'abattage.

Par conséquent, l’objectif de cette étude était d’effectuer une évaluation objective de l’efficacité de l’étourdissement électrique dans un abattoir commercial de lapins.

Méthodes et matériel
Animaux et schéma expérimental
1020 lapins au total ont été individuellement examinés par le même observateur afin d’évaluer l’efficacité de l’étourdissement. Les tests ont été menés pendant l’automne (octobre et novembre) dans un abattoir de lapins agréé du nord de l’Italie. L’abattoir avait une capacité de 1800 lapins/jour et un rythme de 220 lapins/heure. Les lapins étaient transportés quotidiennement à l’abattoir, dans des cages de 35 cm de hauteur avec une densité de 15 lapins/480 cm2. Tous les lapins provenaient d’élevages industriels et étaient des lapins croisés des deux sexes en fin d’engraissement, âgés de 90 jours, pesant 2.5 kg en moyenne. L’abattoir avait l’habitude de recevoir les animaux le matin à 7h30 (1er transport) ou 10h30 (2e transport). Chaque transport se composait de 1 à 3 lots différents de lapins et pouvait durer de 20 minutes à 3 heures. Les animaux dans leurs caisses étaient déchargés et entreposés à l’extérieur, à l’abri d’un toit jusqu’à l’abattage. L’abattage se divisait en deux périodes ; le matin (de 8h à midi) et l'après-midi (de 13 à 16 h). L'abatteur était le même pendant toute la durée de l’étude.

Procédures d’étourdissement et d’abattage et paramètres enregistrés
L’étourdissement était effectué manuellement avec un appareil en V dont chaque branche était munie d’une électrode. L’abatteur sortait un lapin d’une cage, et tout en gardant l’animal sur le dessus de celle-ci, positionnait les 2 branches de l’étourdisseur entre les yeux et les oreilles du lapin. L’appareil comportait un dispositif qui mesure l’impédance de la charge et empêche l’opération si le minimum de courant requis n’est pas fourni, ainsi qu’un dispositif sonore indiquant la durée de son application à l’animal, et il était raccordé à un autre dispositif indiquant le voltage et le courant sous tension. Une fois la tête du lapin en contact avec les électrodes, un courant de 117 V, d'un intensité minimale de 1.1 A pendant 1.31 s ± 0,29 s (DS) (mesuré sur un lot de 50 lapins) était utilisé. Après l’étourdissement le lapin était accroché sur un rail la tête en bas et égorgé. L’intervalle entre l’étourdissement et la saignée, mesuré sur un échantillon de 50 lapins, était de 5,55 s ± 0,88 s (DS). Chaque lapin était observé individuellement entre le moment où il était sorti de sa cage et le moment de sa mort. Les paramètres enregistrés son reportés dans le tableau 1. Pour les analyses statistiques, on a appliqué le test du χ2 aux paramètres sélectionnés.

Tableau 1 : Paramètres enregistrés



Résultats et discussion
Un total de 10 lots de lapins, appartenant à 8 élevages différents, ont été observés. Les résultats de ces observations sont reportés dans le tableau 2.

Tableau 2 : Paramètres enregistrés chez 1020 lapins. Nombre d’observations entre parenthèses



Le système d’étourdissement a été positionné incorrectement 110 fois (10.8%). Dans la plupart des cas il était trop près du nez de l’animal et dans plusieurs autres (n=4) une patte antérieure du lapin s’interposait entre la branche de l’étourdisseur et la tête de l’animal.

Un lapin seulement a vocalisé pendant l’étourdissement, bien que dans ce cas, les électrodes aient été correctement positionnées. On a supposé que la fatigue et le froid auraient pu affecter négativement le travail de l’abatteur l’après-midi mais les résultats ne montraient pas de différence significative. Il n’y avait pas, en fait, de différence significative (P=0.83) entre la position des électrodes le matin (95 positions incorrectes/870) et l’après-midi (15 incorrectes/150) ni selon que la température était douce (55 incorrectes/480) ou froide (55 incorrectes/540) (P=0.54).

L’application du courant a été répétée pour 111 lapins, 97 fois dans la matinée et 14 fois dans l’après-midi. 101 applications correctes ont été observées pour seulement 10 applications incorrectes. L’abatteur décidait de recommencer l’application de courant électrique lorsqu' il considérait que la première n’avait pas été suffisamment longue. Par conséquent, trois lapins ont reçu 4 applications, sept lapins en ont reçu 3 et cent lapins en ont reçu 2. Un seul des lapins ayant reçu 2 applications a manifesté une réaction de fuite tandis que les 110 autres n’ont montré aucun comportement anormal. Néanmoins, l’immobilité étant un comportement couramment manifesté par toutes les espèces proies en cas de danger, il est particulièrement difficile d’établir si la douleur est présente ou non (Mayer, 2007). En conséquence, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que les lapins immobiles pendant l’étourdissement manifestaient un réflexe de conservation withdrawal*, plus difficile à interpréter qu’une réaction de lutte ou de fuite.

La saignée a été exécutée correctement durant toutes les observations mais 3 lapins ont crié et 2 d’entre eux ont eu une réaction de fuite. La position des électrodes lors de l’étourdissement était incorrecte dans ces deux cas. Parce qu’un cri long et perçant est un signe de douleur et de peur, comme lorsqu’un lapin est capturé par un prédateur (Mayer, 2007) un cri aigu pendant la saignée indique clairement un état de conscience.

Dix-huit lapins ont montré un retour des réflexes après la saignée. Un résumé des comportements enregistrés en relation avec la position des électrodes est présenté dans le tableau 3. Un test du χ2 a été appliqué pour chaque comportement, afin d’évaluer les effets de la position des électrodes sur le déclenchement du comportement. P<0.05 indique une différence significative entre la position correcte et incorrecte des électrodes et la présence ou l’absence du comportement. La position des électrodes n’a eu aucun effet significatif sur le déclenchement des comportements (Tableau 3).

Tableau 3 : Comportements enregistrés après la saignée



Aucun cas de respiration rythmique après la saignée n’a été enregistré mais 18 lapins (1.76%) ont manifesté un réflexe cornéen et, parmi eux, 3 ont crié et 1 a dressé la tête.

Des halètements ont été observés chez 291 animaux. Ce schéma respiratoire, aussi appelé respiration agonale, s’observe juste avant la mort, à la suite de l’ischémie cérébrale (Pluta and Romaniuk, 1990). Cela pourrait être vu comme un signe positif, annonciateur de la mort. Cependant, il a aussi été observé chez 15 des 18 lapins qui ont eu un réflexe cornéen. Les électrodes ont été incorrectement positionnées sur seulement 2 des 18 lapins qui ont repris conscience. Cela ne peut toutefois pas être considéré comme la seule cause du rétablissement de la conscience. D’autres causes doivent être recherchées dans la procédure d’étourdissement. Les paramètres spécifiques des 18 lapins qui ont repris conscience avant la mort sont reportés dans le tableau 4.

En contrôlant le bien-être des lapins pendant l’abattage, il est important de reconnaître l’état d’étourdissement. Contrairement à Anil (2000), nous pensons que la cessation de la respiration rythmique ne peut pas être considérée comme le meilleur et le plus fiable indicateur de la reprise de conscience à l’abattoir. La fourrure des animaux et le fait qu’ils soient accrochés au rail, la tête en bas, rendent difficile l’évaluation de la présence d’une respiration rythmique. Dans une expérience conduite par Anil (2000), le retour d’un réflexe cornéen devançait le retour de la respiration chez 6 lapins étourdis sur 10. Par conséquent, le déclenchement du réflexe cornéen pourrait être l’outil le plus fiable et efficace.

Tableau 4 : Paramètres spécifiques des lapins qui ont repris conscience avant la mort



Conclusion
L’abattage des lapins à l’échelle commerciale pose des problèmes cruciaux en ce qui concerne le bien-être animal. Cette étude a révélé que les électrodes pouvaient être mal positionnées sur beaucoup d’animaux, causant probablement une souffrance inutile. La reprise de conscience avant la mort, même si cela concerne peu d’animaux, indique que, dans certains cas, la durée de l’étourdissement est insuffisante. Des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pourquoi l’étourdissement électrique ne provoque pas un état d'inconscience d'une durée suffisante chez certains lapins.

Références

Anil M.H., Raj A.B.M., McKinstry J.L. 1996. Electrical stunning in commercial rabbits. In: Proc. 6th World RabbitCongress, 1996 July, Toulouse, France, Vol. 2, 407-410.
Anil M.H., Raj A.B.M., McKinstry J.L. 1998. Electrical stunning in commercial rabbits: effective currents, spontaneousphysical activity and reflex behaviour. Meat Sci., 48, 21-28.
Anil M.H., Raj A.B.M., McKinstry J.L. 2000. Evaluation of electrical stunning in commercial rabbits: effect on brainfunction. Meat Sci., 54, 217-220.
Council Directive 93/119/EC of 22 December 1993 on the protection of animals at the time of slaughter or killing.
Decreto Legislativo 1 settembre 1998, n.333. Attuazione della direttiva 93/119/CE relativa alla protezione degli animalidurante la macellazione e l’abbattimento.
EFSA 2006. The welfare aspects of the main systems of stunning and killing applied to commercially farmed deer, goats,rabbits, ostriches, ducks, gees and quail. Opinion of the Scientific Panel on Animal Health and Welfare. Question EFSA Q 2005-005. Accepted on the 13th of February 2006.
Maria G., López M., Lafuente R., Mocé M.L. 2001. Evaluation of electrical stunning methods using alternative frequencies in commercial rabbits. Meat Sci., 57, 139-143.
Mayer J. 2007. Use of behaviour analysis to recognize pain in small mammals. Lab. Animal., 36(6), 43-47.
Pluta R., Romaniuk J.R. 1990. Recovery of breathing pattern after 15 min of cerebral ischemia in rabbits. Amer. Physiol Soc.,1676-1681.

(9e Congrès mondial de cuniculture – 10-13 juin 2008 – Verone – Italie)

* Nous n'avons pas trouvé un terme équivalent français : c'est un mécanisme de survie, à l'opposé des réactions dites "de lutte et de fuite".
Manifestations : hypotonie, faiblesse, dépression, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:39

Abattage : étourdissement électrique des lapins
Partager / Diffuser cette page


Cet article est la traduction de la section concernant l'étourdissement électrique des lapins du rapport de l'EFSA sur l'étourdissement et l'abattage des volailles publié en 2006 : Opinion of the Scientific Panel on Animal Health and Welfare (AHAW) on a request from the Commission related with the welfare aspects of the main systems of stunning and killing applied to commercially farmed deer, goats, rabbits, ostriches, ducks, geese, pp. 33 à 35.

Traduction libre par Carine Schmit

5.3 Etourdissement électrique et abattage
Le recours à l’étourdissement électrique chez les lapins remonte aux années 1950, époque à laquelle Phyllis Croft a mené des recherches sur son utilisation. De nos jours, les abattoirs commerciaux de lapins l’utilisent très couramment. Cette méthode a recourt à des électrodes en forme de « V », comme on le voit sur la figure ci-dessous, qui peuvent être prises en main ou suspendues au mur.


matériel électrique pour l'étourdissement des lapins (Photos: S. Diverio)

Quelques études se sont penchées sur l’utilisation de l’étourdissement électrique des lapins du point de vue de leur bien être.

Anil et alii. (1998) ont mené des recherches sur l’activité physique et les réflexes comportementaux de 71 lapins des deux sexes destinés à la consommation (d’un poids allant de 1,7 à 3,1 kg) étourdis dans un abattoir commercial. Les méthodes étudiées portaient uniquement sur les applications à la tête d’un courant de 50 Hz (de forme sinusoïdale) et de 100, 75 ou 50 V pour une durée moyenne des trois à cinq secondes chez trois groupes de dix animaux. Lors d’un deuxième essai, quatre groupes comprenant chacun dix lapins ont été étourdis avec 100 ou 50 V pendant une seconde et pendant trois secondes. Après étourdissement, les lapins étaient placés sur une table et on filmait leur comportement. Le type et la durée d’activité physique spontanée ainsi que le retour aux réflexes ont été mesurés à partir de la vidéo.

Les variations d’impédance sur la tête des lapins étaient considérables en raison de l’épaisseur de leur fourrure et allaient de 300 Ω à plus de 1 500 Ω, quel que soit le voltage appliqué. Par conséquent, les courants s’étalaient de 92-120 mA à 50 V, 138-211 mA à 75 V et 154-279 mA à 100 V. (NB : ces données ne prennent pas en compte 3 animaux qui n’ont pu être étourdis et qui ont été remplacés). Le déclenchement de l’étourdissement a échoué chez un animal à 100 V et chez deux animaux à 50 V. On considérait que l’étourdissement avait réussi lorsqu’on ne remarquait pas de différences significatives entre les différents voltages en termes de durée d’insensibilité apparente. On considérait que le courant le plus bas que pouvait recevoir un animal pour être correctement étourdi devait être au minimum de 140 mA. Le retour à une respiration normale s’effectuait entre 35 et 41 secondes, si le voltage était plus bas on constatait une plus longue absence de respiration rythmée. On constatait le retour des réflexes cornéens au bout de 25 à 26 secondes sans corrélation particulière avec le voltage ou la durée de l’étourdissement. On pouvait s’attendre à une réaction à la suite d’un pincement du museau au bout de 44 à 55 secondes, en fonction de la durée du courant administré.

Maria et alii (2001) ont corroboré les modèles de réaction des lapins après avoir également filmé le comportement qui suivait l’étourdissement de 50 lapins des deux sexes, pesant environ deux kilos, destinés à la consommation pendant au maximum trois minutes. On a soumis des groupes de dix lapins à des combinaisons de différents voltages et différentes fréquences d’un courant continu pulsé et ce pendant trois à cinq secondes. Les méthodes étudiées étaient : 49 V à 179 Hz, 130 V à 161 Hz et à 1667 Hz, 19 V à 161 Hz et à 1667 Hz. Alors que l’on a pu vérifier le voltage et la fréquence, il a été impossible de vérifier l’ampérage.

On n’a pu étourdir 2 lapins à 19 V et on a dû les remplacer. Après un étourdissement considéré comme réussi par les auteurs du test, le réflexe cornéen était rétabli dans une moyenne de 25 à 38 secondes, et mettait plus de temps à revenir lorsque l’étourdissement était effectué à 130 V. La respiration rythmée cessait en moyenne pendant 26 à 33 secondes, l’arrêt ou la durée ne montrant aucune corrélation claire avec les paramètres d’étourdissement. La réaction à un pincement du museau était perdue en moyenne pendant 84 à 119 secondes et les crises tonico-cloniques duraient 29 à 39 secondes environ.

Dans le but de vérifier les affirmations cliniques, Anil et alii (2000) ont enregistré l’électrocorticographie1 de 8 lapins destinés à la consommation, d’un poids allant de 1,7 à 3,1 kg. L’application bi-temporale de 100 V à 50 Hz d’un courant alternatif (de forme sinusoïdale) pendant une seconde déclenchait une activité épileptique classique de type Grand Mal2 chez 6 lapins, dont seulement 2 ont manifesté des crises tonico-cloniques, signe clinique classique de l’épilepsie chez d’autres espèces. Les quatre autres lapins semblaient « étourdis et épuisés ».

Un lapin qui avait reçu un décharge de 22 mA n’a pas manifesté d’activité cérébrale épileptiforme, ni de signes physiques caractéristiques de l’épilepsie, mais son électrocorticographie montrait une activité à pics multiples d’une durée d’environ 13 secondes, ainsi qu’une perte de VER et ECE3 d’une durée de 27 et 24 secondes respectivement, indiquant au moins une courte période d’insensibilité.

A en juger d'après le retour des réflexes, l’étourdissement durait au moins 22 secondes et on observait un rétablissement complet après 144 secondes. Alors que l’on a pu enregistrer les réactions suscitées, les ECE ont été perdus après l’étourdissement et on été absents pendant 24 à 204 secondes, alors que les VER ont disparu pendant 27 à au moins 135 secondes.

En considérant les larges variations des symptômes cliniques chez les lapins étourdis électriquement, les conditions d’étourdissement qui varient très souvent ou qui ne sont pas rapportées, le petit nombre d’animaux pour lesquels on a enregistré un électroencéphalogramme (EEG), ainsi que les corrélations obscures entre les paramètres cliniques et les critères électrophysiologiques de l’inconscience, les recommandations scientifiques en ce qui concerne le courant minimum nécessaire à l’étourdissement efficace des lapins n’ont pu être fournies. Il est nécessaire de continuer les recherches, notamment l’enregistrement de l’électroencéphalogramme et de l’électrocorticographie et des PE4, afin de clarifier la situation.

Néanmoins, étant donné que la méthode est largement utilisée en abattoir, il faut apporter certaines recommandations pour éviter un mauvais usage et préserver le bien être animal.

5.3.1. L’étourdissement électrique appliqué uniquement à la tête
L’appareil électrique le plus communément utilisé pour étourdir les lapins semble être un assemblage d’électrodes en forme de « V » accroché au mur, tel que décrit par Anil et alii (1998-2000) et Maria et alii (2001) (Figures 1a et 1b) : En raison du manque de données scientifiques, on ne peut recommander quel est le courant minimum requis pour étourdir tous les lapins.

Dans les abattoirs, on a recours à des courants de 106 V, d’un à 4 ampères pendant une seconde (Salvi). En suivant cette méthode qui fait passer le courant par la tête, l’égorgement a lieu dans les 5 à 10 secondes suivantes, quand les animaux sont encore en phase tonique (10 à 15 secondes) et on a rapporté un saignement de 10 à 12 secondes. La vitesse de la ligne d’abattage s’échelonne de 500 à 3000 lapins à l’heure, en fonction de la disponibilité du personnel. D’autre part, Cavani et Petracci (2004) ont noté que l’usage commun était le recours à un courant de 50 à 100 V pendant 2 à 3 secondes avant de trancher la gorge de façon unilatérale ou bilatérale, suivi par un saignement de 2 à 3 minutes.

5.3.1.1 Description pratique
Pour éviter la douleur ainsi que les blessures au dos du lapin, l’animal est maintenu par une main passée sous son ventre et l’autre main guide la tête en le tenant par les oreilles.
On place la tête dans l’électrode en forme de « V » de façon à permettre au courant de passer à travers la tête. Les électrodes doivent être reliées entre les coins externes des yeux et la base des oreilles pour couvrir tout le cerveau.
Un courant minimum pour atteindre une profondeur suffisante et assurer un étourdissement assez long chez tous les lapins ne peut être recommandé en raison du manque d'études à ce sujet. Cependant, des courants de moins de 140 mA passant pendant moins de 3 secondes et conduits par moins de 100 volts ne sauraient être considérés comme suffisants.
Dans l’attente de la recommandation d’un courant adéquat à la suite de recherches plus approfondies, on préconise d’utiliser 400 mA, par analogie avec le même type d’étourdissement utilisé chez des espèces de taille similaire.
Ce type d’étourdissement est complètement réversible et ne donnera lieu qu’à un assommement temporaire et court, il faut par conséquent égorger les animaux très rapidement en sectionnant les deux carotides.

5.3.1.2 Points de surveillance
Le signe le plus fiable du déclenchement d’un étourdissement efficace en ayant recours à ce type d’appareil est l’arrêt d’une respiration régulière.

Les symptômes classiques d’une crise d’épilepsie sont la perte de maintien et le début de la phase tonique, caractérisée par un état tonique du corps accompagné d’un relâchement des pattes, puis des convulsions cloniques et contractions désordonnées des quatre pattes. Néanmoins, ces symptômes ne s’observent que chez un certain nombre d’animaux, alors que les autres semblent assommés et épuisés.

On a également noté d’autres signes chez certains lapins : une salivation excessive, la perte du réflexe cornéen pendant au moins 20 secondes et aucune réaction au pincement du museau pendant au moins 30 secondes.

5.3.1.3. Avantages
Le déclenchement immédiat de l’inconscience sous réserve d’une application correcte d’un courant suffisant.

5.3.1.4. Inconvénients
Il existe une large gamme d’impédance en ce qui concerne le flux du courant en raison des propriétés isolantes de la fourrure du lapin. Il en résultera par conséquent un large éventail de courants exercés, influant sur l’efficacité de l’étourdissement.

Les variations rapportées au sujet des symptômes d’un étourdissement efficace rendent difficile la mise en place d’un système de surveillance fiable.

Tenir l’animal par les oreilles pour faciliter l’application du courant peut compromettre son bien être si le poids du lapin n’est pas correctement soutenu.

La santé et la sécurité de l’opérateur doivent être prises en compte car il faut tenir les lapins manuellement pour les étourdir.


--------------------------------------------------------------------------------

1. L’électrocorticographie est l’enregistrement de l’activité neuronale par l’intermédiaire d’électrodes directement placées sur le cortex cérébral. Cet examen est pratiqué dans le cadre de la chirurgie curative d’une épilepsie pharmacorésistante. (NdT)
2. Epilepsie tonico-clonique ou Grand Mal : Elle est constituée de 3 phases : phase tonique (raidissement, contraction de l’ensemble des muscles des membres, du tronc et du visage), phase clonique (convulsions, contractions désordonnées des mêmes muscles), récupération (phase d’inconscience, respiration bruyante du à l’encombrement bronchique.
3. En anglais SER (sequential-events recorder) : enregistreur chronologique d’événements.
4. EP (evoked potential) : Potentiel évoqué (examen permettant de mesurer l’activité cérébrale quand différentes parties du cerveau sont stimulées. Un potentiel évoqué désigne le signal électrique produit par le système nerveux en réponse à une stimulation externe (son, lumière) ou interne (prise de décision). Ce signal étant en général très faible, il est nécessaire de répéter l’enregistrement un grand nombre de fois de façon faire la moyenne de toutes ces mesures et à obtenir une caractérisation du PE qui soit fiable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:39

22 mai 2012

Les antibiotiques : c'est automatique !
Partager / Diffuser cette page


D'après l'Agence Nationale du Médicament Vétérinaire, en 2006, 127,34 tonnes d'antibiotiques ont été utilisés dans les élevages de lapins, soit 10,09 % de la totalité des antibiotiques utilisés dans les élevages en France. (1)
Cette consommation est confirmée de nouveau en 2009, Lapins élevés pour la viande : record de consommation d'antibiotiques !
Une maîtrise sanitaire délicate
La maîtrise sanitaire des élevages de lapins est délicate. Vu la promiscuité et la sensibilité des lapins à certaines pathologies, une maladie peut se propager très rapidement et toucher l'ensemble des lapins dans un élevage en très peu de temps.

Les éleveurs de lapins ont à faire face à plusieurs maladies récurrentes qui peuvent décimer les lapins présents dans un élevage en quelques jours (troubles respiratoires, troubles digestifs, coccidioses notamment voir maladies et mortalité).

Des médicaments en quantité
Pour pallier ce risque, les médicaments sont largement utilisés à titre préventif dans les élevages de lapins. En 2006, les élevages de lapins ont utilisé seulement 37 % d'aliments blancs : les aliments blancs sont les aliments dépourvus de substances médicamenteuses... Autrement dit : 63 % des aliments contenaient des produits vétérinaires. (2)

Une utilisation massive d'antibiotiques
Parmi ces médicaments, on trouve des antibiotiques. En 2003, les lapins ont consommé 7,5 % du total des antibiotiques utilisés dans les élevages professionnels français alors qu'ils ne représentent que 1 % des animaux consommés. (3)

Des lapins en bonne santé ?
Les élevages de lapins tels qu'ils existent aujourd'hui ne sont pas viables sans cet apport de médicaments et antibiotiques. Et d'ailleurs, même avec cette utilisation massive d'antibiotiques les taux de mortalités sont de 26,7 % pour les lapins (donc en 74 jours) et 29,1 % pour les mères chaque année. (4)

Ce ne sont donc pas de bonnes conditions d'élevage qui assurent "la bonne santé" des animaux, mais une utilisation massive de médicaments et d'antibiotiques.

Rappellons ici que l'utilisation massive d'antibiotiques pose un problème de santé publique : l'antibiorésistance.

(1) « Suivi des ventes de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques en France en 2006 », Agence Nationale du Médicament vétérinaire, p.24.
(2) ITAVI, Réseau de fermes de références cunicoles - Programme Cunimieux, Résultats de la campagne 2005-2006, juin 2007, p. 16.
(3) « Suivi des ventes de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques en France en 2006 », Agence Nationale du Médicament vétérinaire, p. 24.
(4) ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair - Programmes RENACEB et RENALAP - Résultats 2006, septembre 2007, p. 58.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:40

Les menaces sur l'emploi
Partager / Diffuser cette page


"A titre d'exemple, une U.T.H. (1) (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80."
Il est reproché aux associations de protection animale de ne pas prendre en compte les emplois risquant de disparaître, si les élevages changeaient de fonctionnement ou pire si on les fermait.

Rappelons que c'est en rationalisant les méthodes d'élevage et en fusionnant les abattoirs, que les filières mettent les travailleurs ainsi que les éleveurs au chômage.

C'est le cas notamment de l'élevage cunicole avec ses méthodes rationalisées : "A titre d'exemple, une U.T.H. (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80." (2)

En 1906 il y avait 43 % de la population active française vivait de l'agriculture (3), en 2006 il n'y en a plus que 3,7 % (4). Selon la FAO, "Les tendances actuelles de changement structurel impliquent la probable disparition, à rythme accéléré, des petits éleveurs dans les pays en développement comme dans les pays développés." (5)

Donc l'abolition de la viande aurait un impact bien plus faible sur la perte d'emploi, que ce que l'on vient de vivre, du fait de l'industrialisation.

D'autre part, les évolutions prônées par les animalistes (plein air, paille, anesthésie, etc.) du fait qu'elles nécessitent davantage de personnel pour produire la même quantité sont très souvent rejetées. Autrement dit les animalistes proposent des mesures qui augmenteraient le nombe d'emplois dans les élevages, tandis que le ministère et les filières se battent contre !

Les baisses du nombre d'emplois dans l'élevage sont dues entre autres à l'organisation même du marché, à la rationalisation des méthodes d'élevage et aux progrès technologiques. On ne peut pas l'imputer au travail des associations de protection animale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:40

L'actualité européenne des élevages intensifs de lapins
Partager / Diffuser cette page


Après que des associations de protection animale aient mis en lumière les conditions d’élevage des lapins de chair, de grandes surfaces européennes se détournent de la viande de lapins élevés en cage ; l’Autriche interdit l’élevage en cages de batterie. Ci-dessous le détail des avancées obtenues en Suisse, Autriche et Allemagne.
Les grandes surfaces suisses stoppent la viande de lapins élevés en cage
Manor, enseigne de grandes surfaces, n'achète plus de lapins en provenance d'Italie depuis mars 2008. Les élevages montrés par les producteurs aux inspecteurs de Manor différaient de ceux filmés directement dans les élevages par l'association suisse KAGfreiland... Manor ne peut pas se tourner vers la France qui a les mêmes modes de production que l'Italie.

Migros, Coop (qui détient Carrefour en Suisse), Spar, Denner, TopCC (alimentaire pour la restauration) ne commercialisent pas ou plus de viande de lapins élevés en cage..

Globus retire de la vente la viande issue des cages en provenance d'Italie et de France suite à la campagne d'information de KAGfreiland et va procéder à des investigations auprès de ses fournisseurs afin de vérifier les conditions d'élevage des lapins.

Rappelons qu'en Suisse, la législation impose 1500 cm2 de surface par lapin (1200 cm2 dans le cas de groupe de plus de 40 lapins). En France, les surfaces usuelles sont de 450 à 550 cm2 par lapin.

L'Autriche interdit l'élevage en cage des lapins
En Autriche, à partir du 1er janvier 2012, les cages seront interdites. L'Autriche est ainsi le premier pays à interdire les cages de batterie pour les lapins élevés pour leur viande. Comment en est-on arrivé là ?

Les conditions de vie des millions de lapins élevés en Autriche étaient catastrophiques, comme elles le sont en France aujourd’hui. L’association Vier Pfoten a enquêté dans les élevages. La vidéo de Vier Pfoten est disponible sur son site et sur le DVD "Lapin : 100% cage" sur lequel figure également une demi-heure d'images brutes d'enquête collectées par Vier Pfoten.

En avril 2007, avec les photos et les vidéos, l'association Vier Pfoten a sensibilisé le public autrichien au sort des lapins élevés pour leur viande. Elle a également contacté les grandes surfaces. De nombreux reportages télévisés et des articles de presse ont couvert cette campagne.
Les grandes chaînes de supermarchés Merkur (Rewe) et Adeg ont renoncé à vendre de la viande de lapins maintenus en cage de batterie, convaincus par le dossier et les images de Vier Pfoten. Quelques supermarchés ont même demandé une coopération plus étroite avec Vier Pfoten pour aller plus loin dans la protection des animaux.
A noter que Menil et Metro n'ont pas été sensibles au sort des lapins...

Vier Pfoten a ensuite pris rendez-vous avec les politiques. L'objectif était d'ancrer juridiquement une interdiction des cages. L'ÖVP (Österreichische Volkspartei, parti populaire autrichien) a élaboré un amendement de loi prévoyant, à partir de 2020 seulement, de faibles améliorations pour les lapins sans interdiction des cages.
Vier Pfoten, les écologistes ainsi que le SPÖ (Sozialdemokratisch Partei Österreich, parti social démocrate autrichien) se sont mobilisés pour faire pression afin d'obtenir l'interdiction des cages. Et ils l'ont obtenue le 4 décembre 2007 !
Les points précis de la réglementation seront examinés mi-2008, avec la participation active des associations de protection animale.

Suivez la campagne de Vier Pfoten sur les conditions d'élevage des lapins.

Mobilisation en Allemagne contre les cages de batterie pour les lapins
Une campagne d'information sur les conditions de vie des lapins de chair menée en 2007 par Vier Pfoten a fait chuter les ventes en Allemagne. De grandes chaînes de supermarchés allemandes comme Rewe, Edeka, Tengelmann et Kaiser's ont retiré les lapins issus de cages de leurs rayons.
Été-automne 2007, ces deux chaînes souhaitaient remettre des lapins issus de cage dans leurs rayons. Vier Pfoten les a définitivement convaincus d’y renoncer à l'aide des images tournées par L214 en France.

Mise en place d'un mode d'élevage alternatif en Belgique
Novembre 2010
En Belgique enfin, les magasins Delhaize proposent depuis peu, à côté de la viande de lapins de batterie, du « Lapin d’élevage alternatif » qui a été élevé dans des parcs et non plus dans des cages. Il s’agit d’une importante amélioration en matière de bien-être animal qui fait suite à la campagne de GAIA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:41

Environnement et élevage cunicole
Partager / Diffuser cette page


L'élevage cunicole est une source de grandes souffrances pour les lapins. En soi, c'est une raison suffisante pour mettre un terme à cet élevage. Pour celles et ceux qui accordent de l'importance à l'environnement, il peut être utile de préciser que ce type d'élevage ne répond pas aux objectifs de durabilité fixés par la loi d'orientation agricole votée en juillet 1999.
Rappelons que l'élevage cunicole professionnel en France est à 100 % un élevage hors sol.

•ces élevages sont gourmands en énergie fossile : ils nécessitent d'être chauffés en hiver et ventilés de façon correcte tout au long de l'année. Cette forte utilisation d'énergie fossile contribue au changement climatique.
•la gestion des effluents d'élevage pose le problème des surfaces d'épandage. Les élevages cunicoles sont très concentrés dans le Grand Ouest et n'ont pas tous de surfaces agricoles autres que les bâtiments d'élevage. Cela génère des excédents d'effluents qui sont cause de pollution de l'eau et des sols.
•ces élevages ne sont pas autonomes au niveau des matières premières : la nourriture des lapins est constituée de granulés complets commercialisés par l'industrie de l'alimentation animale. Cette utilisation des intrants marque une forte dépendance vis à vis des industries de l'agro-alimentaire. Les médicaments et les antibiotiques sont également utilisés massivement.
•ils nécessitent une forte utilisation des transports aussi bien des intrants que des "viandes" puisque les abattoirs sont eux aussi concentrés dans les bassins de production alors que les clients sont répartis sur tout le territoire. Les filières courtes sont quasi inexistantes dans la filière cunicole.
D'une manière générale, l'élevage des animaux pour se nourrir questionne la responsabilité des pays occidentaux dans les problèmes actuels d'environnement. Le rapport de la FAO est accablant sur ce point.

Source : L. Fortun-Lamothe, INRA, université de Toulouse, "Quelle est la durabilité de la production cunicole ? Atouts et limites des conditions d'élevage actuelles", 12e Journées de la Recherche Cunicole, 27-28 novembre 2007, pp. 155-165
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:42

12 mars 2012

Campagne "lapins" : Passez à l'action
Partager / Diffuser cette page


Voici des suggestions d'actions à faire pour contribuer à sensibiliser un maximum de personnes au sort peu enviable des lapins de chair.


Devenez relais de cette campagne

Dès maintenant vous pouvez nous aider en participant aux stands et actions des associations locales. Selon vos motivations et vos disponibilités, nous pourrons vous proposer un certain nombre d'actions à mettre en place pour appuyer cette campagne (diffusion des cartes postales, tracts et pétition, organisation de tables d'information, contact avec les médias, etc.).
Si vous êtes intéressés, contactez nous directement en précisant votre zone d'action. Vous pouvez consulter le kit d'information pour les lapins et la liste des collectifs ou associations déjà associées.

Il est primordial que l'information circule le plus largement possible.

Suggestions d'action
Voici des suggestions d'actions à faire pour contribuer à sensibiliser un maximum de personnes au sort peu enviable des lapins de chair :

•Signer la pétition et la relayer
•Suggérer aux grandes surfaces d'arrêter de commercialiser la viande de lapins élevés en cage
•Arrêter de consommer de la viande de lapin et le faire savoir, s'informer sur les alternatives végétales.
•Inviter vos contacts à visiter ce site web.
•Adhérer à notre association
•Nous soutenir par un don
•Rejoindre un groupe militant de votre région
•Mettre un lien ou insérer une bannière sur votre blog ou votre site web
Notre engagement collectif est indispensable pour faire reculer la souffrance des animaux dits "de ferme" !

Le tour !

Début juillet 2008, nous avons commencé un tour de France en partenariat avec la SPA. Chaque étape s'est fait en 2 temps :

•un stand d'information en centre ville où sont diffusées des images récentes de la production française,
•une intervention en supermarché où des militants costumés se rendent directement au rayon de la viande de lapin pour interpeller la direction des grandes enseignes.
Les villes visitées : Lille, Amiens, Paris, Rennes, Angers, Tours, Orléans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:43

5 mai 2012

PHOTOS :

http://animaux.l214.com/lapins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vegan
Grand sage
Grand sage


Nombre de messages : 1490
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Lun 23 Juil - 3:43

Espace presse

aki tengo ke copiar pegar bastante

http://www.l214.com/lapins/presse

Nous mettons ici à votre disposition le dossier de presse mis à jour régulièrement (dernière mise à jour le 1/07/08).

Par décision de justice, nous ne pouvons plus vous faire parvenir le DVD "Lapin : garanti 100 % cage" ansi qu'un DVD de bruts d'enquête contenant des photos (format jpg) et une vidéo des rushs d'enquête (format dv).

N'hésitez pas à nous contacter.

Communiqués de presse :
•31-03-2009 Lapins élevés pour la viande : record de consommation d'antibiotiques !
•27-01-2009 Problèmes cruciaux dans les abattoirs de lapins
•21-12-08 La filière cunicole a tenté de faire interdire la campagne de la SPA et de L214 contre l'élevage intensif de lapins
•10-07-08 L'interprofessionnelle "lapins" tente de stopper la campagne "supermarchés" de la SPA et L214
•23-06-08 Elevage intensif : la SPA et L214 à l’assaut des grandes surfaces
•30-04-08 La viande des lapins français bannie des rayons des supermarchés suisses
•14-04-08 Les images insoutenables de l'élevage cunicole français
•19-01-08 La SPA et L214 non convaincus par les producteurs de lapins
•17-01-08 Elevage en batterie des lapins : la filière demande à rencontrer la SPA et L214
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VIANDE DE LAPIN   Aujourd'hui à 4:34

Revenir en haut Aller en bas
 
VIANDE DE LAPIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» papillon français
» Cherche lapin à viande pour partir élevage - 1 mâle et 2 fem
» Lapin pour viande
» granulé à lapin pour les chèvres ?
» Mon lapin mange des mouches.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: