AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 pourquoi devenir végétarien ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saveallGOD'sAnimals
Admin


Masculin Nombre de messages : 19955
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: pourquoi devenir végétarien ?   Mar 9 Avr - 13:12

Pourquoi devenir végétarien ? L’empathie envers les humains ?
11/02/2011 à 10h42 - mis à jour le 11/02/2011 à 10h54 | - vues | - réactions

Un article de VégéBon


Pourquoi devenir végétarien ?

L’empathie envers les humains ?

Tout d’abord, j’adresse un immense merci à Pralines et Canelés ainsi qu’à Jojo pour avoir permis la relecture de ce billet de blog.

Les plus anciens groupes de végétariens connus l’étaient pour des raisons de non-violence. Le lien entre végétarisme et respect d’autrui a été promu par des religions et de nombreux philosophes. Deux citations illustrent cette logique :

« Quelqu’un qui s’est habitué à considérer la vie de n’importe qu’elle créature vivante comme sans valeur, finit par penser qu’une vie humaine ne vaut rien. » (Albert Schweitzer)
« Auschwitz commence partout où quelqu’un regarde un abattoir et pense : ce sont seulement des animaux. » (Théodore Adorno par Charles Patterson)
Voilà pour l’aspect philosophique. Et que dit la science sur cette question ? Je n’ai trouvé aucune étude qui considère cette logique. Alors voici le peu qu’on peut en dire : ces citations philosophiques affirmant que que si on est empathique, on l’est pour tout le monde, humains comme animaux. Or je pense qu’on ne peut pas être empathique pour les animaux tant qu’on est dépendant d’eux pour notre survie. Pour moi, il est donc nécessaire de devenir indépendant des animaux (pour n’importe quelle raison) pour avoir la possibilité psychologique d’être empathique avec eux. Et ensuite, il est beaucoup plus facile d’assumer une empathie pour tout le monde, humains y compris.

Après recherche dans la bibliographie scientifique, la seule étude disponible actuellement étudie seulement le dernier maillon de mon raisonnement (qui, je le répète, est juste mon propre avis sur la question). Ce maillon est : un végétarien a plus de chances qu’un omnivore d’être empathique envers les humains (ce qui n’empêche pas plein d’omnivores d’êtres très empathiques !).

L’étude en question est de la science chaude ! C’est-à-dire des recherches qui sont actuellement en cours, à l’opposé de la science froide, qui concerne les recherches faites et validées il y a longtemps – la science qu’on fait au collège et au lycée est généralement de la science froide. Alors, prêts à plonger ? Ne vous inquiétez pas, je vais être avec vous pour tout expliquer ^^.

L’article scientifique du jour étudie l’empathie vis à vis des humains et des animaux, chez 3 groupes de personnes : des omnivores, des végétariens par éthique et des végans. Ici on se limitera à analyser l’empathie vis-à-vis des humains. Les chercheurs utilisent 2 techniques : un questionnaire et une mesure d’activité cérébrale.

Le quotient empathique (QE)
L’empathie est la capacité de comprendre et partager les états émotionnels d’autrui. L’empathie comporte 3 composantes :
- sensorimotrice : quand on voit une personne blessée à la main, on contracte le muscle concerné, exactement comme si on était soi-même blessé à cet endroit.
- cognitive : quand on comprend comment une personne réfléchit. On est alors capable de prédire son comportement.
- affective : quand on voit une personne triste, on ressent de la tristesse.

Les composantes cognitive et affective de l’empathie sont classiquement évaluées grâce à un questionnaire qui permet de calculer le quotient empathique (QE) d’une personne. Une personne très empathique a un QE élevé. Voici les résultats de QE pour les 3 groupes : 20 omnivores, 19 végétariens par éthique, 21 végans.



Pour être précis, les chercheurs ont comparé ces 3 groupes avec des tests statistiques :

Le 1er résultat de cette étude est que on ne peut rien dire sur la ressemblance entre l’empathie des végans et celle des végétariens par éthique : ni que leur empathie est la même, ni qu’elle est différente. Vous le voyez parce que les fourchettes se chevauchent suffisamment pour qu’on ne soit pas sûr que les empathies sont différentes, mais ne chevauchent pas assez pour qu’on soit sûr que les empathies sont les mêmes.
Le 2ème résultat est que les omnivores ont moins d’empathie que les végans ou que les végétariens par éthique. Le test statistique donne p ≤ 0,04, ce qui signifie qu’on a au moins 96 % de chances d’avoir raison quand on dit cela. Rappelez-vous, on a vu ici que si p est proche de 0 alors on peut dire avec une certitude proche de 100 % que les deux groupes sont différents.
Les circuits neurologiques de l’empathie
L’IRMf est une technique d’imagerie qui montre quelles zones cérébrales sont particulièrement actives à un moment donné. Ici, les chercheurs ont enregistré une IRMf pour chacune des 60 personnes, pendant qu’on leur montrait des images de souffrance humaine.

Voici une image illustrant le résultat : en gris, on voit le cerveau vu de dessus (pour être plus claire, j’ai dessiné la tête d’un bonhomme sur la gauche) et en couleurs blanc/jaune/orange/rouge, on voit les zones cérébrales particulièrement actives.



Qu’en concluez-vous ? Que les végans et les végétariens par éthique ont une activation des même zones cérébrales, avec la même intensité, quand ils voient des humains en train de souffrir. Les omnivores ont une activation différente devant les mêmes images. On en conclut que les circuits neuronaux de l’empathie sont différents chez les omnivores de chez ceux qui font des choix alimentaires par éthique.

Remarque : Les végans font des choix alimentaires par éthique, mais leur éthique s’étend bien au-delà de l’alimentation. Ils refusent de participer à toute utilisation des animaux. Ainsi, ils ne portent pas de cuir, ne vont pas au zoo et n’utilisent pas de cosmétiques testés sur les animaux.

Au début de l’article, je vous ai parlé de science chaude. En effet, cet article a été publié il y a à peine un mois, et ils reste bien des choses à découvrir pour le compléter. Par exemple :

Faire les mesures de quotient empathique sur un plus grand nombre de personnes, afin de savoir si les végans et les végétariens par éthique ont un QE semblable ou différent.
Découvrir quelle est la fonction des zones cérébrales mises en évidence lors de cette étude. A l’heure actuelle il n’y a pas de consensus sur le rôle de chacune pour le fonctionnement de l’empathie.
Conclusion
Le végétarisme pour des raisons éthiques (éviter la souffrance des animaux) est associée à un fonctionnement neurologique différent et à une plus grande empathie envers les humains. Cette association ne dit pas que l’un (le végétarisme) est la cause de l’autre (l’empathie), elle dit simplement que ces deux paramètres vont ensemble. Les résultats scientifiques actuels sont donc compatibles avec les citations vues plus haut… mais ils sont encore très loin de les démontrer ! Il faudra encore de nombreuses études pour cela. Ce qui est encourageant est que les scientifiques commencent à s’intéresser à ce sujet, donc on peut s’attendre à la parution de nouvelles études. Je vous tiendrai au courant.

Les circuits neurologiques de l’empathie peuvent évoluer au cours de la vie. Car les végétariens et végans de l’étude ne l’étaient pas depuis leur naissance. On peut donc espérer que, comme pour l’esclavagisme, l’humanité refusera progressivement d’utiliser et de tuer des animaux pour son seul confort (et non pour sa survie). Peut-être que nos petits-enfants trouveront aussi barbare le fait de tuer des cochons que de réduire un homme en esclavage.

Je termine sur une dernière citation : « Chaque fois que les gens disent : « Nous ne devons pas être sentimentaux, » cela signifie qu’ils sont sur le point de faire quelque chose de cruel. Et s’ils ajoutent : « Nous devons être réalistes, » ils veulent dire qu’ils vont en faire de l’argent. Ces slogans ont une longue histoire. Ils furent utilisés pour justifier les commerçants d’esclaves, les industriels impitoyables (…). On les a maintenant passés (…) aux fermiers d’usine. » (Brigid Brophy, Unlived Life). Rappel : 80% des oeufs produits en France proviennent de poules élevées en cage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
pourquoi devenir végétarien ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment devenir famille d'accueil?
» Un guide pour devenir végétarien
» [Article] "Mon enfant veut devenir végé, que faire ?"
» EARTHLINGS : UN FILM A NE PAS MANQUER
» 5 minutes pour devenir végétarien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Les infos de Végétalienne-
Sauter vers: