AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 orang-outans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19969
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: orang-outans   Mar 9 Avr - 10:21

8 avril 2013

TRISTE et HORRIBLE....Ils mettent le feu aux arbres pour se débarrasser des orang-outangs, ils coupent les arbres pour les faire tomber. S'ils survivent on les envoie en prison à vie dans des zoos. Tout cela pour la récolte de l'huile de palme, un ingrédient du fameux Nutella (qui n'est qu'un exemple parmi tant de produits qui en ont!!)

Plus d'infos : http://www.notre-planete.info/actualites/actu...Ver más

Le prix de l'huile de palme : cas d'un orang-outan retrouvé criblé de plombs en Indonésie

6 714 lectures / 27 commentaires02 novembre 2012 ; révision : 24 novembre 2012, 18 h 16

Aan, l'orang-outan soigné par les vétérinaires locaux
DR
Chaque jour, la production de la précieuse huile de palme que nous importons massivement entraine un massacre silencieux. Outre la déforestation en amont, les animaux sauvages ne sont pas les bienvenus dans les monocultures de palmiers à huile qui s'étendent à perte de vue, comme en témoigne le sort tragique d'Aan, un orang-outan retrouvé criblé de plombs. Un exemple parmi des milliers d'autres...

L'orang-outan de Bornéo (Pongo pygmaeus) est un grand singe endémique de l'île de Bornéo où il est présent dans les états malaysiens de Sabah et Sartawak, ainsi que dans trois des 4 provinces indonésiennes du Kalimantan.

Selon la dernière estimation relayée par l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN), le nombre d'orangs-outans serait compris entre 45 000 et 69 000, c'est moins de 15% de sa population originelle. Si les orangs-outans étaient autrefois capturés pour amuser les occidentaux dans les zoos, ils sont maintenant chassés comme des indésirables, victimes de la puissante monoculture d'huile de palme, qui s'approprie inexorablement leurs habitats.

L'orang-outan de Bornéo est un singe arboricole au pelage roux qui dépend entièrement de la forêt. Chassé de son habitat naturel qui se réduit dramatiquement et privé de ses 1500 hectares qui lui sont nécessaires pour survivre, l'orang-outan s'aventure dans les plantations d'huile de palme pour chercher de la nourriture, des fruits essentiellement. Or, sur ces terres moins sauvages il est chassé sans aucune retenue : les adultes sont tués et les petits sont capturés dans le meilleur des cas.

Un orang-outan a été retrouvé avec 104 plombs dans le corps !

C'est justement ce qui est arrivé à un mâle solitaire qui a été découvert mourant avec 104 balles dans le corps ! C'est une équipe de secours de la Fondation et l'Agence de protection des ressources naturelles du Kalimantan central (BKSDA) qui l'a découvert dans cet état le 10 octobre 2012 dans une plantation d'huile de palme de Pangkalan Bun, dans la province de Kalimantan central, partie indonésienne de l'île de Bornéo.

Baptisé Aan, les vétérinaires de la Fondation Orang-outan qui l'ont examiné lui ont trouvé 37 balles dans la tête et 67 autres dans le corps, y compris dans le cœur et les poumons. Ils ont également remarqué qu'il souffrait d'infections dues à ses blessures. Zulfiqri, un des vétérinaires qui s'est occupé d'Aan, a déclaré que celles-ci auraient pu le tuer. Sa vue et son ouïe ont été gravement atteintes : il a perdu son œil gauche.

Les vétérinaires ne sont guère optimistes quant à ses chances de survie, mais le grand singe lutte pour échapper à la mort. "Il se bat de toutes ses forces. Il est grièvement blessé, mais il commence à s'alimenter, ce qui nous donne de l'espoir", a déclaré à l'AFP Hartono, responsable de l'agence locale de protection des animaux. D'après nos contacts au Jakarta Animal Aid Network, et cet article de Mongabay, Aan est toujours vivant au 6 novembre 2012. Son état n'est plus considéré comme critique et il se rétablit peu à peu, les vétérinaires ont déjà extrait une trentaine de plombs de son corps.
Si Aan survit, il devrait être relâché soit dans le sanctuaire naturel de Sungai Lamandu ou dans la forêt où il vivait.

Les auteurs des coups de feu ne sont pas connus, mais il est courant que les animaux piégés dans les plantations de palmiers à huile, qui ont empiété sur leur habitat, soient abattus. Il est pourtant interdit d'abattre les orangs-outans qui sont protégés par la loi. Ainsi, quatre hommes ont été condamnés en avril 2012 à huit mois de prison pour avoir tué par balles trois orangs-outans sur une plantation de palmiers à huile qui se situe également sur l'île de Bornéo. Les coupables avaient été payés par la plantation pour la débarrasser des animaux jugés nuisibles.
Ce fût également le cas de chasseurs arrêtés en novembre 2011 pour avoir tué une vingtaine d'orangs-outans et singes à long nez (Nasalis larvatus). Accompagnés de chiens, ces chasseurs recevaient, des exploitants des cultures de palmiers à huile, 100 dollars pour chaque orang-outan tué et 20 dollars pour chaque nasique tué. Ces sommes très importantes[1] couplées avec une police locale quasi-inexistante et corrompue expliquent que le génocide n'est pas prêt de s'arrêter.

Dans une dizaine d'années, l'orang-outan de Bornéo aura disparu

5000 orangs-outans seraient ainsi massacrés tous les ans, une espèce emblématique classée depuis plus de 25 ans comme en danger d'extinction par l'UICN. En effet, les populations d'orangs-outans ont été divisées par deux dans les 60 dernières années. A ce rythme, dans seulement une dizaine d'années, l'orang-outan de Bornéo aura disparu, rejoignant d'autres espèces emblématiques récemment éteintes comme le célèbre rhinocéros de Java et très prochainement le tigre de Sumatra.

Comme souvent, l'exploitation sans limites des milieux naturels profite (temporairement) aux sociétés humaines. Ainsi, "en Indonésie, ce sont 1 000 à 2 000 dollars par an et par hectare qui sont générés par la culture du palmier à huile, un revenu qui a contribué significativement, selon McCarthy (2010) à la régression de la pauvreté et à l'émergence d'une classe moyenne rurale. Aujourd'hui, plus de 5 millions de personnes[2] en Indonésie dépendent directement de la culture du palmier à huile" explique Alain Rival, spécialiste du palmier à huile au Cirad.

La plantation de palmiers à huile contribue pour environ 15% à la déforestation actuelle en Indonésie où au moins 20 000 km² de forêt disparaissent chaque année, soit l'équivalent de la moitié de la superficie de la Suisse. Par conséquent, les Nations Unies estiment que 98% des forêts indonésiennes, habitat naturel de ces grands singes, auront disparu d'ici 2022.


L'huile de palme par france24
Un paquet de biscuits à l'huile de palme vaut-il vraiment la mort de quelques orangs-outans ?

Chaque jour, involontairement ou avec désintérêt, nous contribuons à ce massacre en achetant des produits alimentaires qui contiennent de l'huile de palme. Encore inconnue dans les étals il y a quelques décennies, cette huile alimentaire très bon marché a envahi la quasi-totalité des biscuits et chips proposés dans le commerce, mais aussi les pâtes à tartiner, les laits pour enfants, le chocolat, les plats préparés, et les cosmétiques.
Ainsi, depuis 2010, l'huile de palme est la plus consommée dans le monde (25 %), devant l'huile de soja (24 %), l'huile de colza (12 %) et l'huile de tournesol (7 %). La demande ne cesse d'augmenter avec des prévisions de consommation de 40 millions de tonnes en 2020, contre 22,5 millions de tonnes en 2010 ! Dans le même temps, l'huile que nous produisons localement sert de biocarburant pour alimenter le moteur de nos voitures[3] ! Ainsi, chaque français en consommerait 2 kilos par an.

Outre sa contribution à la déforestation, l'huile de palme, riche en acides gras saturés (appelés « mauvaise graisse ») et en acides gras « trans », serait préjudiciable à la santé. En effet, ces acides gras saturés dans l'alimentation sont responsables d'une augmentation du taux de LDL-cholesterol dans le sang et peuvent entraîner des risques cardiovasculaires.

L'huile de palme n'est pas une fatalité et nous pouvons l'éviter en vérifiant sa présence dans la liste des ingrédients. Lorsque ce n'est pas clairement indiqué[4], les mentions « huile végétale », « graisse végétale », « palm acid », « Sodium palmate » et « matière grasse végétale » inscrites sur les produits trahissent la présence d'huile de palme. Attention, certains produits bio en contiennent également !

Taxer les importations d'huile de palme ?

Dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2013,la commission des affaires sociales du Sénat a adopté mercredi 7 novembre un amendement proposé par le sénateur socialiste Yves Daudigny, visant à augmenter de 300% la taxe sur l'huile de palme "entrant dans la composition des produits alimentaires, afin d'inciter l'industrie agro-alimentaire à lui substituer des composants moins nocifs pour la santé".
L'amendement institue une contribution additionnelle de 300 euros la tonne à la taxe spéciale prévue sur les huiles de palme, de palmiste et de coprah destinées à l'alimentation humaine. La taxe actuelle sur ces produits s'élève à 98,74 euros pour une tonne d'huile de palme et à 107,8 euros pour une tonne d'huile de coprah ou de palmiste. Cette mesure "payée par les industriels permettrait de rapporter 40 millions d'euros au budget de la sécurité sociale", estime Yves Daudigny.

Cette taxe a été surnommée "taxe Nutella" car elle toucherait notamment la célèbre pâte à tartiner préférée des Français[5], qui contient de l'huile de palme. Dans les faits, le prix d'un pot de Nutella pourrait voir son prix augmenter de 6 centimes, pas de quoi décourager les consommateurs, surtout que ce produit est très souvent en promotion. Et quand bien même, le groupe Ferrero "interdit contractuellement à ses fournisseurs de s'approvisionner en huile de palme provenant d'Indonésie où la déforestation est un problème majeur." Son huile de palme "provient de pays reconnus pour le caractère traditionnel de leurs plantations de palmiers à huile : la Malaisie (la région du Malacca à l'Ouest de la Malaisie), la Papouasie Nouvelle Guinée et le Brésil." selon ses déclarations. Ainsi, arrêter de manger du Nutella, outre les bénéfices pour la santé, ne changerait rien au problème de déforestation en Indonésie. Par contre, cela pourrait éviter la déforestation dans d'autres pays.
En effet, l'huile de palme utilisée par Ferrero est certifiée « durable » selon les critères de la Table ronde pour l'huile de palme durable (RSPO, Roundtable for Sustainable Palm Oil). Pourtant, cette certification n'offre que très peu de crédibilité comme en témoigne l'enquête de l'ONG Environmental Investigation Agency qui a constaté qu'une entreprise membre de la RSPO était en train de raser une forêt primaire et de réprimer les communautés locales qui s'y opposent...

Dans un communiqué, l'Association Interprofessionnelle de la filière Palmier à Huile de Côte d'Ivoire (AIPH) dénonce cette taxe et considère que "l'huile de palme est, encore une fois, la victime d'une puissante campagne de désinformation." En effet, l'AIPH souligne que "les Asiatiques et les Africains la consomment depuis toujours, sans inconvénient et [qu']elle est utilisée dans de nombreuses préparations traditionnelles." De plus, en "En Côte d'Ivoire, on ne déforeste pas. On plante sur des friches ou des savanes dégradées. Par ailleurs, cette plante robuste ne nécessite pratiquement aucun pesticide. Elle n'appauvrit pas les sols." En outre, l'AIPH précise qu'il n'y a pas d'orang-outans en Afrique. En Côte d'Ivoire, la production d'huile de palme fait vivre 2 millions de personnes, soit 10% de la population.

Faut-il choisir la provenance de son huile de palme ? Alors que les professionnels de l'industrie agro-alimentaire n'ont même pas le courage de l'afficher clairement sur les produits qui en contiennent, nous sommes encore loin. L'exécrable réputation de l'huile de palme n'est malheureusement pas injustifiée et il serait temps que les importateurs et les exploitants oeuvrent pour des productions responsables et que les gouvernements sanctionnent fermement les importations provenant au moins d'Indonésie.

"Soyons le changement que nous voulons voir dans le Monde" Gandhi.

Sources
Orangutan found with 104 bullets lodged in body - The Jakarta Post
Les orangs-outans victimes de l'huile de palme - La Gazette de Bali
Orangutan Shot 100 Times With Pellet Gun Survives Brutal Attack In Indonesian Borneo (PHOTOS) - TheHuffingtonPost.com
La destruction de la forêt Indonésienne - LFPO
Huile de palme : les idées reçues ont la peau dure... - CIRAD
Huile de palme dans les produits alimentaires - Sénat
Notes
Avec 100 dollars, vous êtes presque millionnaire en Indonésie
C'est beaucoup en valeur absolue mais cela ne représente que 2% de la population indonésienne
60 % du colza récolté en Europe finit dans le réservoir d'une voiture
Il n'existe aucune obligation pour l'industrie agro-alimentaire d'afficher la présence d'huile de palme dans la composition de ces aliments.
Selon Ferrero, la France est devenue le premier marché mondial pour Nutella avec plus de 100 millions de pots consommés en 2008.
Auteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
orang-outans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conversation d'orangs-outans sur IPad !
» Un nouveau orang-outang au Zoo de Jersey
» LFPO - Ligue Française de Protection des Orangs-outans (Paris)
» Des orangs-outans terrifiés Sauvés de justesse...
» [Pairi Daiza] 2016 - Gorilles, orang outans, koalas et début de "terre du froid"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: